NEWS


 

 

Aktuelle Infos und Veranstaltungen
Seite: | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 

 

Prof Gogué condamne la "violation brutale et violente" du domicile d'Agbéyomé Kodjo

La violence utilisée par les forces de défense et de sécurité dans le domicile de l'ancien Premier ministre, Agbéyomé Kodjo lors de son arrestation ce mardi, a négativement marqué le président de l'Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), Prof Aimé Gogué. Ce dernier demande à ce qu'une solution politique soit trouvée à la situation.

COMMUNIQUE RELATIF A L’ARRESTATION DE MONSIEUR GABRIEL AGBEYOME KODJO

L’ADDI dénonce avec fermeté et rigueur les manœuvres armées utilisées depuis plus d’un mois et ayant conduit à une violation brutale et violente d’un domicile privé pour non seulement arrêter M. Gabriel Messan Agbéyomé KODJO, mais également des membres de sa famille biologique, des membres d’associations des droits de l’homme, d’au moins un journaliste et de plusieurs de ses amis présents sur place.

Pour avoir contesté les élections que toute la classe politique togolaise de l’opposition considère comme non conformes aux normes admises de transparence et de régularité, M. Gabriel Messan Agbéyomé KODJO n’a commis aucun acte répréhensible qui justifie l’acharnement militaro-policier dont il est l’objet.

En vue de proposer ses bons offices pour un règlement politique de cette situation, une délégation composée des professeurs Aimé GOGUE, David DOSSEH, Komi WOLOU et Roger FOLIKOUE a tenté hier 21 avril au matin, d’aller au domicile de M. Gabriel Messan Agbéyomé KODJO mais n’a pu y accéder à cause du refus des agents des forces de défense et de sécurité faisant barrage.

L’ADDI, convaincue que par son comportement, M. Gabriel Messan Agbéyomé KODJO a explicitement démontré qu’il n’a pas l’intention de fuir le pays et ce, en dépit de cette procédure injustifiée contre lui, demande sa mise en liberté immédiate et celle de toutes les personnes arrêtées dans le cadre de cette expédition. Les Forces de défense et de sécurité, comme à leurs habitudes, ont fait un usage excessif de la force envers des personnes sans défense et sans aucune forme manifeste de résistance.

L’ADDI déplore que le régime opte pour le règlement judiciaire d’un contentieux éminemment politique né de la fausse élection du 22 février 2020 ayant accouché de résultats fantaisistes. L’ADDI tient toujours au recomptage des voix bureau de vote par bureau de vote afin de mieux apprécier les résultats.

Comme par le passé, l’ADDI demande qu’il soit réservé un règlement politique à ce problème.

Fait à Lomé, le 22 avril 2020

Le Président National

Prof Tchabouré Aimé GOGUE

 

 

Prof Gogué condamne la "violation brutale et violente" du domicile d'Agbéyomé Kodjo

 

Enlèvement d’Agbéyomé Kodjo/Dr Christian Spieker : « L´autorité ce n´est pas de la brutalité »

Dr Christian Spieker a également suivi la scène qui s’est passée dans le domicile d’Agbéyomé Kodjo hier. Indigné, il publie une tribune pour dénoncer la situation.

Le Togolais et la Togolaise de l´intérieur comme de l´extérieur ont suivi avec une extrême indignation, le comportement inhumain, sauvage et brutal de nos soi-disant forces de défense et de sécurité dans l´arrestation d´Agbéyomé Kodjo. Vous, les auteurs de la brimade, de la barbarie et de la sauvagerie quotidienne envers les Togolais et les Togolaises, préparez-vous mentalement et moralement à affronter en retour vos durs et longs séjours en prison un jour. Vos actes sont déjà consommés. Il n’y aura rien à faire. Pas d´excuse. Vous ne pouvez en aucun cas les échapper. Vous avez franchi la ligne rouge depuis dans vos agissements brutaux et sauvages de tous les jours et vous venez encore d´ajouter une couche dans la manière barbare et trop brutale dont vous êtes intervenus pour interpeller Agbéyomé Kodjo. Tout individu qui s´estime lésé dans ses droits est en Droit de les réclamer et d´agir. On ne peut pas interdire à quelqu´un de défendre ses droits et de protester contre l´injustice dont il a fait l´objet. Honte à vous. Sortez désormais la tête baissée dans les rues de Lomé car la honte vous couvre au Togo. Vous n´avez plus d´honneur. Le moment venu, vos victimes auront besoin de justice de vos actes barbares à leur égard.

Au lieu de montrer vos muscles quotidiennement dans les rues de Lomé et dans les maisons dans le traitement sauvage et barbare de vos concitoyens, montrez-les dans la construction des hôpitaux dans chaque région du pays. Votre brutalité sort de l´ordre des humains pour rentrer dans celui des animaux dans la forêt. Vous serez tous jugés un jour devant un tribunal spécial et on fera défiler les images de vos actes inhumains sur un écran géant dans ce tribunal du siècle au Togo. Un tribunal spécial sera créé à la mesure de vos actes pour vous juger de la même manière que le Tribunal spécial de Nürnberg avait été créé pour juger les crimes commis par les Nazis pendant la 2è Guerre mondiale et au cours de laquelle Adolf Hitler et son groupe ont terrorisé le monde en régnant en maîtres absolus.

Certes, aujourd´hui vous avez la force brutale. Mais demain vous la perdrez à coup sûr. Il est toujours ainsi dans les régimes dictatoriaux. Vous bafouez les lois que vous-mêmes vous faites voter. Vous aimez les appliquer seulement quand ça vous arrange. Ainsi vous les brandissez à qui veut les voir et les entendre. Alors que vous ne respectez rien dans le pays quand il s´agit des droits de vos concitoyens. Où est l´État de droit ? Où est la justice qui est censée protéger les faibles ? Vous terrorisez vos compatriotes. Vous bastonnez même les vieilles mamans pendant ce couvre-feu. Vous agissez comme si vos compatriotes n´avaient aucun droit. Mais un jour viendra où l´ordre des rôles à jouer sera renversé. Vous serez à la place de vos opprimés et vos opprimés seront à votre place. Ainsi vous comprendrez mieux et jugerez vos propres actes commis au moment où vous aviez la force.

Le nombre d´années passées ou qui sera passé au pouvoir en brutalisant les Togolais et Togolaises sera égal aussi au nombre d´années que vous allez passer en prison. Alors assurez-vous que vous avez déjà au moins en garantie 15 ans de prison car de 2005 à 2020 vous garantissent les 15 ans. Si vous n´êtes pas encore satisfaits de ce nombre, alors continuez pour en avoir plus. « Allez-y seulement » selon votre propre slogan de campagne aux présidentielles du 22 février 2020 sur les panneaux géants à Lomé. Avez-vous une fois vu la vidéo du jugement des criminels Nazis au Tribunal de Nürnberg en Allemagne ? C´est ce qui vous attend un jour au Togo. Faure Gnassingbé, lui, peut tout faire, il ne pourra pas échapper à cela. Même s´il fuit le pays il sera extradé pour être jugé par ce tribunal. Aucun président qui sera son successeur ne pardonnera leurs violences et brutalités gratuites commises sur les Togolais et Togolaises. A votre place j´aurais honte. Vos agissements ne sont pas de l´ordre des humains mais des animaux dans la brousse. C´est de la sauvagerie à l´état naturel pur. Même les animaux par instinct, épargnent leurs espèces dans leurs brutalités.

L´autorité ce n´est pas de la brutalité. Dites-moi, quelle est la différence entre vos comportements vis-à -vis de vos concitoyens et ceux des animaux dans la brousse ? Ce qui différencie l´homme de l´animal c´est l´intelligence et la façon d´agir. Chez vous il n´y a aucune différence. Les animaux mêmes sont plus intelligents que vous car eux, ils marchent en groupe et se défendent contre d´autres races d´animaux ou espèces lorsque l´un des leurs est attaqué. Alors que vous, vous attaquez vos espèces c´est-à-dire vos concitoyens au lieu de les défendre contre d´autres espèces humains de l´extérieur en cas d´agression. Ce n´est pas pour brimer leurs propres concitoyens qu´on rentre dans l´armée mais pour les défendre contre une agression venue de l´étranger. Au Togo c´est tout le contraire qui se fait. Rien n´est fait dans les normes et les règles de l´art. Le peuple se lèvera un jour contre vous comme un volcan.

Désormais vous, lesdites forces de défense et de sécurité, vous n´aurez que de la haine des Togolais et Togolaises. Ils vous haïsseront car vous les brimez chaque jour. Ils porteront la colère contre vous dans leur cœur. En écoutant et voyant l´audio de l´arrestation d´Agbéyomé Kodjo et sa famille, je me demande si ce sont des humains ou des animaux qui ont agi de la sorte face à leur proie dans la jungle.

Comme dit plus haut, préparez-vous pour la dure réalité qui vous attend demain en prison. Vous n´allez pas l´échapper.

Les lois que vous faites voter vous seront appliquées à la lettre avec rigueur et fermeté quand le jour arrivera. Vous appliquez la politique de la terreur. Vous répondrez aussi à coup sûr avec la grande fermeté et rigueur à votre politique de la terreur infligée à vos concitoyens que vous considérez comme vos sujets sans droits. Ces actes barbares ne resteront pas impunis. Vous les payerez aussi cher. On a toujours récolté ce qu´on a semé. Si vous semez haricot vous allez récolter ce produit. Si vous semez le mil vous récolterez du mil, etc. Aucun prochain président au Togo ne vous fera cadeau de vos actes brutaux sur vos compatriotes sans pitié même quand ils crient et gémissent de douleur. Au contraire vous vous réjouissez de leur douleur et de leur cri. Demain ne vous attendez pas au pardon que vous, vous n´avez pas accordé hier et aujourd´hui à vos victimes. La roue tourne. Votre tour viendra aussi. Il vous sera dur aussi mais ce ne sera pas de la vengeance mais de la justice rendue aux victimes sans défense au moment des faits que vous commettez sur eux gratuitement et en toute impunité.


Dr Christian Spieker

 

 

Enlèvement d’Agbéyomé Kodjo/Dr Christian Spieker : « L´autorité ce n´est pas de la brutalité »

 

Arrestation d’Agbéyomé Kodjo : Voici ce que dit le Procureur de la République

Ce n’est plus un secret, Agbéyomé Kodjo est dans les mains du Service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC) de la Gendarmerie. Selon les autorités judiciaires, l’arrestation musclée de l’ancien président de l’Assemblée nationale est survenue du fait de son refus de répondre aux convocations dans le cadre d’une enquête judiciaire.

« L’interpellation de M. Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo a été rendue nécessaire par le fait qu’ayant été invité à trois reprises à se présenter au Service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC), aux fins de son interrogatoire dans le cadre de l’enquête judiciaire requise, celui-ci a délibérément refusé de déférer à ces invitations prétextant de son état de santé défaillant, puis d’une action judiciaire en annulation de la résolution de l’Assemblée Nationale ayant procédé à la levée de son immunité », a indiqué le procureur de la République, Essolizam Boyodi.

Il faut le rappeler, dans le cadre de l’enquête judiciaire en cours, le « président démocratiquement élu » est accusé de troubles aggravés à l’ordre public, diffusion de fausses nouvelles, dénonciation calomnieuse et d'atteinte à la sécurité intérieure de l’État.

Aussi, accuse-t-on le candidat de la dynamique Mgr Kpodzro au scrutin présidentiel du 22 février, de mépriser « l’autorité judiciaire et de ses auxiliaires », par le fait que ce dernier s’auto-proclame vainqueur de cette élection.

Le procureur a laissé entendre que l’enquête va se dérouler dans « le strict respect du principe de la présomption d’innocence et des règles procédurales en vigueur au Togo ».

 

 

Arrestation d’Agbéyomé Kodjo : Voici ce que dit le Procureur de la République

 

Les évêques du Togo exigent la libération immédiate de Kodjo

Dans un communiqué rendu public mardi soir, la Conférence des évêques du Togo a condamné la « brutalité et la violence » perpétrées par les forces de sécurité et de défense lors de l'arrestation d'Agbéyomé Kodjo à son domicile à Lomé. Par ailleurs, les évêques demandent aux autorités de libérer l'ancien Premier ministre. Bonne lecture.

COMMUNIQUÉ DE LA CONFERENCE DES ÉVÊQUES DU TOGO

La Conférence des Evêques du Togo a appris avec consternation l’arrestation à son domicile de Monsieur Kodjo AGBEYOME ce mardi 21 avril, dans des circonstances de brutalité et de violence perpétrées par les Forces de Défense et de Sécurité, qui se sont introduites chez lui en défonçant son portail d’entrée.

Elle déplore également le fait que l’Archevêque de Lomé, Monseigneur Nicodème BARRIGAH-BENISSAN ainsi que l’Archevêque émérite de Lomé, Monseigneur Denis AMUZU-DZAKPAH n’aient pas été autorisés à aller porter assistance à Monseigneur Philippe Fanoko KPODZRO, qui venait de lancer un poignant cri de détresse, notamment à leur adresse.

Les évêques du Togo déplorent et condamnent la brutalité et la récurrence de la violence dont nos autorités font preuve dans la gestion d'une situation qui est avant tout, politique.

Les évêques du Togo estiment que chaque citoyen a le droit et le devoir d'exprimer sa désapprobation devant l'injustice manifeste et l'oppression. Aussi les violences physiques et autres traitements inhumains et dégradants infligés aux citoyens à cette occasion, sont-ils une négation de leurs droits et libertés. Une fois de plus, la Conférence des évêques les dénonce et les condamne, et appelle leurs auteurs à se ressaisir.

Les Évêques demeurent convaincus que face à cette crise consécutive à la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du 22 février 2020, l’option à privilégier reste celle de la recherche d’une solution politique qui n’occasionne pas d’autres violences, mais respecte les droits fondamentaux de chacun. C’est dans cet esprit qu’ils invitent les autorités judiciaires à relâcher Monsieur Gabriel Kodjo AGBEYOME.

Ils appellent les uns et les autres à garder le calme, afin d’épargner à notre Pays d’autres souffrances.

Que Dieu bénisse et protège le Togo.

 

 

Les évêques du Togo exigent la libération immédiate de Kodjo

 

L'ANC dénonce l'arrestation musclée du Dr Kodjo

L'arrestation musclée d'Agbeyomé Kodjo hier mardi indigne plus d'un. Dans un communiqué rendu public, les responsables de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC) déplorent les conditions de cette interpellation. Ils demandent aux autorités togolaises de respecter les droits du député durant toutes les étapes de la procédure en cours. Lecture!

COMMUNIQUE

L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) apprend l’interpellation de M. Agbéyomé Messan KODJO, ce jour, 21 avril 2020.

Fidèle à ses principes de respect de l’Etat de droit et des libertés fondamentales, l’ANC condamne les conditions de cette interpellation, caractérisées par l’usage excessif de la force.

L’ANC déplore que les autorités togolaises refusent obstinément d’engager notre pays sur la voie d’un Etat de droit, protecteur des libertés.

L’ANC demande que les droits de M. Agbéyomé Messan KODJO soient respectés à toutes les étapes de la procédure en cours.


Fait à Lomé, le 21 avril 2020 Pour le Bureau National,
Le Vice-Président,
Patrick LAWSON-BANKU

 

 

L'ANC dénonce l'arrestation musclée du Dr Kodjo

 

Enlèvement d’Agbéyomé Kodjo : Un « gangstérisme d’État », selon Me François Boko

L’ancien président de l’Assemblée nationale, arrivé 2è lors de la présidentielle du 22 février dernier, selon la Cour constitutionnelle, a été enlevé mardi à son domicile, puis conduit dans les locaux du Service Central de Recherches et d’Investigations Criminelles (SCRIC) de la Gendarmerie.

Selon François Boko, cet enlèvement du candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro illustre encore de plus le « gangstérisme d’État et de ‘démocrature’ togolaise ».

« Par quelle alchimie un contentieux électoral se retrouve-t-il en instruction dans un service d’investigation criminelle de la gendarmerie nationale ? », s’interroge-t-il depuis son exil en France.

Pour l’ancien ministre de l’intérieur, « le régime de Faure Gnassingbé en mal de légitimité gagnerait en crédibilité en ouvrant un dialogue politique pour solder le contentieux électoral de la présidentielle à la hussarde du 22 février 2020 ».

Et de prévenir : « Attention, à force de trop tirer sur la corde, elle peut finir par se briser ».

Rayan Naël

 

 

Enlèvement d’Agbéyomé Kodjo : Un « gangstérisme d’État », selon Me François Boko

 

COVID-19 : L’Afrique entre crise sanitaire, économique et politique

La crise sanitaire qui secoue le monde actuellement nous inquiète à juste titre. Mais, au-delà de cette inquiétude due à l’horreur et la psychose qu’elle a provoquées et continue de susciter, l’incapacité des systèmes de santé des pays développés à faire face à cette catastrophe nous interpelle.

Il est à priori surprenant de découvrir que la France, l’Italie, l’Espagne, le Royaume Uni, les USA, le Canada ne sont pas armés pour faire face à une situation qui peut facilement se résumer dans ce slogan que brandissait en décembre 2019 le personnel sanitaire français mobilisé : « l’État compte les sous, on va compter les morts ». Oui, effectivement, il s’agit bien de sous ; ou plutôt du manque ou de l’absence de sous, conséquence directe des coupes budgétaires résultant du capitalisme financier galopant des trente dernières années.

Ces coupes budgétaires dans les services publics de santé et d’éducation, ont conduit à la réduction drastique d’effectifs, de locaux et de moyens. Et ce, dans la plupart des pays dits « riches ». Au sein de l’OCDE, ni le Japon avec 13,01 lits pour 1 000 habitants, ni la Corée du Sud avec 12,3 et encore moins les USA avec 2,8 n’atteignent pas la moitié des 30 lits pour 1 000 habitants préconisés par l’OMS. Au sein de l’UE, même les puissances comme l’Allemagne (8,0) et la France (6,0) ne répondent pas à ces critères, alors que l’Italie (3,2), l’Espagne (3,0) et le Royaume-Uni (2,5) se situent loin derrière la Hongrie (7,0), la Lituanie, la Pologne et la République tchèque avec 6,6 ; la République slovaque (5,8), la Lettonie (5,6) l’Estonie (4,7) la Slovénie (4,5).[1]

L’Afrique entre urgence et impasse sanitaires

Les politiques engendrées par une mondialisation libérale, financière et dévastatrice qui n’a d’intérêt que le profit et l’exploitation de toutes les ressources de la terre, avec leur cohorte de coupes budgétaires, n’ont pas non plus épargné l’Afrique. Souvenons-nous des programmes d’ajustements structurels imposés par le FMI qui, pendant les années 80 et 90 du siècle dernier, furent matérialisés par des programmes d’aides conditionnées à des politiques d’austérité, de privatisations du secteur public et surtout de la libéralisation de l’économie. Les effets néfastes de ces politiques sur les populations, dus notamment à la diminution de l’aide et du rôle de l’État dans les domaines de la santé, l’éducation et des infrastructures et aux politiques de privatisation, ont entraîné non seulement l’appauvrissement des populations mais aussi la disparition ou la paupérisation du peu d’infrastructures sanitaires existantes. Ces politiques n’ayant en aucun cas encouragé la construction d’hôpitaux, toutes ces années de sous-investissement et d’explosion démographique ont engendré la détérioration du secteur de la santé publique. Selon le Rapport État de la Santé dans la Région africaine de l’OMS publié en 2018, « l’on enregistre en moyenne seulement 15,5 lits pour 10 000 personnes ». Ces chiffres confirment la faiblesse alarmante des systèmes de santé des pays africains.[2]

Dans ce contexte, et au moment où la pandémie du Coronavirus-COVID19 fait d’énormes dégâts dans les pays développés, l’expansion de la contamination à l’Afrique, un continent dont la plupart des pays disposent à peine de systèmes de santé de base et d’aide sociale structurés, peut conduire à la catastrophe. Bien que tardivement, le virus commence à s’étendre dans la majorité des pays africains, un assaut qui pourrait être beaucoup plus dur que celui des autres pays de la planète si les craintes se confirment. Selon les données disponibles au 4 avril 2020, les pays les plus touchés sont l’Afrique du Sud avec 1 505 cas, ainsi que tous les pays de l’Afrique du nord sauf la Lybie, c’est-à-dire l’Algérie (716), l’Egypte (710), le Maroc (638) et la Tunisie (394). Les autres pays de l’Afrique subsaharienne avec les plus de cas positifs sont le Burkina Faso (261), le Cameroun (233), le Sénégal (190), la Côte d’Ivoire (179), le Ghana (161), l’Ile Maurice (143) et le Nigeria (139)[3]. Il faut quand même noter que seuls les cas testés sont inclus dans les statistiques.

Mourir de faim ou mourir de coronavirus

Considérant que la majorité de la population des pays africains vivent dans des situations de précarité sanitaire, économique et sociale permanentes, une minorité, à peine le tiers, pourrait se conformer aux mesures recommandées par l’OMS et appliquées dans les pays occidentaux. La question qui se pose est donc de savoir si le confinement est une option réaliste pour l’Afrique. Peut-on se laver régulièrement les mains, lorsque l’accès à l’eau reste une utopie dans la plupart des villes et campagnes ? Peut-on confiner des dizaines de milliers de personnes qui survivent au jour le jour, lorsqu’elles doivent parcourir des kilomètres pour trouver de l’eau ou à peine de quoi se nourrir ? Comment confiner des peuples qui vivent déjà dans des environnement confinés, entassés les uns sur les autres, dans de petits espaces propices à toute sorte de contamination au quotidien ? Comment mettre en pratique la distanciation sociale quand :

on vit dans des bidonvilles, des logements, lorsque c’est possible, avec des cours communes et des sanitaires collectifs (lorsque ces derniers existent),
on occupe des logements sans eau courante, ni électricité ;
on vit dans des conditions et des espaces qui ne sont pas propices au respect (avec toute la volonté du monde) des règles élémentaires d’hygiène nécessaires en temps normal ?
Comment respecter les règles de distanciation sociale alors que les transports en commun, les marchés, les lieux de vie sous ces cieux, sont en soi des espaces propices à des contaminations de toutes sortes ? Enfin, comment des populations sans logement pourraient-elles rester « chez elles » ? Face à ce dilemme et pressentant probablement la crise économique qui peut s’ajouter à la catastrophe sanitaire, la plupart des États africains tentent de faire face à la situation en faisant du rafistolage pour compenser leur incapacité à juguler la crise avec des solutions sanitaires telles que recommandées par l’OMS.

Des réponses différentes pour des réalités similaires

De nombreux pays ont opté donc pour un confinement total ou partiel, un couvre-feu ou l’état d’urgence sanitaire tandis que le Bénin fait figure d’exception : ni confinement, ni couvre-feu, l’Exécutif béninois estimant qu’il « n’a pas les moyens » de mettre son pays à l’arrêt. Cependant, les écoles, universités et bars sont fermés, les rassemblements et les bus interdits à l’exception des mototaxis et des taxis. En optant pour le non-confinement, le Bénin « innove » en misant sur la prévention, la sensibilisation et la mise en place d’un cordon sanitaire autour des communes jugées plus exposées aux foyers de l’épidémie tout en rendant le port du masque obligatoire. Cette décision dans une certaine mesure semble plus honnête et réaliste que d’essayer le confinement avec le risque de compromettre l’économie du pays déjà mise à mal (le Nigeria ayant limité, voire suspendu tout échange économique avec le Bénin, bien avant la pandémie).

A l’Ouest, son voisin le Togo a opté pour une espèce de « confinement d’agglomération » (on peut sortir de chez soi mais on ne peut aller d’une ville à une autre), avec à la clé un couvre-feu de 20 h à 6 h du matin, qui prend plutôt des allures de maillage sécuritaire sous contrôle militaire, tout cela assorti d’un programme de revenu universel de solidarité, dénommé Novissi. Ce programme, selon le gouvernement, a pour objectif de venir en aide aux personnes et familles les plus vulnérables qui risqueraient de perdre ou ont déjà perdu leur revenu, en raison de l’adoption des mesures de riposte contre le coronavirus. Ces mesures concernent les portefaix, les coiffeurs, les couturiers, les revendeurs, les chauffeurs de taxi et de taxis-motos et les employés de bars et restaurants ayant plus de 18 ans et possédant une carte d’électeur. L’État Togolais mettra donc à leur disposition un soutien financier mensuel de 12 250 FCFA (±19 euros) pour les femmes et de 10 500 FCFA (±15 euros) et 20 000 FCFA (± 30 euros) pour les conducteurs de mototaxis, sommes qu’ils percevront en deux tranches chaque quinzaine.

Deux pays, deux mesures ; l’une simplifiée et réaliste, l’autre qui parait clientéliste à plusieurs titres :

1) une bonne partie des personnes concernées ne possède pas de téléphone ou partage un téléphone avec plusieurs autres, surtout dans les zones reculées. Or, toute la procédure se fait sur téléphone portable et, la somme promise sera transférée sur un porte-monnaie numérique ;

2) l’exigence de la carte d’électeur comme seul document valable discrimine un grand nombre de personnes. Selon les autorités togolaises elles-mêmes, le fichier électoral compte 3 600 000 personnes et la base de données de la carte d’identité compte un peu plus d’un million de personnes. Considérant que la population togolaise était estimée 7 889 000 personnes en 2018 et que 27% (2 130 030 personnes) vivent hors du Togo, selon ces données, 5 758 970 personnes vivraient sur le territoire togolais. N’aurait-il donc pas été plus juste d’exiger soit la carte d’électeur, la carte d’identité, le passeport ou même le permis de conduire, pour certains ? De plus, la formule de la carte d’électeur peut aussi donner lieu à des fraudes par usurpation d’identité ;

3) Le Smig au Togo est de 35 000 FCFA, mais le loyer moyen de base est d’au moins 7 000 CFA pour une pièce. Il faut y ajouter la nourriture, sans le déplacement, puisque la population est censée être confinée. Avec 10 000 FCFA, un célibataire peut à peine tenir une semaine et une famille sans enfants, à peine quelques jours.

Si le cas béninois fait exception, le Togo fait pâle figure devant les dispositions annoncées par le Gabon. Parmi les « mesures d’aide massives exceptionnelles » annoncées par le Président Ali Bongo, un guichet d’urgence pour porter secours aux entreprises en difficulté de trésorerie, un moratoire sur le remboursement des dettes bancaires pour celles en cessation d’activité ; les salariés mis en chômage technique recevront une allocation représentant entre 50 et 70 % de leur salaire brut, tandis que les revenus compris entre 80 000 et 150 000 F CFA seront maintenus. L’État gabonais compensera aussi les petits propriétaires à qui il a demandé de suspendre la perception des loyers auprès des locataires sans revenus. Il a aussi prévu des banques alimentaires pour donner à manger aux plus démunis.

En Afrique du Sud, pays le plus touché, pour « prévenir une catastrophe humaine aux proportions énormes », le président Cyril Ramaphosa a ordonné un confinement national le 27 mars pour une durée de trois semaines[4] avec un déploiement de l’armée dans les rues pour le faire respecter. Les établissements scolaires sont fermés, les rassemblements de plus de cent personnes sont interdits, les frontières fermées aux voyageurs en provenance de pays à risque, les bars et restaurants qui servent de l’alcool doivent cesser leurs activités dès 18 h. La Banque centrale a décidé de baisser son taux directeur de 1 %, en l’établissant désormais à 5,25 % pour les acteurs économiques. Une campagne de dépistage massif mobilisant près 10 000 médecins, infirmiers et bénévoles a aussi été lancée, particulièrement dans les quartiers, banlieues et bidonvilles déshérités.

Pendant que certains pays tentent tant bien que mal de colmater les brèches, d’autres prennent des mesures aussi étonnantes et singulières comme au Burundi où, malgré la détection de cinq cas positifs, la vie suit son cours et les dirigeants proclament leur conviction que le « pouvoir de Dieu » continuera à se manifester. Selon le général Evariste Ndayishimiye, secrétaire général du parti à la tête du pays, grâce à cette « protection divine », pas besoin de prendre des mesures qui « entravent le bon fonctionnement de la vie normale des citoyens ». Ainsi, les mosquées, les églises, les marchés, les bars, les entreprises vaquent à leurs occupations habituelles.

Plus singulière encore est la « campagne de sensibilisation » en Guinée, entreprise dans les rues de Conakry, la capitale, par le président Alpha Condé lui-même. Sa drôle de méthode pour lutter contre le virus est de se mettre du « mentholatum dans les narines » et « boire de l’eau chaude ». Ces dispositions viendraient sans doute en soutien au couvre-feu institué de 21 h à 5 h du matin, à la limitation à quatre passagers dans les taxis, la réduction du prix carburant à la pompe et la distribution de riz dans les cinq communes de Conakry.

Au Kenya sont annoncées une réduction de la taxe sur la valeur ajoutée, la non-imposition des salaires les plus bas et une baisse du salaire du président et d’autres représentants gouvernementaux de 80%.

En Ouganda, le gouvernement a demandé aux propriétaires de ne pas réclamer de loyers jusqu’à la fin de la crise ; en revanche les vendeurs sont obligés de dormir dans les marchés pour éviter l’expansion du virus.

Malgré tout, il est clair que le confinement est tout simplement impossible à mettre en œuvre et intenable dans la plupart des pays, de même que les aides de l’État représentent un pari particulièrement difficile à relever pour des gouvernements qui ne disposent pas des fonds nécessaires et sont dépendants de l’aide internationale.

Des solutions locales pour un défi mondial

La quasi impraticabilité et inadaptation de toutes ces mesures au contexte socio-politique des sociétés africaines, aurait dû pousser les dirigeants africains à concevoir une riposte sociale et sanitaire adaptée aux besoins et réalités de leurs populations. L’on pourrait par exemple réfléchir à d’autres options d’isolement que le confinement, trouver des alternatives locales à la circulation de l’argent liquide qui peut aussi être un vecteur de contamination, distribuer de denrées alimentaires, installer des citernes d’eau dans les quartiers, mettre à contribution des tailleurs et couturières pour installer des unités de confection de masques et surtout faire de la sensibilisation dans les langues locales pour qu’elles soient accessibles au plus grand nombre de personnes dans les zones rurales et urbaines.

Seuls des pays comme le Rwanda et l’Afrique du Sud sont suffisamment structurés pour avoir la capacité d’administrer une stratégie centralisée. Le président Paul Kagame a ordonné la distribution, de porte à porte, de nourriture aux Rwandais ainsi qu’aux étrangers vivant sur le sol rwandais. Les fonctionnaires se déplacent de maison en maison pour faire un partage équitable sous la supervision directe de Kagame pour éviter tout favoritisme. L’entraide s’organise aussi dans certains quartiers, où les habitants aisés peuvent faire des dons à leurs voisins dans le besoin.

En Ouganda, le premier ministre Ruhakana Rugunda a annoncé depuis le 4 avril dernier, un programme gouvernemental de distribution de secours alimentaire, dont les bénéficiaires sont les mères âgées, malades et allaitantes, ainsi que les chauffeurs de taxi de banlieue à Kampala, la capitale.

A Lagos, le gouvernement local distribue de la nourriture afin que les plus démunis respectent le confinement. Ainsi, 200 000 ménages défavorisés ont été sélectionnés pour recevoir des rations alimentaires.

Toutes ces initiatives sont louables à plus d’un titre. Seulement, il faudrait se demander si, à quelques exceptions près, la majorité de la population dans les pays africains n’est pas pauvre, défavorisée ou démunie.

Face à l’impréparation des services de gestion de crise de la plupart des pays, le peuple n’a pas tardé à prendre l’initiative de concevoir ses propres mesures sociales et même sanitaires.

Au Mali, l’Association Riposte 223, composée d’enseignants, de commerçants, de journalistes et de professionnels de la santé, fait la collecte d’équipements médicaux, de masques chirurgicaux, de gants et de solutions désinfectantes auprès de la population pour les distribuer aux hôpitaux. Donilab, une start-up locale a conçu un distributeur automatique d’eau et de savon, et travaille sur un prototype de respirateur.

Au Burkina Faso, le projet Declic, mis en marche par la société Wakatlab, aide à lutter contre la propagation du virus avec une application mobile qui permet de déterminer la température corporelle en analysant une photo prise avec le smartphone de la personne. Les porteurs du projet travaillent aussi sur un respirateur et des visières pour protéger le personnel soignant.

Au Bénin, l’activiste sociale Sandra Idossou, a lancé la campagne #PanierAlimentaireBj pour permettre, au coût de 25 000 FCFA, d’offrir à une famille vulnérable un ou quelques produits du panier.

Au Togo, Solidarité Togo Covid 19, une plateforme créée par des professionnels de la santé vivant au Togo et à l’étranger, collecte des fonds pour offrir des masques, des solutions hydroalcooliques et des sur-blouses aux équipes de soignants. Sauve une bouche contre Covid-19, est une initiative d’un Togolais pour venir en aide aux familles les plus vulnérables en leur offrant des kits alimentaires et des masques ; toute personne souhaitant collaborer peut faire don du montant qui lui convient. Le Mouvement Nubueke Togo, quant à lui, organise des collectes de gels hydroalcooliques et de masques pour la population carcérale et les forces de l’ordre régulant la circulation dans la capitale togolaise. Dans le même pays, de jeunes chercheurs sont en train de mettre au point le prototype d’un dispositif de respiration artificielle.

Ces solutions autochtones peuvent faire une grande différence et s’avérer plus efficaces que les mesures compensatoires dont la mise en œuvre peut prendre du temps et beaucoup ne pourront peut-être même pas recevoir les fonds promis. Au moment où la pandémie semble toujours progresser moins vite sur le continent africain qu’ailleurs (15 500 cas recensés le 15 avril), la lutte peut être encore gagnée si les gouvernements travaillent de concert avec les communautés et les acteurs de la société civile.

Pour conclure…

Cette pandémie révèle encore une fois, si besoin est, l’incurie des États africains à s’organiser face aux urgences quelles qu’elles soient : une attaque terroriste, un risque industriel majeur ou une crise sanitaire comme celle-ci. Le vrai défi reste donc celui de pouvoir articuler une riposte alternative endogène, voire régionale ou même panafricaine, sans le mimétisme habituel. Les États africains ont copié et continuent de copier les structures et organisations de leurs colonisateurs sans vraiment structurer leurs propres sociétés. A quoi sert une carte d’identité, si en cas de risque sanitaire on ne pas peut identifier les populations ? A quoi sert un tarif social, si tous les foyers n’ont pas accès à l’électricité ?

Ce qui est certain, c’est qu’il faut combattre la pandémie et se préparer à en combattre les « effets collatéraux » comme l’accentuation d’autres affections ou maladies déjà existantes sur continent, les autres fléaux oubliés, etc. Pour le moment, l’Afrique a la « chance » d’avoir une population jeune et peut-être jouit-elle de la fameuse « immunité naturelle » que certains attribuent à l’utilisation fréquente de la chloroquine et qui protégerait les Africains contre le coronavirus. En attendant d’en avoir les preuves scientifiques, il est temps de se mobiliser pour une vraie riposte sanitaire car, dans l’état actuel des choses, la plupart des pays africains seraient incapables de traiter des cas sévères nécessitant des soins intensifs.

Ce n’est pas avec plus de forces de sécurité qu’on pourra combattre cette pandémie, mais avec de vraies structures sanitaires.

Hortense Djomeda pour Afrology

Paris, le 20 avril 2020

References

[1] OCDE (2020), Lits d’hôpitaux (indicateur). doi: 10.1787/9b82df80-fr (Consulté le 15 avril 2020)

[2] https://www.afro.who.int/fr/publications/etat-de-la-sante-region-africaine-de-loms

[3] Voir Tableau 2

[4] Cette période a été prolongée jusqu’au 30 avril

Source : Afrology

 

 

COVID-19 : L’Afrique entre crise sanitaire, économique et politique

 

Max-Savi Carmel : Agbéyomé Kodjo est resté calme et ferme, très courageux jusqu’à la fin'

Ce n'est un secret pour personne. Hier mardi, les forces de défense et de sécurité ont procédé à l'arrestation d'Agbéyomé Kodjo, candidat de la dynamique Mgr Kpodzro à la présidentielle du 22 février dernier. Dans un article publié, le confrère Max-Savi Carmel, Directeur de la Communication de l'ancien Premier ministre, détaille les circonstances de l'interpellation musclée du député. Il rapporte les faits tels qu'ils se sont passés. Lecture!

PRECISIONS DE MAX-SAVI Carmel, Directeur de la Communication de Agbéyomé Kodjo

Lundi 20 avril 2020 en fin de journée, le quartier Tokoin Forever (centre ville de Lomé, capitale du Togo) où habite Agbéyomé Kodjo a été bouclé. Environs 300 à 350 militaires dans un premier temps ont été déployés. Ils ont cerclé sa maison, bloqué toutes les rues d’accès et investi toutes les maisons collées à la sienne, de force. Ils étaient armées d’armes diverses. Plusieurs témoins ont pu constater quelques mitraillettes, des Ak 47 et une équipe spéciale d’une trentaine de personnes disposaient de pistolets automatiques.

Sachant que les Togolais sont nombreux à vouloir savoir où en est le président Kodjo, j’ai voulu vous donner les premières informations crédibles dont je dispose. Je voudrais d’abord vous dire qu’à l’heure actuelle, il n’est pas libéré. Agbéyomé Kodjo se trouve aux mains de la gendarmerie togolaise.

Au milieu de la nuit, alors que personne n’a pu fermer l’œil dans la maison Kodjo, un renfort a été envoyé. Un soldat, sans doute un officier, est venu s’entretenir avec les hommes en groupe, leur donnant des ordres et consignes. Il a fait le tour des lieux et installé un appareil pour brouiller la communication. Dès lors et à 5h du matin, plus personne n’est joignable dans la maison d’autant que les téléphones ont été mis hors réseaux grâce à la brouille installée. Peu avant 6h, un autre renfort est arrivé. Entre 150 et 200 hommes, pointés de part et d’autres dans les environs. Puis, un détachement spécial de cagoulés est arrivé un peu après 7h. Ils sont accompagnés d’un médecin, présumé militaire ainsi que de deux infirmiers, apparemment des civils. L’assaut sera donné 1h plus tard.

Les militaires foncent sur le portail en acier derrière lequel se trouvaient des briques et autres objets lourds pour se protéger de l’intérieur. Mais il a cédé sous la violence des coups. Puis les soldats criaient, tout "le monde à terre". La panique est infernale, pleurs, cris de détresse, des coups ayant engendré quelques blessés. Les premières personnes rencontrées à l’intérieur ont reçu coups et gifles, distribués au hasard des matraques et autres coups de poings qui allaient dans tous les sens.

Dans la maison, se trouvait Agbéyomé Kodjo, son épouse, Mama Amorin et 4 de ses enfants. Quand à peu près entre 60 et 70 militaires sont rentrés dans la maison, ont molestés toute la famille Kodjo, le personnel ainsi que les gardiens et toutes les personnes en visite ou en court séjour notamment Mgr Philippe Kpodzro et son assistant Marc Mondji. Ils étaient menottés deux par deux et étalés dans le sable.

Agbéyomé Kodjo est resté calme et ferme, très courageux jusqu’à la fin. Alors que le prélat insistait pour partir avec lui, le président a demandé qu’il reste sur place et se calme, compte tenu de sa santé. Pendant ce temps, l’épouse de Kodjo, menottée avec l’une de ses filles se trouvait couchée au sol, devant la maison, dans le sable, assistant au mépris des forces de l’ordre dont certains proféraient des propos injurieux et dégradants. La scène a duré une dizaine de minutes quand dans le lot, quelqu’un a ciré "et les médicaments de papa ?". C’est alors que deux soldats ont daigné accompagner Madame Kodjo les chercher.

Puisqu’elle était attachée à l’une de ses filles (par menotte), les deux montent dans le salon du premier étage et perdent, inspirées, quelques minutes. Entre temps, un coup de fil demande d’amener les personnes arrêtées et un officier intime aux deux femmes l’ordre de les rejoindre au Camp avec les médicaments, laissant sur les lieux des soldats qui les raccompagneraient, libres.

C’est ainsi que deux membres de la famille ont échappé miraculeusement à l’arrestation. Des contacts que j’ai eus à la gendarmerie, il ressort que les membres de la famille seront libérés cette nuit et conduits chez eux. Mais les collaborateurs, les autres acteurs politiques interpellés sur place "passeront au moins une nuit" selon l’officier que j’ai eu au téléphone, n’étant pas moi-même sur le sol togolais.

A l’heure actuelle, 21h10, heure de Tunis, les autres personnes arrêtées sont en interrogatoire et pourraient être libérées, Agbéyomé Kodjo, lui, est tenu à la gendarmerie, au Camp derrière la Cour d’Appel au nord de la ville de Lomé. Le patron de cette structure interne d’informations de la gendarmerie a pris soins de donner la seule information, selon laquelle le président Kodjo sera présenté au Procureur de la République, ce qui devrait intervenir tard, après le couvre-feu en rigueur à Lomé à cause du Covid-19, à partir de 20h, locale.

Mgr Kpodzro est actuellement à son domicile à Amadahomè, remmené chez lui par les forces de sécurité. Je n’ai pas pu lui parler mais j’ai réussi à faire vérifier l’information auprès d’un autre évêque togolais ainsi que par un membre de la cellule de communication du président Kodjo.

En écoutant les enregistrements que j’ai pu obtenir auprès de la famille, j’ai été tétanisé par la violence que cache chaque cri, l’impudeur que dissipe chaque injonction, le mépris qui sous-tend chaque raillerie. Et surtout la violence de chaque instant, des carrosses d’armes ayant servi à briser vitres et biens personnels. Car même les meubles bourrés ont été tous saccagés pour vérifier que personne ne s’y cache.

La Dynamique Kpodzro réagira sans doute dans les prochaines heures, cette réaction n’étant pas un communiqué, mais une réaction de fait, pour situer les Togolaises et Togolais, l’Afrique et le monde, sur ce qui est arrivé, de façon spontanée et factuelle. Les autres aspects seront abordés par des personnes indiquées.

MAX-SAVI Carmel

Directeur de la communication de Agbéyomé Kodjo

 

 

Max-Savi Carmel : Agbéyomé Kodjo est resté calme et ferme, très courageux jusqu’à la fin'

 

Voici à quoi ressemble le domicile d’Agbéyomé Kodjo après le passage des militaires

Ce qui ressemble à un film hollywoodien a été vécu avec indignation par les témoins ce matin au domicile du président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD). Le passage des hommes en uniforme a été particulièrement violent.

« L’arbitraire et la violence d’Etat inouïe ont été au rendez-vous avec la violation du domicile du Président démocratiquement élu du Togo, la bastonnade des proches, les tirs d’armes, le fracassement des portes suivi des arrestations », voilà comment la Coordination internationale de la dynamique Mgr Kpodzro décrit la scène qui s’est passée ce matin, dans un communiqué qu’elle vient de rendre public.

Le domicile d’Agbéyomé Kodjo, à l’heure actuelle, ressemble à un endroit touché par le passage d’un vent violent. Les portes sont méconnaissables. Plusieurs personnes ont été arrêtées, d’autres blessées.

Indignée, la dynamique Mgr Kpodzro appelle le peuple togolais à réagir. « La Coordination internationale de la dynamique Monseigneur Kpodzro condamne vigoureusement cet énième coup de force qui ne passera pas, et invite le peuple togolais à se mobiliser pour obtenir sans délai la libération du Président démocratiquement élu du Togo, S.E. Dr Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, et la libération nationale », indique le communiqué.

Et de préciser : « L’enlèvement du Président démocratiquement élu, S.E. Dr Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo sonne plus que jamais le tocsin de la révolte, et l’indignation doit porter individuellement et collectivement chaque citoyenne et citoyen vers l’audace nécessaire pour la libération nationale du Togo ».
-----------------------------------
144 Peuple humilié | Mardi, 21 Avril 2020 - 13:50
Ces soit disant opposants ne sont pas des opposants.
Le peuple tranchera.
C est pitoyable.

Pure enfantillage ...ooh l'ANC!
Est ce qu il y a une cours de justice au Togo?Et Fabre n'a jamais pris Le pouvoir.?

Vraiment...
143 Kinaou | Mardi, 21 Avril 2020 - 10:49
L'ANC DÉÇOIT !!!

Rien qu'à la lecture de l'introduction de la lettre de Lawson à l'évêque, on est estomaqué! On ne voit plus la posture de la victime diffamée qui légitimement, cherche à défendre un certain honneur. Mais, un règlement de compte, sans détours! Du coup, la suite qui est censée être plus structurée, n'a plus aucune saveur pour le lecteur.

"Votre intrusion dans la vie des partis politiques et dans le débat politique, vos incessantes prises de position nous font obligation de vous adresser cette lettre.
Le mercredi 08 avril 2020, en pleine semaine sainte, dans un pays où toute la chrétienté était totalement en prière, dans l'attente de la célébration de la résurrection du Christ, au moment où l'attention des Togolais est focalisée sur la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19, oublieux de votre statut de pasteur du Christ, vous avez cru bon de tenir une conférence de presse, consacrée à la situation postélectorale, au domicile de votre candidat à l'élection présidentielle, Monsieur Agbéyomé Messan KODJO."

Comment Patrick Lawson que je prenais pour un sage de ce parti, a pu écrire une telle connerie devant l'histoire!
Car, tout le Togo, sait qu'il s'agit là du plan que nourrit la junte au pouvoir, en envoyant à maints reprises, la soldatesque chercher Agbéyomé. Ils comptent en effet sur le plan Covid19 et ses contraintes imposés pour briser l'élan soulevé par la Dynamique Kpodzro. Les sécurocrates du régimes qui ont sûrement cocoté ce plan d'arrestation, comptent ainsi s'assurer qu'aucune mobilisation ne pourrait être possible, du fit de la crise sanitaire, ni en direction de la presse et de l'opinion publique, ni en ce qui concerne les populations ayant voté pour le candidats que Patrick Lawson (himself!), nous a signalé par voie de comminiqué, "en tête du scrutin avec le candidat de l'UNIR."!

Bref, les mêmes arguments que reprend ici, sans sourciller, le Vice président de l'ANC...Mieux, dans ses propos, aucun mot de dénonciation de la manœuvre en cours par le pouvoir, aucun mot de compassion pour le candidat en question, aucune condamnation de l'agression" qui a provoqué la "riposte" en conférence de presse. Du moins, aucun mot pour pointer d'abord, l'irresponsabilité de l'appareil répressif du pouvoir qui a d'abord (pour citer Lawson), "en pleine semaine sainte, dans un pays où toute la chrétienté était totalement en prière, dans l'attente de la célébration de la résurrection du Christ, au moment où l'attention des Togolais est focalisée sur la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19" (sic!), choisi de déverser un bataillon de militaires (bonjour les mesures barrières!) pour assiéger un responsable politique. On hallucone! C'est plutôt à monseigneur Kpodzro, qu'il est reproché d'essayer de mobiliser par tous moyens dans ce contexte difficile, la population pour la défense du vote. Où est même le semblant d'équité, de jugeote dans cette observation?

Ah bon? Ainsi donc pour l'ANC championne des résistances post - électorales, la Dynamique Kpodzro ainsi acculée par l'adversaire, qui savait très bien ce qu'elle faisait, ne devrait même pas esquisser de timides actions de défense ou de dénonciation,? AMK devait juste se laisser cueillir quoi?

Comment face à de telle postures, si Le pouvoir FAT-RPT'UNIR parvenait demain à ses fins, avec l'embastillement de Agbéyomé, (voire, son élimination physique) ne pas donner raison à tous ceux qui pensent qu'il y a une alliance objective entre l'ANC et le Pouvoir ? Quelle
Et finalement, même si objectivement , au départ je peux penser que l'ANC est fondé de répondre au prélat, que dire du timing choisi pour le faire? Comme l'énumère si bien ce cher Patrick Lawson à coup de dates archivées, pourquoi s'être tu par sagesse jusqu'ici, et pourquoi cette sortie maintenant et à ce moment là? Venant d'un si grand parti, qui peut croire que cela est fortuit?
Finalement, entre l'amateurisme politique et de la sorcellerie tout court, ou les deux combinés, tout un chacun peut se faire sa religion!
142 Koffi le Saint | Mardi, 21 Avril 2020 - 10:22
Mr Fabre, vous avez dit la même chose contre d'autres togolais depuis le temps de l' UFC. N'est pas vous ki avez declaré ke Faure et Agbeyomé gagnant au 1er tour? Pourquoi vous changez maintenance. Svp un peu de logique dan's vos demarche.
141 djantoloto | Mardi, 21 Avril 2020 - 10:15
Réponse à 121-Honte a ANC -FABRE
Pourquoi faire?

Fabre a-t-il réclamé une victoire?

Quand votre grand non opposant Agbéyomé Kodjo== opposant à l'opposition à Faure a réclamé une victoire dont nul ne sait réel, a-t-il assigné Faure son ami de connivence et le RPT/UNIR son parti discret en justice?

Quand Faure l'ami de connivence de votre non opposant AGbéyomé Kodjo a fait lever son immunité parlementaire à l'assemblée l'a-t-il assigné en justice?

Hooooonami; Helouuuunamiloooo!
140 Lucrece | Mardi, 21 Avril 2020 - 10:7
Réponse à 131-Clement GAVI
Le patriarcat et le titre clérical ne doivent dédouaner personne des rigueurs de la loi. Kpodzro fait le con, il faut le redresser!
Nous ne sommes pas dans une pétaudière mais plutôt dans une république avec des lois.
139 djantoloto | Mardi, 21 Avril 2020 - 10:4
Réponse à 123-QUESTION A mr LAWSON
T'as préparé ton cercueil et ta tombe déjà toi?

Une cloche mouillée!
138 djantoloto | Mardi, 21 Avril 2020 - 10:0
Réponse à 124-Hein? Vraiment?
La valise a été remise à Kafui Brigitte Adjamagbo Johson en présence du secrétaire général du PNP; Tikpi Atcha Dam avait zéwa le pays! Quant à Jean-Pierre Fabre il était en voyage en Europe! Quant à Agbéyomé kodjo, en ce moment-là, il cirait les bottes de Faure Gnassingbé pour devenir son premier ministre ou président de l'assemblée nationale après les mascarades du 20 décembre 2018! Mais ne voulant pas donner à Agbéyomé Kodjo l'un des deux postes qu'il escomptait Faure Gnassingbé le gratifiait de valises pleines d'argents de sorte qu'il(Agbéyomé) puisse la fermer si ses vœux ne sont pas réalisés!

Je crois que ça vous ne le savez du tout pas hein!

bande d'éternels idiots!!!
137 jjk | Mardi, 21 Avril 2020 - 9:42
qui a supporter Fabre en 2010 2015 ?
personne
et maintenant vs voulez que Fabre vs supporte
si d autres opposants avaient supporter Fabre on en serait pas la
Donc l orque Agbeyome n avait pas supporter Fabre en 2015 Dons Agbeyome aussi avait pris l argent
136 djantoloto | Mardi, 21 Avril 2020 - 9:41
Réponse à 131-Clement GAVI
Il faut laisser Mgr Kpodjro dire des idioties sur des gens depuis le 04 juin 2019 jusqu'à aujourd'hui et vous ne voulez pas que ceux-là lui demandent d'éclairer la population sur ses déclarations?

Si tes grands parents disent des bêtises à la maison devant qui les traduiras-tu? C'est à toi de quitter la maison de tes grands parents!

Si des grands parents d'autrui colportent des calomnies sur ta famille depuis des dates, arrivé à un moment que feras-tu? Tu les traduira devant le chef traditionnel du quartier ou devant la justice de la cité!

La haine que vous avez au Togo va vous détruire!

Pour information, savez-vous que le poulain du prélat est un grand corrompu? Depuis 2013 jusqu'au mois de novembre 2019 Agbéyomé Messenh Gabriel Kodjo était l'allié de qui?

Depuis 2013 jusqu'à novembre 2019 Agbéyomé était l'allié de Faure! Etait-il allié de Faure pour rien? Pourtant il se disait de l'opposition, non?

Les gens qui voient JPF aller prendre les sous chez Faure ne dorment-il pas, n'est-ce pas?

Ils sont toujours en train de chercher l'ombre de JPF raser les murs de la présidence!

Togolais, togolais, togovi, togovi, léguédétooo, Hoooonami; boussoutooooyooo!

Vos calomnies, vos haines d'autrui, feront que le Togo sera toujours gouverné par cette maudite famille!

Pour rappel, les 48000 euro reçus des mains d'Allassane Wattara ont été versés dans les mains de Mme Kafui Brigitte Adjamagbo Johson et non dans les mains de Jean-Pierre Fabre!!!!!
135 Pseudo | Mardi, 21 Avril 2020 - 9:22
Ce que Mgr Kpodzro dit est objectif quand on observe la scéne de la politique au togo. Comme le disait un president voisin du Togo Ils (ces opposants opportunistes, malheureux et paresseux) ont detruit complétement ce petit beau pays de l'Afrique. Ils ont foutu du bordel et de n'importe quoi dans le paysage d'opposition au Togo. Le Grand Malheur des pauvres au Togo c'est cette Opposition qui ne sait même pas d'ou elle vient ou elle va. Chez nous on dit que quand on ne sait pas lá ou on va on sait d'oú on vient... de n'importe qui.

134 GNAROU Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 131-Clement GAVI
On ne peut pas empêcher les enfants de regarder les testicules d'un vieillard qui se deshabille sur la place publique!!

A SOTOUBOUA, on n'hesiterait pas à le fesser même s'il est vieux !
N'oubliez surtout pas que les idiots vieillissent eux -aussi !!

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.
133 jjk Mardi, 21 Avril 2020
l ANC ne demande une seule choses
la preuve de ce que Kpodzro dit
es ce qu il y a une complication
vs dites que Fabre ne représente rien et l orque Fabre n est pas dans une coalition ce ne marche
132 jjk Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 128-AZOUI
Pourquoi Kpodzro veut que le Juda le supporte?
au Togo des gens disent FABRE qui détruit l opposition
et l osque ce dernier se met en retrait on dit qu il a pris de l argent
il n y a de plus normal que de vérifier ce que Kpodzro dit c est éclairer
les gens
si on demande a Kpodzro de démontrer ce qu il dit
131 Clement GAVI Mardi, 21 Avril 2020
'L'ANC s'apprête à traduire Mgr Kpodzro devant la hiérarchie de l'Eglise ou en justice'

Mgr Kpodzro a la légitimité et l'autorité morales pour dire ce qu'il a dit. Et ce qu'il a dit a un répondant dans le réel. C'est presque une culture psychologique, le fait que certains leaders, vont en cachette prendre l'argent des mains sanglantes de la dictature.
Ceux et celles qui ne se sentent pas concernés ne devraient pas y voir une nécessité. L'ANC devrait penser à faire autres choses que de s'apprêter à traduire le noble Mgr Kpodzro devant la hiérarchie de l'Eglise ou en justice.
Nous avons dans nos familles des grands parents qui disent des choses. Il ne vient à l'idée de personne de traduire ses grands parents devant la justice parce qu'ils ont dit ceci ou cela. L'ANC devrait penser aller voir Mgr Kpodzro et lui parler.

Il faut laisser Mgr Kpodzro tranquille. Personne n'a le droit de traduire Mgr Kpodzro devant quoi que ce soit. Il n'a jamais cessé de porter la souffrance du peuple Togolais telle un Croix. Il n'a jamais cessé de communier à la douleur des populations au Togo. Il exige le respect et l'admiration.
130 Cricri Mardi, 21 Avril 2020
C'est vraiment étonnant combien le togolais est mauvais. Rien que le titre du post m'irrite, une chose que l'ANC n'a jamais réussit à faire ,un confrère arrive à dépasser leur limite et ils l'assignent. En tout cas tout se paie ici bas avant de brûler enfin en enfer. Donc que l'ANC continue ses folies il y a une justice dans ce monde.
129 Téyivi Mardi, 21 Avril 2020
Je croyais la chose sérieuse pour finir par découvrir que c'est une lettre signée par Patrick Lawson le plus corrompu des leaders de l'Alliance Nationale des Comiques.
Passons et oublions
128 AZOUI Mardi, 21 Avril 2020
laissez ANC ils sont démasqués ils sont finis. pas trop de commentaire
127 tché Mardi, 21 Avril 2020
Dans tout ton écrit satanique aligné sur les gnassingbé, je n,ai vu qu'un abruti qui ne comprend pas grand-chose et qui n'a rien dans sa cervelle.


Va te cacher quelque part.
126 tg Mardi, 21 Avril 2020
Pauvre Togo, tout ca pour des miettes aujourd'hui contre la malediction sur leurs enfants ou petits enfants, quel avenir pour ce pays?
125 AHLERAS Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 124-Hein? Vraiment?
Cher compatriotes, laissons tomber cette histoire de ANC et autres opposant leaders et ne tombons pas les pieges du RPT/UNIR. Avancons seulement, et si ils veulent suivre c' est bon sinon c' est le togo entier qui gagne. Pardon, laissons tomber cette histoire et continuons par chanter, togolais viens batissons la cite.
124 Hein? Vraiment? Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 29-El Niño
Tout simplement parce que Atchadam n'a pas pris des valises chez Ouattara venant de qui on sait; parce que Atchadam n'est pas un accompagnateur de Gnassingbe aux élections afin d'être guaranti un BON salaire de «chef» de l'opposition( cette incongruité n'existe qu'au Togo. Je doute que le Burkina qui a instauré cela au temps de Compaore le pratique toujours). Voilà quelques raisons. Ne fais pas le petit malin, car je sais que tu sais pourquoi.
123 QUESTION A mr LAWSON Mardi, 21 Avril 2020
Cher Mr LAWSON de ANC les Togolais ne sont pas stupides comme vous le pensez a ANC vous etes entrain de signer votre arret de mort puisque vous faites e jeu de RPT-UNIR.Une question pour finir.Comment JPF a fait pour devenir milliadaire? pourquoi il n'a jamais revendique sa victoire jusqu' au bout comme Agbeyome est entrain de la faire? en nommant un 1er ministre etc.Pourquoi JPF avait empecher la foule de se rendre de Decon a la presidence pour deloger le dictateur? tu veux faire une omelette sans casser les oeufs/ TOUT LE MONDE sait qu'il y aura des morts.Est ce qu'il y une revolution sans mort? pourquoi JP FABRE ET TOI ne poursuivez vous pas Faure en justice pour avoir incendier les marches etc?Tu verra la reactions des Togolais pauvre corrompu
122 Hein? Vraiment? Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à [email protected] Kpodzro
Moi aussi je me posais cette question: pourquoi Monseigneur veut associer nécessairement Fabre à la revendication de la victoire de sa dynamique? Je crois qu'il est en train de commettre l'erreur d'Atchadam. Faisant ceci fait penser à Fabre et à ses lieutenants qu'il est incontournable, alors qu'il n'en est rien. Rien du tout! Avait-il pu revendiquer sa propre victoire deux fois de suite par le passé? Même s'il peut faire bouger un temps soit peu les lignes, ce dont je doute d'ailleurs, il vaut mieux ne pas l'associer à quoi que ce soit de la dynamique. C'est un oiseau de mauvaise augure. Il n'apporte que malchance et désolations à tout ce qu'il touche. L'échec de la révolution d'Atchadam est encore fraîche dans les mémoires.
121 Honte a ANC -FABRE Mardi, 21 Avril 2020
Pourquoi ANC et JPF n'ont pas poursuivi fAURE, EYADEMA UNIR et RPT en justice?
120 Hein? Vraiment? Mardi, 21 Avril 2020
« Le président de l'ANC n'a jamais rencontré seul ni Gnassingbe Eyadema ni ... Gnassingbe en tête-à-tête, encore moins reçu le moindre centime d'eux ou du pouvoir en place». Ooooh,Lawson! Et les 30 millions? Ce sont des millions et non des centimes ou bien? Et l'imbecile de Ouattara, il l' a rencontré seul, n'est-ce pas? Et aussi quand il rencontrait Gnassingbe Eyadema, et maintenant l'autre Gnassingbe, toi et Ameganvi vous l'accompagnez, n'est-ce pas? Ton problème est que tu penses que le peuple togolais croirait que si vous l'accompagnez là bas, ça voudrait dire que rien ne s'était et ne se passe. C'est cela? Lawson, Fabre, toi et Ameganvi, ce n'est pas bonnet blanc, blanc bonnet? Vous avez raté votre sortie, vous auriez dû vous taire.
119 Etiko Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 118-Fernando garcia
Hohoho notre âne ?? gnassionnal revient au galop pour avoir du foin. Hihihi
118 Fernando garcia Mardi, 21 Avril 2020
L'HEURE EST GRACE POUR LE DEMON KPODZRO ??????????

Le prélat a-t-il franchi les limites ?

Début avril, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, archevêque émérite de Lomé et militant politique à ses heures, avait accusé Jean-Pierre Fabre et d'autres leaders de l'opposition d'être 'corrompus' par Faure Gnassingbé.

Pour le chef de l'ANC, ces affirmations s'apparentent à de la diffamation.

M. Fabre demande à Mgr Kpodzro d'apporter, sous 15 jours, les preuves de ses accusations, faute de quoi, il saisira l'Eglise catholique et/ou la justice.

Le parti taxe le prélat de 'faux prophète' pour avoir affirmé que la victoire d'Agbéyomé Kodjo à la présidentielle était une requête divine.

Affaire a suivre par EL NINO
117 Hein? Vraiment? Mardi, 21 Avril 2020
Vous auriez mieux fait de vous taire, messieurs et dames de l'ANC. De toutes les facons vous etes finis!

Vive Atchadam! Vive Boko!
116 Etiko Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 104-Lucrece
Hihihi notre chihuahua ?? obligé des Gnassingbé aboie encore. Toi qui? Too qui partage toujours la même entrer-coucher avec pépé et mémé? Pfffff ???? Circulez
115 Hein? Vraiment Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 24-El Niño
A El Nino, Abladjo et a` tous les suppots de l'ANC!
Voila`, ces beaux messieurs ont franci le rubicon! Avant toute chose sachez que je ne suis pas un inconditionnel de Agbeyome Kodjo, je l'avais deja` dit dans des posts precedents sous d'autres articles.
Contradiction, quand tu nous tiens! «C'est un crime que commet aujourd'hui la dynamique de faire croire qu'ils peuvent prendre le pouvoir», vous dites? Ah bon! Et votre Fabre, n'avait-il pas déclaré sur RFI que Macky Sall et Akufo Addo avaient eux aussi pris part plusieurs fois aux élections dans leurs pays avant de voir la consécration? Qu'est-ce que vous voulez nous dire aujourd'hui, que Fabre avait participé à l'élection passée pour ne pas pouvoir prendre le pouvoir au cas où il gagnerait? Et pourquoi y avait-il pris part alors? Et vous dites qu'on veut vous vendre un homme nouveau. En fait vous-vous insurgez contre le fait que Fabre n'occupe plus la position de chef de l'opposition! Messieurs de l'ANC, dites la vérité au peuple! En Français facile, ce que vous faites et avez toujours fait s'appelle: la CORRUPTION. C'est pourquoi moi, j'ai toujours pensé que la solution aux problèmes du Togo n'est pas des élections, le PNP d'Atchadam l'a dit, la CDPA-BT de Gu-Konou l'a dit, et même le simple CAR d'Agboyibor l'a aussi dit. Toutefois votre gourou de Fabre, «chef» de file de l'opposition y est quand même allé parce qu'il y avait 500 millions de nos francs dans la cagnotte à se partager quand nos hôpitaux manquent de tout, quand les établissements scolaires et les locaux des universités sont en délabrement total. Qui pensez-vous tromper au juste?
Ces messieurs et dames de l'ANC, quelles preuves ils cherchent encore, et les 30 millions recus de qui on sait? Votre gourou de Fabre n'avait-il pas nie les faits avant que le charge de communication de son parti ait avoue les faits et soit alle un peu plus loin en declarant qu'ils recevaient de temps en temps des soutiens qu'il qu'alifia lui-meme de discrets du chef de l'Etat? De qui se moque t-on au juste dans ce pays? Si ces gens de l'ANC etaient un peu malin, c'est a` dire s'ils avaient un brin d'amour pour ce pays, tout ce qu'ils avaient mis plein les poches, ils devraient en mettre un peu de cote pour qu'on achete les armes avec et liberer ce pays de ces dangereux gangsters d'une autre epoque! Evidemment ils n'en avaient cure, le Togo n'etant pas leur priorite.
A ceux qui disent que le prelat devrait rester en dehors de ceci, j'ai bien une question pour eux: Monseigneur est-il Togolais ou non? Savent-ils le role que Jean Paul II avait joue dans la chute du mur de Berlin, donc de l'ecroulement du communisme dans sa pologne natale et dans le reste du monde?
Ce qu'il faut pour le Togo, c'est de dégager ces moins que rien aux commandes du pays actuellement par la force et leur servir le sort qu'ils méritent. Quitter le pays ne devrait même pas être une option, ils devront faire face à la justice. Reconnus coupables de leurs multiples crimes, ils devront être passés par les armes. Vivement un Jerry John Rawlings togolais pour nettoyer les ecuries d'augias( ces ennemis du peuple des deux bords), même si souvent je me dis que ceci est trop beau pour arriver reelement dans le cas du Togo. Cependant, on ne sait jamais!

114 adodohanto Mardi, 21 Avril 2020
Que Dieu pardonne tes peches.lawson vice- president ANC Tu es un grand menteur.Demande fabre s'il n'a jamais recontrer faure gnassingbe.s'il dit jamais ..je vais vous montrez la foto face a face.Soulard ...
113 adodohanto Mardi, 21 Avril 2020
Que Dieu pardonne tes peches.lawson vice- president ANC Tu es un grand menteur.Demande fabre s'il n'a jamais recontrer faure gnassingbe.s'il dit jamais ..je vais vous montrez la foto face a face.Soulard ...
112 blablabla Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 99-Vodoua
Vodoua, Nouka......

C'est quoi cet acharnement contre l'ANC? Aidez-moi à comprendre. L'ANC n'est pas le seul parti d'opposition qui n'a pas voulu se joindre à la dynamique Kpodjro. Pensez-vous vraiment que c'est en les traitant de tous les noms que vous allez les convaincre de se joindre à vous? Je ne crois pas que c'est la bonne méthode. Chercher à les convaincre au lieu de les insulter publiquement. Bon maintenant tout ce que l'ANC demande au prélat est d'apporter les preuves de ce qu'il n'a cessé d'avancer publiquement depuis quelque temps. C'est aussi simple que ça non? Je crois que vous savez au moins ce qu'est une diffamation.
111 John Semha Mardi, 21 Avril 2020
John Semha
Certains opposants véritables ne se trompent-ils pas de temps ?
Principe de la guerre ou de la lutte qu'aucun commandant en chef ne doit jamais oublier :
principe d'économie des forces : à un moment décisif de la bataille ( ou de la lutte ), toutes les forces doivent concourir à l'objectif premier, l'objectif ultime : la victoire.
Etre opposants peut -il empêcher une réflexion approfondie, une réflexion approfondie et saine ?
Une dispersion des forces, un cadeau au camp ennemi. Il y aura un temps pour tout.
John Semha.
110 Beret Rouge Mardi, 21 Avril 2020
RESTEZ CHEZ VOUS
ET AGBEYOME CHEZ LUI
RESTEZ CHEZ VOUS
ET AGBEYOME CHEZ LUI
RESTEZ CHEZ VOUS
109 2 Lundi, 20 Avril 2020
C'est quoi ces histoires ? Qu'est-ce qui arrive à Kpodzro ? C'est quoi ces répliques de l'ANC ? Des fois je me dis que le problème du Togo ce n'est pas le régime en place mais son opposition. Notre opposition est la plus décevante, bête, naïve, stupide et ridicule dans l'histoire de l'humanité.

Mais je ne cesserai de blâmer l'occident pour ce qui est de notre malheur. Ça les avantage. C'est ce qu'ils veulent. La zizanie entre nous. Les dés de l'Afrique ont déjà été joués. Regardez nos frontières. Elles séparent des peuples unis et forcent des peuples qui ne se connaissent pas et ne s'entendent pas à vivre ensemble. Comment voulez-vous qu'il y ait la paix ? Ça n'arrivera jamais dans ces conditions et c'est leur but précis. Méfiez-vous du blanc.
108 Le Vrai Jay Bon Jeu Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 95-djantoloto
je vous le concede.
Cependant ..
2 two wrongs do not make it right .(2015 et 2020). et excusez moi le terme " Il n'y a que les imbeciles qui ne changent pas"

et supportant le "changement".. donc l'Alternative ne diminuera en Rien la "Magnitude de L'Anc"..

car ce n'est pas " L'homme AGBOYOMEY OU jP fABRE" mais ...>>>>>c'est l'Institution Democratique <<<<<<<<< dont


alors C'EST ensemble ... pour le changement

107 Nouka Lundi, 20 Avril 2020
Vraiment nous sommes malade au Togo, c'est triste.
L' ANC n'a qu'a se faire foutre mon Dieu vous êtes démasquer c 'est tout rangez vous quelque part SVP.
Comme la honte n'est pas togolais, continuez votre comédie.
Bon courage.
Du n'importe quoi.
Chuan.
106 Kozah Nostra Lundi, 20 Avril 2020
Je ne comprendrai jamais les togolais, un peuple très bizarre!!!
LES TOGOLAIS NE savent pas identifier l'ennemi commun qu'est la dictature mafieuse neo-coloniale des analphabètes GNASSINGBE qu'ils doivent s'unir pour combattre!!
Le Togolais ne sait pas ce que c'est l'intérêt général!!! Par jalousie et égoïsme, ils sont capables de sacrifier leur propre frère!!!
Le Togolais n'est jamais content de son frère qui réussit...
Si nous ne changeons pas de mentalité dans ce petit rectangle, nous allons encore "bouffer" les analphabètes GNASSINGBE pendant un siècle !!!
ANC, soyez sages!!!
105 Atalolo Lundi, 20 Avril 2020
Le cri de détresse de Monseigneur Kpodzro interpelle tout le Togo.

L' homme que vous aimez haïr vous appelle au secours!

Sériez-vous les bras croisés sans voler à son secours parce qu' il osait dire: « vive un Togo libre »?

Ou, célébrerez-vous son arrestation parce qu' il osait dire l' opposition togolaise est corrompue?

À vous de conclure et de choisir...
104 Lucrece Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 102-El Niño
Kpatcha lourdement armé fut arrêté, jugé et emprisonné! Agbeyome kodjo n'est qu'un petit poussin.
La population ne peut pas sortir, contrevenant ainsi au couvre-feu!
Mon cher, on vous a dit au cours de la journée que la récréation est terminée! Compris?
103 Paresseux Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 59-Tchao
Toi et ta famille vous êtes tous des paresseux.Eyadema a lancé un appel à la révolution verte où il a appelé tout le nord a la recherche des terres vierges et fertiles dans tout le Togo.Mr tout simplement je pense toi et tes parents ,vous êtes des paresseux
102 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 101-FAUREMUSTGO
Merci.
101 FAUREMUSTGO Lundi, 20 Avril 2020
MONSEIR KPODZRO FAIT UN APPEL CETTE NUIT APPELEANT LA POPULATION DE VENIR LEUR LIBERER DANS LA MAISON D'AGBOYOME. ILS SONT PRESENTEMENT ENCERCLES PAR DES MILITAIRES
SOS SOS SOS SOS SOS .RENDEZ-VOUS CHEZ AGBOYOME
100 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Ce que je sais, c'est que le Rpt_Unir a lâché plusieurs de ses loups et lions sur ce site pour semer la zizanie. Malheureusement mes compatriotes togolais y ont mordu sans faire la part des choses.

Actuellement AMK est en difficulté. Sa maison est encerclée. Jeunesse Togolaise, levons-nous!
99 Vodoua Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 77-El Niño
Et si FAURE GNASSINGBÉ et consorts ont détourné l'argent des Togolais ils l'ont fait à visage découvert car tout les Togolais savent qu'ils sont RPT-UNIR pas comme JEAN-PIERRE FABRE qui prend l'argent chez FAURE GNASSINGBÉ et se dit opposant le jour membre du RPT-UNIR la nuit
98 Dit vrai. Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 90-A. Fifa
Comme le ministre de la sécurité le dit souvent: "c'est pour sa sécurité". S'il on touche à agbeyome avant demain 21 à 9h, c'est qu'ils sont complices de sa non comparution. QUI A FILALEMENT PEUR DANS CETTE AFFAIRE?
97 Diable Lundi, 20 Avril 2020
Il semble que le président démocratiquement élu AMK est actuellement en difficulté avec ses prédateurs. Le Togo va-t-il se mobiliser ou va-t-il laisser faire?
Cette nuit sera la plus longue que le Togo va connaître...
96 Kinaou Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 87-Atalolo
Hélas, l'ANC ne l'entend pas de cette oreille! Rien qu'à la lecture de l'introduction de la lettre de Lawson à l'évêque, on est estomaqué! On ne voit plus la posture de la victime diffamée qui légitimement cherche à laver un certain honneur. Mais un règlement de compte, sans détours! Du coup, la suite qui est censée être plus structurée, n'a plus aucune saveur pour le lecteur.

"Votre intrusion dans la vie des partis politiques et dans le débat politique, vos incessantes prises de position nous font obligation de vous adresser cette lettre.
Le mercredi 08 avril 2020, en pleine semaine sainte, dans un pays où toute la chrétienté était totalement en prière, dans l'attente de la célébration de la résurrection du Christ, au moment où l'attention des Togolais est focalisée sur la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19, oublieux de votre statut de pasteur du Christ, vous avez cru bon de tenir une conférence de presse, consacrée à la situation postélectorale, au domicile de votre candidat à l'élection présidentielle, Monsieur Agbéyomé Messan KODJO."

Comment patrick Lawson que je prenais pour un sage de ce parti, a pu écrire une telle connerie devant l'histoire! Car, tout le Togo, sait qu'il s'agit là du plan que nourrit la junte au pouvoir, pour envoyer la soldatesque à maints reprise chercher Agbéyomé: compter sur le plan Covid19 et ses contraintes imposés pour briser l'élan soulevé par la Dynamique Kpodzro; en s'assurant qu'aucune mobilisation ne pourrait être possible, ni en direction de la presse et de l'opinion publique, ni en ce qui concerne les populations ayant voté pour le candidats que Patrick Lawson (himself!) nous a signalé par voie de comminiqué, "en tête du scrutin avec le candidat de l'UNIR."!
Aucun mot de dénonciation de la manœuvre en cours par le pouvoir, aucun mot de compassion pour le candidat en question, mais c'est plutôt à monseigneur Kpodzro qu'il est reproché d'essayer de mobiliser par tous moyens dans ce contexte difficile, la population pour la défense du vote.
Ah bon, donc pour l'ANC, la dynamique Kpodzro ainsi acculée par l'adversaire, qui savait très bien ce qu'elle faisait, ne devrait même pas esquisser de timides actions de défense ou de dénonciation,? AMK devait juste se laisser cuiellir quoi?
Comment face à de telle postures, si Le pouvoir FAT-RPT'UNIR parvenait demain à ses fins avec l'embastillement de Agbéyomé, ne pas donner raison à tous ceux qui pensent qu'il y a une alliance objective entre l'ANC et le Pouvoir?
Et finalement, même si objectivement , au départ je peux penser que l'ANC est fondé de répondre au prélat, que dire du timing choisi pour le faire? Venant d'un si grand parti, qui peut croire que cela est fortuit?
95 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 91-Le Vrai Jay Bon Jeu
De la même façon que Agbéyomé a soutenu l'ANC en 2015!
94 Agboyobo Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 77-El Niño
Aveu d'impuissance et d'échec. C'est le monde à l'envers.
L'ANC n'a pas honte d'envoyer cette fameuse lettre au CAR ? Je me souviens des années glorieuses de leur ancestre "UFC" où ses dirigeants Jean-pierre Fabre et compagnie et leurs militants traitaient les autres leaders de faux opposants financés par le régime. Agboyibo, particulièrement, en sait quelque chose.
De quoi se plaignent-ils aujourd'hui ?On récolte ce qu'on a semé.
Et les 30 millions reçus de Ouattara ? Qu'en disent-ils ? Parce qu'ici ils étaient pris la main dans le sac, ils ne peuvent plus nier. Maintenant il faut faire diversion avec ce que raconte le prelat.
Bande de corrompus.
93 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 84-Poséïdon
Est-ce que les partis dans la dynamique Kpodjro ont copie de cette lettre?

Le PNP n'a-t-il pas des ministres dans la dynamique Kpodjro? Donc membre de cette dynamique n'est-ce pas?
92 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 81-Poséïdon
Et dénigrer l'ANC faussement transformera le score d'Agbéyomé de 19% à 61%?
91 Le Vrai Jay Bon Jeu Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 81-Poséïdon
Merci pour ta sortie.

Merci pour ton Analyse.. l'Anc.. devrait simplement soutenir le groupe Politic qui a eu plus de voix que lui.

Two wrongs do not make it Right " dit l'adage..
90 A. Fifa Lundi, 20 Avril 2020
*VERS LE KIDNAPING DU PRÉSIDENT AGBEYOMÉ KODJO CETTE NUIT*

SA MAISON EST ENCERCLÉE PAR LES ÉLÉMENTS SPÉCIAUX DE L'ARMÉE TOUS EN NOIR ET CAGOULÉS. ILS N'ATTENDENT QUE DE L'ORDRE POUR PROCÉDER À UNE DESCENTE MUSCLÉE DANS LA MAISON ET PRENDRE LE PRÉSIDENT AGBEYOMÉ KODJO.

*A.Fifa*
89 À CONSTRUIRE Lundi, 20 Avril 2020
CEUX QUI PENSENT QUE DEMAIN SERA VIOLENT AU TOGO SE TROMPENT. PENSEZ-VOUS QUE LES SODJAS VONT UTILISER LA VIOLENCE DEMAIN, NON, JUSTE POUR EFFRAYER. RANGEONS NOS COUPE-COUPE.
LA LUTTE TOGOLAISE, C'EST ASSIGBALOOOO,
MOI J'AIME TOUS LES TOGOLAIS, JE PARDONNE AUX OPPRESSEURS, JE DEMANDE PARDON À CEUX QUE J'AI OFFENSES. SEIGNEUR, PARDONNE NOUS ET FAIS RESSENTIR NOTRE LIBÉRATIONS DÉJÀ EFFECTIVE.
88 Tchao Lundi, 20 Avril 2020
JE PEUX VOUS JURER QUE MOI JE NE SUIS PAS DU CÔTÉ D AGBÉYOMÉ MAIS ACTUELLEMENT C EST LUI SEUL QUI PEUT BIEN TENIR. PARCE QUE D ABORD SON FRANÇAIS EST CLAIR. IL NE TATONNE PAS. ET PUIS IL EST TELLEMENT CONNU A L EXTEREUR. MOI LE CONNAIS UN PEU AUX TEMPS DE GNASSINGBÉ PERE. LE PEUPLE DOIT JE DIS BIEN DOIT LE SUPPORTER PARCE QUE C EST LUI QUI A GAGNÉ . TOUS LES CAMPS MILLITARES SAVENT TRÈS BIEN QUE C EST BIEN AGBEYOME QUI A GAGNÉ. A BON.....
87 Atalolo Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 76-El Niño
Je suis content qu' il est ressuscité. ??

À propos, oublions nos querelles intestines et pensons à la Nation.

Que la jeunesse s' apprête à faire son devoir ultime demain.

Que l' Éternel bénisse le Togo.
86 Djindjinkoudjin Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 67-FAUREMUSTGO
On a tous bien compris, et sommes tous en capacité de lire entre les lignes: l'ANC tient le PNP pour un allié de la Dynamique Kpodzro, malgré sa non participation aux élections. En effet, on le voit très bien, le PNP a un discours officiel anti-instituons actuelles et prône depuis toujours, une révolution "assigbalo". Cependant des ponts sont établi en douce entre AMK et ce parti durant la campagne, et renforcés après le victoire volée. La stratégie est apparemment, de laisser penser que les personnalités menbres ou proches d'tchadam qui s'affichent pro dynamique Kpodzro, reprédentent des initiatives personnelles. Mais on se doute bien qu'ils se serait pas avanturer dans cette nouvelle dynamique si Tikpi Atchadam, leur avait mis un véto! Les plus connus de ces "free-lancers" sont Me Kwssigan AGBA, conseiller juridique de Tikpi et actuellement nommé au Gouvernement Agbéyomé pour le portefeuille des affaires étrangères, Fousséna Djagba au Ghana, L'imam de Bafilo dont l'arrestation avait mis le feu aux poudres dans cette localité, et qui membre du staff de campagne AMK ou encore Tchadjobo Samari communicant pro PNP qui a pris faits et cause pour la dynamique et tant d'autres moins connus du grand public...
ces passerelles PNP-AMK existent et l'ANC a visiblement la rancune tenace vis à vis de ce parti, depuis leur aventure commune au sein de la C14 qui a tourné court. Les deux formations s'accusant mutuellement de porter le chapeau de l'échec de la C14. Le PNP pour sa part en veut à l'ANC pour sa logique participationniste, soupçonnant JPF en terme peu voilés de compétir uniquement pour cette fameuse 2ème place, délibérément proclamée par le Pouvoir à chacun des scrutin.
Voilà , le tableau, le beau décors planté, d'où cette sortie de l'ANC opportunément choisie à la veille d'un combat décisif pour la dynamique Kpodzro, où, l'ANC le sait, son Candidat peut être directement, une fois encore déposée en prison!
Pauvre Togo, pauvres togolais! On peut aisément comprendre pourquoi avec une telle "opposition", l'alternance risque de rester une fois encore, un rêve pieux.
85 EMIGO Lundi, 20 Avril 2020
A bas tous ces podozan
A bas le cameleon Jean Pi avec ces yeux gros
A bas les jaloux
Vive Agbeyome Kodjo



84 Poséïdon Lundi, 20 Avril 2020
Et l'autre incongruité de cette lettre, c'est l'absence du parti PNP de la listes des acteurs politiques mis en copie. Qu'est ce à dire? Vous vous plaignez que Msgr Kpodzro commet une injustice vis-à-vis de votre parti soit! Mais que doivent pensez les Togolais de l'absence du PNP de la liste de ceux à qui vous avez donné copie de votre fameux courrier ? Ressaisissez-vous avant que les Togolais ne vous réservent le sort que des personnes bien connues ont déjà subi. A BON ATTENDEUR...
83 Justin Lundi, 20 Avril 2020
ANC , ANC ou le pauvre Fabre et ses acolytes , vous n'aurez plus l'occasion désormais de mentir au peuple togolais sur votre prétendu statut d'opposants . Vous avez longtemps été un allié du régime au pouvoir et permis par des manœuvres à celui-ci d'être en place.

Bandes de sales égoïstes.
82 PAIPA Lundi, 20 Avril 2020
A quoi cette lutte intestins sert à l'alternance ? Sinon de donner les moyens à l'adversaire pour casser la lutte.
Je me souviens de cette phrase du leader du PNP" A chaque fois que le régime se trouve contrain devant le fleuve difficile à traverser, c'est l'opposition qui lui sert de béquilles pour s'échapper.
Oui, pour trouver des arguments il faut des gens comme L'ANC pour déstabiliser la lutte, il y'a aussi Mr GOGUE qui a déjà jouer son rôle.
Il faut avoir à l'esprit le peuple, et les souffrances qu'il endure.
Certains partis politiques ont autre vision et objectif que celui de l'alternance.
Dommage mais retenez que le peuple sortira vainqueur.
81 Poséïdon Lundi, 20 Avril 2020
Ce qui est CERTAIN, assigner Monseigneur Kpodzro devant la justice ou devant sa hiérarchie chrétienne catholique ne donnera n'augmentera pas le score de 4% attribué à jpf par la ceni. Au lieu de s'offusquer des allégations de corruption, l'ANC gagnerait à consacrer cette énergie à la recherche de la vérité de ce que contiennent réellement les urnes à l'issue du scrutin du 22 Février 2020. La voie sur laquelle l'ANC s'engage force certains Togolais dont je fais partie, à penser que l'ANC est d'accord avec le score de 4% qui lui a été attribué à son candidat. Si c'est bien le cas, l'ANC n'a aucun intérêt à soutenir les actions de revendications de la dynamique Kpodzro. Évidemment, cela pose la question du degré d'attachement de l'anc à une alternance qui pourrait intervenir par un leader autre que jpf. Et chaque Togolais peut analyser et donner une réponse en son âme et conscience.
80 ça sent la fin Lundi, 20 Avril 2020
ANC doit fermer sa gueule et ce pour toujours , ils ont vendu la Révolution du peuple. Fabre doit disparaître de la politique. Il se cache pour aller prendre des valises chez Faure. Des faux types alcooliques. Fermez vos gueules tous à l'ANC
79 Vodoua Lundi, 20 Avril 2020
Le jaloux et faux opposant Jean pierre FABRE fait tout pour saboter de nouveau la lutte, c'est son habitude car il vie de ça il a un bon salaire pour ce rôle macabre : aider FAURE GNASSINGBÉ a tout donner à la France a massacré la population à main nue
78 Tchao Lundi, 20 Avril 2020
ILS N ONT QU A JURER S ILS N ' ONT JAMAIS REÇU L ARGENT DE LA MARINA . MES AMIS ILS ONT TOUT SIMPLEMENT PEUR DE PERDRE CE QU ILS REÇOIVENT DE TEMPS EN TEMPS. MES FRERES IL FAUT L ALTERNANCE SINON ÇA SERA TRÈS GRAVE. A VOUS LES ZEMIDJANS FAITES TRÈS ATTENTION PARCE QUE VOS NUMERAUX SONT ENREGISTRES SUTOUT CEUX QUI ONT APPELÉS POUR SOIT DOISANT MESURE D ACCOMPAGNENT. LA
77 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 75-Vodoua
Étais-tu labas? Ce n'est ni la version de Brigitte Adjamagbo, ni celle de Fulbert Attisso. Si toi tu as une autre preuve complémentaire, tu peux la balancer sur la place publique sans retenue. D'ailleurs, je ne reviendrai plus sur ce sujet qui nous divise.

Dites-moi si Faure, Barqué, Gnofam..etc n'ont pas détourné l'argent des togolais?
Merci
76 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 74-Atalolo
Le vrai Gnarou vit toujours à l'ANR. Faure Gnassingbé lui jette quelques miettes sous la table et il en est tellement fier qu'il va donner sa femme Cadeau à Faure Gnass.

Soutenons tous AMK demain. Togolaises et Togolais sortons pour l'ALTERNANCE. Vive le Togo LIBRE.
75 Vodoua Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 71-El Niño
Ils ont reçu les 30000000frs des mains du vampire WATARA à l'hôtel 2 février et non à Abidjan et même si Adjamagbo Johnson était cordinatrice c'était JEAN-PIERRE FABRE le soit disant chef de fil de l'opposition donc au final l'argent lui a été remis puis partager a la demande de FABRE
74 Atalolo Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 71-El Niño
Mon frère, ce vilain Gnarou vit encore?

Quand est-ce qu'il a ressuscité?
73 4561 Lundi, 20 Avril 2020
L'HEURE EST GRAVE. À chaque fois que rpt/unir a peur de la réaction du peuple, il s'appuie sur le grand frère de Faure Fabre pour s'en sortir. Preuve en 2010, 2015 avec son "sans réforme pas élection", en 2020, voici le dernier moment où Fabre qui a légitimé Faure sans succès, pense assigner Kpodzro, protection de Kodjo. C'est bien joué.
LA DIVERSION EST CE QUE SAIT FAIRE FABRE ET SON ANC.
Avez-vous eu les preuves que faure ne devrait pas se présenter en 2020? D'autres vérités sortiront et par la grâce de Dieu par vos propres bouches.
TOGOLAIS VIENT, 27 AVRIL APPROCHE. LUTTONS SANS DÉFAILLANCE.

LES MAINS DE MOÏSE SONT LEVÉES, LE PEUPLE VIENTDE PASSER LA MER ROUGE À PIED SEC, PHARAON, MERCI DE METTRE TOUS TES COMMANDANTS DANS LES 600 CHARS. IL YA DE LA PLACE POUR TOUS LES OPPRESSEURS. ENCORE UN PAS ET SE SERA DANS D'EAU.
MOÏSE BAISSERA BIENTÔT SON SES BRAS.
VIVE LE TOGO NOUVEAU, VIVRE L'ŒUVRE DE DIEU EN SILENCE.
72 Vodoua Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 66-El Niño
Tu étais où quand ils avaient reçu les 30000000 frs des mains de ALASSANE WATARA ? Ce montant que FAURE GNASSINGBÉ avait donner à WATARA de leurs remettre ? JEAN PIERRE FABRE et ses collabos avaient nier pendant des mois avant d'accepter finalement avoir reçu l'argent. Mon frère sache le bien que JEAN PIERRE FABRE joue pour FAURE GNASSINGBÉ depuis fort longtemps il l'accompagne aux élections jusqu'à que la communauté internationale valide les résultats comme quoi l'opposition était au rendez-vous. Réveillez vous avant qu'il ne soit trop tard car ont vous trompe
71 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Soyons cohérents. Pour tous les togolais qui parlent des 30 millions reçus par l'ANC en Cote d'Ivoire. N'oubliez surtout pas que c'est Brigitte Adjamagbo qui était la coordonnatrice de la C-14 à cette époque.
Laissons la diversion de coté, et battons-nous pour AMK demain le 21 avril 2020.
Vive le Togo.

70 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 68-GNAROU
Nous demandons la preuve des résultats de vos 72,36% bureau de vote par bureau de vote. C'est assez simple!
69 SIOUCOPE Lundi, 20 Avril 2020

Imbécilité et fuite de responsabilité.

L 'A.N.C ne nous sert pas à traduire en justice des accusations de pots de vins de 30 millions de Frc CFA reçus en Côte d'Ivoire d' Alassane Ouattara ou 20 millions encore reçu d'alpha Condé le Guinéen et tout ceci contre l'alternance au Togo. Déroute électorale et d'incohérences de lutte après l'UFC c'est autour du vieux prélat qui n'a pas langue dans la bouche que vous voulez vous défouler, bonne chance
68 Vodoua Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 66-El Niño
Vraiment dommage que la solution au problème du Togo va peut être durer encore car ilya encore des Togolais qui pensent qu'il faut des preuves pour comprendre que JEAN PIERRE et son ANC perçoivent de l'argent chez le sanguinaire FAURE GNASSINGBÉ. hoooooooonami car le vendu JEAN-PIERRE FABRE s'enrichit et vous êtes là a le supporter naïvement
67 FAUREMUSTGO Lundi, 20 Avril 2020
L'ANC A envoye la lettre a KPODZRO et ampilations suivantes:

ADDI
CAR
FDR
MCD
Les Démocrates
Le Parti des Togolais
PSR
Santé du Peuple
UDS-Togo
Espérance pour le Togo
Togo Debout
Ou est celle du PNP? LOL!!!!!! si kpodzro avait raison.
66 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 62-Gery
C'est simple. Si vous avez des preuves que l'ANC et Fabre ont pris l'argent du RPT, venez étaler ces preuves sur la place publique. Quiconque a la moindre preuve a 15 jours pour balancer ladite preuve de corruption sur la place publique. Allez-y!
65 Qui vivra verra Lundi, 20 Avril 2020
Que se sent morveux se mouche. Pourquoi la redite d'un secret de polichinelles va vouloir créer tant de tempête. Le besoin actuel du Togo, c'est pas l'union mais LA VÉRITÉ. Car nous n'avons pas les mêmes objectifs pour les atteindre en union. Les propos divisent, je suis d'accord car beaucoup ne s'y attendaient pas. Mais sont-ils vrais? Si c'est le cas, Dieu qui voient dans le secret saura nous éclairer au moment venu.
VIGILANCE PEUPLE TOGOLAIS, PAS DE DIVERSION.
BEAUCOUP DE PARTIS DE L'OPPOSITION SE SONT JOINTS AU POUVOIR POUR FINIR LA CAMPAGNE ÉLECTORALE. LA LISTE CONTINUE TOUT SIMPLEMENT. Cette semaine nous révélera beaucoup de choses. C'est l'heure de la vérité.
QUI VIVRA VERRA.
64 Gery Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 60-Diable
Gilchrist à trahi la lutte du peuple togolais pour son intérêt. Ils devenue le conseiller de Faure. Vous escrocs politiques de l'ANC vous avez vendu sans vergogne le peuple togolais. Vous êtes maudits le sang versé par les milliers de togolais vous rendra malheureux. Vous finirez tous comme kodjo agboyibor et gilchrist koffigo. Quiconque aura manger l'argent de L'UNIR à manger sa propre mort.
63 cogito Lundi, 20 Avril 2020
"Une prophétie de la honte;Un échec spectaculaire dans les rangs des néo-apôtres." En effet,les résultats sont conséquents aux agissements et agitations de l'envoyé spécial de Dieu,Monseigneur Kpodzro,qui ,après observations de la scène politique togolaise et ses intersections auprès de Dieu pour le Togo,s'est reconforté dans la confirmation divine reçue au Bénin pour dévoiler le nom du messie,Agbéyomé Kodjo,nouveau Jésus Togolais à crucifier selon le régime actuel du Togo.Engagement de trop?Bien évidemment dans ses rêves. User de son influence religieuse et du désemparément de la population en tenant des propos ignobles et désharmonieux avec son rang et son âge ne peut que pondre de tels résultats:"La montagne accouche d'une souris." Au vu et au su de tout, aucun travail n'a été sérieusement fait préalablement sur le terrain pour garantir et sécuriser la pseudo-victoire que Dieu aurait voulue donner aux Togolais ce 22 février 2020 là.Manque de visions et de réflexions en amont a percé la petite canari:"l'eau bénite va nous manque pour longtemps encore.Nous n'avons qu'à rester sur notre soif."

L'âge a-t-il été le vecteur de tout ce qu'on n'a vecu et qu'on continue de vivre du saint Père et de ses disciples y compris le messie?Mais non,je songe. Au départ,Monseigneur s'est lancé avec une certaine autorité et multipliait les visites, rencontres et réunions avec diverses entités et tendances malgré son âge et rang.Ce qui lui valait de l'admiration malgré les reticences de certains Togolais pour son choix.Mais le comble!c'était pendant les campagnes pour les éllections présidentielles 2020 où celui qui devrait se comporter en un bon père et fédérateur de tous-tes les fils et filles du Togo,s'est livré à des injures,dénigrements,diffamations, provocations,divisions ...délibérément aux yeux et à la barbe de ses apôtres et du messie sans que personne n'eût la lucidité et la maturité de le recadrer.Quel spectacle!Et quand j'ai suivi tout cela j'en ai conclu que cette équipe divine sera plus dangereuse que la peste pour l'avènement de l'alternance au Togo et qu'elle a déjà perdu sa course pour la présidence. Aussi,j'avais demandé à certaines personnes enthousiastes de savoir si l'esprit saint sur lequel se basait Monseigneur Kpodzro viendra proclamer les résultats des élections en faveur d'Agbéyome Kodjo ou au pire des cas saura défendre la victoire de Agbéyomé Kodjo. Voilà où nous en sommes aujourd'hui et on passer son temps à jouer au charognard et au rossignol pour accuser gratuitement des gens alors que rien n'a été fait en amont pour garantir et sécuriser la victoire du Messie. Nous savons tous qu'un quelconque candidat choisi au Togo peut battre le RPT-UNIR.Mais ne rien faire de sérieux et sincère au préalable et compter senpiternellement sur les prétendus rêves prémonitoires d'un serviteur de Dieu pour accéder à la magitrature suprême est plus qu'utopique. Apprendre par cœur"Même les États-Unis exigent le recomptage des bulletins et les résultats bureau de vote par bureau de vote;les États-Unis ont reconnu que c'est la dynamique Kpodzro qui a gagné;on a bloqué les comptes en banque de Faure et autres."Tout cela ne changera rien à ce que la Céni et les hommes de mains du régime togolais ont décidé.On en a déjà vu cela en République démocratique du Congo où Les États-Unis, la Belgique,la France et Paul Kagame,président de l'UA, avaient désapprouvé la victoire de Félix Tshisékédi en faveur Fayulu.Mais c'est Félix Tshisékédi qui reste le président aujourd'hui malgré les contestations, les menaces et sanctions diplômatiques.
En somme, je prie la dynamique de revoir son cap pour optimiser les forces afin d'atteindre l'objectif qu'il s'est fixé au grand bonheur de la population plutôt que de chercher la poux sur la tête rasée des autres.Que Monseigneur Kpodzro et ses disciples ou apôtres acceptent qu'ils ont failli et aient la grandeur de dire la vérité de leur peine perdue à la population assoiffée d'un Togo nouveau.C'est inutile voire suicidaire de faire croire au Togolais en une quelconque restitution de leur victoire intégrale. À présent,il est clair que seul les durs avancent.
Togolais,Togolaises!Soyons durs avec nous-mêmes pour avancer vers l'alternance.Aucun politique ,aucun homme d'une quelconque tendance ou envoyé ne peut nous libérer ni délivrer.Voilà pour quoi nous devons être disciplinés,organisés et déterminés.

Soyons bénis!
62 Gery Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 61-Bandit
Pourquoi assigné l'évêque qui a dit haut tout ce que vous faites en cachette. Qui ne sait pas que Fabre prend l'argent chez Faure pour diviser l'opposition.
Lanc est un groupe d' escrocs politiques qui fait de l'opposition son fonds de commerce. A chaque élection lunir vous verse des milliards par des chefs étrangers pour disloquer l'opposition
Honte à vous. C'est au peuple togolais de vous poursuivre. Votre mensonge à pris fin. Dégager maintenant
61 Bandit Lundi, 20 Avril 2020
Qu'est ce l'ANC a apporte de positif aux Togolais depuis sa creation? Rien, Zero, Nada. Jean-Pierre Fabre et Patrick Lawson sont des traitres. Mgr Kpodzro vous a revele au grand puplic. Si vous vous santez morveux, allez vous moucher ailleurs.
60 Diable Lundi, 20 Avril 2020
Quelle que soit la position de Monseigneur Kpodzro contre cette bande paresseuse d' opposition togolaise, je m' abstiens de lui critiquer.
Il est mieux que toute opposition togolaise réunie... bandes des vauriens et des vautours malheureux!
59 Tchao Lundi, 20 Avril 2020
MOI J AI PERDU LES MEMBRES DE MA FAMILLE A KARA LA BAS A CAUSE DE LA FAIM , LA MALADIE MALGRÉ LEUR EFFORT. ALTERNANCE , ALTERNANCE., ALTERNANCE , ALTERNANCE AU TOGO .
58 Vodoua Lundi, 20 Avril 2020
N'importe quoi, ce faux partie ANC existe encore ? des vendu des hauts rangs. Ils n'ont même pas honte. Allez traduire le sanguinaire FAURE GNASSINGBÉ que vous soutenez dans lombre avec votre faux opposant JEAN PIERRE FABRE. hoooooooonami
57 Aklisso Lundi, 20 Avril 2020
Mes frères ne jouons pas de l hypocrisie dans cette histoire de solidarité.L opposition a appelé toute la classe politique à ne pas aller à l élection législative n est ce pas ?Est ce que Agbeyomé lui a écouté l appelle en ce temps?Non ?Fabre a été volé 2 fois de suite n est ce pas ?Qui a vu ou entendu Kpodjro sortir sa tête ou parler.Personne.Fabre a gardé la lutte jusqu'aujourd hui.Le grand frère Tchagnao a fait tout pour amener kpodjro à la raison mais hélas,tout simplement le dynamique comptait sur la complicité de l ONG et les 2 informaticiens Américains pour falsifier les résultats sur l ordinateur et après les publiés.Les faussaires sont tombés dans leur propre piège.
56 102 Lundi, 20 Avril 2020
VOUS LES TOGOLAIS VOUS ETES MINABLES

55 Tchao Lundi, 20 Avril 2020
wow monseigneur a encore frappé fort .Et enfin Ils se sont réveillés de leur long sommeil . BRAVO MONSEIGNEUR . Le peuple veut l alternance même l armée . Que notre premier ministre nomme rapidement les ambassadeurs
54 LA VICTIME Lundi, 20 Avril 2020
KPODZR avait lancé une souscription de sept milliards (7 000 000 000) de FCFA: qu'il en fasse donc un bilan; pourquoi n'a t-il pas utilisé ces ressources pour "Acheter" les leaders de l'opposition si c'est une affaire d'argent comme il le prétend?
Comment KPODZRO explique le "non accomplissement de sa prophétie"? N'est ce pas un bluff? Dieu serait-il acheté aussi pour ne pas réaliser ce qu'il a promis au Prélat! Depuis la Conférence Nationale dont il a voulu se servir comme tribune pour régler des comptes personnels inavoués, KPODZRO pollue l'environnement politique au Togo en faisant courir des rumeurs sur des uns et sur des autres.
Malgré notre foi de chrétien et malgré son âge qui devrait le faire hériter de la sagesse, comme Patrick LAWSON-BANKU, on a du mal à s'empêcher de dire que le Prélat KPODZRO ne dit pas la vérité, et ce délibérément. DOMMAGE

53 Gotti Lundi, 20 Avril 2020
Peuple Togolais,on a un autre combat,c'est de faire partir faure gnassingbé le voleur de l'élection au Togo. On a pas le temps pour nos frères de l'ANC. Mais cette forme d'oppression, d'étouffement politique c'est pour avantagé faure gnassingbé. Oui elle est très très abominable et suicidaire. Le peuple Togolais découvre la personnalité profonde de l'ANC. Fabre, on te rappelle que la souffrance du peuple Togolais est égarée. N'oublions pas que l'erreurs en politiques peuvent être fatale.
52 Saint Avlekete Lundi, 20 Avril 2020
Voyez vous comment vous vous dechirez, a cause de multipartisme de POISON, un systeme politique de DIVISION de colon que le negre instruit dans les ecoles occidentales a ramene en Afrique.

ANC, UFC, CAR, CDPA, UNIR, RPT, PNP

Asseyez-vous autour d'une table pour s'accorder sur un systeme politique africain pour le bien du peuple Togolais.

A bas le multipartisme de l'occident de POISON
51 Julsto Lundi, 20 Avril 2020
Je ne sais pas si ça vaut vraiment la peine que l'ANC s'intéresse à Kpodzro. Il y a longtemps que la santé mentale ou psychique de Monseigneur Kpodzro m'interpelait .
50 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 46-djantoloto
Le dynamique Kpodzro a travers Fulbert Attisso et Brigitte Adjamagbo doivent faire un communiqué clair appelant les autres leaders a l'unité d'actions sans dénigrer qui que ce soit. Mgr Kpodzro a fait de son mieux à cette étape-ci.

La jeunesse togolaise doit prendre la relève pour bouter dehors Faure le Nullard Timbré qui aurait eu 72,36% au 1er tour.
Togolais viens, bâtissons la Cité!
49 Chinois Lundi, 20 Avril 2020
Ce communiqué reste et demeure un torchon. Qui se sent morveux se mouche....Mgr je suis avec toi ....ce VIH Patrick pense nous intimider avec ce torchon... Agboyibor, Gnininvi, Edem paix à son âme. Gilchrist Et Fabre sont nos problèmes aujourd'hui... Ces messieurs sont politiquement nuls et ont gravement retardé le Togo... Une opposition de farceurs de voleurs de criminels bref pire que le régime Gnassingbe... Tôt ou tard moi je traduirais ces messieurs en justice..
Patrick ta plainte est perdue d'avance. C'est maintenant que toi et ton fabre vous allez vivre les réalités du saint siège...
Wait and see
48 Ezoguegue Lundi, 20 Avril 2020
Mr Patrick Lawson-Banku ferait mieux d'appeler tous ces partis,associations et sociétés civiles qu'il a mis en ampliation de soutenir le président démocratiquement élu que de faire ce cinéma.
En plus il a choisi la veille du soulèvement populaire du peuple
togolais pour arrachement de la victoire volée par le RPT-UNIR pour pondre cette connerie. Honte à vous!
Vous voulez ou pas, l'alternance est déjà acquise.
La lutte continue.
47 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 45-Atalolo
Il a tout donné à son âge mais il refuse d'être humble et rassembleur comme le christ!
46 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 43-El Niño
Parce qu'il reconnait la force politique de JPF et la popularité de l'ANC; et c'est cette force motrice qui manque à cette fichue de dynamique!!
45 Atalolo Lundi, 20 Avril 2020
Demain c'est un autre jour. Il faut que les Togolais comprennent que s' ils abandonnent le Président élu entre les mains des fraudeurs, ils payeront encore de leur vie pour des Années à venir.

Nous n' avons plus droit aux erreurs, alors Togo lève-toi pour la défense de la Nation.

Monseigneur Kpodzro a tout donné. Alors, qu' elle est ta contribution pour la Nation, jeunesse togolaise?
44 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 39-Comptage
Mgr Kpodjro a commis beaucoup d'erreurs et il refusé à se faire une autoflagellation! Et les autres ont tellement encaissé que arrivé à un moment ils explosent!!

Comprenez-vous un prélat qui sème la division et la haine bien avant les processus électoraux tout simplement parce qu'il cherchait à imposer quelqu'un comme candidat unique de l'opposition et qu'il a d'ailleurs baptisé tel avant de faire machine arrière et dire candidat de cette fichue dynamique?

Merde alors !!!!
43 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 37-djantoloto
Hummm. Pourquoi alors Mgr Kpodzro n'accuse pas Paul Apévon, Koussan, Agboyibor, Habia ou les gens de la société civile?

Laissons les politiciens parler entre eux. Il y a toujours eu des conversations et des négociations de couloir entre eux. Mgr Kpodzro doit définitivement se taire pour permettre l'union, l'harmonie et la sérénité entre Leaders politiques.
Vive le Togo libre
42 Aklisso Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 14-tt
Merci mon frère j ai compris.Si non cette manière de faire de la part de Kpodjro qui nous a retardé dans ce pays divisé pour régner.Ils ont fait exprès.Mettre des ordures sur Fabre pour faire avancer Agbeyomé.La grande complice n est autre que Fulbert Atisso.Ce mr Kpodjro nous doit des explications.
41 Tete Lundi, 20 Avril 2020
Les gens mauvais au Togo sont plus nombreux que les bon, C est pourquoi est dans cet etat de misere. C est triste. au lieu de mobiliser une seule force contre ce regime salaud .....
40 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 26-tché
Ce n'est pas une déclaration mais de l'humour!

Je ne sais pas ce que vous avez appris à l'école!!

Donc dans l'affaire des 48.000 euro c'est JPF et l'ANC qui ont pris les sous?

Mr Fulbert Attisso, Mme Adjamagbo Johson, Mr Antoine Folly, Mr Gogué Aimé, etc.., étaient où?

Par vos comportements sataniques, le Togo sera toujours gouverné par un clan satanique!

Parmi tous ceux qui accusent l'ANC et JPF il y a beaucoup des gens de l'ufc qui cherchent à prendre une revanche maladroite déjà perdue d'avance!!!!!
39 Comptage Lundi, 20 Avril 2020
Chers compatriotes Togolais, ce qui doit nous importer à l'heure où nous parlons, c'est comment faire pour arracher notre VICTOIRE. La dynamique KPODZRO doit aller de l'avant avec les autres sans leur jeter des pierres. Les autres aussi doivent comprendre que le PEUPLE a soif de l'alternance puis s'efforce à laisser passer: on verra après. Vous vous tirez dessus comme des enfants. Je suis étonné que l'opposition n'a pas appris de ses erreurs. Cependant, je les comprends en tant que humain, donc je ne les blâme pas. L'aspect spirituel n'est pas à occulter. Le salut peut venir au moyen d'un petit nombre comme d'un grand nombre, alors pas d'inquiétude à se faire. Nous sommes déjà vaccinés de ces genres de fausses notes éphémères. Dans cette affaire, il n'y aura pas de découragement avant d'être revenu avec la VICTOIRE, l'ALTERNANCE.

Dynamique KPODRZO et tous ceux qui aiment vraiment le Togo, allons, luttons sans relâche. Pas de distraction. Son Excellence Monsieur le Président Agbéyomé KODJO, nous sommes derrière toi.

Vive le Togo libre.
38 Koffi le Saint Lundi, 20 Avril 2020
Jusqu'à quand....?
37 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 32-Nash
Monsieur de l'ufc, cache ta tête!
36 @Mgr Kpodzro Lundi, 20 Avril 2020
@Mgr Philippe Kpodzro ferait mieux de s'occuper de la revendication de la transparence des urnes de son dauphin.
Même seul on peut revendiquer. Associer ces traitres opposants ou ces opposants
opportunistes qui ont tué complétement le togo depuis 1990, c'est voir même la fin de sa revendication.
Même si ils sont avec eux ils auront toujours une double bouche. C'est des paresseux qui ne veulent rien faire. Ils voient la politique au togo comme un business tres lucratif. Il suffit d'etre bien rodé en politique de trahisons. Alors que c'est le contraire dans les autres pays. Aussi Il faut tirer des lecons de Atchadam Ils l'ont complétement driblé, et c'est fini pour ce parti.
Si vous voulez vraiment reusissir la transparence des urnes de fevrier 2020 il faut se mettre seul au travail..
35 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 29-El Niño
Tout simplement parce que les kotokolis vont lui faire la peau et les musulmans iront brûler les églises!
34 GNAROU Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 29-El Niño
" La question est de savoir pourquoi Mgr Kpodzro n'insulte jamais Tikpi Atchadam?" Dixit elñino!

Un prêtre catholique qui va insulter un musulman !!
A SOTOUBOUA, on dit: " Même le fou connait la maison du chef" !!
S'il s' hasarde seulement, il finira decapité proprement ,la soutane accrochée a son crusifix !!

C'est FAURE qui vous laisse faire et vous l' insultez comme vous voulez .

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.
33 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Depuis 2013 jusqu'au mois de novembre 2019 Agbéyomé Kodjo n'a cessé de soutenir le régime sanguinaire de la famille Gnassimgné contre JPF et l'ANC!

Depuis juin 2019 jusqu'au 08 avril 2020 le prélat et son poulain n'ont cessé de dénigrer JPF et l'ANC!

Au vu de tout ça vous les togolais jugez que Agbéyomé Kodjo est un vrai opposant et que leurs attaques contre JPF et l'ANC sont bien fondées, n'est-ce pas? Pourquoi ne voulez-vous pas l'ANC exige du prélat des explications ?

La division vient de quel rang, de l'ANC ou de cette fichue de dynamique?

Au lieu que le prélat revendique la victoire de son candidat inspiré par le St Esprit, il s'attaque à judas qui est assis dans son coin et ne leur dit rien?

La force de judas est elle plus grande que la force de Jésus Christ? Est-elle plus grande que la force de l'Éternel?

Elle a tant besoin de la force de judas, cette maudite dynamique, hein?

Je vais vous dire un truc hein, la diversion vient plutôt de vous qui critiquez l'ANC et de l'aveu d'échec de cette dynamique gondolée!

Ce qui vous énerve c'est que le plus grand parti de l'opposition c'est l'ANC qui endosse des coups sans broncher malgré les dérives non justifiées de ce prélat!

Bientôt vous finirez par dire que c'est JPF qui a adressé des convocations à Agbéyomé!

32 Nash Lundi, 20 Avril 2020
Que L'Anc se dépêche bandes de gugusses, de zozos collaborateurs et eternels loosers.
Anc est vomie à Jamais avec ses mafieux tribu balises a tous des Lacs à sa tête
Anc. rpt unir blanc bonnet bonnet blanc. On vous attemd
31 De n'importe quoi Lundi, 20 Avril 2020
De n'importe quoi. Le togo est maudit pour toujour. Au faite c'est un parti politique qui devrait se cacher ou demander purement le pardon aux peuples togolais....Ils s'accrochent toujours á travers leur sale besogne, de m'importe quoi.....
30 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 22-Atalolo
Compatriote Atalolo, tu auras compris que Ici_Corrompus a encore supprimé mon message.
Jeunesse togolaise, réveillons-nous et faites-vous respecter par les mili-tarés. Vive le Togo.
29 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 20-djantoloto
Les togolais qui ont des preuves de la corruption de l'ANC et de son président ont 15 jours pour venir étaler cette preuve tangible sur la place publique... J'ai beaucoup aimé ce passage du communiqué.

Mgr Kpodzro ne rassemble pas. Les sorties de Philippe Kpodrzro sont contre-productives et nuisibles. Silence Mgr Kpodzro!

Nous voulons tous l'ALTERNANCE au Togo, mais pas dans la division. La question est de savoir pourquoi Mgr Kpodzro n'insulte jamais Tikpi Atchadam?
28 Saint Avlekete Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 21-Lucrece
Retenez ceci dans la vie: dès qu'un homme vous dit que c'est Dieu qui m'a dit de faire ceci ou cela, il faut le fuir.

hahahahaha

Vrai, merci Lucrece
27 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 22-Atalolo
Compatriote Atalolo. J'adhère au comportement silencieux de l'ANC et de Fabre. Imaginons, si Fabre était venu immédiatement au secours d'AMK, tous les togolais diront aujourd'hui que c'est Fabre qui a vendu la lutte. Maintenant que JP Fabre se tait, on l'accuse d'avoir pris de l'argent chez Faure. Que voulons-nous? Tikpi Atchadam est ou dans tout ça?

La jeunesse togolaise doit se réveiller et se battre aux cotés des politiques. Laissons les petites querelles de chapelles de coté.
Vive le Togo libre.
26 tché Lundi, 20 Avril 2020
ces farfelus d'ANC continuent de légitimer Faure Gnassingbe. Quelle preuve demandent-ils? ce n'est pas JPF qui avait déclaré qu'il est un habitué pour prendre l'argent du RPT/UNIR? dans l'affaire des 30 millions reçus chez Alasane ouatara, tous avaient nié dans un premier temps. mais, sous presion, tous avaient encore accepter ces allégations. bandes de voyoux et de traitres. le peupl,e vous connait maintenant. vous ne pouvez plus tromper comme avant.

Espèce
25 Adolph Dagan Lundi, 20 Avril 2020
Il faut que toutes ces organisations se joignent pour liberer le Togo plutot que de se jetter dans des querelles qui retardent le Togo.
Please laissons des accusations et des querelles pour joindre nos forces and liberer le Togo .
Le peuple souffre et se fatigue de vos querelles .
Merci .
24 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 5-Lucrece
Je comprends tout. Je ne permets pas aux togolais de dénigrer leurs concitoyens sur la base de fausses allégations. Si quelqu'un a les preuves de la corruption de l'ANC et de Fabre, que cette personne vienne déposer cette preuve sur la place publique. C'est tout. Mgr Kpodzro a beaucoup fait pour le Togo, mais il doit fermer sa bouche maintenant.

Maintenant, quand est-ce que votre Champion des 72,36% fera son investiture de la HONTE?
23 Tadjin Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 1-El Niño
Cher Ami
Si le prélat fait ces genres de sortie ce n'est pas un hasard c est très bien calculé pourquoi ? Lorsque le prélat dit qu'il a décidé de mettre les pieds dans le plat que ce soit du côté de Faure et de sa minorité mafieuse et les partis de l opposition c'est parce que il est arrivé à constater comme tout le monde que cette opposition est une opposition de façade depuis les années 90 chacun roule pour sa propre survie ou certains se croient au sommet et que les autres ont l obligation de les suivre coûte et coûte et qui doivent la fermer avec une arrogance déconcertante.
Une opposition qui fait la courbette à ce régime sanguinaire.
Il faut lire entre les lignes pour bien capter l intention de Msg Kpodjro en fait il est entrain de dynamiser cette opposition qui va d' echèc en échec pour des raisons connues afin de voir de nouvelles générations d hommes politiques surtout les jeunes qui ne feront plus les mêmes erreurs que leurs aînés. Il est entrain de préparer le terrain pour les futures générations politiques incorruptibles. Moi c'est ce que je vois.
Cette année 2020 ne sera plus la même que les années précédentes. La jeune génération sera intraitable. Prochainement je livrerai la liste de ces jeunes qui vont prendre la relève.
22 Atalolo Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 1-El Niño
Je crois que le mutisme de l' ANC est à l' origine de tout soupçon contre ce parti.

Cependant, je ne vois pas pourquoi la dynamique cherche des associés dans le rang des partis politiques qui ont montré leur limite.

D' ailleurs qu' est-ce qu'ils veulent de Fabre?

Je crois que cela revient aux Togolais de réclamer leur victoire par une descente populaire dans les rues sans la participation politicienne.

A mon avis, Fabre joue bien en observant attentivement (sans se mêler de ce qui se passe) après avoir reconnu la victoire de la dynamique.

Lui-même, incapable de réclamer ses victoires dans le passé, que peut-il faire pour un autre?
21 Lucrece Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 14-tt
Retenez ceci dans la vie: dès qu'un homme vous dit que c'est Dieu qui m'a dit de faire ceci ou cela, il faut le fuir. Cet homme là n'est rien d'autre qu'un imposteur et manipulateur car les Dieux sont très loin de nous.
20 djantoloto Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 1-El Niño
Merci beaucoup!

Le comportement de ce prélat est largement contraire à ce qui est écrit dans la Sainte Bible: il divise au lieu de rassembler; il sème la haine au lieu de promouvoir l'amour; il se complait dans l'arrogance au lieu de se faire humble!

Son comportement est à double tranchants:
1) soit des pressions extérieures se font sentir sur le régime et Faure laisse le pouvoir à Agbéyomé, éventualité problématique, et alors les togolais rendront gloire à Dieu d'avoir su inspirer le prélat par l'intermédiaire du St Esprit;

2) soit la messe est dite, Faure usurpe définitivement la victoire, et alors les togolais ne croiront plus à l'inspiration du St Esprit ce qui entrainera une perte de la foi chez les chrétiens et une désertion de l'église catholique!

De toutes les façons, le comportement du prélat sonne un aveu d'échec!


19 La vérité Lundi, 20 Avril 2020
*Bientôt les togolais auront les preuves des allégations diffamatoires. Le togolais ne cherche que les preuves pour rendre sa justice . Nous sommes à l'écoute des preuves pour enfin connaître la vérité et rendre la justice du peuple.*
18 Mobilisation Lundi, 20 Avril 2020
ANC est malade. Cela prouve que l'échec de RPT/UNIR = disparition de ANC. ANC fait tout pour légitimer RPT/UNIR au pouvoir
17 Angr Lundi, 20 Avril 2020
Hum ! Je me tue à vous dire sur cette plateforme que ce prélat est tout sauf un homme Dieu ! Il devrait se mettre au dessus de la mêlée !
Tout le monde a la dictature dans son sang . Comment un prélat peu se mettre à villipender les hommes politiques , juste parce-qu'ils ne suivent pas sa ligne de conduite . N'est ce pas que la liberté est une composante de la démocratie ! L'ANC est elle obligée de suivre votre ligne de conduite ? Votre vieillesse est vraiment un naufrage , Mr le prélat ! Ça reste le religieux le plus controversé de l'histoire moderne togolaise . Archevêque émerite indélicat !
16 Aklisso Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 11-Komla
Mon frère c est l unité du peuple qui apporte l alternance ok .Mr Kpodjro est un diviseur et un menteur.Depui 90 ce mr continue de diviser le peuple.Il y aura l alternance quand va confesser ses erreurs aux Togolais
15 Lucrece Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 13-Aklisso
Mon cher Aklisso, c'est dommage qu'au Togo on mélange la politique et la religion!

Mon coeur saigne.
14 tt Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 3-Aklisso
AKLISSO STP CALME TOI-FO PAS INSULTER-LES GENS ONT FAIT PLUSQUE TOI ICI SUR ICILOME-COM -ILS ST OU MAINTENAN?bleeeeewuuuussseee- PARTOUT DANS LE MONSDE LES RELIGIEUX ETANT AUSSI DES ETRES HUMAINS COMME TOUT LE MONDE FOND AUSSI LA POLITIQUE SURTOUT QUANG LES PEUPLES AFFAMES SONT TUES A CHAQUE FOIS QU IL VEUT RECCLAMER LEUR DROIT- KPOZRO EST TOGOLAIS ET PEUT AUSSI FAIRE LA POLIQUE COMME TOI QUI LAISSE DES MESSAGES ICI-
13 Aklisso Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 5-Lucrece
Seul les aveugles nés de naissance peuvent accepter la victoire imaginaire du dynamique ou un mr un discipline de satan dit être inspiré.On prend un voyou de long chemin et on l impose aux Togolais.celui la même qui est complice de la dictature et de la corruption.Si Kpodjro continue d insulter ,convoqué le à la justice et nous allons voir les mouches qui vont broncher .Un vieux qui ne respecte pas .kpodro est un danger au public
12 Ghanéen Lundi, 20 Avril 2020
Les enfants de Satan sont plus nombreux au Togo qu ailleurs. .
11 Komla Lundi, 20 Avril 2020
De l import qoi, ces gens sont fou? je me demande s' ils veulent reallement l alternance dans le pays. C est domage que ces genre de comportement viennent de ceux la que nous avions soutenir dans le passe.
ANC a perdu la tete. Notre ennemi commun est Faure qui ne veule pas laisser le pouvoir. Le vrai visage de ANC est connu, Fabre est responsable des problems que le Togo traverse maintement. Ils n avaient pas ecouter Gil Olympio pour une alternance paisible au Togo au temp de l accord UFC/RPT
10 Aklisso Lundi, 20 Avril 2020
Ils ne comprenaient pas.Quelqu un qui dit être choisi par Dieu pour amener la paix et réconcilier les togolais agir de la sorte? Pire ces évêques catholiques qui disent vouloir le soutenir ne disent rien.C est quoi ces bêtises.Je te dis mon frère ce dynamique et ses mrs seront tous dénudés.Je ne sais pas comment ils attribuent le nom de Dieu dans la manipulation humaine.A toi Lucrèce
9 tt Lundi, 20 Avril 2020
VOUS AVIEZ RECU LES 30 MILLIONS POUE SABOTER ET BLOCQUER LA REVOLUTION ROUGE DE TSIKPI OU PAS-REPONDEZ SVP-VOUS REPROCHER QUOI MAINTENANT A KPORZO: EXPLIQUEZ NOUS CA SVP ANC
8 uneopposition malade Lundi, 20 Avril 2020
Le moment est venu de faire comprendre aux togolais que c'est justement l'existence des partis poliliques qui retarde la fin du regime Eyadema auTogo.
pourquoi creer des partis politiques devant un regime dictatorial?
a quoi sert ces partis politiques?
l'existence des partis politiques arrange le regime pour crediter l'existence d'une democratie qui n'existe pas.
l'existence des partis politiques justement sert de bequille au regime pour montrer a l'opninon internationale une democratie qui n'existe pas .
apres autant d elections presidentielles vous leader de partis plotiques devriez deja comprendre qu'il faut dissoudre tous les partis politiques et creer un mouvement de lutte pour la liberation du Togo sous la baniere de societe civile et non de parti politique

Donc je prie tous les leaders a se rendre la ou ils ont cree et signe leur partis politiques de les dissoudre.
c'est completement absurde d'avoir des partis politiques devant un regime dictatorial

Salut
7 Tanga Lundi, 20 Avril 2020
A l' heure actuelle, ces gestes sont enfantins et depourvus de toute logique.
Le togo vie une autre phase de son histoire.
Seule la lutte libere!!!
6 gamessou Lundi, 20 Avril 2020
ANC arrêtez de vous en prendre au prélat, il dit tout haut ce que tout togolais sait . il n'est le premier á en parler . les 30000000 cfa en dit long sur votre magouille . Vous devriez en temps normal avoir honte de dresser cette lettre mais sachez très bien que sur les réseaux sociaux il y a des audios votre votre camp qui ont appuyé la révélation du prélat . Le prélat est avant tout un politicien et en plus un togolais donc ,il est habilité á défendre le peuple opprimé .
5 Lucrece Lundi, 20 Avril 2020
Réponse à 1-El Niño
Maintenant tu commences par comprendre! Votre prélat est dans un délire total.
4 Le Vrai Jay Vrai Bon Lundi, 20 Avril 2020
Betises !!!
3 Aklisso Lundi, 20 Avril 2020
Seul les aveugles nés de naissance peuvent accepter la victoire imaginaire du dynamique ou un mr un discipline de satan dit être inspiré.On prend un voyou de long chemin et on l impose aux Togolais.celui la même qui est complice de la dictature et de la corruption.Si Kpodjro continue d insulter ,convoqué le à la justice et nous allons voir les mouches qui vont broncher .Un vieux qui ne respecte pas .kpodro est un danger au public
2 Tadjin Lundi, 20 Avril 2020
Avez-Vous reçu oui ou non les 30 millions qui par la suite ont ébranlé les manifestations. ..? Nous voulons une réponse claire et nette avant de vous donner le coup de grâce.
1 El Niño Lundi, 20 Avril 2020
Mgr Kpodzro doit maintenant se taire et laisser les politiciens s'exprimer sur l'élection présidentielle. Il est vrai que les multiples sorties du prélat ne rendent aucun service a AMK. Je me demande pourquoi Mme Adjamagbo et Fulbert donnent ce genre de tribune au prélat de 91 ans. Le temps n'est plus a la division ni a la diversion.
Vive le Togo.
-------------------------------
Agbéyomé enlevé par la gendarmerie

Cette fois, Dr Kodjo n’a pas pu filer entre les doigts de la gendarmerie. L’ancien Premier ministre vient d’être enlevé par les hommes en uniforme, lourdement armés.

Le feuilleton « Régime RPT-UNIR versus Dynamique Kpodzro » a connu un autre épisode mouvementé ce mardi matin. Les forces de défense et de sécurité positionnées depuis hier nuit devant le domicile du Dr Agbéyomé Kodjo, ont finalement décidé ce matin de passer à l'assaut final.

Les militaires ont pénétré de force dans la maison, tiré des grenades lacrymogènes, défoncé les portes et passé tout le monde à tabac, avant de procéder à l’enlèvement du député Agbéyomé dans sa chambre puis le conduire à une destination inconnue.

Selon les informations, Mgr Philippe Kpodzro, le prélat de 90 ans, n’a pas pu supporter cette descente musclée des militaires. Il est tombé en syncope. Pour l’heure, l’on n’a aucune nouvelle sur son état de santé.

Notons que c’est ce mardi à 9 heures que le candidat Agbéyomé de la dynamique Kpodzro doit comparaître devant le Service Central de Recherches et d'Investigations Criminelles (SCRIC). Il est poursuivi pour atteinte à la sûreté de l’Etat, diffusion de fausse informations, etc.

Selon les dernières informations, Agbéyomé Kodjo a été conduit au Service Central de Recherches et d'Investigations Criminelles (SCRIC).

Fin donc de la saison 1 de la série Agbéyomé Kodjo avec son arrestation. La saison 2 commence alors avec la bataille judiciaire.

Godfrey A.

74 Le Soldat | Mardi, 21 Avril 2020 - 17:7
Réponse à 62-Lucrece

Moche Lucrece,

Ca fait seulement 3 ans que tu es dans le coin, ou ca fait 3 ans que tu as découvert internet?

Bon Arretes de sucer Gnarou, ce soldat sac a dos traine ici depuis la nuit des temps et toi tu saute dessus. Poua.

Bon On ne convoque pas un président élu a la gendarmerie. Mi n bou na mé lé douaméa?

C'est la fin du petit milégo de Lomé 2. Il a mis sa main dans le Q de la tortue.

J'en parlerai avec Macron au diner de ce soir, je crois qu'on a assez toléré ce petit voyou.

73 Hein? Vraiment? | Mardi, 21 Avril 2020 - 16:57
Réponse à 71-Et maintenant?
C'est bien cela, vous avez bien analysé la chose. C'est la deuxième place qu'ils veulent pour se joindre au tenants du pouvoir et continuer de piller ensemble le pays. Ils sont fâchés contre Atchadam de les avoir exposés et de les avoir sortis de là où ils s'enrichissaient de manière insolente sur le dos du peuple, et contre Monseigneur de les avoir privés de cette deuxième place. Je l'ai déjà dit, le RPT-Unir et l'ANC sont là l'un pour l'autre. Et maintenant, en avant le business et l'enrichissement illicite!
72 Hein? Vraiment? | Mardi, 21 Avril 2020 - 16:43
Réponse à 66-fantasmagoric
Ce n'est une prophétie, c'était juste un rêve.Je sais aussi que cela ne produira pas mais je me suis quand meme permis ce rêve. Toutefois pas pour la même raison que vous. Pour vous parce que vous comptez sur cette armée qui vous est dévouée corps et âme et l'utilisation d'une violence inouïe. Et pour moi, parce qu'il n'y a probablement aucun soldat patriote dans cette armée pour mettre fin à ce désordre, que l'opposition n'est là que pour son business et que nous le peuple nous ne méritons que ce qui nous arrive pour notre couardise hors paire. Voilà pourquoi ça ne se produira pas. Toutefois nul ne sait jamais!
71 Et maintenant? | Mardi, 21 Avril 2020 - 16:7
Réponse à 15-Kinaou
Belle analyse frère "Kinaou" à propos du parti ANC qui visiblement a manqué peut-être de tact dans cette affaire. Je ne veux pas m'attarder sur le fond de la sortie de Patrick Lawson. Certes le prélat de 91 ans est parfois très emporté par la passion et devient cassant. On savait qu'ils ne partiront jamais en vacances, lui et l'ANC depuis que JPF a publiquement révélé ce qui se jouait en coulisse lors d'un meeting, avec la question du choix du candidat. KPODZRO n'en voulait pas , ça c'était claire pour nous tous.

Mais cette affaire de "timing" de la déclaration gâche tout: Bon sang, sont-ils tombés sur la tête dans ce parti que j'ai toujours apprécié pour sa constance, et sa hauteur sur certains événements, ou racontars. Mais-là, c'est donner l'impression que le coup porté à Agbéyomé, "candidat arrivé devant avec UNIR", l'est en concertation avec L'ANC. Le parti au couleurs orange devant s'attaquer au front judiciaire au symbole qu'est monseigneur Kpodzro et le pouvoir s'occupe d'Agbéyomé: et plus personne ne parlerait de " Dynamique Kpodzro" ou de victoire Agbéyomé. Quelle répartition des rôles?

Bon Dieu, dites moi que j'ai tort de penser cela, et que tout cela n'est qu'un hasard. Fabre n'est pas sorti d'un long silence à la veille de l'arrestation programmé d'Agbéyomé, pour briser un éventuel élan de mobilisation , qui transcenderait les partis politiques, autour de ce monsieur. Déjà avant ce communiqué Manavi Amégnvi a fait une sortie acide lors d'une émission radio contre AAMK, qui circulait sur les réseaux, moquant "le candidat au carnet d'adresse fourni", ou qui aurait été "voté à 80% au sein de l'armée et qui appelle maintenant le peuple au secours". elle s'était même esclaffé"où est cette armée?". C'était peut être comme on dit, "de bonne guerre", mais c'était petit, dégoutant...parce que justement pour moi, c'est l'ANC!

C'est à se demander que veut au juste cette opposition? Veut-elle réellement l'alternance, aussi fortement comme le désire l'écrasante majorité des Togolais? Comment Fabre, Lawson, Améganvi et consorts peuvent-ils penser que les togolais qui ont accordé leur suffrage à cette Dynamique Kpodzro, sont moins lucides qu'eux, ou dépourvu de discernement?. Qui ne connait pas Agbéyomé au Togo? Pourquoi ressasser le passé du gars pour justifier ces errements? Un but est à atteindre et on demandait d'essayer d'y aller autrement, même si cet autrement peut s'appeler Agbéyomé: et c'est ce qui s'est passé! Les Togolais doivent-ils être "punis" à présent parce qu'ils n'ont pas placé l'ANC en son rang de 2ème?
Vous mettre maintenant ensemble pour donner en synergie, le dernier coup de boutoir et taire dans cette optique, un tant soit peu, vos égos surdimensionnés, vos querelles intestines et c'est cela qui paraît si difficile, même en plaçant l'intérêt du peuple fatigué de ce régime au-dessus de tout?
"Il y a un temps pour faire la guerre, et un temps pour faire la paix!". En écoutant les derniers appel répétés du présumé vainqueur au rassemblement de l'opposition pour cette cause, nous avons pu croire naïvement que cette maxime était aussi vérifiable pour une opposition,,,même togolaise. Mais, hélas...la nuit risque d'être encore bien longue!
70 Azui | Mardi, 21 Avril 2020 - 16:6
Réponse à 64-Allah
What laws are you referring to son of a bitch Allah? Are you mad or insane? Do you have any law in that country? Everything you do will be hunting you no matter what force you think you have. Remember this and you will be sorry one day. You are so nut and stupid than the word and have your child of prostitute staying that kind of language toward Dr Agbewome? Sick person. All of toy need psycho hospital
69 Et maintenant? | Mardi, 21 Avril 2020 - 16:6

Belle analyse frère "Kinaou" à propos du parti ANC qui visiblement a manqué peut-être de tact dans cette affaire. Je ne veux pas m'attarder sur le fond de la sortie de Patrick Lawson. Certes le prélat de 91 ans est parfois très emporté par la passion et devient cassant. On savait qu'ils ne partiront jamais en vacances, lui et l'ANC depuis que JPF a publiquement révélé ce qui se jouait en coulisse lors d'un meeting, avec la question du choix du candidat. KPODZRO n'en voulait pas , ça c'était claire pour nous tous.

Mais cette affaire de "timing" de la déclaration gâche tout: Bon sang, sont-ils tombés sur la tête dans ce parti que j'ai toujours apprécié pour sa constance, et sa hauteur sur certains événements, ou racontars. Mais-là, c'est donner l'impression que le coup porté à Agbéyomé, "candidat arrivé devant avec UNIR", l'est en concertation avec L'ANC. Le parti au couleurs orange devant s'attaquer au front judiciaire au symbole qu'est monseigneur Kpodzro et le pouvoir s'occupe d'Agbéyomé: et plus personne ne parlerait de " Dynamique Kpodzro" ou de victoire Agbéyomé. Quelle répartition des rôles?

Bon Dieu, dites moi que j'ai tort de penser cela, et que tout cela n'est qu'un hasard. Fabre n'est pas sorti d'un long silence à la veille de l'arrestation programmé d'Agbéyomé, pour briser un éventuel élan de mobilisation , qui transcenderait les partis politiques, autour de ce monsieur. Déjà avant ce communiqué Manavi Amégnvi a fait une sortie acide lors d'une émission radio contre AAMK, qui circulait sur les réseaux, moquant "le candidat au carnet d'adresse fourni", ou qui aurait été "voté à 80% au sein de l'armée et qui appelle maintenant le peuple au secours". elle s'était même esclaffé"où est cette armée?". C'était peut être comme on dit, "de bonne guerre", mais c'était petit, dégoutant...parce que justement pour moi, c'est l'ANC!

C'est à se demander que veut au juste cette opposition? Veut-elle réellement l'alternance, aussi fortement comme le désire l'écrasante majorité des Togolais? Comment Fabre, Lawson, Améganvi et consorts peuvent-ils penser que les togolais qui ont accordé leur suffrage à cette Dynamique Kpodzro, sont moins lucides qu'eux, ou dépourvu de discernement?. Qui ne connait pas Agbéyomé au Togo? Pourquoi ressasser le passé du gars pour justifier ces errements? Un but est à atteindre et on demandait d'essayer d'y aller autrement, même si cet autrement peut s'appeler Agbéyomé: et c'est ce qui s'est passé! Les Togolais doivent-ils être "punis" à présent parce qu'ils n'ont pas placé l'ANC en son rang de 2ème?
Vous mettre maintenant ensemble pour donner en synergie, le dernier coup de boutoir et taire dans cette optique, un tant soit peu, vos égos surdimensionnés, vos querelles intestines et c'est cela qui paraît si difficile, même en plaçant l'intérêt du peuple fatigué de ce régime au-dessus de tout?
"Il y a un temps pour faire la guerre, et un temps pour faire la paix!". En écoutant les derniers appel répétés du présumé vainqueur au rassemblement de l'opposition pour cette cause, nous avons pu croire naïvement que cette maxime était aussi vérifiable pour une opposition,,,même togolaise. Mais, hélas...la nuit risque d'être encore bien longue!
68 Saint Avlekete | Mardi, 21 Avril 2020 - 16:3
Réponse à 40-Lucrece
La liberation d'Agbeyome n'est pas vrai, Fake news, Sorry
67 Gotti | Mardi, 21 Avril 2020 - 15:57
On attache moins de prix à ce coup d'État de faure gnassingbé le petit voleur d'élection au Togo. Ce connerie, cette sauvagerie, ce terrorisme, cette criminalité du petit voleur d'élection au Togo faure gnassingbé est un trouble de comportement. Il nous trouvera sur sa route,le Togolais a le sentiment de vivre à l'enfer. Peuple Togolais, seule la révolution populaire, et l'embrasement qui peut te sauver. Agbéyomé Kodjo est notre président de la république du Togo. Président du peuple Togolais!
66 fantasmagoric | Mardi, 21 Avril 2020 - 15:38
Réponse à 63-Hein? Vraiment?
Détrompez-vous monsieur, votre prophétie: "quelqu'un" sortirait d'un chapeau. ..Et fusiller à la plage ne se produira pas.

Votre historique d'Abuja et autres personnalités sous régionales. Tout ce beau monde a appris à connaître les acteurs politiques inconséquents que vous êtes.

Le jour où des individus comme vous cesseront de prendre l'apatridisme comme argument politique et rentrer servir la nation togolaise. Là, vous verrez combien de patriotes vous suivront. Pour l'instant vous êtes d3s saltimbanques sur la place publique qui amusent la galerie comme votre Président virtuel !

Courage pour votre traversée du désert!
65 Gotti | Mardi, 21 Avril 2020 - 15:25
Voilà un coup d'État militaire contre le pésident du Togo Agbéyomé Kodjo.

64 Allah Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 31-vivra verra
Mon chers le destin est pour tout le monde . Nous sommes sur un terrain politique . Agbeyome ne carressait pas ses adversaires dans le sens du poil.

En plus il faut qu'il apprenne à respecter les lois de son pays dont il devrait être le garant .
63 Hein? Vraiment? Mardi, 21 Avril 2020
En 2005 lors de sa rencontre avec Olympio à Abuja, quand le bruit avait couru que Gnassingbe ne demandait que 10 ans à passer au pouvoir pour, dit-il, corriger les erreurs de son géniteur de père, je m'étais offusqué, très offusqué. Je m'étais dit que cela ne pouvait être vrai. Pour 10 ans seulement, on ne peut marcher sur 1000 à 1500 de ses compatriotes pour assouvir son dessein. Et puis, pourquoi devrait-on le laisser pour cela? Est-ce que cette tâche lui incombait? Et même si cette tâche lui incombait, il devrait aller aux élections et espérer être élu de manière propre; ce qui ne fut pas le cas. La question qu'on devrait lui poser devrait être celle-ci: 'on pensait que votre père était un messie et qu'il n'avait commis aucune erreur!'. J'avais alors conclu que Gilchrist Olympio était un piètre politique et un grand naïf.
Les faits aujourd'hui semblent me donner raison. Gnassingbe n'aura donc pas tenu parole! Ceux qu'il appelait à son aide quand il était en difficulté tels que Obansajo, Ouattara, Mahama pour ne citer que ceux-là en savent quelque chose. Ceux qui l'avaient aidé à capter le pouvoir et qui à un moment donné, avaient cru d'accéder au pouvoir à leur tour, ont été brutalement mis de côté. Bodjona et kpatcha Gnassingbe en savent quelque chose. Tidjani, lui, a eu moins de chance.
C'est pour vous dire que cet homme ne reculera devant RIEN pour garder le pouvoir. S'il va lui falloir de tuer ses propres enfants pour garder le pouvoir, il n'hésitera pas un seul instant. La démonstration vient de nous être faite encore ce matin.
Et c'est avec un tel personnage que les cadres d'un certain parti politique ont toujours fait leur business malsain sur le dos du peuple. Un certain «Djantoloto» que je soupçonne d'être un de ces cadres serait dans tous ses états parce que ne percevant plus ses millions mensuels de la honte. Allez-y maintenant, la voie est déblayée pour vous. Reprenez votre place de «deuxième force» du pays, ou de «chef de file» de je ne sais quoi, et continuez votre business. C'est parce qu'ils sont là que vous êtes là, et c'est parce que vous êtes là qu'ils sont là. Vous-vous complétez et vous-vous aidez. Au plus fort de la tentative de la revolution passée, n'avait-je pas constaté que le régime en place tenait absolument à avoir comme principal interlocuteur l'ANC au détriment du PNP qui fut pourtant à la base de cette révolution, allant jusqu'à traiter ce parti de «petit parti de l'opposition n'ayant pas encore fait ses preuves sur le terrain encore» quand bien même ce fut ce parti qui organisait des démonstrations géantes et monstres presque partout sur le territoire national quand «le plus grand parti» de l'opposition peinait à rassembler ne serait-ce qu'une trentaine de personnes pour marcher d' 'Akassime' à la plage? Continuez, continuez seulement messieurs et dames de l'ANC, le jour arrivera lorsque quelqu'un sortira de nulle part et lorsque vous y attendiez le moins et vous surprendra, ainsi que tout le monde d'ailleurs. Ce sera avec délectation de vous voir, en même temps que les tenants du pouvoir actuel, être proprement ligotés sur les poteaux un beau matin à la plage et vous fusiller comme il se doit. I cannot wait!

Pathetic losers!
62 Lucrece Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 58-GNAROU
GNAROU le vrai garçon! Moi je vous ai cru car je vous ai suffisamment lui pendant 3 ans durant pour savoir qui vous êtes.
Un adage dit que les moutons se promènent ensemble mais n'ont pas le même prix! Les togolais sur ce site devraient normalement profiter de votre présence sur ce site, mais hélas!

Salut
61 Etiko Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 58-GNAROU
Heureusement que Sotouboua continue d'être infecté par les chiens enragés. Hahaha bingo notre SDF on dit quoi???????
60 Etiko Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 57-Lucrece
Hihihi notre chihuahua ?? désœuvré et milicien des Gnassingbé a trouvé son is. Hahaha un véritable saprophyte qui dors toujours dans la même entrer-coucher avec son pépé et sa mémé.
59 Etiko Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 54-useless
Hihihi un chihuahua ?? désœuvré. Vraiment un useless. Cours vite succer l'ass de ton fraudeur. Une chose qui me contente c'est ti continues toujours de tirer le diable par la queue. Pis après les 54 ans des Gnassingbé ton village n'a même ni eau ni électricité ni école et ni dispensaire. Pshhhh a true useless.
58 GNAROU Mardi, 21 Avril 2020
J'ai dit ici depuis hier qu"on va le prendre aujourdhui et vous m'avez pas cru !!

Eh bien , on l'a pris !!!

Le reste, on s'en fout. Criez , explosez si vous voulez!
Le Togo avance .
Moi GNAROU, je parle et cela se realise tout simplement.

Le sieur AGBEYOME peut oublier son lit pour un moment....

Vive la republique!!

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.

57 Lucrece Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 49-fantasmagoric
Pourquoi le libérer après tous ces tracas? Il faut absolument le détenir jusqu'au jour de son procès!
Et il faut partir à la chasse et détention de ses acolytes qui se disent premier ministre, ministre des affaires étrangères, les Adjamagbo et Fulbert Attisso.... c'est quoi cette pagaille de marmaille!
56 Etiko Mardi, 21 Avril 2020
Hihihi un chihuahua ?? désœuvré. Vraiment un useless. Cours vite succer l'ass de ton fraudeur. Une chose qui me contente c'est ti continues toujours de tirer le diable par la queue. Pis après les 54 ans des Gnassingbé ton village n'a même ni eau ni électricité ni école et ni dispensaire. Pshhhh a true useless.
55 Lucrece Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 44-vivra verra
Où se trouve l'insulte dans mon posting #40? Je ne suis pas comme vous de l'opposition qui insultez à longueur de journée!
Va relire mon posting à tête reposée, d'accord?
54 useless Mardi, 21 Avril 2020
il aurait dû répondre à cette convocation accompagné de son/ses avocats (s) et il n'en serait pas arrivé là.
un vrai mec ne se cache pas il tient tête à son adversaire
53 AHLERAS Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 49-fantasmagoric
Ailleurs, la victoire serait restituee au peuple. On ne vole pas pour rester a ne rien faire pendant des decennies et laisser les gens devenir milliardaire tout en etant fonctionaire. Ailleurs, la CENI ne proclamerait pas un resultat fantoche et la Court Constitutionnelle ne validerait pas. Voila. Et comme tu l' as si bien dit, cela n' existe qu' au Togo.
52 useless Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 50-DANGBE
si tu sors et que tu te mets devant je te suivrai
espèce de poltron que tu sois, au lieu de venir débiter des conneries , mets toi en action plutôt comme ça tu inciteras les autres y compris moi à te suivre pour chasser ce régime morribond
51 useless Mardi, 21 Avril 2020
"Selon les informations, Mgr Philippe Kpodzro, le prélat de 90 ans, n'a pas pu supporter cette descente musclée des militaires. Il est tombé en syncope. Pour l'heure, l'on n'a aucune nouvelle sur son état de santé."
le veux du vieux est exhaussé comme il l'avait souhaité " on marchera sur mon corps"
50 DANGBE Mardi, 21 Avril 2020
Les togolais sont des poltrons. A part investiver, il y a rien ! C'est maintenant qu' il faut leurs rentrer dans le lard à ses bandits qui ont confisqué le pouvoir chez vous depuis 1963.
Dangbe Nestor de Cotonou
49 fantasmagoric Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 43-AHLERAS
Vous, votre compère El Nino et autres damnés de la terre, êtes soulagés que votre marionnette Agbeyome soit relaxé ou simplement interrogé. Il est à parier que s'il continue à faire du boucan, la prochaine fois ce sera pour de bon à l'ombre.

C'est seulement au Togo qu'on tolère de tels écarts. Ailleurs le problème serait réglé par des effaceurs aux trousses de nos fameux réfugiés apprentis guerriers!

Il est quasi certain que le virtuel Président élu Agbeyome est un spectre exhibé pour contenter Kpodzro and Co.

48 AHLERAS Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 47-NAIFS
Donnez nous notre victoire et c' est tout. Il peut calmer le jeu mais cela ne veut pas dire on renonce a la victoire. Il calmera le jeu lorsque l' autre cote sera aussi dans une logique de perdant.
47 NAIFS Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 41-El Niño
Si c'est vrai , il faut qu'il utilise cette libération pour calmer le Jeu et éviter une escalade inutile de ce problème .
Bien sur vous pouvez le pousser à jouer le héros et finir en prison . Mais sachez que seul lui et sa famille en souffriront et vous n'avez aucune chance dans cette épreuve de force . Vou ne le savez que trop bien . le reste c'est la bouche...
Moi je ne fais que donner un humble avis
46 Julsto Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 41-El Niño
Aucune maladie ne l'empêchera plus de se rendre soit même à la prochaine convocation. ????????
45 Diable Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 40-Lucrece
Avec Faure, qu' as-tu comme un souvenir de bien commun? Un lettré borné!
44 vivra verra Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 40-Lucrece
les gens ont insulté ici des anees durant. ils sont ou maintenant. calme toi. c est comme le wc. meme si tu es tres fort ou tu es tres riche tu ne peux pas rester toute la journee ds le wc. tu y reste slment klk minutes . donc n Insulte pas les gens ici stp
43 AHLERAS Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 41-El Niño
Merci compatriote. La lutte continue............ L' alternance est inevitable.
42 Editorialist amateur Mardi, 21 Avril 2020

TOUT CA POUR CA !!
41 El Niño Mardi, 21 Avril 2020
Le président élu AMK et son entourage sont libérés. Faure le Nullard Timbré ne fait que compliquer une équation très simple.
40 Lucrece Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 34-Saint Avlekete
Cela lui apprendra à obéir aux ordres des institutions qui incarnent l'Etat togolais.
Que tout le monde le sache bien: Agbeyome kodjo ne sera ni président de la République, ni chef de file de l'opposition!

Du n'importe quoi!
39 Fianfi Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 16-issifou
Il fut un temps c'était Agbéyomé le faux opposant, aujourd'hui c'est Jean-Pierre Fabre le faux opposant. Vous trompez qui au juste? Répondez moi svp
38 AHLERAS Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 34-Saint Avlekete
Les pressions ont eu raison. Etre jusqu' au boutiste n' a jamais aide. On va s' organiser autour du president elu pour le reste de la lutte.
37 Fausse information Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 34-Saint Avlekete
Fake new
36 Julsto Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 34-Saint Avlekete
Il est reparti à pieds ou avec Z?
35 Ghanéen Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 25-anc
Je crois que le nouveau premier ministre nommera très prochainement les nouveaux ambassadeurs
34 Saint Avlekete Mardi, 21 Avril 2020
Je viens d'apprendre qu'il est libere apres son interogatoire
33 @NAIFS | Mardi, 21 Avril 2020
@NAIFS si Kodjo est sûr de sa victoire et reclame la victoire des urnes je pense que c'est pas un crime. Si j'etais á sa place je preferais dormir en prison parce que je reclame est légitime et tout le monde á le plein droit de reclamer la transparence des urnes. Sinon ou allons nous au 21 eme siecle.... Quelque il faut le sacrifice de quelqu'un pour les autres jouissent que de jouer le jeux de crabe.... Je ne connais pas le CV de ce Mr. mais si il se sent Leser il est libre d'user de toutes moyens pour reclamer justice et transparence. Peu Importe si il est voleurs, asssins......
32 NAIFS Mardi, 21 Avril 2020
Tous ceux qui criaient . Maintenant AMK sera seul dans le malheur avec sa famille .
On vous expliquait que c'était pas la peine d'engagé une épreuve de force dans laquelle vous n'aviez aucune Chance de sortir victorieux , mais comme vous aimez les contes de fées vous avez continué de plus belle .
Eli Alipui à mis en garde votre barbu instituteur au Canada en lui disant que ces comportements vont amener un monsieur de 68 ans en Prison . Vous l'avez insulté
Le professeur Wolou a tenté de calmé le Jeu en disant qu il s'agit d'une question politique et en appelant les parties à la retenue avec l'espoir que AMK allait se calmer pour éviter la prison . Vous l'avez insulté .

le proplème du Togo c'est que nous sommes émotifs et n'aimont pas lés vérités rationelles et froides.
31 vivra verra Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 20-Allah
les gens ont fait plus que toi sur ce site ici. ils st ou maintenant? dc calme toi . les morts qui st sur le dos de rpt-urin te regarde toi et tes enfants
30 Allah Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 28-Togovi
Je vous avait dis ... Cherchez les armes ... erc. Où est la tienne et qu'en as tu fait avec ? Espèce de poltron cache dans son trou
29 Allah Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 26-EFIO DOU FIO
Mon cher , il n'y a pas que Faure , Katange , Yark ... qui ont des familles. Toi et tes amis qui s'en prendront a leurs familles en avez aussi bien la où vous êtes et au Togo . Je n'en dit pas plus
28 Togovi Mardi, 21 Avril 2020
Hihihihihi Togovi de retour je vous l'avais déjà dis à plusieurs reprises que seule les armes peuvent vous libérer togolais.dans la vie il y'a un temps pour tout. Un temps pour la guerre ,un temps pour construire.au lieu de perdre le temps et vos énergies pour les élections,cherchez à se doter de toutes sorte de matériels de combat.a bon entendeur salut togoviwo.
27 AHLERAS Mardi, 21 Avril 2020
On verra bien. Vous violez vos propres lois et tout le monde entier sait que les decisions juridiques viendront du palais presidentiel. Une autre bataille est engagee. Cela demontre ce que vous etes capable pour une conservation du pouvoir a tout prix. Seulement apres une troisieme convoquation et si la personne ne presente pas ou ne se fait pas represente qu' on parle de mandat de depot.
Ici, il s' est fait represente par ses avocats et comment un president elu peut etre enleve comme ca. On verra la suite du feuilleton. Je crois que vous n' allez pas gouverner ce pays.
26 EFIO DOU FIO Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 23-Allah
Je voudrais dire à allah
Que le deni trouve sa mort dans sa voracité. Faure vient de signer son arrêt de mort.
Partout où ils se pointeront lui kadanga , Yark et autre ils trouveront des togolais près à se sacrifier pour la cause.
Nous les harcèleront leurs familles comprises.
C'est maintenant que commence la vraie lutte.
À bon entendeur salut!
25 anc Mardi, 21 Avril 2020
Je crois que l ANC , Addi... etc. . fêtent actuellement la libération du peuple togolais hahahaaaass!!
24 KOKLOSSOU Mardi, 21 Avril 2020

A
Son Excellence
Monseigneur Philippe Fanoko KPODZRO
Archevêque Emérite de Lomé
Excellence,
Votre intrusion dans la vie des partis politiques et dans le débat politique, vos incessantes prises de position nous font obligation de vous adresser cette lettre.

Le mercredi 08 avril 2020, en pleine semaine sainte, dans un pays où toute la chrétienté était totalement en prière, dans l'attente de la célébration de la résurrection du Christ, au moment où l'attention des Togolais est focalisée sur la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19, oublieux de votre statut de pasteur du Christ, vous avez cru bon de tenir une conférence de presse, consacrée à la situation postélectorale, au domicile de votre candidat à l'élection présidentielle, Monsieur Agbéyomé Messan KODJO.



Vous avez déclaré en substance que tous les leaders politiques de l'opposition, sans exception, ont reçu de l'argent de Faure Gnassingbé. Selon vous, c'est ce qui explique leur silence face à vos multiples appels pour soutenir la « victoire » de votre candidat. Vous avez ajouté que la lutte de libération du Togo des griffes des Gnassingbé, pâtit de la corruption des leaders de l'opposition, depuis l'époque de Gnassingbé Eyadéma.


Cette accusation est la dernière en date d'une série d'agressions que vous ne cessez de perpétrer depuis plusieurs mois, contre l'ANC et son président national, Jean-Pierre Fabre. En effet :
le 26 juin 2019, à 4 jours des élections locales, en l'Eglise catholique d'Adidogomé, lors de l'homélie de ce que vous avez appelé « messe d'intercession », dite pour le reliquat de la C14, vous vous êtes lancé dans une violente diatribe contre l'ANC et son président, allant jusqu'à les qualifier de « judas, traitres, insupportables qui maltraitaient tous les autres, corrompus qui s'en mettent plein les poches, qui ne méritent pas la confiance que le peuple leur témoigne, » etc.
Quelques semaines après cette agression incompréhensible et pour montrer que le Président de l'ANC est bien dans votre viseur, vous n'avez pas hésité à prétendre, au cours d'une émission sur une radio, que le Président de l'ANC vous a déclaré : « L'unité de l'opposition passera sur mon cadavre ».
Courant février 2020, au cours de la campagne électorale de la présidentielle du 22 février 2020, vous avez déclaré : « Jean-Pierre Fabre n'aime pas son pays. Il n'aime que lui-même. ». Réflexion relayée par tous les médias nationaux et internationaux dont TV5.
Lors de conférences de presse, pendant des réunions avec le reliquat de la C 14, la société civile ou des personnalités, vous n'hésitez pas à qualifier Jean-Pierre Fabre de cupide, simplement attiré par les 70 millions du financement public de la campagne électorale, d'arrogant à l'égo surdimensionné, d'insolent irrespectueux de l'âge de ses interlocuteurs, de Satan, etc.
Nous pouvons multiplier ses exemples à loisir.
Quoique choqués, indignés, révoltés par ces insultes et affabulations, l'ANC et Jean-Pierre Fabre n'ont jamais voulu réagir à vos propos malveillants et calomnieux qui sont pourtant d'une extrême gravité. Par respect pour l'Eglise catholique, par respect pour votre statut d'Archevêque émérite de Lomé, par égard à votre titre d'ancien président de la Conférence Nationale Souveraine, et enfin par respect pour votre grand âge. Estimant que le temps vous ramènera nécessairement sur la voie de l'objectivité, de la sagesse et de la vérité.

Malheureusement, il n'en est rien, puisque, lors de la conférence de presse tenue par les membres de votre groupe, le 08 avril 2020, vous avez considéré l'attitude de l'ANC comme un aveu de culpabilité ou à tout le moins, une faiblesse.

Monseigneur, vous vous trompez. Nous ne nous taisons pas parce que nous nous sentons coupables d'un quelconque manquement à l'éthique. Notre silence concernant vos insultes avant l'élection présidentielle, et face à vos appels à la mobilisation après cette élection, est un signe de dignité, de sérénité et la manifestation de notre confiance en nous. Une attitude fondée sur le respect des valeurs cardinales de notre lutte : vérité, conviction et persévérance.
Vos propos du 08 avril 2020, illustrent clairement la situation d'une personne en détresse, qui se débat en cherchant par tous les moyens, à user de dilatoire et à faire diversion. La pseudo corruption des responsables de l'opposition ne peut nullement expliquer le non accomplissement de votre prophétie.
Vous ne pouvez pas continuer d'abuser de votre position dans la haute hiérarchie de l'Eglise catholique et du statut d'autorité morale que cela vous confère, pour manipuler les populations en diffamant d'honnêtes citoyens qui ont sacrifié leurs vies à une cause que vous prétendez partager.
Le président de l'ANC n'a jamais rencontré seul ni Gnassingbé Eyadéma ni Faure Gnassingbé en tête-à-tête, encore moins reçu le moindre centime d'eux ou du pouvoir en place.
Puisque vous persistez à le traiter de corrompu, qui s'en met plein les poches, nous nous voyons contraints d'exiger que vous produisiez sous quinzaine, à compter de la réception de cette lettre, la preuve de vos accusations. Passé ce délai, nous nous verrons dans la triste obligation de vous demander de produire ces preuves devant la hiérarchie de l'Eglise catholique ou, à défaut, devant les tribunaux.
Il nous est difficile de comprendre que la haine que vous nourrissez à l'égard de notre parti et de son leader procède de leur seul refus de se soumettre à vos diktats que rien ne justifie, notamment votre volonté d'imposer à des partis politiques régulièrement constitués, le candidat que vous aurez désigné.
Au nom des militants et sympathisants de notre parti, qui ne cessent de consentir d'énormes sacrifices au service de la cause que défend l'ANC, une cause qu'ils estiment juste et pour laquelle ils se mobilisent au péril de leur vie, au nom de nos camarades victimes de la violence du régime RPT/UNIR, par devoir de vérité au peuple togolais martyr, nous vous prions d'apporter la preuve de vos allégations. Rendez-leur justice, rendez-leur leur dignité en répondant à notre demande.Pour vous qui avez commémoré, en décembre 2019, 60 ans de vie sacerdotale, est-il encore besoin de rappeler l'un des dix commandements de la Bible, Deutéronome (5, 16 et s.) : « Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain. » ?Veuillez agréer, Excellence, l'expression de nos salutations distinguées.
Pour le Bureau National
Le Vice-Président
Patrick LAWSON-BANKU

Cc :
Conférence des Evêques du Togo
Président de la Conférence des Evêques du Togo
Archevêque de Lomé
Nonce Apostolique au Togo
Présidente de l'Eglise Méthodiste du Togo (EMT)
Modérateur de l'Eglise Evangélique Presbytérienne du Togo (EEPT)
Confédération des Eglises de toute l'Afrique
Président de l'Union Musulmane du Togo (UMT)
Conseil Suprême des Imams du Togo
ADDI
CAR
FDR
MCD
Les Démocrates
Le Parti des Togolais
PSR
Santé du Peuple
UDS-Togo
Espérance pour le Togo
Togo Debout.
NB: NOUS EXHORTONS L'ANC ET LES PARTIS DE L'OPPOSITION AU PARDON ET A LA réconciliation.
23 Allah Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 18-Aklisso
Tout simplement que la mystification est terminée . Du Saint Esprit a marcher sur son cadavre , kpodzro a mystifier tous ses adeptes naïfs qui ont tous cru au miracle . Faure est né un 06/06/1966 ( 6666 ) . Qui comprend comprendra
22 Ghanéen Mardi, 21 Avril 2020
Que le 1er ministre nomme rapidement les embassadeurs. A commencer par les ???? . On va voir si effectivement faure a gagné ou pas.
Je lance un appel pressant au nouveau Premier d e n ommer les embassadeurs..faure a volé la victoire du peuple.
21 Kombaté Mardi, 21 Avril 2020
Togolais où sont ces diplomates tant ventés,ou est la population qui a voté à 67% ? Je laisse tout le monde répondre à cette question .Et le premier ministre avec sa barbe de Shaolin?Il attend quoi pour jouer son rôle diplomatique? Tout ça pour ça
20 Allah Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 11-MOUMOUNI
Mon cher , ce journaleux a eu la chance de ne pas se trouver chez cet Agbeyome. Mais son tour viendra .

Ceci dit j'ai écouté les élucubrations pathlétiques de Monsieur Kpodzro. Heureusement que les forces de sécurité ont soigneusement évité de marcher sur son cadavre pour arrêter Agbeyome. Ses partisans se chargeront de son cadavre le moment venu .

Quant à Agbeyome , on ne défie pas impunément un état . S'il n'a rien a se reprocher , il devait aller s'expliquer a la gendarmerie qui la convoqué . Vouloir faire le dos rond était une sorte de défiance qui se paie cash .
19 Allah Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 11-MOUMOUNI
Mon cher , ce journaleux a eu la chance de ne pas se trouver chez cet Agbeyome. Mais son tour viendra .

Ceci dit j'ai écouté les élucubrations pathlétiques de Monsieur Kpodzro. Heureusement que les forces de sécurité ont soigneusement évité de marcher sur son cadavre pour arrêter Agbeyome. Ses partisans de chargeront de son cadavre le moment venu .

Quant Agbeyome , on ne défie pas impunément un état . S'il n'a rien a se reprocher , il devait aller s'expliquer a la gendarmerie qui la convoqué . Vouloir faire le dos rond était une sorte de défiance qui se paie cash .

18 Aklisso Mardi, 21 Avril 2020
Vous voyez que Kpodjro a menti au peuple togolais.Dieu rappela à Moise.Moise,Moise qu est ce que tu as dans tes mains? Ce dernier réponda !!! Batton ,Dieu lui dit point Le à la mer ?? voilà la puissance de celui qui t envoie ou qui te choisi pour une mission.Je voulais que les journalistes nous disent qu'il s est passé quelques choses d incroyable au moment où la gendarmerie est rentrée dans la maison d Agbeyomé en présence de Kpodjro mais hélas.Qu ils nous disent que les portes étaient ouvertes mais difficile de pénétrer dans la maison ??.Toujours il faut respecter l autorité car il n y a aucune que Dieu ne connaisse pas .Fin du premier épisode
17 Victor Mardi, 21 Avril 2020
Une bonne nouvelle, on devrait prendre aussi son chef Kpodzro avec lui
16 issifou Mardi, 21 Avril 2020
Pauvre Agbeyomé! Il s'est laissé précipiter dans la gueule du loup par des revanchards faux opposants. Heureusement pour lui comme les loups ne se bouffent pas, espèrons qu'il s'en sortira avec plus de peur que de mal.
15 Kinaou Mardi, 21 Avril 2020
L'ANC DÉÇOIT !!!

Rien qu'à la lecture de l'introduction de la lettre de Lawson à l'évêque, on est estomaqué! On ne voit plus la posture de la victime diffamée qui légitimement, cherche à défendre un certain honneur. Mais, un règlement de compte, sans détours! Du coup, la suite qui est censée être plus structurée, n'a plus aucune saveur pour le lecteur.

"Votre intrusion dans la vie des partis politiques et dans le débat politique, vos incessantes prises de position nous font obligation de vous adresser cette lettre.
Le mercredi 08 avril 2020, en pleine semaine sainte, dans un pays où toute la chrétienté était totalement en prière, dans l'attente de la célébration de la résurrection du Christ, au moment où l'attention des Togolais est focalisée sur la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19, oublieux de votre statut de pasteur du Christ, vous avez cru bon de tenir une conférence de presse, consacrée à la situation postélectorale, au domicile de votre candidat à l'élection présidentielle, Monsieur Agbéyomé Messan KODJO."

Comment Patrick Lawson que je prenais pour un sage de ce parti, a pu écrire une telle connerie devant l'histoire!
Car, tout le Togo, sait qu'il s'agit là du plan que nourrit la junte au pouvoir, en envoyant à maints reprises, la soldatesque chercher Agbéyomé. Ils comptent en effet sur le plan Covid19 et ses contraintes imposés pour briser l'élan soulevé par la Dynamique Kpodzro. Les sécurocrates du régimes qui ont sûrement cocoté ce plan d'arrestation, comptent ainsi s'assurer qu'aucune mobilisation ne pourrait être possible, du fit de la crise sanitaire, ni en direction de la presse et de l'opinion publique, ni en ce qui concerne les populations ayant voté pour le candidats que Patrick Lawson (himself!), nous a signalé par voie de comminiqué, "en tête du scrutin avec le candidat de l'UNIR."!

Bref, les mêmes arguments que reprend ici, sans sourciller, le Vice président de l'ANC...Mieux, dans ses propos, aucun mot de dénonciation de la manœuvre en cours par le pouvoir, aucun mot de compassion pour le candidat en question, aucune condamnation de l'agression" qui a provoqué la "riposte" en conférence de presse. Du moins, aucun mot pour pointer d'abord, l'irresponsabilité de l'appareil répressif du pouvoir qui a d'abord (pour citer Lawson), "en pleine semaine sainte, dans un pays où toute la chrétienté était totalement en prière, dans l'attente de la célébration de la résurrection du Christ, au moment où l'attention des Togolais est focalisée sur la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19" (sic!), choisi de déverser un bataillon de militaires (bonjour les mesures barrières!) pour assiéger un responsable politique. On hallucine! C'est plutôt à monseigneur Kpodzro, qu'il est reproché d'essayer de mobiliser par tous moyens dans ce contexte difficile, la population pour la défense du vote. Où est même le semblant d'équité, de jugeote dans cette observation?

Ah bon? Ainsi donc pour l'ANC championne des résistances post-électorales, la Dynamique Kpodzro ainsi acculée par l'adversaire, qui savait très bien ce qu'elle faisait, ne devrait même pas esquisser de timides actions de défense ou de dénonciation,? AMK devait juste se laisser cueillir quoi?

Comment face à de telle postures, si Le pouvoir FAT-RPT'UNIR parvenait à ses fins, avec l'embastillement de Agbéyomé, (voire, son élimination physique), ne pas donner raison à tous ceux qui pensent qu'il y a une alliance objective entre l'ANC et le Pouvoir ?
Et finalement, même si objectivement, au départ je peux penser que l'ANC est fondé de répondre au prélat, que dire du timing choisi pour le faire? Comme l'énumère si bien ce cher Patrick Lawson à coup de dates archivées, pourquoi s'être tu par sagesse jusqu'ici, et pourquoi cette sortie maintenant et à ce moment là? Venant d'un si grand parti, qui peut croire que cela est fortuit?
Finalement, entre l'amateurisme politique et de la sorcellerie tout court, ou les deux combinés, tout un chacun peut se faire sa religion!
14 El Niño Mardi, 21 Avril 2020
Réponse à 3-Comptage
Merci Compatriote. Faure fait tout ce cinéma mais il sera obligé de laisser sortir AMK qui viendra s'asseoir sur son trône.
Nous avons assisté à des méthodes de bandits de grand chemin ce matin.
Togolaises, togolais, levons-nous et réclamons notre victoire.
13 Diable Mardi, 21 Avril 2020
Je crois que l' ANC et ses compagnons d' opposition boiteuse s' émerveillent!
12 Diable Mardi, 21 Avril 2020
Je crois que l' ANC et ses compagnons d' opposition boiteuse à émerveillent!
11 MOUMOUNI Mardi, 21 Avril 2020

Un journaliste qui ne connait pas la difference entre une arrestation et un enlevement .




10 1 Mardi, 21 Avril 2020
Dix jours pour le voleur, et un jour pour le propriétaire, et enfin.
9 de n'importe quoi Mardi, 21 Avril 2020
Oui, c'est clair, c'est tout ce proupe d'opposants oppornuiste et paresseux qui von s'en rejouir....
C'est une bonne noulle pour eux- Ils vont appeller pour beneficier encore des milliers d'envoloppe. Tout le monde se frotte les mains vive l'opposition Opportuniste vive le togo.....
8 1 Mardi, 21 Avril 2020
Dix jours pour le voleur, et un jour pour le propriétaire, et enfin.
7 kiki Mardi, 21 Avril 2020
HAHAHAH
6 Nash Mardi, 21 Avril 2020
C'est fabre et son anc qui se frotteront pour avoir aidé le rpt unir. Mais Dieu vous vois .Rira bien qui rirle dernier. Président Agbeyome et le Patriarche Monseigneur vous etes quelque soit l'issue à tout jamais les HEROS et MARTYRS.du peuple.
L'histoire retiendra et Dieu veille. La lutte populaire est invecible
5 PIF Mardi, 21 Avril 2020
Je ne suis pas pour ce qui s'est fait jusque là en politique au Togo mais l'adage populaire qui dit que «tout se paie ici bas» s'applique en ce moment à Mr. Agbeyome. Il a organisé, soutenu et vécu avec ce groupe inhumain. Agboyome fut minister de l'intérieur, premier minister qui a fait la même chose qu'il subit présentement avec d'autres, bref.... Mon pauvre pays où tout est à l'enver. Je ne comprends plus rien. Pauvres de nous Togolais! Qui viendra a notre secour?
4 Tanga Mardi, 21 Avril 2020
Notre president elu le Dr Agbeyome Kodj va bientot sortir meme aujourd' hui!!!
3 Comptage Mardi, 21 Avril 2020
Merci cher compatriote journaliste pour cette information capitale. Le mal ne régnera pas toujours. C'est la FIN du règne autoritaire au Togo. Le Président Agbéyomé KODJO viendra s'asseoir sur le trône que le PEUPLE lui a conféré.

Vive le Togo libre.
2 Beret Rouge Mardi, 21 Avril 2020
Agbeyome veut il preter serment a la gendarmerie?
1 2 Mardi, 21 Avril 2020
Cela ne choque personne. C'était prévisible.

Bataille judiciaire ? Vous êtes sérieux là ? La justice n'existe pas et ici au Togo n'y pensons même pas. Disons adieu à ce mouvement qui a pendant au moins quelques semaines fait "rêver les togolais".

Que le feuilleton continue.

 

 

Voici à quoi ressemble le domicile d’Agbéyomé Kodjo après le passage des militaires

 

Arrestation d’Agbéyomé : La dynamique Kpodzro invite les Togolais à rester mobilisés

Les réactions fusent de partout après l’interpellation musclée du député Agbéyomé. A la dynamique Mgr Kpodzro, l’on condamne la « violence inouïe » dont les forces de défense et de sécurité ont fait preuve au domicile de l’ancien Premier ministre avant de procéder à son arrestation.

« Les forces de défense et de sécurité ont cassé le portail d’entrée, défoncé les portes internes de la maison, passé à tabac les résidents qu’elles ont étalés à plat ventre sur la route, menottes aux poings, et tous ont été embarqués en direction du SCRIC. Toutes ces personnes innocentes arrêtées et malmenées, une quarantaine environ, dont la plupart n’ont rien à avoir avec la politique, sont gardées à vue », peut-on lire dans le communiqué signé par Fulbert Attisso, Directeur de campagne du député Agbéyomé à la présidentielle du février 2020.

La dynamique élève une vive protestation contre cette « arrestation arbitraire et injuste » du Dr Kodjo, « président démocratiquement élu » à la dernière présidentielle, des membres de sa famille et de tous ceux qui se trouvaient à son domicile au moment des faits.

« La dynamique condamne la violence exercée sur les résidents et l’humiliation qui leur a été faite par les forces de défense et de sécurité », poursuit le communiqué.

Par ailleurs, la dynamique rassure les populations que l’archevêque émérite Mgr Philippe Kpodzro « se porte bien malgré le traumatisme que la violence féroce des forces de défense et de sécurité a pu lui causer et contrairement aux informations publiées ».

Tout en félicitant les avocats du député Agbéyomé Kodjo pour le travail abattu, la dynamique demande aux Togolais de l’intérieur et de la diaspora de rester mobilisés jusqu’à la victoire de l’alternance.

Godfrey

 

 

Arrestation d’Agbéyomé : La dynamique Kpodzro invite les Togolais à rester mobilisés

 

Agbéyomé enlevé par la gendarmerie

Cette fois, Dr Kodjo n’a pas pu filer entre les doigts de la gendarmerie. L’ancien Premier ministre vient d’être enlevé par les hommes en uniforme, lourdement armés.

Le feuilleton « Régime RPT-UNIR versus Dynamique Kpodzro » a connu un autre épisode mouvementé ce mardi matin. Les forces de défense et de sécurité positionnées depuis hier nuit devant le domicile du Dr Agbéyomé Kodjo, ont finalement décidé ce matin de passer à l'assaut final.

Les militaires ont pénétré de force dans la maison, tiré des grenades lacrymogènes, défoncé les portes et passé tout le monde à tabac, avant de procéder à l’enlèvement du député Agbéyomé dans sa chambre puis le conduire à une destination inconnue.

Selon les informations, Mgr Philippe Kpodzro, le prélat de 90 ans, n’a pas pu supporter cette descente musclée des militaires. Il est tombé en syncope. Pour l’heure, l’on n’a aucune nouvelle sur son état de santé.

Notons que c’est ce mardi à 9 heures que le candidat Agbéyomé de la dynamique Kpodzro doit comparaître devant le Service Central de Recherches et d'Investigations Criminelles (SCRIC). Il est poursuivi pour atteinte à la sûreté de l’Etat, diffusion de fausse informations, etc.

Selon les dernières informations, Agbéyomé Kodjo a été conduit au Service Central de Recherches et d'Investigations Criminelles (SCRIC).

Fin donc de la saison 1 de la série Agbéyomé Kodjo avec son arrestation. La saison 2 commence alors avec la bataille judiciaire.

Godfrey A.

 

 

Agbéyomé enlevé par la gendarmerie

L'ANC s'apprête à traduire Mgr Kpodzro devant la hiérarchie de l'Eglise ou en justice

L'Archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a, lors d'une conférence de presse animée au domicile du candidat de sa dynamique la semaine dernière, accusé les autres leaders politiques de l'opposition d'avoir reçu de l'argent du régime RPT/UNIR. C'est pourquoi, selon lui, ils ne soutiennent pas Agbéyomé Kodjo dans sa revendication de la victoire du peuple togolais. Des propos que n'ont pas aimé beaucoup de leaders de l'opposition. L'Alliance nationale pour le changement (ANC), également indignée par cette sortie, saisit le prélat à travers cette lettre. Lecture !

Lomé, le 16 avril 2020

Le Vice-Président N° 20-119/ANC/ BN-SG

Frères, vous savez bien qu’un peu de levain suffit pour que toute la pâte fermente. Purifiez-vous donc des vieux ferments et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes comme le pain de la Pâque, celui qui n’a pas fermenté. Voici que le Christ notre agneau pascal a été immolé. Célébrons donc la Fête, non pas avec de vieux ferments : la perversité et le vice, mais avec du pain non fermenté : la droiture et la vérité. Corinthiens 5, 6-8

A Son Excellence
Monseigneur Philippe Fanoko KPODZRO
Archevêque Emérite de Lomé

Excellence,

Votre intrusion dans la vie des partis politiques et dans le débat politique, vos incessantes prises de position nous font obligation de vous adresser cette lettre.

Le mercredi 08 avril 2020, en pleine semaine sainte, dans un pays où toute la chrétienté était totalement en prière, dans l’attente de la célébration de la résurrection du Christ, au moment où l’attention des Togolais est focalisée sur la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19, oublieux de votre statut de pasteur du Christ, vous avez cru bon de tenir une conférence de presse, consacrée à la situation postélectorale, au domicile de votre candidat à l’élection présidentielle, Monsieur Agbéyomé Messan KODJO.

Vous avez déclaré en substance que tous les leaders politiques de l’opposition, sans exception, ont reçu de l’argent de Faure Gnassingbé. Selon vous, c’est ce qui explique leur silence face à vos multiples appels pour soutenir la « victoire » de votre candidat. Vous avez ajouté que la lutte de libération du Togo des griffes des Gnassingbé, pâtit de la corruption des leaders de l’opposition, depuis l’époque de Gnassingbé Eyadéma.

Cette accusation est la dernière en date d’une série d’agressions que vous ne cessez de perpétrer depuis plusieurs mois, contre l’ANC et son président national, Jean-Pierre Fabre. En effet :

- le 26 juin 2019, à 4 jours des élections locales, en l’Eglise catholique d’Adidogomé, lors de l’homélie de ce que vous avez appelé « messe d’intercession », dite pour le reliquat de la C14, vous vous êtes lancé dans une violente diatribe contre l’ANC et son président, allant jusqu’à les qualifier de « judas, traitres, insupportables qui maltraitaient tous les autres, corrompus qui s’en mettent plein les poches, qui ne méritent pas la confiance que le peuple leur témoigne, » etc.

- Quelques semaines après cette agression incompréhensible et pour montrer que le Président de l’ANC est bien dans votre viseur, vous n’avez pas hésité à prétendre, au cours d’une émission sur une radio, que le Président de l’ANC vous a déclaré : « L’unité de l’opposition passera sur mon cadavre ».

- Courant février 2020, au cours de la campagne électorale de la présidentielle du 22 février 2020, vous avez déclaré : « Jean-Pierre Fabre n’aime pas son pays. Il n’aime que lui-même. ». Réflexion relayée par tous les médias nationaux et internationaux dont TV5.

- Lors de conférences de presse, pendant des réunions avec le reliquat de la C 14, la société civile ou des personnalités, vous n’hésitez pas à qualifier Jean-Pierre Fabre de cupide, simplement attiré par les 70 millions du financement public de la campagne électorale, d’arrogant à l’égo surdimensionné, d’insolent irrespectueux de l’âge de ses interlocuteurs, de Satan, etc.

Nous pouvons multiplier ses exemples à loisir.

Quoique choqués, indignés, révoltés par ces insultes et affabulations, l’ANC et Jean-Pierre Fabre n’ont jamais voulu réagir à vos propos malveillants et calomnieux qui sont pourtant d’une extrême gravité. Par respect pour l’Eglise catholique, par respect pour votre statut d’Archevêque émérite de Lomé, par égard à votre titre d’ancien président de la Conférence Nationale Souveraine, et enfin par respect pour votre grand âge. Estimant que le temps vous ramènera nécessairement sur la voie de l’objectivité, de la sagesse et de la vérité.

Malheureusement, il n’en est rien, puisque, lors de la conférence de presse tenue par les membres de votre groupe, le 08 avril 2020, vous avez considéré l’attitude de l’ANC comme un aveu de culpabilité ou à tout le moins, une faiblesse.

Monseigneur, vous vous trompez. Nous ne nous taisons pas parce que nous nous sentons coupables d’un quelconque manquement à l’éthique. Notre silence concernant vos insultes avant l’élection présidentielle, et face à vos appels à la mobilisation après cette élection, est un signe de dignité, de sérénité et la manifestation de notre confiance en nous. Une attitude fondée sur le respect des valeurs cardinales de notre lutte : vérité, conviction et persévérance.

Vos propos du 08 avril 2020, illustrent clairement la situation d’une personne en détresse, qui se débat en cherchant par tous les moyens, à user de dilatoire et à faire diversion. La pseudo corruption des responsables de l’opposition ne peut nullement expliquer le non accomplissement de votre prophétie.

Vous ne pouvez pas continuer d’abuser de votre position dans la haute hiérarchie de l’Eglise catholique et du statut d’autorité morale que cela vous confère, pour manipuler les populations en diffamant d’honnêtes citoyens qui ont sacrifié leurs vies à une cause que vous prétendez partager.

Le président de l’ANC n’a jamais rencontré seul ni Gnassingbé Eyadéma ni Faure Gnassingbé en tête-à-tête, encore moins reçu le moindre centime d’eux ou du pouvoir en place.

Puisque vous persistez à le traiter de corrompu, qui s’en met plein les poches, nous nous voyons contraints d’exiger que vous produisiez sous quinzaine, à compter de la réception de cette lettre, la preuve de vos accusations. Passé ce délai, nous nous verrons dans la triste obligation de vous demander de produire ces preuves devant la hiérarchie de l’Eglise catholique ou, à défaut, devant les tribunaux.

Il nous est difficile de comprendre que la haine que vous nourrissez à l’égard de notre parti et de son leader procède de leur seul refus de se soumettre à vos diktats que rien ne justifie, notamment votre volonté d’imposer à des partis politiques régulièrement constitués, le candidat que vous aurez désigné.

Au nom des militants et sympathisants de notre parti, qui ne cessent de consentir d’énormes sacrifices au service de la cause que défend l’ANC, une cause qu’ils estiment juste et pour laquelle ils se mobilisent au 3 péril de leur vie, au nom de nos camarades victimes de la violence du régime RPT/UNIR, par devoir de vérité au peuple togolais martyr, nous vous prions d’apporter la preuve de vos allégations. Rendez-leur justice, rendez-leur leur dignité en répondant à notre demande.

Pour vous qui avez commémoré, en décembre 2019, 60 ans de vie sacerdotale, est-il encore besoin de rappeler l’un des dix commandements de la Bible, Deutéronome (5, 16 et s.) : « Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain. » ?

Veuillez agréer, Excellence, l’expression de nos salutations distinguées.

Pour le Bureau National

Le Vice-Président

Patrick LAWSON-BANKU

Cc :

Conférence des Evêques du Togo
Président de la Conférence des Evêques du Togo
Archevêque de Lomé
Nonce Apostolique au Togo
Présidente de l’Eglise Méthodiste du Togo (EMT)
Modérateur de l’Eglise Evangélique Presbytérienne du Togo (EEPT)
Confédération des Eglises de toute l’Afrique
Président de l’Union Musulmane du Togo (UMT)
Conseil Suprême des Imams du Togo
ADDI
CAR
FDR
MCD
Les Démocrates
Le Parti des Togolais
PSR
Santé du Peuple
UDS-Togo
Espérance pour le Togo
Togo Debout

 

 

L'ANC s'apprête à traduire Mgr Kpodzro devant la hiérarchie de l'Eglise ou en justice

 

Liberté de presse/classement mondial : Le Togo occupe la 71eme place

Reporter Sans Frontière (RSF) vient de rendre public son classement mondial de la liberté de presse. Cette année, sur les 180 pays noté à travers le monde, le Togo se positionne à la 71e place.

Le Togo fait un bond dans le classement mondial du Reporter Sans Frontière. Même si son « environnement médiatique est fortement dépendant du contexte politique », le pays améliore son score de 0,36 points. Il gagne 5 points dans le classement et se positionne à la 71eme place contre la 76eme place en 2019.

« Avec 171 titres, 74 radios et 10 chaînes de télévision, le Togo dispose d'un paysage médiatique foisonnant, mais les médias d’État peinent encore à fournir une véritable information de service public. La dépénalisation des délits de presse est acquise depuis 2004, et les organisations professionnelles de journalistes disposent d’une importante capacité de mobilisation pour défendre la presse lorsque cette dernière est attaquée. La situation de la liberté de la presse est toutefois fortement dépendante du contexte politique », a publié Reporter Sans Frontière.

L’organisation revient également sur les épisodes ayant marqué la dernière élection présidentielle du 22 février 2020, notamment la coupure de l’internet. Pour le RSF, l’environnement médiatique togolais vibre au rythme du contexte politique.

« En période électorale, l’autocensure reste de mise pour les journalistes, qui préfèrent éviter de traiter des sujets tabous comme la corruption, l’armée, le président et sa famille. Depuis les grandes manifestations de 2017 contre le maintien au pouvoir du président Faure Gnassingbé, en marge desquelles les autorités avaient durci le ton contre les médias – elles avaient retiré l'accréditation de la correspondante de France 24 et TV5 Monde, et coupé internet pendant plusieurs jours –, la situation s’est quelque peu apaisée et le nombre d’exactions contre les journalistes est en forte baisse », a ajouté RSF.

Selon l’ONG, la professionnalisation du secteur, la protection des sources et des journalistes – notamment lors des manifestations –, et l’accès à des ressources financières plus importantes pour assurer la viabilité économique des médias togolais « constituent les principaux enjeux du nouveau code de la presse adopté par les députés en décembre 2019 ».

Godfrey A.

 

 

Liberté de presse/classement mondial : Le Togo occupe la 71eme place

 

Agbéyomé Kodjo ne répondra pas à la convocation, selon les avocats

Le bras de fer entre le pouvoir et la dynamique Mgr Kpodzro se poursuit. Et apparemment, aucun des deux camps ne veut lâcher du lest.

En conférence de presse lundi à Lomé, les avocats du député Agbéyomé Kodjo se sont prononcés sur la troisième et « ultime » convocation adressée par le Service central de recherches et d'investigations criminelles (SCRIC) à leur client.

A en croire ces avocats, cette nouvelle convocation qualifiée d’« ultime » par le SCRIC est un « forcing judiciaire » visant à mettre l’ancien Premier ministre en prison. Ils précisent par ailleurs que leur client est souffrant, et compte tenu de son état de santé, il ne pourra pas répondre physiquement à cette fameuse convocation.

« Agbéyomé Kodjo ne répondra pas à la troisième convocation des enquêteurs du SCRIC de la gendarmerie mardi. L’état de santé et le réveil récent d’une pathologie locorégionale ancienne de monsieur Kodjo Agbéyomé entravent douloureusement depuis quelques temps, toute mobilité spontanée de sa part », a indiqué Me Célestin Agbogan, l’un des Conseils du Dr Kodjo.

Me Célestin Agbogan et son collègue Me Atsoo Kokou Totékpo-Mawu dénoncent une cabale judiciaire contre leur client. Ils accusent le Procureur de la République de vouloir sacrifier le candidat de la Dynamique Kpodzro sur l’autel de l’injustice.

Les avocats demandent au Procureur de la République de suspendre les poursuites pénales contre le député Agbéyomé Kodjo afin de donner suite à son assignation en justice contre l’Assemblée nationale sur la levée de son immunité parlementaire.

« Nous demandons la suspension provisoire de toute enquête judiciaire entamée sur la base d’une décision contestée et attaquée devant une juridiction indépendante compétente pour rendre une décision à l’issue d’un procès équitable s’impose », a déclaré Me Agbogan.

Notons que c'est ce mardi à 9h que Dr Agbéyomé doit comparaître devant le SCRIC de la gendarmerie

Godfrey A.

 

 

Agbéyomé Kodjo ne répondra pas à la convocation, selon les avocats

 

Descente musclée dans la maison d’Agbéyomé : Les militaires défoncent le portail...

Les choses tournent mal au domicile d’Agbéyomé Kodjo. Les militaires lourdement armés, tentent de pénétrer de force dans la maison.

Les militaires commencent par défoncer le portail. Visiblement, ils veulent aller prendre le « président démocratiquement élu » jusque dans sa chambre.

Dans la maison, les cris d’appel au secours se font entendre. Des jeunes qui veulent protéger leur candidat sifflent et attendent les militaires. Les militaires lancent des grenades lacrymogènes dans la maison et dans tout le quartier pour disperser les jeunes.

Les militaires sont rentrés dans la maison, défoncent les portes et passent tout le monde à tabac. Les journalistes ne sont pas épargnés.

 

 

Descente musclée dans la maison d’Agbéyomé : Les militaires défoncent le portail...

 

Agbéyomé vs Gnassingbé, l’armée, la haine et la justice

Une troisième et « ultime » convocation a été adressée à Agbéyomé Kodjo par la gendarmerie depuis la présidentielle de février pour laquelle il a annoncé sa victoire. Si l’intéressé pourrait, comme pour les deux précédentes boycotter cette « invitation », ses avocats déplacent le combat sur le terrain judiciaire. Même si des révélations font cas de ce que l’obstination du président sortant à jeter son challenger en prison soit motivée essentiellement par la peur que les franges tribalo-hostiles de l’armée ne profitent de l’occasion. Qu’en est-il de tout cela? Eléments de réponse avec Afrika Stratégies France.

Un peu épuisé, Agbéyomé Kodjo se reposait encore quand, le 16 avril, des huissiers et gendarmes en civil lui notifient une convocation, ou plutôt, « invitation » comme le stipule le service spécial de la gendarmerie qui est à ses trousses. Depuis la présidentielle que tout porte croire qu’il a gagnée, c’est sa troisième invitation, avec, soulignée en marqueur la mention « ultime convocation« . Le « président élu » entame des consultations, échange avec son collège de conseillers juridiques et d’avocats. Mais jusqu’à la publication de cet article, il n’a rien laissé transparaître de ses intensions, de s’y rendre ou non. Sauf que, comme nous l’avions écrit dans un papier précédent, il était évident que « la trêve ou le répit était de courte durée » car, au-delà de la haine personnelle que lui voue Faure Gnassingbé, ce qu’il convient d’appeler Agbéyomégate crée des remous dans l’armée. Ses soutiens supposés sont taxés d’être à la manœuvre de quelque chose, ses rares détracteurs dans un corps qui aurait voté majoritairement pour lui font mine de tout zèle et pendant ce temps, le président sortant craint que cette situation ne vienne créer une crispation. D’autant que si l’armée togolaise, qui s’est illustrée à travers des massacres et féroces répressions, est son principal soutien au pouvoir, Faure Gnassingbé gère un « agacement des kabyè, (ethnie du chef de l’Etat, Ndlr) » qui sont majoritaires dans la grande muette et ne supporte plus la montée en force des losso, ethnie proche. Cette guéguerre s’est accentuée depuis que les principaux postes de commandement sont tombés aux mains de l’ethnie d’un autre influent ministre, Gilbert Bawara. Une situation qui sonne d’incandescence les tensions internes. Mais en attendant, le combat commence sur le terrain juridique.

Une guerre juridique

« Je ne me sens pas trop concerné par ces affaires d’immunité » commence, l’air convaincu, Agbéyomé Kodjo. « Je suis élu chef de l’Etat, avec une immunité pus importante, à ce niveau là » esquisse celui qui est, officiellement, arrivé en 2e. S’il est confiant, c’est aussi à cause du travail que font ses avocats de jour comme de nuit. Dans un pompeux argumentaire parvenu à notre rédaction, ils dénoncent avoir été privés d’accès « à une clé Usb » au nom du principe du contradictoire, que le Procureur de la République a envoyée à leur client et qui contiendrait les charges qui justifieraient les poursuites engagées contre leur client.

« Il peut se défendre sans cette clé car ses avocats sont au courant des charges qui pèsent sur lui » justifie-t-on au cabinet de la présidente du parlement, une belle dame dont la presse locale dit que « le charme n’a pas laissé indifférent le chef de l’Etat« . Ca c’est une autre affaire. Toujours est-il que dans le camp Kodjo, on s’étonne que l’assignation introductive d’instance signifiée à l’assemblée nationale pendant devant les tribunaux a pour effet de suspendre la résolution portant levée des immunités de Monsieur KODJO, et que malgré cela le Ministère public continue d’entretenir le ballet des huissiers au domicile de l’homme de Tokpli. Des sources concordantes fuitent, que Yawa Tsegan Djigbodi ne se présentera pas. Normalement, la procédure doit être, dans ce cas, suspendue en attendant le sort du recours le 28 avril. Si d’aventure le Tribunal donnait raison à Mr KODJO il faut attendre la prochaine session parlementaire pour remettre l’ouvrage à la tache si tant est que la haine de poursuivre Mr KODJO pour des faits de campagne et de revendication de sa victoire n’est pas enterrée. Personne ne comprend donc que, malgré le rendez-vous du 28, les convocations continuent à atterrir chez Kodjo, violant tous les principes du « préalable pourtant « élémentaire ! » dans toute procédure judiciaire s’emporte un conseiller juridique. Mais c’est sans compter avec l’impatience de Faure Gnassingbé à prendre sa revanche personnelle, résidus des intarissables haines qu’il voue à son challenger. Mais au cœur de tout ça, plane l’ombre en bérets, de l’armée togolaise.

Considéré comme l’obélisque du système de pouvoir du président sortant, il craint que l’affaire Agbéyomé ne fasse des vagues au sein de sa machine à biceps.

Une haine personnelle

« Entre Agbéyomé et Faure, c’est avant tout une question de méfiance et de complexe » analyse un ministre en fonction. Selon lui, Faure Gnassingbé sent permanemment l’ex allié de son père comme une menace. D’ailleurs, alors qu’à la mort du père, l’ex dictateur Gnassingbé Eyadema, celui qui aura été plus de deux ans son Premier ministre rentre de l’exile français, il a été arrêté, humilié puis acheminé en prison. N’eut été l’intervention de Chirac, de Omar Bongo, Alpha Konaré Président en exercice de l’Union Africaine, et du nonce apostolique, il aurait passé, à Kara, fief du régime, plus que les huit semaines de purgatoire. Il faut rappeler que Mr KODJO fut brutalement arrêté et jeté en prison pendant 40 jours dans l’affaire des incendies qui ont consumé les marchés de Kara et de Lomé et considéré comme cerveau de cette action criminelle avant d’être blanchi. Depuis, le président le tient à l’œil. Pour les uns, Faure Gnassingbé craint « qu’un excès d’expériences et de compétences » ne lui fasse ombrage, pour les autres, il n’a jamais digéré « le fait que Premier ministre, Agbéyomé ne l’ait jamais pris au sérieux » selon les anecdotes de l’une de ses maitresses. Car célibataire à 54 ans, le président enchaîne aventures et coups d’occasions, créant ainsi un truculent gynécée dont la chaine enregistre chaque jour, de nouveaux « maillonnes », pardon, maillons. Passons ! Faure Gnassingbé n’a d’ailleurs jamais manqué aucune occasion d’humilier et de mépriser l’ancien président de l’assemblée nationale. Désormais, le souffre de ce désamour embaume une justice qui est, en bonne épicerie berbère, à la solde du clan dirigeant.

Mais jusqu’où ira ce bras de fer ? L’Eglise catholique dont Faure Gnassingbé tient en aversion les dignitaires qu’il a d’ailleurs contournés pour se rendre, avec un malicieux coup de pousse du Nonce apostolique, fin avril 2019 au Vatican et les chancelleries prônent la conciliation. Mais le président dont l’égo ne se nourrit que de victoires remportées et qui jouit en jetant son frère, Kpatcha Gnassingbé, et son ex bras droit, Pascal Bodjona en prison, ne l’entend pas de cette oreille.


MAX-SAVI Carmel, Afrika Stratégies France

 

 

Agbéyomé vs Gnassingbé, l’armée, la haine et la justice

 

Ghana : Comment le Groupe de la Banque mondiale a amené le secteur pétrogazier au bord du gouffre

Avant 2010, date du début de l’exploitation des premiers gisements de pétrole et du gaz au Ghana, beaucoup d’espoirs étaient placés dans le développement de ces ressources, tant pour l’amélioration des performances économiques que pour l’augmentation de la qualité de vie. Mais 10 ans plus tard, le gaz est rapidement devenu un boulet fiscal au cœur d’un endettement massif du secteur énergétique. Dans un document publié le 7 avril dernier, l’organisation Bretton Woods Project (BWP), qui agit comme réseauteur et lanceur d’alerte, accuse le Groupe de la Banque mondiale d’avoir asphyxié le secteur énergétique ghanéen avec une dette colossale et des programmes de développement du secteur qui fragilisent l’Etat.

Des clauses de contrat particulièrement dangereuses

Le projet gazier offshore de Sankofa, un partenariat public-privé (PPP) phare soutenu par la Banque mondiale au Ghana, avec une garantie de 1,2 milliard de dollars est la preuve de ce « complot » contre le Ghana, accuse le BWP. Le projet est entré en production en juillet 2018 avec une capacité prévue de 180 millions de pieds cubes de gaz par jour, pendant au moins 15 ans.

En vertu d’une clause basée sur le mécanisme du Take or Pay, signée sous l’égide de la Banque mondiale, entre Accra et l’ensemble des parties prenantes, l’Etat ghanéen est contraint de racheter 90% de la production du site, qu’il soit capable de l’utiliser ou non. Mais entre la date du début de l’exploitation du site et fin 2019, la production a fait face à une faible demande interne et à un retard dans la réalisation des infrastructures associées, nécessaires à l’extraction du combustible. Par conséquent, au terme de l’année dernière, le Ghana a payé 250 millions de dollars pour du gaz inutilisé. Et vu le contexte actuel, le pays devrait à nouveau verser la même somme aux producteurs du site, car les installations d’extraction du gaz ne sont toujours pas livrées.

Au terme de l’année dernière, le Ghana a payé 250 millions de dollars pour du gaz inutilisé. Et vu le contexte actuel, le pays devrait à nouveau verser la même somme aux producteurs du site, car les installations d’extraction du gaz ne sont toujours pas livrées.

Déjà, en 2015, les termes du contrat de Sankofa avaient été critiqués par les organisations de la société civile ghanéenne. Elles jugeaient les clauses du contrat défavorables et avaient mené, pendant plusieurs mois, des campagnes à l’endroit de l’Etat afin que des avenants y soient apportés. Mais rien n’y fit. Selon un communiqué datant de l’époque, les responsables de la société civile déclaraient : « Nous exprimons notre inquiétude quant aux risques que la Banque mondiale promeuve les PPP dans les pays en développement ».

Selon un communiqué datant de l’époque, les responsables de la société civile déclaraient : « nous exprimons notre inquiétude quant aux risques que la Banque mondiale promeuve les PPP dans les pays en développement ».

La charge fiscale du gaz au Ghana ne se limite pas aux conditions défavorables du contrat de Sankofa, poursuit le lanceur d’alerte. Grâce à une stratégie élaborée avec l’appui de la Banque, le gouvernement ghanéen a signé des accords d’achat d’électricité à long terme avec des producteurs privés d’électricité en 2015, pour un total de 2300 MW. Selon les termes de cet accord, cette capacité sera achetée, même si la demande ne suit pas. Conclusion ? Le Trésor s’est retrouvé avec une facture annuelle d’environ 500 millions de dollars pour l’électricité non utilisée.

Conclusion ? Le Trésor s’est retrouvé avec une facture annuelle d’environ 500 millions de dollars pour l’électricité non utilisée.

Dans un document de la Banque mondiale obtenu par le BWP, on lit que : « le Groupe de la Banque mondiale a environ 2 milliards de dollars d’exposition dans le secteur énergétique du Ghana. Une dette presque exclusivement liée à l’infrastructure pétrolière et gazière du pays ». A côté de ça, le pays doit verser près de 750 millions de dollars pour du gaz et de l’électricité qu’il ne consomme pas. Ceci, sans compter les frais liés au traitement de la dette contractée par la société publique du pétrole (GNPC) pour assurer sa part d’investissements sur le projet.

Une omniprésence de la Banque mondiale dans le gaz ghanéen

Outre la garantie de 1,2 milliard de dollars de la Banque en amont sur Sankofa, il faut citer une autre garantie de 200 millions de dollars de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), filiale de la Banque mondiale sur le même projet. L’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), la branche de la Banque mondiale chargée des assurances, a par ailleurs fourni aux banques commerciales qui ont aidé à financer Sankofa à hauteur de 217 millions de dollars, des garanties contre les risques politiques.

Le Groupe est également l’un des principaux investisseurs dans les centrales électriques Takoradi 2 et 3 de 550 MW. L’installation qui traite le gaz de Sankofa a également reçu un financement de 140 millions de dollars de la Société financière internationale (SFI), une autre filiale de la Banque. Celle-ci (la SFI, Ndlr) a, faut-il le rappeler, injecté 265 millions de dollars dans le développement du gisement pétrolier Jubilee. La société publique du pétrole (GNPC) est l’un des bénéficiaires de cet investissement.

Il apparait indubitablement que le Ghana ne peut honorer toutes ces dettes dans les délais impartis, vu les difficultés auxquelles fait face le marché du gaz depuis plusieurs semaines.

L’IDA a, quant à elle, fourni précédemment une garantie partielle de risque de 50 millions de dollars pour le gazoduc ouest-africain qui achemine le gaz nigérian au Ghana. Et BWP ajoute que le Private Infrastructure Development Group (PIDG), basé à Londres, qui compte la SFI parmi ses principaux donateurs, a fourni un certain nombre de prêts et de garanties pour soutenir la construction de la nouvelle génération de centrales à gaz au Ghana. Il s’agit de 45 millions de dollars de prêts pour Takoradi 2 & 3, 126 millions de dollars de garanties pour la centrale à gaz de 400 MW de Bridge Power à Tema en 2016 et 2017, et 33 millions de dollars de prêts pour la centrale de Kpone en 2005 et 2014.

Il apparait indubitablement que le Ghana ne peut honorer toutes ces dettes dans les délais impartis, vu les difficultés auxquelles fait face le marché du gaz depuis plusieurs semaines. Or, les perspectives à court terme s’annoncent catastrophiques.

Le cauchemar de la dette énergétique

« La dette du Ghana a atteint plus de 60 % du PIB en 2019 […] Le surendettement du pays est passé de moyen à élevé », a déclaré en janvier dernier la Banque, dans l’un de ses rapports sur le pays.

L’analyse du FMI sur la viabilité de la dette du Ghana a clairement identifié le secteur du gaz comme un risque fiscal, notant que « l’accord d’enlèvement du gaz sur le champ Sankofa exige du Ghana qu’il effectue des paiements équivalant à 0,7 pour cent de son PIB annuel ».

L’analyse du FMI sur la viabilité de la dette du Ghana a clairement identifié le secteur du gaz comme un risque fiscal, notant que « l’accord d’enlèvement du gaz sur le champ Sankofa exige du Ghana qu’il effectue des paiements équivalant à 0,7 pour cent de son PIB annuel ».

Pour aggraver les choses, la pandémie de coronavirus (Covid-19) devrait provoquer un déficit budgétaire au Ghana, cette année, en raison d’une diminution des recettes provenant des exportations de pétrole et du tourisme, selon une déclaration du ministre des Finances du Ghana, à la mi-mars. Face à cette situation et à la faible marge de manœuvre dont il dispose, le gouvernement ghanéen a, en 2016, baissé à 19,4%, les allocations gouvernementales pour les dépenses sociales. La part de ces allocations était de 28% en 2015, avant le début des difficultés liées au gaz.

Face à cette situation et à la faible marge de manœuvre dont il dispose, le gouvernement ghanéen a, en 2016, baissé à 19,4%, les allocations gouvernementales pour les dépenses sociales. La part de ces allocations était de 28% en 2015, avant le début des difficultés liées au gaz.

Dans un document de travail publié en janvier, la CSO Jubilee Debt Campaign, un autre lanceur d’alerte basé au Royaume-Uni, a constaté que le Ghana fait partie des pays lourdement endettés qui ont réduit leurs dépenses publiques réelles entre 2016 et 2019 par rapport à 2015. « Compte tenu de l’exposition généralisée de la Banque au verrouillage de l’infrastructure gazière du Ghana, il n’est guère surprenant que le programme d’assistance technique de 2018 se soit largement préoccupé des questions liées au secteur du gaz, notamment d’une stratégie visant à équilibrer l’offre et la demande de gaz », a regretté l’association. Et de poursuivre : les efforts déployés pour soutenir les énergies renouvelables se sont limités à une étude de faisabilité.

Olivier de Souza

Source : EcoFin Hebdo

 

 

Ghana : Comment le Groupe de la Banque mondiale a amené le secteur pétrogazier au bord du gouffre

 

« Ultime convocation » d’Agbéyomé Kodjo : Les avocats montent au créneau

Une troisième convocation était arrivée au domicile du président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) vendredi dernier. Cette convocation, à en croire le Service de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC) de la Gendarmerie nationale, est « ultime », puisqu’il estime que Dr Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo n’a pas répondu aux deux premières convocations.

Cette interprétation de la situation par le Procureur et le SCRIC est erronée, selon les avocats. Pour Me Celestin Agbogan, l’un des avocats d’Agbéyomé Kodjo, son client n’a pas refusé de se présenter. Et, a-t-il précisé, le Procureur de la République et le SCRIC le savent bien.

« La convocation ultime veut dire qu’on a reçu 2 premières convocations non honorées. Et l’ultime signifie que c’est dangereux. Pour Agbéyomé, les 2 premières convocations ne sont pas refusées. Il ne s’est pas fait représenter non plus. Il a un souci de santé, ses avocats se sont présentés devant le procureur de la République et le SCRIC pour leur expliquer avec certificat médical à l’appui que leur client invité ne peut pas se déplacer », a-t-il informé sur Victoire FM ce matin.

Les avocats, a-t-il poursuivi, n’ont pas représenté Agbéyomé Kodjo, mais étaient allés faire part de ses soucis de santé au SCRIC. « Les avocats sont allés expliquer que leur client ne peut pas répondre à la convocation compte tenu de ses soucis de santé », a-t-il souligné. Et d’ajouter qu’en matière pénale, on ne représente pas, on assiste plutôt.

D’ailleurs, les avocats du candidat de la dynamique Mgr Kpodzro ont une rencontre avec la presse tout à l’heure à Lomé. Ils comptent rendre publiques les informations sur cette affaire et la suite à donner à cette convocation.

A suivre.

 

 

« Ultime convocation » d’Agbéyomé Kodjo : Les avocats montent au créneau

 

Agbéyomé n’a jamais refusé les deux premières convocations du SCRIC, dixit Me Célestin Agbogan

Vendredi dernier, le Service de Recherche et d’Investigations Criminelles (SCRIC) la gendarmerie nationale a envoyé une troisième et « ultime » convocation à Agbéyomé Kodjo, celui qui s’autoproclame « président démocratiquement élu » à la présidentielle du 22 février 2020.

Intervenant ce matin sur les ondes de la radio Victoire FM, Me Célestin Agbogan, l’un des avocats de l’ancien Premier ministre, dit ne pas comprendre ce que signifie cette convocation que le SCRIC qualifie d’ « ultime ».

« Je ne sais pas le sens que la gendarmerie donne à cela. Ils ont dit invitation, c’est pour adoucir un peu le sens de mot ultime qu’ils ont employé. En principe, quand on dit convocation ultime, ça veut dire qu’on t’a convoqué une première et deuxième fois, tu as refusé. Mais dans ce cadre, c’est dangereux », a lâché Me Agbogan.

A en croire le responsable de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH), Agbéyomé Kodjo n’a jamais débouté les deux dernières convocations du SCRIC, contrairement à ce que pensent certains Togolais.

« Agbéyomé n’a pas refusé les deux convocations, il ne s’est même pas fait représenter par quelqu’un. Il a un souci de santé. Il a été souffrant. Les avocats n’ont pas représenté Agbéyomé à la gendarmerie. Ils y sont allés pour expliquer à qui de droit que leur client ne pourra pas répondre à la convocation compte tenu de son état de santé. Nous avons produit le certificat médical pour prouver ça. En matière pénale, l’avocat ne représente pas son client. Il ne fait qu’assister », a expliqué l’avocat.

Notons que c’est demain mardi 21 avril 2020 que le candidat autoproclamé va comparaître devant le SCRIC dans la gendarmerie.

Godfrey A

 

 

Agbéyomé n’a jamais refusé les deux premières convocations du SCRIC, dixit Me Célestin Agbogan

 

Des jeunes appelés à faire échec à toutes manœuvres visant l’arrestation d’Agbéyomé ce mardi

La cabale judiciaire du régime contre Agbéyomé Kodjo irrite la Synergie des jeunes pour la démocratie (SJD), une branche de la jeunesse en appui à la dynamique Mgr Kpodzro. Dans un communiqué rendu public, la synergie monte au créneau et dénonce les multiples convocations adressées par le Service Central de Recherche et d’Investigations Criminelles (SCRIC) de la gendarmerie à Dr Kodjo. Elle demande à la jeunesse de se mobiliser massivement le mardi 21 avril au domicile du « président élu » pour faire « échec » à toutes manœuvres visant l’arrestation de l’ancien Premier ministre. Lecture !

COMMUNIQUE DES JEUNES DE LA DYNAMIQUE

La Synergie des Jeunes pour la Démocratie (SJD), une branche de la jeunesse en appui à la Dynamique Monseigneur Kpodzro, n'accepte pas la cabale judiciaire planifiée et mise à exécution par le régime RPT/UNIR contre le Président démocratiquement élu par le peuple togolais lors du scrutin présidentiel du 22 février dernier au Togo.

En effet, les convocations successives adressées par le Service Central de Recherche et d'Investigation Criminelle (SCRIC) au Président Démocratiquement élu par la majorité des Togolais à travers la DMK (Dynamique Monseigneur Kpodzro) visent essentiellement à démobiliser le peuple Togolais résolument engagé sur le chemin de l'alternance et de la démocratie pacifique.

Prenant le peuple à témoin, la Synergie des Jeunes pour la Démocratie annonce qu'une troisième convocation est adressée au Président Démocratiquement élu l'adjugeant à une comparution le mardi 21 avril 2020.

Qu'il nous souvienne que le gouvernement togolais, après avoir coupé l'internet pour cacher une sommité de fraude au monde entier, effectuer des bourrages d'urnes, des trafiques d'influences..... se targue un pourcentage de plus de 70% de l'électorat comme pour nous dire que les togolais sont satisfaits de la dictature militaire cinquantenaire. Faux, ces résultats ne reflètent en rien la volonté exprimée par le peuple togolais le 22 février 2020.

Heureusement que les Etats -Unis avec tous les moyens techniques et scientifiques dont ils disposent, rejetent les résultats tels que proclamés par la CENI et demandent un recomptage des voix bureau de vote par bureau de vote. Quoi de plus normal ? Et pourtant le pouvoir rejete cette méthode pourtant simple et compréhensible.

Refusant de respecter la volonté populaire, le pouvoir de Lomé est allé jusqu'à la levée de l'immunité parlementaire du Président librement désigné par le peuple Togolais et se prépare à violer son domicile privé pour l'arrêter.

Pour toutes ses raisons, nous demandons à la jeunesse de se mobiliser massivement le mardi 21 avril au domicile du Président élu pour faire échec à toutes manoeuvres visant l'arrestation du Président AGBÉYOME. Il y va dans l'ordre normal de la défense des libertés individuelles et collectives dans notre pays.

Fait à Lomé, le 19 avril 2020

Le Président

Elom Bossoh Yawovi

 

 

Des jeunes appelés à faire échec à toutes manœuvres visant l’arrestation d’Agbéyomé ce mardi

 

AFRICAINS EN CHINE : NON A L’APARTHEID SANITAIRE !

Nous ne sommes ni vos pangolins, ni vos chauves-souris. La Chine gagnerait mieux à suspecter les animaux sauvages porteurs de virus dont raffole sa population, et non les immigrés africains qu’elle maltraite pour éviter une nouvelle vague de l’épidémie du Coronavirus. L’Apartheid sanitaire qu’elle inflige à des immigrés africains n’est-il pas un bourgeon du racisme sournois qu’entretiennent des chinois contre les africains ? Serait-il la manifestation institutionnelle d’un mépris de l’homme Noir, parfaitement illustré par les propos d’un immigré chinois en Afrique ? : « Tous les Kenyans sont comme des singes, même le président Uhuru Kanyatta ».

Par Aliou TALL

Le problème ce n’est pas la couleur de peau des africains, mais l’estomac des chinois.
Les chinois feraient peut-être mieux d’arrêter leur appétence à la consommation de viande d’animaux sauvages, réservoirs et transmetteurs de virus, tels le pangolin, la chauve-souris et la civette. Une agence étatique chinoise a démontré que les génomes d’un virus prélevés sur des pangolins sont identiques à ceux du Coronavirus dépistés chez des patients chinois. On a tous été choqués par les images de mammifères sauvages vivants, vendus dans un marché de Wuhan à des consommateurs qui vont s’en délecter, et faire des cocktails nauséabonds avec leurs organes, leurs boyaux, leurs écailles, et leurs os, pour se soigner. Et c’est à Wuhan qu’est partie cette pandémie qui décime une partie de l’humanité. C’était aussi par l’intermédiaire de la civette, un petit mammifère sauvage dont les chinois savourent la chaire, que s’est répandue l’épidémie du Sras en 2002 et 2003.

Les chinois devraient donc s’attaquer à eux-mêmes et à leurs habitudes alimentaires décriées un peu partout dans le monde, au lieu de maltraiter et de faire subir un Apartheid sanitaire aux africains. C’est à eux d’arrêter de se régaler avec des soupes de rats et de serpents ; des grillades de chauve-souris, de porcs-épics et de salamandres ; des barbecues de renards et de louveteaux. Les africains en Chine ne sont ni des adeptes, ni des acteurs de ces extravagances alimentaires propices à la propagation de virus létaux. C’est aussi à la Chine d’assumer sa responsabilité sur les dizaines de milliers de morts que déplore le monde, pour avoir dissimulé, selon les américains et une partie de la communauté internationale, l’existence et la gravité de la pandémie du Coronavirus.

Du racisme sournois en Afrique à l’Apartheid sanitaire décomplexé en Chine.
Nul besoin de faire des lapalissades sur le racisme que subissent les Noirs dans tous les pays du monde. Mais c’est choquant de voir des chinois culottés qui, de surcroit, tirent leurs moyens de subsistance en Afrique, y faire des actes de mépris et de racisme virulent envers les africains. En 2018 un immigré chinois au Kenya, dénommé Liu Jiaqi, était filmé en train de vomir sa bile sur les Noirs. Il affirmait fougueusement que tous les Kenyans sont des singes, même leur président. Qu’il n’aimait pas ce peuple de singes, pauvre et qui sent mauvais. Il a été expulsé par les autorités kenyanes, à juste titre. Quand on est raciste, on reste chez soi pour y souffrir de sa haine. Les africains ne doivent pas se laisser affecter par les vils propos de lamentables racistes qui essayent de blesser leur amour propre et de les déshumaniser. L’inhumain ce n’est pas eux, c’est le raciste. Son âme est tellement vaine qu’il a besoin d’injurier, de diffamer, et de ségréguer pour justifier son existence.

La coopération entre la Chine et l’Afrique est irrémédiablement maculée par les images des vidéos qui montrent des africains expulsés dans la rue comme des pangolins pestiférés, des ségrégations dont ils font l’objet dans la ville de Canton, et des confinements discriminatoires. Des pratiques qui rappellent les heures noires de l’Apartheid en Afrique du Sud, et de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Il faut ressusciter Rosa Parks et Nelson Mandela, et, s’il y a lieu, réinventer l’ANC, signifiant cette fois ci : l’Afrique dit Non à la Chine. L’OMS devrait dénoncer ouvertement l’Apartheid sanitaire qu’inflige la chine aux africains sur son sol. Elle aura donné raison à Donald TRUMP, si elle faisait la politique de l’autruche ou se murait dans un silence bruissant de complicité, le temps que les indignations passent.

Il faut boycotter les produits et commerces chinois et appliquer la réciprocité.
Même s’ils n’ont pas totalement confiance aux produits chinois, les africains aiment se les procurer avec l’attrait des prix bas. Mais beaucoup de produits chinois vendus en Afrique sont d’une qualité médiocre, voire dangereuse pour la santé et la sécurité. Toutefois, la pauvreté amène beaucoup d’africains à les plébisciter. Pour la dignité de nos frères et sœurs en Chine, les africains devraient boycotter les produits et commerces chinois en Afrique et ailleurs, jusqu’à ce que la lumière soit faite sur ces actes odieux, et la sécurité des africains assurée en Chine.

Le respect ça ne se négocie pas, ça s’impose. Dans les relations internationales la réciprocité est la seule arme efficace pour se faire respecter. Les gouvernements africains ne doivent pas se contenter de convoquer des ambassadeurs chinois pour des explications convenues. Ils vont leur servir des déclarations diplomatiquement stéréotypées, et vides de sens, du genre : la Chine est l’amie de l’Afrique et regrette ces incidents. Elle aidera l’Afrique. Les gouvernements africains doivent refuser cette infantilisation et prendre des mesures de rétorsions : sanctionner puis expulser les chinois qui sont auteurs d’actes ou de propos racistes ; qui font de l’esclavage moderne dans nos pays ; qui font du commerce dans nos pays sans droit au séjour ni sociétés dûment enregistrées ; qui fraudent massivement à nos fiscalités. Un gouvernement qui ne se fait pas respecter met en danger ses ressortissants à l’étranger. Les chinois n’auraient pas ainsi traité des ressortissants américains, français ou anglais. Car ils savent que leurs gouvernements réagiraient illico pour les protéger. Faisons-nous respecter !

Aliou TALL,
Président du RADUCC.
Email : raducc@hotmail.fr

 

 

AFRICAINS EN CHINE : NON A L’APARTHEID SANITAIRE !

 

Diaspora Togolaise de Belgique : Un temps pour gémir, un temps pour agir

Le vol éhonté du vote populaire pour l’alternance démocratique lors de la présidentielle du 22 février 2020 confirme bien le rejet massif de la gouvernance actuelle par une écrasante majorité des populations togolaises ;

La violation patente (avec la complicité active de la CENI et des Hautes instances juridiques du Togo) des dispositions de la Loi n° 2013-013 du 7 juin 2013, relatives au financement public des partis politiques et des campagnes électorales, confirme le sadisme et l’arbitraire dont usent les gouvernants actuels pour poursuivre injustement la confiscation de la liberté et de la dignité des Togolais ;

L’étalement de la faillite du système des soins de santé au Togo et la gestion chaotique et calamiteuse de la crise sanitaire au COVID-19 (des mesures d’accompagnement insignifiantes et injustes, un rétropédalage sur la décision d’interdire le travail des engins à deux roues, etc.) confirment l’absence d’empathie et de préoccupation des gouvernants actuels pour le bien-être de leurs concitoyens ;

Le silence coupable et la complicité des dirigeants de certains pays voisins du Togo, des dirigeants de certaines institutions sous-régionales (CEDEAO, UA), des dirigeants de certains pays occidentaux (France, Allemagne) et des dirigeants de certaines organisations internationales (UE, ONU) confirment que les Togolais ne devraient compter que sur leur propre résilience et combativité pour parachever la lutte de libération nationale ;

Forts de ces confirmations, les Togolais, tant de l’intérieur comme de l’extérieur des frontières nationales, n’ont d’autre choix que de s’unir et de s’organiser, mieux que par le passé, pour entrer en résistance et mettre fin à la dictature qui cherche à se perpétuer par la fraude électorale, la violence aveugle et les violations massives des droits humains.

La DTB (Diaspora Togolaise de Belgique) invite les Togolais épris de justice et de liberté à passer à l’action.

Après les privations, les irritations et les indignations, il est temps d’agir véritablement !

Agir pour la libération du Togo, c’est doter chaque localité, canton, commune ou préfecture du Togo de Comité de Résistance Citoyen (CRC) capable d’affronter et de stopper les violences et la agressions contre les paisibles populations ;

Agir pour la libération du Togo, c’est s’engager (surtout dans la diaspora), à consacrer mensuellement 5, 10, 20, 50 Euros ou plus, pour contribuer à l’organisation et à la coordination des CRC (Comité de Résistance Citoyen) sur toute l’étendue du Togo ;

Le temps des lamentations et des gémissements est révolu !

Il faut passer maintenant aux actions concrètes et efficaces si nous tenons toujours à libérer le Togo du joug d’une dictature sanguinaire et cinquantenaire.



Pour la DTB (Diaspora Togolaise de Belgique)

K. Philippe AMEDODJI

 

 

Diaspora Togolaise de Belgique : Un temps pour gémir, un temps pour agir

 

Togo : A qui profite vraiment le bras de fer entre Faure et Agbéyomé ?

Le conflit postélectoral au Togo est loin de rendre son verdict final. Malgré la confirmation de la victoire du Président sortant, Faure Gnassingbé, par les institutions de la République, le candidat du Mouvement Patriotique pour le Développement et la Démocratique (MPDD), porté par la Dynamique Kpodzro, n’abdique pas. Acculé par sa levée d’immunité parlementaire et convocations à comparaître devant le Service Central de Recherches et d’Investigations Criminelles (SRIC), Agbéyomé réplique et porte plainte.

Prise pour passagère, la crise électorale née de la contestation par la Dynamique Kpodzro de la victoire de Faure Gnassingbé à la Présidentielle du 22 février 2020, suivie de l’auto proclamation de son candidat Gabriel Agbéyomé Kodjo, au titre de ‘’Président démocratiquement élu’’, ne finit point avec son feuilleton à différents épisodes.

La réplique d’Agbéyomé

Le nouveau feuilleton est l’assignation en justice de l’Assemblée Nationale par Gabriel Agbéyomé Kodjo. En effet, considérant la levée de son immunité parlementaire, son assignation en Justice, les voies de fait exercées sur la personne de son client, à travers bouclages répétés de son domicile et pressions diverses à travers convocations comme des violations flagrantes’’ de la Constitution, « Les conseils de l’Honorable Gabriel Kodjo ont introduit un recours en annulation de la résolution portant levée de son immunité parlementaire », lit-on dans le communiqué rendu public mardi dernier par la Dynamique Kpodzro.

Pour le Conseil du Mouvement

Patriotique pour le Développement et la Démocratie (MPDD), rapporté par le communiqué, la procédure de l’Assemblée Nationale conduisant à cette levée d’immunité parlementaire de M.Kodjo se veut une décision à la fois arbitraire et viciée. Ceci, explique-ton, car privant son client du principe de l’égalité des armes et du principe du contradictoire devant la commission spéciale mise en place par l’Assemblée Nationale pour auditionner ce dernier.

En conséquence, l’Assemblée Nationale, incarnée par Tsègan Yawa Dzigbodi, est assignée en Justice et devra donc comparaître le 28 avril 2020 en vue de permettre le rétablissement de Agbéyomé Kodjo dans ses droits.

«Il est légitime d’espérer que cette procédure se déroulera dans des conditions d’un procès équitable qui garantissent les droits de la défense, l’indépendance et l’impartialité du juge », conclut le courrier.

A qui profite le bras de fer entre Faure et Agbéyomé ?

Comme on peut le constater, le contentieux électoral est loin de s’achever. Des deux côtés, l’on semble jouer au jusqu’au-boutisme. D’une part, le Procureur de a République qui accuse le candidat ‘’malheureux’’ d’actes et faits susceptibles d’atteinte à la sûreté de l’Etat dont il doit absolument= répondre. Ce qui s’est traduit, ces derniers jours, par deux invitations, sans suite favorable, du Président du MPDD devant la Gendarmerie.

De l’autre part, la témérité de ce dernier dans la réclamation de sa ‘’victoire’’ considérée par la justice comme un acte hautement répréhensible.

Aujourd’hui, nombreux sont les observateurs qui se demandent jusqu’où iront les deux parties, surtout dans un contexte marqué par une crise sanitaire qui semble mettre le pays à l’arrêt. Ce qui semble occulter la prestation de serment de Faure Gnassingbé qui devra intervenir, selon la Cour Constitutionnelle, avant le 4 avril, délai de rigueur.

Tout compte fait, Agbéyomé semble loin de dire son dernier mot vis-à-vis d’un pouvoir qui, aussi, met la Justice à sa trousse. Mais alors, à qui profitera donc ce bras de fer mué en crise politique ouverte entre Faure, l’héritier biologique et Agbéyomé, celui politique du Général Gnassingbé Eyadema ?

Sans doute à personne. Sinon, des retombées négatives en perspectives sur l’économie nationale déjà mise à mal par le COVID-19. Et plus encore, une mauvaise image du Togo au cas où M. Agbéyomé serait jeté en prison. Que le bon sens prévale donc !

Flambeau des Démocrates No 633

 

 

Togo : A qui profite vraiment le bras de fer entre Faure et Agbéyomé ?

 

Nathaniel Olympio à propos d’Edem Kodjo : « J’ai découvert un homme à l’esprit de finesse… »

Les hommages à l’ancien Premier ministre du Togo, Edouard Edem Kodjovi Kodjo ne finissent. Cette fois-ci, c’est le président du Parti des Togolais, Nathaniel Olympio qui partage, à travers ces lignes, l’expérience qu’il a eue avec cette personnalité qui a quitté les siens samedi dernier. Pour Monsieur Olympio, Edem Kodjo est « un homme à l’esprit de finesse, avec un regard scrutateur, presque inquisiteur, ceci enrobé dans une posture relationnelle empreinte de courtoisie et de bonnes manières ». Lisez plutôt !

Je connaissais une personnalité publique… puis j’ai rencontré l’homme

Des hommages affluent depuis l’annonce du rappel à Dieu de l’ancien Premier ministre Monsieur Edem Kodjo. Pour ma part, je voudrais particulièrement partager mon expérience personnelle avec l'homme que j’ai eu l’occasion de rencontrer.

Le nom Edem Kodjo a résonné dans mes oreilles pour la première fois au tout début des années 70 alors que j’étais jeune collégien, comme ce fut le cas de beaucoup de ma génération baignés dans le monolithisme politique d’alors. Les années passant, je me suis forgé une opinion de lui, qui il était. C’est en février 2019 que je l’ai rencontré pour la première fois… S’en suivront quelques autres entretiens, me faisant découvrir alors un homme bien plus complexe qu’il n’y paraissait. Il connaissait mes parents. Mais les civilités familiales ayant permis de briser la glace ont rapidement fait place à un regard croisé que nous portions sur l’actualité politique togolaise.

J’ai découvert un homme à l’esprit de finesse, avec un regard scrutateur, presque inquisiteur, ceci enrobé dans une posture relationnelle empreinte de courtoisie et de bonnes manières. Le choix de ses mots, le timbre de la voix, la fixité du regard… tout traduisait la démarche bien huilée d’un professionnel politique à la découverte de cet Autre, que j’étais et qu’il jaugeait à présent, indépendamment du peu que les médias avaient pu lui apprendre jusque-là. Tout concourait à mettre à l’aise dans son positionnement policé. J’en avais souri quelques fois. Etait-ce pour faire baisser la garde afin de mieux sonder son interlocuteur ? J’ai compris plus tard que c’était un mélange de sa véritable personnalité et de la pratique politique. Et cela lui servait en effet.

Le premier échange comme tous ceux qui ont suivi ont essentiellement porté sur la vie politique du Togo, surtout ce que les Togolais veulent faire du Togo et comment y arriver. J’ai eu l’agréable sentiment de constater qu’il souscrivait à la vision que je continue de nourrir moi-même pour le Togo. Celle d’un pays où les citoyens vivraient ensemble dans une cohésion nationale et jouiraient des droits fondamentaux dans une démocratie qui s’enracine. J’ai perçu en lui une sincère volonté de voir son pays sortir du confinement de crise politique permanente et il se sentait encore capable d’y contribuer. Cette détermination, je l’ai ressentie, elle était forte, palpable, presque énergisante. Je me suis demandé alors comment cela pourrait-il se réaliser, se concrétiser ? Quels étaient les moyens réels qu’il avait encore d’agir ? Qu’est-ce qui animait encore l’homme qui s’était pourtant pratiquement retiré du champ politique du Togo ? Elles étaient multiples, ces interrogations, à tournoyer dans ma tête.

Avec l’ouverture d’esprit intellectuel qu’il affichait, j’ai cherché à savoir – au vu de ses grandes responsabilités politiques passées – pourquoi la situation politique n’avait-elle plus évolué depuis tant de décennies. Il avait amorcé ce qui me paraissait être une introduction à sa réponse lors de notre dernière rencontre. Nous devions revenir sur le sujet la fois suivante... Hélas ! Il m’aurait plu d’avoir le temps d’approfondir cette expérience.

J’ai entr’aperçu dans nos quelques échanges, un homme complexe, convaincu qu’en arrondissant les angles il réussirait à faire cohabiter le loup, la chèvre et le chou dans une certaine tolérance qui ferait évoluer les choses. Cela pouvait-il fonctionner ? Un exercice périlleux qu’il avait choisi de mener en connaissance de cause. Il ne semble pas aisé pour le jeune Togolais ordinaire d’aujourd’hui de lire et de comprendre son parcours. Dans la situation de misère sociale et de démocratie en souffrance que bon nombre de Togolais expérimentent, une posture comme la sienne pouvait-elle répondre, malgré tout, aux attentes du moment ? Ou bien était-il une sorte d’anachronisme : une lumière en décalage de son temps ?

Aujourd’hui, lui-même n’est plus là pour s’exprimer et s’expliquer. Les historiens pourront faire frémir leur science et éclairer, à travers leurs travaux respectifs, les Togolais sur cette personnalité insaisissable dans les frontières de son propre pays, mais de grande notoriété au-delà. Cette notoriété, loin des siens, il l’a construite des années durant dans le panafricanisme qu’il chérissait tant et dans les responsabilités qu’il a assumées au bénéfice du continent. Les acteurs politiques de sa génération, ceux qui l’ont pratiqué au quotidien dans la durée, auraient probablement des choses à partager.

Tout ceci, à mon humble avis, dépeint aussi la singularité de l’homme…

Edem Kodjo m’a fait l’honneur de me présenter son épouse et ses filles. Permettez qu’avec délicatesse, j’use de cette plume, afin de leur témoigner mes sincères et profondes condoléances.

Que la terre lui soit légère.

Nathaniel Olympio

Président du Parti des Togolais

 

 

Nathaniel Olympio à propos d’Edem Kodjo : « J’ai découvert un homme à l’esprit de finesse… »

 

Kako Nubukpo : « Pourquoi les dettes africaines reviennent toujours ? »

TRIBUNE. Les annonces d’annulation de la dette africaine se succèdent depuis le début de la pandémie du Covid-19, comme un rituel d’exorcisme de la pandémie.

Les chiffres donnent le tournis : les ministres africains des Finances et l’Union africaine demandent un allègement immédiat de la dette de 44 milliards de dollars et la constitution d’un fonds supplémentaire de 50 milliards de dollars pour faire face au report du paiement des intérêts de la partie non-annulée de la dette africaine. Après le FMI et la Banque mondiale, le G20 et le président français Emmanuel Macron ont annoncé un allègement massif de la dette africaine. Même le pape François a réclamé dimanche dernier lors de sa bénédiction pascale « Urbi et Orbi » l’annulation de la dette africaine. De quoi ce bel unanimisme est-il l’expression ? Pourquoi les dettes africaines reviennent de façon récurrente dans le débat international comme l’illustration de la compassion du reste du monde à l’endroit de l’Afrique ?

Au départ, une vision de la solidarité pour le développement

Le monde de l’après-Seconde Guerre mondiale s’est construit sur l’idée que les pays riches devaient aider les pays pauvres à impulser leur processus de développement, en finançant l’écart entre les besoins d’investissement de ces derniers et leur faible épargne intérieure. Le schéma fut celui du plan Marshall qui a permis à l’Europe de financer sa reconstruction et d’enclencher la période faste dite des Trente Glorieuses, qui prit fin avec la première crise pétrolière de 1973.

Cette vision de l’aide connut d’autant plus de succès qu’elle était d’une simplicité désarmante – l’appui financier dédouanait de l’effort d’appréhension de la complexité des spécificités institutionnelles – et semblait obéir à une logique de gains mutuels dans la mesure où des pays aidés renouant avec la prospérité économique deviennent de facto des partenaires commerciaux florissants : « La marchandise suit l’aide. »

L’Afrique n’échappa pas à cette doctrine portée au pinacle par le FMI et la Banque mondiale et illustrée par une série de plans successifs d’allègements de la dette : le plan Brady, le plan Baker, le plan Kissinger, etc. du nom de secrétaires d’État américains successifs, jusqu’à l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) qui a permis au début des années 2000 d’effacer massivement la dette africaine.

L’implacable réalité pour l’Afrique

La logique derrière l’allègement de la dette est implacable : pour que l’Afrique soit un véritable partenaire commercial, c’est-à-dire pour qu’elle puisse acheter des biens et services en provenance du reste du monde, il faut qu’elle puisse disposer de marges de manœuvre budgétaires et des ressources privées suffisantes, la fameuse capacité d’absorption. Mais pour que sa capacité d’absorption fût préservée, il fallait régulièrement effacer sa dette dont le service (remboursement d’une partie du principal et des intérêts) plombe sa capacité à s’insérer harmonieusement dans le jeu commercial international. Les annonces actuelles d’annulation des dettes africaines n’échappent pas à cette logique, dans un contexte où l’après-crise de Covid-19 s’annonce difficile pour les économies du monde développé et émergent.

Pourquoi la dette persiste-t-elle ?

En revanche, relativement peu de gens se posent la question de savoir pourquoi les dettes africaines reviennent toujours, pourquoi l’Afrique n’arrive pas à se sortir de la spirale infernale du surendettement. Or, c’est dans la réponse apportée à cette question structurelle que réside une véritable émergence du continent africain :

Le premier facteur explicatif de l’endettement africain récurrent est le taux de pression fiscale (rapport entre les recettes fiscales et la richesse créée au cours d’une année) en Afrique subsaharienne qui est structurellement bas, inférieur à 20 % du produit intérieur brut (PIB), alors qu’il se situe au-delà de 40 % dans le monde développé. Or, ce sont les ressources fiscales qui constituent l’essentiel des recettes des États, leur permettant de financer les dépenses publiques. Qui dit donc taux de pression fiscale élevé, dit a priori bonne couverture des dépenses publiques par les recettes éponymes.

Le deuxième facteur explicatif du surendettement est le niveau structurellement élevé des taux d’intérêt réels en Afrique, souvent plus du double du taux de croissance économique ; or, quand vous empruntez à un taux d’intérêt supérieur au taux de croissance économique, il y a peu de chances que vous puissiez rembourser votre emprunt, vu que le rythme de création de richesses (le taux de croissance économique) est plus faible que le coût d’acquisition des moyens de création de richesses (taux d’intérêt). Ce raisonnement est aussi valable sur le plan microéconomique que macroéconomique. Résultat des courses pour les États africains, les flux de déficits s’accumulent et se transforment en stock additionnel de dettes en fin d’année budgétaire.

Le troisième et dernier facteur (le plus structurel) est l’étroitesse de la base productive africaine. L’Afrique ne se décide toujours pas à produire elle-même ce qu’elle consomme. Elle se complaît dans la place qui lui a été assignée dans la division internationale du travail, à savoir exportatrice de matières premières dont les recettes sont volatiles et moins élevées que les prix des biens et services qu’elle importe massivement pour faire face à sa forte demande sociale, conformément à la loi dite de Prebisch-Singer. Le résultat de cette insertion primaire de l’Afrique au sein du commerce international est l’accumulation de déficits dits jumeaux, à savoir le déficit budgétaire et celui du compte courant de la balance des paiements.

Une approche inadaptée parce que d’un autre temps

Au final, l’annonce de l’annulation massive de la dette africaine ressemble à s’y méprendre à la prédominance de recettes anciennes pour faire face au nouveau monde. L’Afrique d’après le Covid-19 ne peut accepter de jouer un jeu dans lequel elle sortira une nouvelle fois perdante, car les mêmes causes produiront les mêmes effets.

Des dirigeants qui détournent massivement les aides et prêts à eux consentis par la communauté internationale qui, tel le Tartuffe de Molière, détourne pudiquement les yeux de la mauvaise gouvernance chronique des économies africaines. Peut-on décemment se glorifier d’effacer une dette africaine dont les montants n’ont que très peu aidé l’Afrique ? Peut-on applaudir les mauvais élèves au détriment des bons élèves, qui péniblement tentent d’assainir leurs finances publiques année après année, mettent en place le contrôle citoyen de l’action publique et ont à cœur la poursuite de l’intérêt général ? L’allègement de la dette ne doit pas se traduire par une démobilisation générale de l’Afrique qui lutte au quotidien pour sa dignité et sa souveraineté, cette « Afrique d’après » que nous appelons de nos vœux. Il ne doit pas servir à récompenser les « passagers clandestins » de la bonne gouvernance.

L’économie politique de la compassion internationale ne peut être la voie privilégiée de l’émancipation africaine. Méditons ensemble ce proverbe qui dit : « La main qui donne est toujours au-dessus de la main qui reçoit. »

Kako Nubukpo*

* Doyen de la Faculté des sciences économiques et de gestion de l’université de Lomé (Togo), co-coordinateur de l’Initiative « l’Afrique d’après »

Source : Lepoint.fr

 

 

Kako Nubukpo : « Pourquoi les dettes africaines reviennent toujours ? »

Togo, Université de Lomé : Cours en ligne, Oui, sans les moyens, Non !

Ici et ailleurs, la pandémie de Covid-19 est venue bouleverser le cours normal des choses. Toutes les structures ont senti les effets de cette pandémie dû aux mesures de riposte contre cette dernière. Dans cette situation, les structures étatiques et non étatiques cherchent à s’accommoder à cette nouvelle réalité. Au Togo, c’est l’exemple de l’Université de Lomé qui innove en annonçant l’imminence des cours en ligne pour ses étudiants dans un contexte de crise sanitaire où toutes les institutions scolaires et universitaires sont fermées. Une annonce qui laisse les étudiants de ladite institution dans une certaine perplexité.

Les responsables de l’Université de Lomé entendent sauver l’année universitaire 2019-2020 qui est jusqu’alors suspendue à cause des mesures de riposte contre Covid-19. Pour se faire, il est annoncé le début prochain des cours à l’endroit des étudiants de grade Licence et Master via le Réseau Social et Collaboratif de l’Université de Lomé (RESCOUL). Par cet outil, les cours du semestre MOUSSON seront dispensés à ces étudiants qui peuvent depuis leurs lieux de résidence respectifs continuer normalement leur formation.

Si sous d’autres cieux, les pays sont très loin dans ce système de cours en ligne, ce n’est pas le cas pour le Togo encore moins l’Université de Lomé. Mais cette fois-ci, la situation oblige. C’est le seul moyen qui est pour l’instant envisageable. En effet, en cette période de crise, les étudiants et leurs enseignants ne peuvent que se servir du numérique et de l’informatique pour, s’ils veulent réellement diminuer un tant soit peu les dégâts collatéraux de la riposte contre Covid-19 qui a déjà bouleversé le calendrier universitaire (les examens du semestre HARMATTAN suspendus au beau milieu, l’incertitude face à une éventuelle ouverture des portes de l’université…). « La mise des cours en ligne par l’Université de Lomé au profit de ses étudiants donnera l’opportunité à ces derniers de continuer à travailler à distance en toute sécurité en ce moment de restrictions de mobilité face à la pandémie » peut-on lire sur la Page officielle de l’Université de Lomé.

Le système sera donc organisé en sorte que les étudiants tout en suivant les cours auront la possibilité de poser des questions et avoir des réponses de leurs enseignants. Ce sera donc une plateforme d’échanges entre enseignant-étudiant : «Les cours en ligne seront composés d’Unités d’Enseignement théoriques dispensées par l’enseignant et d’une plateforme de questions-réponses entre les étudiants et l’enseignant », explique le communiqué. Vu le jour le 20 avril 2018, le RESCOUL, est un réseau social installé à l’UL pour faciliter les échanges entre les acteurs de ladite communauté. Il est constitué d’un espace virtuel qui renouvelle et enrichit l’expérience pédagogique des membres de la communauté universitaire. Même si durant les deux dernières années le RESCOUL n’a pas rayonné comme les acteurs l’auraient souhaité, c’est donc le moment de mettre à profit cet outil au grand bénéfice de tous les acteurs du monde universitaire.

Cependant, à l’annonce de ces cours en ligne, la satisfaction n’était pas totale au sein des étudiants. Ils ont éprouvé des sentiments mitigés sur la possibilité des cours en ligne vu leurs conditions de vie qui sont devenues encore plus dures depuis l’effectivité des mesures de riposte contre Covid-19.

Les quelques étudiants que nous avons eu à approcher n’ont pas hésité à évoquer les problèmes auxquels ils se confrontent. Pour eux, les cours en ligne sous-entendent un outil informatique en bon état, une bonne connexion internet. Aujourd’hui il y a encore un bon nombre d’étudiant dans les universités du Togo qui ne disposent pas encore d’outil informatique.

Même si ce problème peut être résolu, il faut un moyen financier conséquent pour soit s’acquérir une machine ou se déplacer dans un cyber pour pouvoir suivre les cours. « Jusqu’à présent nous ne sommes pas encore rentrés en possession de nos bourses et allocations 6 mois après la rentrée. Ceci est une parenthèse. Les autorités annoncent des cours en ligne. J’espère qu’elles sont conscientes du coût élevé de la connexion internet dans notre pays. Comment pourrons-nous nous en sortir au moment nous sommes les grands oubliés des mesures d’accompagnement du gouvernement ? » nous a confié un étudiant de l’UL.

Certes, bon nombre d’étudiants faisaient de petites activités en dehors de leurs études pour parvenir à subvenir à leurs besoins les plus élémentaires car les allocations ne servent plus à grand-chose face à la cherté de la vie. D’ailleurs tous ne bénéficient pas de ces allocations. Grace à leurs activités beaucoup arrivent même à payer leurs frais d’inscription. Avec les effets de Covid-19 et les mesures de riposte, toutes ces activités sont à terre. Mais force est de constater que tout ce beau monde est oublié dans les mesures d’accompagnement mises en place par le gouvernement. A l’heure actuelle dans le monde, il serait inconcevable de soutenir que l’étudiant soit encore dépendant de ses parents qui eux-mêmes survivent difficilement.

En réalité, l’initiative des autorités universitaires est dans le fond appréciée par la majorité des étudiants. Mais ceux-ci ne demandent que les moyens soient mis à leur disposition pour les permettre de bénéficier en bonne et due forme de ces cours en ligne. Les autorités universitaires sont donc interpelées pour bien mûrir les réflexions afin que cette mesure innovante ne soit pas un cafouillage qui viendrait semer encore de la confusion au sein des étudiants.

Source : independantexpress .net

 

 

Togo, Université de Lomé : Cours en ligne, Oui, sans les moyens, Non !

 

SIAB : La vache laitière de Victor Ehe

Lorsque le patrimoine financier des investisseurs étrangers est dilapidé, les conséquences économiques pour le pays sont lourdes. Lorsqu’une seule personne en violation de texte exerce une mainmise sur toute une banque, le sort de l’institution est dangereusement menacée et lorsque un seul homme décide de gérer l’agent de tout un Etat dans la confusion l’opacité et les magouilles tous azimuts, il y a mal en la demeure ; Ceci pour attirer l’attention de l’Etat togolais et l’État libyen sur la mauvaise gestion actuelle de la société interafricaine de Banque SIAB. Détournements et malversations, bradage du patrimoine, violation des textes, bonjour les dégâts au centre desquels se trouve Victor N’souwodji EHE, un repris de justice qui s’offre du vent en poupe à la SIAB…

C’est l’histoire d’un avocat de renom, dont nous taisons pour l’instant le nom et le cabinet, qui, pas des tours de passe-passe a réussi à hériter en tant qu’administrateur provisoire, le patrimoine financier libyen au Togo. C’est donc en 2013, par arrêté N°128/MEF/SG/DE du 16 aout 2013 que le Ministre d’alors de l’économie et des finances Adji Otheth Ayassor a signé l’administration de cette banque en faveur de l’avocat. Retourné au barreau, les confrères de l’avocat ont contesté véhémentement cette posture en demandant à l’avocat de choisir entre le commerce et le barreau. Très vite, sans relever le décret, il a à son tour nommé un administrateur pour gérer la SIAB.

Il fera donc recours à un ancien loup qu’il jeta dans la bergerie. Victor N’souwodji EHE, ancien ministre du commerce et des transports, qui a fini sa course du ministère à la prison dans les malversations énormes dans une banque. Mis en berne, il se fera ressusciter donc par son associé avocat qui le propulsera à la tête de la SIAB. Venu pour effectuer 6 mois d’administration, Victor EHE est resté et demeure depuis 2013. Il vient donc de totaliser 7 ans à la tête de la banque, dans une scandaleuse gestion.

Son départ prévu pour fin mars a été encore repoussée pour des manigances qu’il sait organiser. Il est poursuivi actuellement par un audit qu’il a réussi à avorter à plusieurs occasions, traqué par les propriétaires libyens qui veulent prendre la Direction, le sieur EHE s’évertue à rester dans l’ombre de la gestion avec un futur titre de Directeur Général adjoint.

Le 31 juin, si ses incantations ne marchent plus pour une fois, il pourra libérer la banque des saignements financiers.

Un bref aperçu dans ce numéro de la méthode catastrophique de gestion de la banque par le sieur EHE donne du tournis.

Le tableau de bilan d’exercice depuis sont arrivé contient des déficits de plusieurs milliards. Le taux de prêts non recouvrés est très élevé. 7milliards environ en fin d’exercice 2019 contre un déficit de 789 millions de FCFA.

Cela suffit déjà pour exprimer la mauvaise gestion de la banque.

Ce déficit ne profite à personne d’autres qu’à Ehé Victor et ses complices du crime.

Quelques exemples : Il a réussi à débaucher une dame d’une autre structure bancaire qui a réussi à accorder un crédit à sa mère résidant en Côte-D’ivoire. Des centaines de millions de FCFA non encore recouvré qui constituent un véritable manque à gagner pour la banque.

La SIAB est une institution bancaire de la Libye. La Libyan Foreign Bank. L’administration provisoire est donc tenue de rendre compte de la gestion aux autorités libyennes. Mais, dans sa ruse de maintenir ses intérêts et avoir une véritable mainmise sur la banque, le sieur EHE a organisé une escroquerie internationale en proposant aux autorités libyenne la vente de leur part d’action à la société Wari. Rusé et vénal, Ehé a géré seul ce dossier d’achat en tournant tous les acteurs en bourrique, les responsables de Wari aussi. La commission bancaire a finalement rejeté le dossier mais cela a profité au DG de SIAB qui a gagné en temps, deux ans pour continuer à oser maintenir.

Victor EHE est le prototype de banquier carabiné. Il se donne l’habitude de monter des dossiers farfelus, histoire de profiter dans de multiples voyages et missions sur lesquels il profite pour mener ses affaires louches.

La dernière invention de l’espiègle EHE était celle d’une histoire de faussaires saoudiens qu’il a invité à venir piller la banque. Une parenthèse sur laquelle nous reviendrons.

La SIAB n’a pas aujourd’hui d’avenir. Les cadres influents, Directeur commercial, 70 ans, Directeurs des risques 65 ans manquent de performance : Ils sont à la retraite.

La confusion qui règne au sein de cette banque est énorme. La société d’avocat désigné pour gérer l’administration provisoire est en même temps conseil de la banque. Les contestations de ces manœuvres de non-droits sont punies de peines de licenciements. Plusieurs crédits en souffrances. Népotisme à la clé sont des situations qui fragilisent le patrimoine libyen géré par le sieur Victor EHE. Des magouilles dont nous réservons les détails qui surprendront les responsables du secteur bancaire. L’Etat togolais aura sa lourde responsabilité dans cette pagaille, association des banques devra aussi se pencher sur cette affaire qui ne sied pas à une institution sérieuse.

L’économie togolaise pour se stabiliser a besoin des institutions crédibles qui forcent l’admiration et encouragent des investisseurs. Ce n’est pas le cas pour la SIAB qui continue sa descente aux enfers sous les auspices de Victor EHE, un repris de justice.

Carlos Ketohou

Source : independantexpress.net

 

 

SIAB : La vache laitière de Victor Ehe

Togo, Santé publique: Faure, devant la réalité du vide.

« Les conséquences corrigent mieux que les conseils ». C’est une évidence. Seulement qu’au Togo, l’impréparation et l’improvisation qui déteignent sur l’imprécision dans les actions du gouvernement, constituent à n’en pas douter les socles de cette navigation à vue dont souffrent les populations togolaises au titre de victimes collatérales d’un sinistre d’Etat. Sans hôpital de référence, sans dispositifs sanitaires les plus performants, sans eaux ni soutiens aux médecins… voilà le triste paysage sanitaire au Togo d’où le fourvoiement régulier d’un gouvernement en mal de repères face à l’avènement d’un mal mondial : le Covid-19. Mais comment se prendre devant l’urgence ? Voilà toute la complexité d’une réalité.

« A l’impossible, nul n’est tenu ». Cette locution proverbiale devrait normalement être comprise de tous. Mais les membres de l’exécutif togolais semblent ne pas réaliser que lorsqu’on estime que vous n’avez rien et par conséquent, vous ne pouvez rien, c’est dire qu’il n’y a pas moyen à faire la magie devant l’existence du néant. Rien, c’est zéro, pour faire court. Dans ces circonstances, la seule solution qui vaille pour retourner la situation en sa faveur, est de tout faire pour avoir quelque chose avant de prétendre agir plus efficacement.

Mai 2011 : ce fut le début du commencement. Exaspérés par l’insouciance des premiers responsables du pays qui toujours, trainent les pas dans la satisfaction des revendications sociales des médecins, ces derniers, regroupés au sein du SYNPHOT, Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo, ont lancé une série de grèves afin de paralyser leur secteur et ainsi, pousser les membres du gouvernement à agir en bonus pater familias. Mais que nenni !

De cadre de réflexion en cadre de réflexion, d’une commission à une autre et des accords signés sans volontés manifestes de la partie gouvernementale à honorer ses engagements, de 2011 à 2020, neuf années se sont écoulées sans que les réels problèmes évoqués par les praticiens hospitaliers n’aient trouvé satisfaction.

Pour rappel, dans les revendications du personnel soignant, on y trouve l’amélioration des conditions de travail, entre autres, des primes de risques de contagion et primes d’usure psychologique, un audit des centres hospitaliers et des structures sanitaires et l’adoption du statut particulier du personnel de la santé. Mais, de l’ancien ministre de la santé, Komlan Mally à l’actuel, le Pr. Moustafa Mijiyawa sans oublier le passage du Pr. Charles Kondi Agba, plusieurs points de ces revendications n’ont jamais été conclus. Mais ce à quoi, l’on a souvent assisté, est le dilatoire du gouvernement en sus de l’arbitraire sur le fond de propos discourtois de certains responsables de l’exécutif vis-à-vis du personnel soignant.

En effet, en 2015, le temps s’était brusquement arrêté tant les déclarations d’un Premier ministre togolais avaient notoirement choqué. « Le secteur de la santé est pris en otage pour rien par des grèves répétitives », a déclaré l’ancien Premier ministre Arthème Ahoomey-Zunu au personnel soignant lors d’une visite inopinée au Centre hospitalier régional (CHR) de Lomé Commune. (Le centre où l’on traite aujourd’hui les malades du coronavirus). Ce jour-là, le chef du gouvernement avait même mis les pieds dans le plat en tenant un discours qui a irrité plus d’un, surtout les citoyens du « bas peuple ». « Les autorités ne pourront jamais venir se faire soigner dans les hôpitaux. Si on ferme la morgue, et que moi j’ai envie d’aller chercher un corps, j’ai les moyens de la faire. La fermeture de la morgue ne pénalise que le bas peuple », avait-il déclaré sous le regard médusé du personnel soignant. « Ceux-là nous prennent pour des demeurés », a lâché, furieux, l’un des praticiens hospitaliers. C’était le comble, ce jour-là. Mais il convient de noter qu’en ces temps du coronavirus, et les autorités et le bas peuple seront logés à la même enseigne. Nul ne peut avoir ce privilège de prendre à nouveau les airs pour aller se soigner ailleurs. Bien plus, ce sont les mêmes médecins togolais dont ils ont toujours méprisé le droit de grève pour de meilleures conditions de vie et de travail qui seront au chevet de tous, parfois au péril de leur vie. Qui l’eût cru? La roue de l’histoire tourne, elle tournera encore et toujours.

Aujourd’hui, l’histoire semble donner raison à ces valeureux hommes en blouse blanche qui avaient souhaité un audit des centres hospitaliers et des structures sanitaires en vue d’un basculement du Togo vers des hôpitaux plus modernes et donc mieux équipés. C’aurait été le cas depuis des années, soit leur cause entendue par les décideurs, que l’on n’assisterait pas aujourd’hui à ce cocktail d’improvisations observées dans la gestion de la crise sanitaire.

Sans eaux dans les urgences sanitaires au CHR Lomé Commune (CHR-LC) d’après les révélations de certains confrères, une réalité certainement connue des autorités togolaises depuis des années, et des équipements sanitaires assez vétustes…, c’est bien triste que ce soit aujourd’hui que le gouvernement togolais ait pris la mesure de la chose et senti la nécessité d’engager une course contre la montre pour entamer des travaux de rénovation de cette structure et la doter progressivement de matériels adéquats et plus performants. C’est curieux que ce soit aujourd’hui que les premiers responsables du pays se soient réveillés de leur sommeil de plomb pour enfin constater l’échec patent de leur politique nationale de santé. En face d’eux, c’est presque du vide et ils en sont conscients. Parce que la contractualisation tant vantée par le pouvoir public, cette trouvaille des autorités se révèle aux yeux de tous comme de la poudre de perlimpinpin. « La situation est telle que nous avons vraiment le sentiment que le système de santé est sinistré et qu’il faut des mesures urgentes et malheureusement, ces mesures urgentes ne seront pas prises en compte par le processus de contractualisation », déplorait le Pr. David Dosseh au début de cette histoire de contractualisation.

Aujourd’hui, comment comprendre que parmi tous ces centres hospitaliers et structures sanitaires sous contractualisation, le gouvernement togolais n’a pu trouver sur le territoire national, le meilleur endroit pour prendre en charge les malades du covid-19 et qu’il faille se démêler avec le CHR-LC, en vidant un beau matin sans préavis et sans coup férir les patients qui s’y trouvaient? La nation togolaise a indubitablement du chemin à faire.

La réalité est qu’en quinze (15) années de gouvernance sans partage, cette pandémie vient révéler au grand public, les limites du pouvoir togolais en matière de politiques de santé publique. Certes, comparaison n’est pas raison, mais l’hôpital de référence construit au Niger sous l’actuel président Issifou Mahamadou, est un véritable chef-d’œuvre qui vient couronner tous les succès et efforts consentis par ce président pour le peuple nigérien. Un bel exemple à suivre par ses pairs de la sous-région.

« Il n’est jamais trop tard pour bien faire », précise l’adage. Le chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé, peut encore surprendre positivement ses compatriotes. Vivement que cela arrive pour le plus grand bonheur de tous.

Sylvestre Beni

Source : La Manchette No.0103 du 15 avril 2020

 

 

Togo, Santé publique: Faure, devant la réalité du vide.

 

Chronique : Si Kpodzro mérite la croix, l’opposition mérite la guillotine.

De loin, même si nous ne semblons pas être très intéressés, nous avons tout de même suivi en début de semaine, les débats autour d’une déclaration de l’Archevêque émérite de Lomé, Mgr Kossi Philippe Fanoko Kpodzro. Mais, du fait de la fréquence des flèches qui s’abattent sur l’homme, il urge qu’on prenne quelques minutes pour évoquer le sujet. Alors, allons-y !

Dans les faits, une frange de l’opposition, portant le glaive, accuse sans discernements le nonagénaire prélat de tous les péchés d’Israël. D’après leur témoignage, Mgr Kpodzro traitait les leaders de l’opposition de corrompus, pour avoir trahi, selon lui, le peuple en échangeant sa quête pour l’alternance et plus de démocratie contre des sommes d’argent reçues du régime en place. Puis, sur le sujet, cette frange de l’opposition dit être convaincue que cet évêque ne saurait apporter de preuves, au plus, il ne peut qu’énumérer des rumeurs. Marquons l’arrêt !

Aussi bien sur le fond que sur la forme, que reproche-t-on exactement à Mgr Kpodzro ? Reprenons les termes : « Mgr traitait les leaders de l’opposition de corrompus, pour avoir trahi, selon lui, le peuple en échangeant sa quête pour l’alternance et plus de démocratie contre des sommes d’argent reçues du régime en place ». Où se trouve la contrevérité ? N’est-ce pas que dans ce pays, des gens, sans idées et sans stratégies, mus par une haine viscérale qui déchire le Ciel, se sont regroupés par un attelage indigeste appelé C14, et ont bradé sans coup férir l’œuvre de milliers de Togolais par l’acceptation de 30 millions de Francs CFA ? Un fait nié au tout début de toute leur âme avant la répugnante confession : « Oui, nous avons pris 30 millions francs du président Ouattara ». Que le Ciel ait pitié ! Comment de si grands messieurs peuvent naïvement croire que le chef de l’Etat ivoirien peut leur octroyer 30 millions de Francs CFA pour combattre et liquider le régime de son ami ? C’est vrai, qu’il est souvent difficile de réveiller quelqu’un qui fait semblant de dormir.

Bien plus, n’est-ce pas que dans ce pays, sur une chaine de télévision, un opposant a ouvertement déclaré sans être sous l’emprise d’un stupéfiant : « Nous prenons de l’argent (du régime, ndlr), et nous allons encore prendre… » ? La belle vidéo circule encore sur les réseaux sociaux. Alors, que reproche-t-on à Mgr Kpodzro ? Où se trouvent donc les allégations dans ce qu’il a déclaré ? Vous voulez des preuves ? En voilà quelques-unes. Décidément, l’homme oublie très vite. « En outre, pour moi, n’en déplaise à des saintes ni touche, compte tenu de la faible propension des Togolais à financer les activités des partis d’opposition, si un leader de l’opposition prend de l’argent chez quelqu’un du régime pour financer la lutte pour la démocratie, je ne peux pas le condamner », dixit un leader éclairé de l’opposition. Souffrez du terme ! Alors, pourquoi condamnez-vous Mgr Kpodzro ? On nous parlera peut-être de l’attitude primaire de l’homme : « Le mauvais, c’est toujours autrui ». Passons !

Plus loin, il est reproché au prélat de diviser l’opposition. Là, l’on se demande pourquoi certains ont horreur de l’esprit de vérité ? Mgr Kpodzro était-il de l’aventure de la C14 ? A-t-il participé aux réunions du CST ? Etait-il membre du FRAC ? Coordonnait-il les travaux de la Coalition Arc-en-ciel, du FAR, du COD 2, etc. la réponse est bel et bien non. Alors, pourquoi tous ces fronts, coalitions et regroupements n’ont-ils pas résisté au temps et partaient toujours en fumée ? Messieurs, l’inconséquence n’est pas une vertu. La classe politique de l’opposition togolaise porte toujours en elle-même, les germes de sa propre destruction, de sa faillite et de son échec. La raison est simple : c’est la crise de leadership qui tire sa source du mépris, de l’arrogance ou de l’égoïsme surdimensionné et rédhibitoire de quelques messieurs qui peuplent l’opposition et qui toujours, se croient plus importants que les autres, pensant détenir à eux seuls le titre honorifique d’opposants au Togo. Ce sont eux qui peuvent accorder le titre d’opposant aux autres, ce sont eux qui peuvent juger de qui est opposant et de qui est demi-opposant et de qui ne l’est pas. Mais c’est encore eux qui cherchent palabre partout et dans tout. Une bien triste réalité.

De grâce, laissez Kpodzro tranquille. Beaucoup savent aujourd’hui que celui traîne son cercueil avec lui, d’après ses propres déductions, est le vrai opposant au régime togolais. Sans agenda caché, sans courir pour 30 millions, ce vieux espère juste un jour entonner le cantique de Siméon avant de rejoindre le Père céleste : « Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, salut que tu as préparé devant tous les peuples », Luc 2, 29-31. Oui, tout ce qui compte pour Mgr Kpodzro, c’est l’alternance au Togo, juste ça !

Mais attention, l’exercice en soi n’est pas de dédouaner Mgr Kpodzro, loin s’en faut ! Le vieux, par moments, commet des gaffes, il sort des énormités, il cède à sa passion. C’est humain. Rappelez-vous de la récente attitude du Pape François contre une fidèle le 31 décembre 2019 sur le parvis de la basilique Saint-Pierre à Rome en Italie. « Tant de fois nous perdons patience. Cela m’arrive à moi aussi. Je m’excuse pour le mauvais exemple donné hier ». Le Pape François, au lendemain de son geste. Alors, tout homme est faillible. Mais le mal togolais est aussi longtemps porté par des opposants carriéristes, des êtres revanchards qui ne se pardonnent et se mangent crument le nez devant le loup. En fait, ils oublient l’essentiel. « Errare humanum est, perseverare diabolicum » (l’erreur est humaine, persévérer dans son erreur, est diabolique ».

Alors, si Mgr Kpodzro mérite la croix pour ses errements, l’opposition quant à elle mérite la guillotine pour ses trahisons. D’aucuns peuvent se demander si Mgr Kpodzro mérite la croix et l’opposition, la guillotine, qu’en sera-t-il du régime togolais souvent coupable de l’épée contre le peuple ? Il mérite… à vous l’honneur !

Sylvestre Beni

Source : La Manchette

 

 

Chronique : Si Kpodzro mérite la croix, l’opposition mérite la guillotine.

 

Sacré Togo, sacrés Togolais !

Quand on était petits, à l’école primaire, en classe de CM2, début des années 70, on écoutait avec curiosité pendant la leçon de géographie les explications du maître sur ce qu’était « l’anomalie climatique du Sud-Togo ». Certes il était assez facile d’apprendre par cœur l’explication du maître et répéter celle-ci le cas échéant pendant les épreuves du fameux CEP (Certificat d’Etudes Primaires). Mais comme pour beaucoup de mes camardes qui n’avaient jamais encore voyagé au-delà des frontières de notre Sokodé natal cette expression anomalie climatique du Sud-Togo était pour moi aussi un mystère. Il a fallu attendre mes études à l’Université du Bénin, grâce auxquelles j’ai pu vivre une année entière à Lomé pour appréhender concrètement la simple réalité qui se cache derrière cette expression barbare d’anomalie climatique du Sud-Togo. Un camarade m’a dit un jour sur le campus sur le ton de l’ironie que l’expression aurait été inventée par un professeur de géographie en manque d’inspiration. En tout cas, ironie ou pas, l’anomalie climatique du Sud-Togo a fait des ravages parmi des générations d’élèves lors des examens.

En décembre 2017 dernier l’opposition togolaise regroupée au sein de la C14 a remis cette expression au-devant de l’actualité politique dans un document envoyé aux Chefs d’Etat lors du sommet de la CEDEAO en qualifiant cette fois le Togo tout entier « d’anomalie politique au sein de l’espace ouest-africain ». En dehors peut-être de notre cher Président qui présidait aussi le sommet, est-ce que les autres Chefs d’Etat présents avaient compris ce que cela voulait dire ? On peut en douter au vue des volets de bois verts que cette opposition a assénés par la suite à la CEDEAO et ses facilitateurs quand les choses n’ont pas tourné comme on l’espérait.

Anomalie, c’est ce que m’inspirent la plupart des déclarations que j’ai pu lire ou entendre ces derniers jours suite au décès de notre compatriote Edem Kodjo. Comment ne pas parler d’anomalie quand je lis toutes les charges qui sont déversées sur son cadavre encore frais ? L’anomalie ici c’est que pour une fois il y a unanimité entre les Togolais : ceux qui veulent vouer Edem Kodjo aux gémonies et ceux qui, faute de pouvoir le défendre, essayent de lui trouver des excuses, des circonstances atténuantes. Ainsi même ceux qui lui sont plutôt favorables ne peuvent s’empêcher de relever ses « défauts » pour mieux jouer la carte de l’incompréhension, histoire peut-être pour eux de se prémunir contre les réactions courroucées auxquelles s’expose ces derniers temps toute personne qui refuse de porter l’uniforme à géométrie variable du politiquement correct.

C’est sûr et certain, Edem Kodjo ne pouvait pas avoir été un Grand Homme. Il fut au mieux un Homme incompris. Si Edem Kodjo ne pouvait donc pas être un Grand Homme parce qu’il avait servi un régime, je voudrais demander quel type d’homme serait celui qui, lui, avouait en larmes « qu’il n’était qu’au service d’un homme » ? C’est vrai que celui qui sert un homme uniquement est moins responsable que celui qui a servi un système. Equation mathématique à une inconnue : qu’est-ce qui différencie un homme de son système ? Apparemment, comme l’anomalie climatique du Sud-Togo, l’anomalie politique du Togo n’est pas facile à cerner. Place Freau-Jardin, vous vous en souvenez ? C’était certainement une anomalie, intérieurement ministérielle, celle-là.

l y a quelques années, un ami m’annonçait la mort d’un baron du régime Eyadéma. Ma réaction a été spontanément « Paix à son âme ». Ce à quoi mon ami a répondu que je ne dois pas dire ça pour quelqu’un qui a été un baron d’un régime sanguinaire. Moi, surpris, je demande à mon ami, qu’est-ce je devais dire, à son avis. Et face à son silence qui me paraissait trop long, j’avais ajouté, je pouvais aussi dire qu’il aille au diable ou en enfer. Mais qu’est-ce que cela m’aurait rapporté. Rien, répondit mon ami. Puis on passa à autre chose.

Grand ou Petit, Edem Kodjo laisse derrière lui des proches pour qui sa disparition est un immense chagrin, alors laissons les faire leur deuil dans le RESPECT DÛ à toute personne décédée. Edem Kodjo, repose en paix. Condoléances les plus attristées à la famille.

Moudassirou Katakpaou-Touré

Francfort, le 14 avril 2020

 

 

Sacré Togo, sacrés Togolais !

 

Prof. Nubukpo : « L’Afrique d’après le Covid-19 ne peut accepter de jour un jeu dans lequel elle sortira une nouvelle fois perdante »

Réuni lundi en Conseil d’administration, le Fonds Monétaire International (FMI) a approuvé un « allègement immédiat » de la dette du Togo ainsi que de 24 autres pays dans le monde. Cet allègement s’inscrit dans le cadre du fonds de secours en cas de catastrophe déployé par l’institution dans sa réponse à la crise sanitaire du Covid-19 dans le monde. Dans une tribune publiée sur Lepoint.fr, l’économiste togolais Prof. Kako Nubukpo se prononce sur le sujet. Il s’interroge sur la persistance de la dette en Afrique. Pour l’universitaire, l’annulation massive de la dette africaine ressemble à s’y méprendre à la prédominance de recettes anciennes pour faire face au nouveau monde. « L’Afrique d’après le Covid-19 ne peut accepter de jour un jeu dans lequel elle sortira une nouvelle fois perdante, cars les mêmes causes produiront les mêmes effets », a-t-il averti. Lecture !

Les chiffres donnent le tournis : les ministres africains des Finances et l'Union africaine demandent un allègement immédiat de la dette de 44 milliards de dollars et la constitution d'un fonds supplémentaire de 50 milliards de dollars pour faire face au report du paiement des intérêts de la partie non-annulée de la dette africaine. Après le FMI et la Banque mondiale, le G20 et le président français Emmanuel Macron ont annoncé un allègement massif de la dette africaine. Même le pape François a réclamé dimanche dernier lors de sa bénédiction pascale « Urbi et Orbi » l'annulation de la dette africaine. De quoi ce bel unanimisme est-il l'expression ? Pourquoi les dettes africaines reviennent de façon récurrente dans le débat international comme l'illustration de la compassion du reste du monde à l'endroit de l'Afrique ?

Au départ, une vision de la solidarité pour le développement

Le monde de l'après-Seconde Guerre mondiale s'est construit sur l'idée que les pays riches devaient aider les pays pauvres à impulser leur processus de développement, en finançant l'écart entre les besoins d'investissement de ces derniers et leur faible épargne intérieure. Le schéma fut celui du plan Marshall qui a permis à l'Europe de financer sa reconstruction et d'enclencher la période faste dite des Trente Glorieuses, qui prit fin avec la première crise pétrolière de 1973.

Cette vision de l'aide connut d'autant plus de succès qu'elle était d'une simplicité désarmante – l'appui financier dédouanait de l'effort d'appréhension de la complexité des spécificités institutionnelles – et semblait obéir à une logique de gains mutuels dans la mesure où des pays aidés renouant avec la prospérité économique deviennent de facto des partenaires commerciaux florissants : « La marchandise suit l'aide. »

L'Afrique n'échappa pas à cette doctrine portée au pinacle par le FMI et la Banque mondiale et illustrée par une série de plans successifs d'allègements de la dette : le plan Brady, le plan Baker, le plan Kissinger, etc. du nom de secrétaires d'État américains successifs, jusqu'à l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) qui a permis au début des années 2000 d'effacer massivement la dette africaine.

L'implacable réalité pour l'Afrique

La logique derrière l'allègement de la dette est implacable : pour que l'Afrique soit un véritable partenaire commercial, c'est-à-dire pour qu'elle puisse acheter des biens et services en provenance du reste du monde, il faut qu'elle puisse disposer de marges de manœuvre budgétaires et des ressources privées suffisantes, la fameuse capacité d'absorption. Mais pour que sa capacité d'absorption fût préservée, il fallait régulièrement effacer sa dette dont le service (remboursement d'une partie du principal et des intérêts) plombe sa capacité à s'insérer harmonieusement dans le jeu commercial international. Les annonces actuelles d'annulation des dettes africaines n'échappent pas à cette logique, dans un contexte où l'après-crise de Covid-19 s'annonce difficile pour les économies du monde développé et émergent.

Pourquoi la dette persiste-t-elle ?

En revanche, relativement peu de gens se posent la question de savoir pourquoi les dettes africaines reviennent toujours, pourquoi l'Afrique n'arrive pas à se sortir de la spirale infernale du surendettement. Or, c'est dans la réponse apportée à cette question structurelle que réside une véritable émergence du continent africain :

Le premier facteur explicatif de l'endettement africain récurrent est le taux de pression fiscale (rapport entre les recettes fiscales et la richesse créée au cours d'une année) en Afrique subsaharienne qui est structurellement bas, inférieur à 20 % du produit intérieur brut (PIB), alors qu'il se situe au-delà de 40 % dans le monde développé. Or, ce sont les ressources fiscales qui constituent l'essentiel des recettes des États, leur permettant de financer les dépenses publiques. Qui dit donc taux de pression fiscale élevé, dit a priori bonne couverture des dépenses publiques par les recettes éponymes.

Le deuxième facteur explicatif du surendettement est le niveau structurellement élevé des taux d'intérêt réels en Afrique, souvent plus du double du taux de croissance économique ; or, quand vous empruntez à un taux d'intérêt supérieur au taux de croissance économique, il y a peu de chances que vous puissiez rembourser votre emprunt, vu que le rythme de création de richesses (le taux de croissance économique) est plus faible que le coût d'acquisition des moyens de création de richesses (taux d'intérêt). Ce raisonnement est aussi valable sur le plan microéconomique que macroéconomique. Résultat des courses pour les États africains, les flux de déficits s'accumulent et se transforment en stock additionnel de dettes en fin d'année budgétaire.

Le troisième et dernier facteur (le plus structurel) est l'étroitesse de la base productive africaine. L'Afrique ne se décide toujours pas à produire elle-même ce qu'elle consomme. Elle se complaît dans la place qui lui a été assignée dans la division internationale du travail, à savoir exportatrice de matières premières dont les recettes sont volatiles et moins élevées que les prix des biens et services qu'elle importe massivement pour faire face à sa forte demande sociale, conformément à la loi dite de Prebisch-Singer. Le résultat de cette insertion primaire de l'Afrique au sein du commerce international est l'accumulation de déficits dits jumeaux, à savoir le déficit budgétaire et celui du compte courant de la balance des paiements.

Une approche inadaptée parce que d'un autre temps

Au final, l'annonce de l'annulation massive de la dette africaine ressemble à s'y méprendre à la prédominance de recettes anciennes pour faire face au nouveau monde. L'Afrique d'après le Covid-19 ne peut accepter de jouer un jeu dans lequel elle sortira une nouvelle fois perdante, car les mêmes causes produiront les mêmes effets.

Des dirigeants qui détournent massivement les aides et prêts à eux consentis par la communauté internationale qui, tel le Tartuffe de Molière, détourne pudiquement les yeux de la mauvaise gouvernance chronique des économies africaines. Peut-on décemment se glorifier d'effacer une dette africaine dont les montants n'ont que très peu aidé l'Afrique ? Peut-on applaudir les mauvais élèves au détriment des bons élèves, qui péniblement tentent d'assainir leurs finances publiques année après année, mettent en place le contrôle citoyen de l'action publique et ont à cœur la poursuite de l'intérêt général ? L'allègement de la dette ne doit pas se traduire par une démobilisation générale de l'Afrique qui lutte au quotidien pour sa dignité et sa souveraineté, cette « Afrique d'après » que nous appelons de nos vœux. Il ne doit pas servir à récompenser les « passagers clandestins » de la bonne gouvernance.

L'économie politique de la compassion internationale ne peut être la voie privilégiée de l'émancipation africaine. Méditons ensemble ce proverbe qui dit : « La main qui donne est toujours au-dessus de la main qui reçoit. »

Source: Le point.fr

 

 

Prof. Nubukpo : « L’Afrique d’après le Covid-19 ne peut accepter de jour un jeu dans lequel elle sortira une nouvelle fois perdante »

Armées togolaises : Voici venue l'heure…

L’armée togolaise n’est pas assez entrée dans l’histoire ! Cette formulation de forme est empruntée d’un discours de l’ancien président français Nicolas Sarkozy qui plutôt disait que « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire ». Ainsi, s’agissant du Togo, ce serait bien d’ajouter à l’idée l’adverbe positivement pour être au complet. L’armée togolaise n’est pas assez positivement entrée dans l’histoire. Car, les tragiques évènements qui tracent la vie politique de la nation togolaise ont toujours laissé au fil des années, des étiquettes malheureuses sur ce corps de métier, notamment les FAT, forces armées togolaises. Puis, les années passent sans qu’il ne soit possible de changer le cours de l’histoire et des conceptions. Or, ce n’est pas pour autant des occasions qui manquent.

Trêve de spéculations ! Il ne s’agit en aucun cas, dans l’idée, d’appeler les FAT à faire un coup d’état pour entrer dans l’histoire, non ! Ceux qui tiennent des discours contraires ont peut-être une raison qui ici, n’est pas la nôtre. Puisqu’en vérité, il s’agit d’inviter un corps de métier à marquer positivement l’histoire, impacter son pays, œuvrer à sortir de l’esprit des populations togolaises toutes ces pages noires qui font malheureusement son histoire.

Le 13 janvier 1963, c’est à travers un coup d’état que les forces armées togolaises se sont illustrées et immiscées sur la scène nationale et internationale, renvoyant l’image d’un Togo, premier pays a assassiné son premier président démocratiquement élu. Puis, l’enfer se perpétue. Le 13 janvier 1967, bis repetita, prise de pouvoir par l’armée avec Eyadema ; 05 octobre 1990, répression sanglante d’un soulèvement populaire ; 03 décembre 1991, attaque du gouvernement de la transition démocratique de Me Joseph Kokou Koffigoh ; 05 mai 1992, le carnage de Soudou ; 22-23 octobre 1992, prise d’otage des membres du HCR, Haut Conseil de la République de Mgr Kpodzro ; 23 juillet 1992, meurtre de Tavio Ayao Amorin ; 25 janvier 1993, tragédie de Fréau Jardin sans oublier les massacres de la lagune de Bè en avril 1991 et les tristes souvenirs des mois de février et avril 2005 après la surprenante disparition du général président Gnassingbé Eyadema…la liste est longue.

En effet, la litanie des faits politiques majeurs que retient l’histoire de la République du Togo n’honore pas les FAT. Sur plusieurs tableaux, elles ont toujours été citées en mal. Car, la population togolaise dans sa majorité semble garder une certaine aversion vis-à-vis des hommes en treillis à cause du comportement des « éléments incontrôlés » qui sèment la désolation. Le général Eyadema l’a su et, plusieurs initiatives ont été prises pour corriger le tir et retisser les liens. Mais, c’est sans succès. L’époque de réconciliation armée-nation initiée par le président Eyadema après des heures de heurts, n’a absolument rien donné vu que les divisions étaient incommensurables et les blessures, trop profondes. Il fallait bien plus pour recolmater les brèches. Désormais, il faut tout refaire.

Covid-19, et si c’est enfin le moment !

Dans les mesures urgentes de riposte contre la propagation du virus, le Gouvernement togolais a décidé d’un couvre-feu de 20h à 6h. Environ 5000 hommes ont été retenus pour assurer le respect de cette mesure gouvernementale. Et c’est fini ! certains de ces hommes en uniforme croient avoir reçu le permis de la violence.

Au premier jour du couvre-feu, ils se sont déchaînés sans ménagement sur de pauvres populations civiles sans défense, c’est-à-dire, sur des individus qui, à moins qu’ils ne soient des « récalcitrants » selon le terme du ministre de la sécurité Yark Damehame, se trouvent pris ou surpris dans la rue aux heures prévues pour le couvre-feu. La violence inouïe de ces treillis sur leurs compatriotes a souvent laissé l’opinion nationale, voire internationale sans voix. Espéraient-ils l’occasion pour en découdre avec une population civile de laquelle ils sont issus ? La question reste posée. Mais rien n’est encore perdu pour tout esprit épris de changement car, dans la vie, il y a toujours de réelles chances pour se reprendre et changer.

En effet, sur plusieurs cieux, en cette difficile période de coronavirus, ce sont les forces armées qui viennent prêter main forte aux médecins qui sont en première ligne de la lutte contre la pandémie. Les exemples sont légion, il faut juste énumérer quelques-uns.

En France par exemple, les forces armées ont été déployées sur tous les fronts face à un ennemi invisible, la pandémie du covid-19. Ils aident les médecins dans le transfert des patients afin d’éviter l’engorgement des urgences hospitalières. En Espagne, les militaires sont présents dans toutes les régions du pays pour transporter les morts, bâtir en temps record des hôpitaux de campagne et désinfecter des bâtiments publics et privés. En Italie, ils sont nombreux sur tous les fronts. Pas plus loin du Togo, le Ghana, les forces armées se sont mobilisées pour aider les civils à dégager les immondices qui peuvent être sources de contamination de la maladie. Pendant ce temps, au Togo, la population est en courroux contre les forces armées du fait des zélés qui peuplent ce corps et qui excellent dans des violences aveugles et barbares en cette période de crise qui commande l’union.

Alors, pour finir avec cette triste image collée aux Forces armées togolaises qui souvent, se défoulent sur les civils, M. François Boko, ancien officier de la gendarmerie togolaise propose d’« évitez d’utiliser les moyens militaires uniquement sous l’angle coercitif et de contrôle de la population. Optimisez-les plutôt sous l’angle humanitaire afin qu’ils participent à l’effort collectif de lutte contre la pandémie du Covid-19 : opportunité d’une cohésion nationale au Togo ». Il a aussi souhaité qu’on « instruise la hiérarchie militaire et celle de l'administration pénitentiaire à établir et exécuter un plan de pulvérisation et d’assainissement des casernes, des établissements pénitentiaires et autres lieux de détention de la police judiciaire au Togo ». Pourquoi ne peuvent-ils pas aider à désinfecter les marchés et autres espaces publics dans le pays, sans oublier les zones à forte concentration les jours ouvrés ? D’ailleurs cela répond bien aux dispositions de l’article 149 de la Constitution Togolaise qui donne plein droit à l’armée d’accomplir les travaux d’utilité publique. Se faisant, les éléments de la police, de la gendarmerie ou de l’armée auront du prix aux yeux des Togolais.

En somme, l’idée reste noble et peut valablement contribuer à regarder autrement que méchamment les Forces armées togolaises. Ce serait aussi l’occasion pour les treillis de se faire tant soit peu pardonner par un peuple qui se sent souvent méprisé et martyrisé pour ses envies de liberté et de démocratie. Ainsi, l’on parlera d’une armée utilitaire, d’une armée du peuple, une armée au service du peuple. Aussi ne cesserait-on de le dire, l’armée qui sait manier et le bâton et la carotte, c’est-à-dire jouer sur la pédagogie avant la sanction est plus respectée.

Au demeurant, aux FAT, les populations togolaises ne leur demandent qu’une chose : le respect des dispositions constitutionnelles qui régissent leur profession. Article 147 de la Constitution : « Les Forces armées togolaises sont une armée nationale, républicaine et apolitique… ». C’est dire que l’image des hommes en tenue qui criaient un coup K-O lors de la dernière campagne présidentielle, cette image doit en réalité faire pitié et, à partir du moment où l’on opte pour le professionnalisme, elle ne sera désormais qu’un mauvais souvenir. C’est une certitude que les Forces armées togolaises jouent un grand rôle dans la protection et la défense du territoire national, une mission ô combien difficile et compliquée qui mérite respect et encouragement de la part des populations. Cependant, il ne reste qu’à l’armée de soigner au mieux, ses relations avec les civils. En réalité, c’est de ça qu’il s’agit.

Alors, Forces armées togolaises, voici venue l’heure du changement pour tous !

Sylvestre BENI

 

 

Armées togolaises : Voici venue l'heure…

 

Togo, Solidarité : Cuba envoie des médecins, la France interdit des journaux !

Avec 77 cas confirmés, dont 44 actifs pour 29 guérisons, trois décès, la pandémie du Covid-19 continue de progresser au Togo, à un rythme moins élevé pour l’instant que celui des pays développés. Dans ce contexte, Cuba a décidé répondu favorablement à la demande des autorités togolaises et envoyé au Togo des médecins de la « 18ème Brigade médicale Henry Reeve » pour lutter contre la pandémie.

La Solidarité internationale, Geste rare en ces temps de crise !

C’est par un message Twitter que l’ambassadeur de Cuba auprès de l’Union Africaine, M. Angel Villa a indiqué : « La brigade médicale cubaine arrivera au Togo pour combattre le Covid-19. La solidarité prévaut ! » Effectivement et c’est à mettre à l’honneur de ce petit pays des caraïbes dont la réputation en matière de système de santé n’est plus à faire. Et le ministre des affaires étrangères de Cuba, M. Bruno Rodriguez Parilla ajoute : « C’est la première fois qu’une brigade médicale cubaine apporte son appui au Togo. C’est un engagement de Cuba envers un pays avec lequel nous avons des liens historiques d’amitié et de solidarité ». Sur son compte twitter le ministre indique que « La pandémie #Covid-19 ne respecte ni frontières ni idéologies. La ccopération internationale est essentielle pour freiner sa progression et en atténuer les effets. Les différences politiques doivent être écartée, pour ouvrir la voie à la recherche conjointe des réponses nécessaires. #Cubasalvavidas ». [Cuba sauve des vies, NDLR] [i] Le ministre Cubain poursuit « Les médecins cubains ont été accueillis par le premier ministre Togolais, Komi Sélom Klassou, le ministre des affaires étrangères Robert Dussey et le ministre de la santé. Le premier ministre a transmis les remerciements de son président à Cuba ».

Ce renfort de médecins cubains arrivés au Togo, prolonge la solidarité internationale de la République socialiste de cuba envers l’Afrique ou des médecins cubains de « 18ème Brigade médicale Henry Reeve » sont à pied d’œuvre en Angola depuis plus d’une semaine.

Les mots du ministre cubain « La pandémie #Covid-19 ne respecte ni frontières ni idéologies », prennent tout leur sens, si l’on se rappelle qu’au mois de mars, lorsque l’Union européenne restait sourde et ne répondait pas aux appels urgents à l’aide de l’Italie, à ce moment pays du monde le plus durement frappé par la crise du Covid 19, une équipe de 52 médecins cubains de la « Brigade médicale Henry Reeve » a forcé l’admiration en débarquant le 21 mars en Lombardie province la plus durement affectée par la pandémie, ou ils furent accueillis comme des héros. Une seconde équipe a ultérieurement été envoyée en Italie. « Cuba est un petit pays, mais ce que nous pouvons offrir est notre capacité médicale et nous l’offrons avec le cœur », avait déclaré au journal La Stampa, José Carlos Rodriguez l’ambassadeur de Cuba en Italie. [ii]

Cuba, petit pays des caraïbes de 11 millions d’habitants, a développé sous l’impulsion de Fidel Castro, un système de santé publique qui compte 34 universités de médecine, 95.000 médecins, dont 15.000 dentistes, 89.000 infirmiers et infirmières et personnels de santé. A Cuba la santé est une priorité et l’expertise de ses équipes médicales, notamment en matière de lutte contre les pandémies s’exporte dans le monde entier. Plusieurs équipes médicales Cubaines se sont précédemment employées en Afrique, notamment pour lutter contre l’épidémie Ebola. Répondant à une demande de l’OMS, trente des médecins de cette brigade avaient été mobilisés en 2014 pour lutter contre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Habitués des coopérations internationales, plus de 50.000 professionnels de santé de Cuba, travaillent dans plus d’une quarantaine de pays à travers le monde. A ce jour, depuis le début de la pandémie, Cuba, fidèle à ses traditions et à sa politique de coopération internationale a répondu positivement aux 13 autres pays qui après l’Italie ont sollicité son aide dans la lutte contre le Covid-19, et envoyé plusieurs centaines de médecins en Andorre, Angola, Belize, Grenade, Jamaïque, Mexique, Nicaragua, Suriname, Venezuela, Togo…, et se déclare encore prêt à répondre à toutes les demandes d’aide médicale.

Il est souhaitable qu’une fois terminée la pandémie et le Covid-19 maitrisé grâce aux progrès de la recherche médicale, tous ces pays qui ont reçu l’aide concrète des médecins cubains, se souviennent de ce qu’est la solidarité internationale de Cuba, et l’appuient de manière diplomatique, dans sa demande incessante afin que soit levé le blocus criminel mené par les Etats-Unis à son égard depuis le 3 février 1962. Les Etats-Unis qui en ces temps de crise sanitaire ont fait preuve d’égoïsme, pratiquant la mondialisation à rebours par une politique forcenée du chacun pour soi, les conduisant à se rendre sur les tarmacs des aéroports de Chine, pour détourner des masques sanitaires de leur destination en rompant les contrats commerciaux et en payant trois fois le prix en cash. Ou encore lorsque Donald Trump, le « faiseur de deals », en personne a tenté d’attirer aux Etats-Unis les chercheurs allemands de la société CureVac à Tübingen et d’acheter l’exclusivité pour le sol américain d’un éventuel vaccin qu’il était prêt à payer jusqu’à un milliard de dollars pour s’assurer que le médicament en développement dans le laboratoire allemand bénéficie en priorité aux américains.[iii] Ce qui a provoqué la réaction cinglante de l’épidémiologiste allemand et député du SPD, Karl Lauterbach « Le Capitalisme a ses limites. Le gouvernement américain a fait un acte extrêmement hostile ». Pour ce qui concerne le Togo, l’aide des Etats-Unis jusqu’à présent consiste en une vidéo de l’ambassadeur Éric Stromayer appelant au confinement, diffusée le 25 mars 2020. [iv]

S’il faut saluer la solidarité concrète de Cuba pour lutter contre la pandémie du Covid-19, au vu de l’attitude des Etats-Unis, il est permis de s’interroger sur l’aide concrète apportée au Togo dans ce cadre par ses alliés « traditionnels », parmi lesquels les pays du G5 Togo.

Covid-19 : Quelle solidarité avec le Togo de la part des pays du G5 ?

La coordination du G5 Togo, composée de la France, de l’Allemagne, des Etats-Unis, de l’Union Européenne, et du Système des Nations-Unies, si prompte à se pencher sur l’état de la démocratie au Togo et faire des recommandations à Faure Gnassingbé et au gouvernement, en acceptant sans broncher qu’elles ne soient jamais respectées [v], semble pour l’instant répondre aux abonnés absents. Pas une once d’aide médicale concrète au Togo depuis le début de la pandémie.

En France, depuis le début de la pandémie Macron et son gouvernement étalent aux yeux du monde, le visage de l’incurie et l’incapacité à coordonner efficacement la lutte contre la pandémie. A tel point que des députés de tous bords politiques ont écrit au premier ministre Edouard Philippe pour demander l’aide des médecins cubains pour faire face à l’épidémie. C’est dire !

Sollicitation restée jusqu’ici lettre morte, la France préférant du haut de sa fierté offrir le spectacle des querelles picrocholines au sein du milieu médical et de l’inefficacité de ses dispositifs de lutte, qui conduisent à recourir au confinement comme seul remède efficace, une solution qui remonte au Moyen-âge. « Confiner l’ensemble de la population sans dépister et sans traiter, c’est digne du traitement des épidémies des siècles passés. La seule stratégie qui fasse sens est de dépister massivement, puis confiner les positifs. », résume Jean-Dominique Michel, expert en santé publique, anthropologue de la santé.

D’un côté, un Professeur, Didier Raoult, sommité mondiale en tant que spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes, bien connu des milieux médicaux africains où il intervient régulièrement. A l’IHU Méditerranée Infection qu’il a créé et dirige à Marseille, ses équipes ont massivement dépisté, puis traité plusieurs milliers de patients à la chloroquine associée à un antibiotique, obtenant des résultats remarquables (après 10 jours 91,7% des patients avaient une charge virale nulle).[vi] De l’autre une horde de confrères détracteurs, souvent liés contractuellement à des laboratoires pharmaceutiques, qui récusent la méthode semble-t-il efficace de Raoult et préconisent d’attendre des essais cliniques dont les résultats n’interviendront qu’une fois la pandémie terminée.

Ce médicament à très bas coût, 5€ environ soit 3279 FCFA, pourrait intéresser au premier chef, les pays à faibles revenus. Il est d’ailleurs officiellement retenu et préconisé par le Sénégal.

Dans la même période un décret du 28 mars 2020, premier ministre Edouard Philippe et du ministre de la santé Olivier Véran, déclenchait une polémique en autorisant un médicament le Rivotril, habituellement utilisé sur des patients en détresse respiratoire. A tel point qu’un syndicat professionnel Jeunes Médecins a demandé au Conseil d’Etat de suspendre le dispositif arguant : « L’administration de cette molécule (contre-indiquée en cas d’insuffisance respiratoire) à un patient souffrant du Covid-19 aura pour effet d’atteindre une sédation terminale à domicile entrainant le décès » [vii]. Certains ont immédiatement interprété cela comme une mesure d’euthanasie quand d’autres s’en défendent. Rien que ça !

Si l’Allemagne semble, s’être mieux tirée de la situation de crise sanitaire, grâce à un dépistage massif des populations à risque, les Etats-Unis ne sont guère mieux lotis que la France, quant aux autres pays de l’Union européenne, l’Italie et l’Espagne sont les pays européens qui jusqu’à présent ont payé le plus lourd tribut, malgré un recours massif au confinement des populations.

À force d’avoir obéi aux injonctions de l’Union européenne et sacrifié la santé publique et ses hôpitaux sur l’autel des politiques néolibérales et du marché, l’impréparation notoire aux situations de pandémie se paye aujourd’hui cash, et au prix fort. Après avoir constaté la pénurie de masques et de tests réactifs de dépistage du fait des décisions des gouvernements successifs de Chirac, Sarkozy et Hollande, qui ont appliqué le crédo néolibéral a la politique nationale de santé, et choisi délibérément de supprimer les stocks de réserve au motif de faire des économies de bouts de chandelle, la France est ainsi devenue en ces temps de crise sanitaire sous la gouvernance de Macron, la république des ordres et des contre-ordres, menant une politique de la chèvre et du chou ! Le système médical français sous Covid-19 est un champ de ruines : « pour se fabriquer des sur-blouses de fortune, c’est la course aux sacs-poubelles. Des ateliers de bénévoles découpent et cousent, à leur domicile, du polyester récupéré (entre autres) chez Gamm’Vert. Les masques sont toujours délivrés au compte-gouttes, et pas les FFP2 espérés. Dans les hôpitaux on surveille les stocks de tout, de crème hydratante, de combinaisons, de médicaments. »[viii] …

Pour ce qui est du Togo, bien qu’ayant fait appel aux médecins cubains, les togolais, ne manquent heureusement pas de ressources internes. Après avoir salué l’initiative de plusieurs stylistes et créateurs de mode, tels Saint Addy et Nadiaka (Nadia Karimu-Yessoufou), qui se sont mis spontanément à fabriquer des masques dont le pays était complètement démuni, il est aussi permis de saluer l’initiative de trois jeunes spécialistes des techniques de l’information et de la communication et de l’impression 3D, qui ont dans l’urgence fabriqué un respirateur artificiel dont les tests se sont avérés probants et des visières de protection, selon les explications données par les créateurs qui ont travaillé dans le cadre du Hub de créativité NUNYA LAB, Foli-Bebe Ousia Assiongbon, Directeur Exécutif de EcoTecLab, Komlan Sylvestre Olando, Directeur exécutif de Tidd et Kossi Akapko Fab Manager Fablab ENSI UL[ix]. Il est souhaitable que le plan de soutien de 400 milliards décidé par le gouvernement vienne en aide à ces jeunes pour les aider concrètement à financer ce type de production d’intérêt public. C’est dans cette direction que devrait se tourner le Professeur Kouami Kokou, Directeur de la recherche scientifique du Togo, qui venu s’enquérir de l’avancement des travaux a déclaré « être impressionné », avoir vu du « Top, du haut niveau », a « encouragé les jeunes à aller très vite » et « qu’il verrait dans le cadre de la Commission quel soutien il pourrait apporter à cette équipe-là pour passer du stade de prototype à celui de la production ». La professeur Kokou devrait saisir d’urgence la Coordination Nationale de Gestion de Riposte au Covid-19 au Togo (CNGR Covid-19), censée harmoniser les actions et pallier rapidement aux effets collatéraux négatifs des mesures d’urgence.

Cette créativité permet de mettre à l’honneur les jeunes togolais qui font fi du confinement intellectuel et au lieu de subir font preuve de capacités de réaction à une situation de crise et agissent pour l’intérêt commun.

Il est donc suggéré à l’Etat togolais de valoriser l’initiative de ces jeunes créateurs, en poursuivant sa coopération médicale avec Cuba et en l’aidant à se procurer des respirateurs. Une coopération intelligente au moment ou en raison du blocus des Etats-Unis, Cuba se trouve privé de sa source d’approvisionnement principale en respirateurs pulmonaires, les sociétés suisses IMT Medial AG et Acutronic. Sans doute par souci d’« humanisme confiné » au seul territoire des Etats-Unis, la société américaine Vyaire Medical Inc. Basée dans l’illinois vient d’acquérir au prix fort les deux fabricants suisses. Elle a aussitôt signifié à Medicuba, société importatrice du ministère cubain de la santé publique, « la ligne directrice de l’entreprise que nous avons aujourd’hui est de suspendre toute relation commerciale avec Medicuba » [x]. Si comme l’affirmait Karl Lauterbach à propos des vaccins « Le Capitalisme a ses limites », l’égoïsme des Etats-Unis lui est sans limites.

Difficile dans les conditions que nous venons de décrire, d’attendre le moindre élan de solidarité de la part des pays du G5 tous empêtrés dans une gestion de crise on ne peut plus approximative.

Quant au sens de l’intérêt commun on ne saurait donc mettre tout le monde sur le même plan au constat du rôle de certains dans cette période tourmentée.

La France n’envoie pas de médecins, sa diplomatie attaque la Liberté d’expression et fait interdire trois Journaux togolais, Liberté, L’Alternative, et Fraternité

À la différence de soixante millions de français, la diplomatie française au Togo, ne semble pas vouloir rester confinée… Ainsi avons-nous assisté en pleine épidémie de Coronavirus au déploiement de zèle de l’ambassadeur de France au Togo pour obtenir de la HAAC [xi], la suspension et l’interdiction de parution des journaux L’Alternative, Liberté, et Fraternité, qui au lendemain de l’élection présidentielle du 22 février 2020, avaient osé donner leur avis quant au soutien sans retenue de l’ambassadeur de France à Faure Gnassingbé, dénonçant des entorses à la neutralité.

Cette suspension fut perçue comme l’art de souffler le chaud et le froid, dans les relations entre la France et le Togo, l’art de manier la carotte et le bâton.

Faisant fi des querelles secondaires, une partie de la presse togolaise, la presse debout, lassée des atteintes répétées contre son indépendance, est entrée au Togo dans un affrontement direct et non plus à fleurets mouchetés avec une partie de la diplomatie internationale représentée au Togo, notamment la France. Sans faire un foin du diable, ni entrer dans la gesticulation stérile, ils ont décidé de porter leur riposte au seul niveau qui convient, à savoir le ministre de tutelle de l’ambassadeur de France au Togo, le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian.

Ainsi le Comité de soutien aux journaux Alternative et Liberté a adressé les 19 mars 2020 au ministre français une lettre de protestation reproduite en annexe dont l’objet affichait clairement la couleur : « Atteinte à la liberté de presse – Protestation contre Marc Vizy Ambassadeur de France au Togo »

Il est possible d’interpréter la demande formulée au ministre par le comité de soutien comme une demande de condamnation d’une forme de « diplomatie compradore », qui consiste à vouloir éradiquer la possibilité d’expression de toute forme de critique de l’action publique, voire d’instituer comme règle l’occultation de la vérité. !

Les journalistes togolais considèrent que l’ambassadeur de France, pas plus qu’il n’était qualifié, es-qualité d’expert sanitaire, pour démontrer que la brasserie BB Lomé propriété du groupe français Castel Frères[xii], respectait ou non les règles sanitaires, ne pouvait davantage démontrer que les critiques formulées à son égard quant à ses propos systématiquement laudateurs du régime Gnassingbé n’étaient pas fondées, à la lecture et à l’écoute de ses nombreuses déclarations publiques relayées par la presse togolaise.

Le quotidien Liberté qui pour la première fois en quinze ans d’existence a été obliger de baisser le rideau pendant quinze jours, avait écrit que : « Depuis son arrivée au Togo, l’ambassadeur de France au Togo, s’est toujours comporté comme si te Togo n’avait aucun déficit démocratique et que chacune des institutions jouait véritablement son rôle. »

La période actuelle caractérisée par la crise sanitaire provoquée par la pandémie du Covid-19, ne semble pas plaider en faveur de la France et atteste que celle-ci parait bien mal placée pour distribuer des accessits dans la mesure ou jour après jour la gestion de la crise par le gouvernement français montre l’amateurisme et des capacités d’organisation défaillantes.

Vivement le retour de Liberté, L’alternative et Fraternité dans les kiosques et plein soutien à tous ces journalistes courageux qui mènent sans faillir le combat pour la liberté d’expression.

Le Couvre-feu fera-t-il plus de victimes au Togo que le Covid 19 ?

Nous avions déjà alerté et interrogé sur les véritables intentions du gouvernement à propos du couvre-feu instauré pour une durée indéterminée au prétexte de la lutte contre le Covid-19.

Il semblerait, que les craintes de nombreux citoyens togolais soient fondées puisque chaque jour apporte son lot d’exactions et d’atteintes à la dignité humaine, au vu des témoignages de plus en plus nombreux relatés par la presse togolaise indiquant que les soldats, gendarmes et policiers chargés de faire respecter cette disposition restent fidèles aux habitudes récurrentes de répression du régime RPT/UNIR de Faure Gnassingbé. Ils brutalisent sans raison apparente les paisibles citoyens, enfants, jeunes adultes et même des personnes âgées. On peut ainsi voir dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux [xiii], une grand-mère molestée et blessée à Devinkinmé, à quelques kilomètres à l’est de Lomé.

Plusieurs autres cas de violences ont également été signalés, viol d’une fille dans la préfecture des lacs, un jeune qui revenait de son travail à Zanguéra et fut interpellé aux environs d’Avédji-Limousine, est décédé après avoir été roué de coups jusqu’à l’éclatement des testicules [xiv]. La famille du jeune garçon n’entend pas se taire et demande que justice soit faite.

La lutte contre le Covid-19, ne saurait servir de paravent à des violences gratuites sans aucune justification dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Cette réalité vécue par les togolais depuis que l’état d’urgence a été décrété pourrait peut-être conduire l’ambassadeur de France au Togo à aider les victimes et leurs familles à obtenir réparation. Les exactions commises ces derniers jours sous couvert du respect du couvre-feu, pourraient peut-être permettre à l’ambassadeur de réviser ses « certitudes », à travers les propos qu’il avait tenus en 2018, quelques mois après sa prise de fonctions au Togo, devant un parterre de journalistes et d’hommes d’affaires à l’occasion de l’inauguration d’un nouvel entrepôt de l’entreprise française AGS : « Le Togo connait quelques turbulences politiques souvent un peu exagérées par les médias {…}Nous sommes convaincus que cet épisode de turbulences politiques, les togolais sauront le dépasser dans un cadre pacifique, dans le cadre de la démocratie. Nous avons confiance. Si certains doutent nous ne doutons pas. »

Un jeune tué, une jeune fille violée et une grand-mère molestée, actes suffisamment graves par nature, permettront-ils à l’ambassadeur de France d’infléchir sa conscience et de réviser ses certitudes, de lever les « doutes » quant à la véritable nature du régime RPT/UNIR de Faure Gnassingbé et le conduiront-ils à réviser sa confiance à son égard ?

Pendant ce temps les médecins cubains soignent et sauvent des vies au Togo ! FF.

François Fabregat

16 avril 2020.

Notes :

[1] Ministerio de relaciones exteriores de la Republica de #Cuba, voir : https://twitter.com/cubaminrex

[2] Ministerio de relaciones exteriores de la Republica de #Cuba, voir : https://twitter.com/CubaMINREX/status/1249761894405148679

[3] DAMS J., « Donald Trump greift nach deutscher Impfstoff-Firma » (« Donald Trump s’adresse à une société allemande de vaccins »), Welt Am Sonntag, 15 mars 2020, voir : https://www.welt.de/wirtschaft/article206555143/Corona-USA-will-Zugriff-auf-deutsche-Impfstoff-Firma.html

[4] L’ambassadeur des USA au Togo, Éric Stromayer, YouTube, 25 mars 2020, voir : https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=Q0C21X8Qwb8&feature=emb_logo

[5] La France au Togo, « Déclaration du G5 », Ambassade de France à Lomé, 19 mars 2018, voir : https://tg.ambafrance.org/Declaration-conjointe-du-G5

[6] Institut Hospitalier Universitaire IHU-Méditerranée Infection : « Actualité du traitement », 14 avril 2020, Voir : https://www.mediterranee-infection.com/actualite-du-traitement/

[7] GARRE C., « Soins palliatifs et Covid-19 : polémique autour de la dispensation du Rivotril en ville, les professionnels rassurent », Le Quotidien du médecin.fr, 6 avril 2020, voir : https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/sante-publique/soins-palliatifs-et-covid-19-polemique-autour-de-la-dispensation-du-rivotril-en-ville-les

[8] RUFFIN F., « Après la « prime Gilets Jaunes », la Prime « Blouses blanches » », François Ruffin.fr, 16 avril 2020, voir : https://francoisruffin.fr/prime-soignants/

[9] TADEGNON N.K., « Des respirateurs contre le Coivid-19 au Togo », Deutsche Welle, 13 avril 2020, voir https://www.dw.com/fr/des-respirateurs-contre-le-covid-19-au-togo/av-53106967 ou https://p.dw.com/p/3apXz

[10] TAUPIN M., « Cuba / Blocus / Dernière minute : Trump peut toujours faire pire ! », Cuba Si France, voir :

https://zh-cn.facebook.com/groups/CubaSiFranceInfos/?ref=pages_profile_groups_tab&source_id=153584941870158

[11] Haute autorité de l’Audiovisuel et de la Communication

[12] La brasserie BB Lomé appartient au groupe international français Castel Frères et BGI (Brasseries et Glacières internationales), qui sous la holding DF Holding, se compose d’une kyrielle d’entités, eaux : Cristalline, Thonon, Vichy Célestins, Rozana, Saint-Yorre, vins : Baron de Lestac, Barton & Guestier, Châteaux & Domaines Castel, La Villageoise, Malesan, Nicolas, Oenoalliance, Patriarche, Roche Mazet, Vieux Papes, bières : 33 Export, Brasseries du Cameroun, Brasseries Star de Madagascar, Brasserie du Bénin à Lomé, sucre : SOMDIAA, dont le PDG, le français Pierre Jesus Sebastian Castel, réside en Suisse près du Lac Leman. La plupart des acquisitions faites en Afrique (plus de 80 % des actifs) sont logés dans des paradis fiscaux.

[13]Papa Sow, « Une grand-mère violemment battue par un soldat au Togo », 27avril.com, 14 avril 2020, https://www.youtube.com/watch?time_continue=82&v=SX1kAuohiD0&feature=emb_logo

[14]Marcelle APEVI, « Togo, Couvre-feu et Bavures policières : Un jeune assassiné par la soldatesque de Faure Gnassingbé à Avédji-Limousine », 27avril.com, 15 avril 2020, voir : https://www.27avril.com/blog/culture-societe/societe/togo-couvre-feu-un-jeune-tue-par-la-soldatesque-de-faure-gnassingbe-a-avedji-limousine

 

 

Togo, Solidarité : Cuba envoie des médecins, la France interdit des journaux !

 

Couvre-feu et bavure policière : Une vieille dame battue à sang par des hommes en uniforme

Les appels à la retenue et au professionnalisme lancés aux forces de défense et de sécurité qui font partie de la force anti-pandémie, mise en place pour la lutte contre le coronavirus, semblent tomber dans des oreilles de sourds. Les exactions sur les pauvres citoyens continuent. Le numéro vert 1014 créé pour signaler ces bavures a montré suffisamment ses limites. La semaine dernière, c’était sur une vieille dame de presque 70 ans que les hommes en uniforme ont jeté leur dévolu.

Lorsque notre Rédaction a appris l’information, elle ne s’est pas jetée sur l’occasion pour pondre un article. Elle a voulu attendre, s’informer davantage, mener les enquêtes auprès des proches et même chez la victime. Ce qu’on a appris fait pitié, n'honore pas l'uniforme et amène à s’interroger sur la considération que les forces de défense et de sécurité ont pour leurs frères, les civils.

Il faut dire que malheur de cette vieille dame, c’est de n’avoir pas des toilettes dans la maison où elle vit avec ses enfants et petits-enfants. Même la nuit, elle devra sortir pour aller se soulager dehors.

Voici les témoignages de la vieille dame

« Quelque chose m’est arrivée la dernière fois. Je m’apprêtais à prendre ma douche lorsque j’ai senti le besoin d’aller me soulager. Et donc j’ai demandé à deux de mes enfants de m’accompagner, ils étaient restés devant le portail. Après m’être soulagée, mes enfants sont rentrés quand ils m’ont vu revenir. Et puis j’ai entendu des voix qui interpellaient : « Qui sont là-bas ? ». En même temps, j’ai reçu une matraque dans le dos. Le temps de me demander ce qui se passait, je me suis retrouvée à terre à l'entrée de la maison, mais l’homme en uniforme a continué par me tabasser, son collègue l'attendait devant la maison. Dans ma douleur, j’ai commencé par crier en appelant au secours. Les gens sont sortis croyant que ce sont des voleurs qui m’ont attaqué. Ils sont sortis avec des coupe-coupe et des bâtons. Mais comme ils ont remarqué que ce sont les forces de sécurité, ils ont déposé ces armes blanches. Ils demandaient aux soldats ce qui se passe et pourquoi ils me tabassent. Ils parlaient le français entre eux, mais comme je ne comprends pas, je ne savais pas ce dont ils discutaient exactement. Mais l’un des éléments disait que je mens et que c’est moi-même qui suis tombée, alors que c’était lorsqu’il me tabassait que j'ai perdu mes forces et me suis retrouvée au sol. J’ai une entorse au bras, les coups reçus au niveau de la poitrine ont créé des lésions qui ont fait couler le sang (…). Lorsque nous sommes allés à leur poste le lendemain, leur supérieur a remis de l’argent à mon enfant pour payer mes médicaments. Mais j’ai dit à mon enfant de garder l’argent, qu’on ne va pas l’utiliser. Je rappelle que le matin, les deux éléments qui m’ont battu sont revenus pour me tendre un billet de 2 000 FCFA pour prendre de la bouillie. Je leur ai dit que je ne prends pas, et que l’affaire est dans les mains des autorités compétentes… ».

Voilà donc les mésaventures d’une vielle dame dont le seul péché est de n’avoir pas des toilettes chez elle à la maison en ces temps de couvre-feu. Ne peut-on pas comprendre cela ?

Pire, ce triste événement se passe dans une localité, Devikinmé (dans la préfecture des Lacs), qui n’est pas concernée par le couvre-feu. Puisqu’en dehors du Grand Lomé et des préfectures d’Agoè-nyivé et du Golfe, c’est la préfecture de Tchaoudjo qui est aussi touchée par cette mesure. Comment se fait-il que des hommes en uniforme puissent se permettre de telle bavure en toute impunité ?

A en croire les proches de la vieille dame, lorsque le 1014 a été contacté, on a reproché à la victime d’être sorti à une heure où le couvre-feu était en vigueur. Ce qui veut dire que quelque part, on a approuvé le "travail" de ces éléments qui, au lendemain de la forfaiture, avaient commencé par avoir du remord.

Mais au-delà de tout, la victime ne compte pas s’arrêter-là. Puisque selon ses déclarations, elle est une prêtresse. Et en tant que telle, son sang ne devrait pas toucher le sol, comme les hommes en uniforme l’ont fait.

« Je veux rappeler une chose. Je suis une vodoussi (prêtresse). Mon sang est versé. Et donc, les vodou que j’adore vont demander des comptes à ceux qui ont été à l’origine de ça », a-t-elle averti. Il faut alors, selon elle, des cérémonies pour arrêter la furie des vodous.

 

 

Couvre-feu et bavure policière : Une vieille dame battue à sang par des hommes en uniforme

Temps de crise, temps de dé-voilement

Tout le monde sait ce qu’est une crise, pourtant ce phénomène reste difficile à définir, et même parfois à décrire. C’est ainsi qu’au Togo, à propos d’une personne brutalement décédée, dont on demande la cause du décès, on vous répond parfois, « Il a piqué une crise ». Et on a du mal à s’imaginer ce que c’est : quel type de crise ?

Toutefois, ce qui est sûr c’est qu’une crise correspond à un moment exceptionnel dans la vie d’une personne ou d’un groupe. Elle fait ressortir le quotidien, comme un temps plat, marqué par la routine, elle fait du reste de la vie de la personne ou du groupe, un temps sans problème, un temps calme…

Oui c’est vrai, les temps de crise recèlent souvent bien des aspects négatifs : ainsi en est-il des maladies, où les crises, soit correspondent à une manifestation brutale de la maladie, soit, annoncent une aggravation de la maladie. Au niveau des groupes humains, la crise désigne aussi un moment difficile au plan économique (Crise Economique de 1929, Crise des Subprimes en 2008) ou sociopolitique (Printemps arabe en 2010).

Dans ce sens-là, ce que nous vivons en ce moment avec le COVID-19 correspond bien à une crise avec ce qu’elle comporte de désagréments : c’est d’abord une crise sanitaire puisqu’il s’agit d’une pandémie qui a déjà tué plus de 100 000 personnes, pandémie face à laquelle les systèmes de santé ont des difficultés à trouver des réponses satisfaisantes, mais c’est rapidement devenu une crise multiforme : économique, puisque l’activité économique mondiale est bouleversée et ralentie, politique puisque les gouvernements sont sur la brèche dans la perspective de rendre compte de leur gestion de la maladie, sociale, puisqu’elle a changé le mode de vie de millions de personnes, et finalement aussi spirituelle puisqu’elle interroge chacun sur le sens de la vie. Et la question de sens, est une question fondamentale. Et selon, François VARILLON, « l’interrogation sur le sens est ce qui nous définit comme homme »

A cause de sa gravité et de ce caractère multiforme, la crise du COVID-19 a révélé bien des choses qui seraient restées cachées sans elle. Ainsi en est-il de la fragilité de l’Occident qui, nous le croyions tous, disposait du meilleur système de santé du monde, mais qui peine toujours à trouver les bonnes solutions, alors que la Chine et d’autres pays d’Asie ont pu s’en sortir. Le COVID-19 a également montré la puissance des industries pharmaceutiques, des lobbys médicaux, avec la question de la Chloroquine, alors que des centaines de milliers de vie tiennent à l’application d’un traitement efficace et pas cher. Et l’histoire du vaccin, à tester en Afrique a révélé aux Africains jusqu’à quel point, dans l’équilibre géopolitique actuel, ils ne représentent qu’une source de profits divers.

Finalement le COVID-19 a comme progressivement enlevé les voiles qui couvraient les ressorts cachés de la vie sociopolitique du monde, les mobiles profonds de beaucoup d’acteurs de ce monde : on assiste, en quelque sorte à un dé-voilement.

Le cas du Togo est très parlant à cet égard. En effet, la gestion de la pandémie a révélé les insuffisances de notre système de santé et même de toute l’administration publique. C’est ainsi qu’on a assisté depuis la mi-mars à une série de décisions dont l’improvisation est patente :
• transformation sans aucune préparation du Centre Hospitalier Régional de KEGUE en centre de traitement alors que ce centre hospitalier n’avait même pas l’eau courante dans ses locaux d’hospitalisation ;

• en même temps que les écoles primaires (au milieu des compositions) et secondaires, fermeture de l’université où quelques jours auparavant on avait pourtant laissé les étudiants composer dans des amphithéâtres où ils étaient plusieurs centaines ensemble ;

• couvre-feu du jour au lendemain sans dire aux citoyens comment faire en cas d’urgence ;

• suppression du principal moyen de déplacement et du même coup du gagne-pain de beaucoup de citoyens sans leur laisser d’alternatives, puis retour sur cette décision ;

• initiative NOVISSI qui a donné lieu à beaucoup de malversations alors que beaucoup attendent encore d’en bénéficier…

Toutes ces mesures ont dé-voilé, mis à nu, un style de gouvernance qui demeurait en partie caché grâce à la non-transparence de l’information sur la gestion gouvernementale : négligence des aspects sociaux comme la santé publique, effets d’annonce sans réalisations concrètes mais aussi, gestion calamiteuse de membres de l’administration prêts à tout, surtout à manier la langue de bois, pour protéger leurs privilèges… A cause de tout cela, jusqu’à présent, on se demande si le Gouvernement a un véritable plan d’action pour affronter une telle épidémie. Et s’il y a un plan d’action avec des stratégies précises pourquoi ne sont-ils pas rendus publics et accessibles à tous ? Pourquoi cette culture du secret dans notre mode d’être et de gouverner ?

Il se trouve qu’en face du Gouvernement, la force de la critique n’est pas grande : la classe politique est engluée dans la gestion d’une crise (le mot revient) postélectorale qui dure depuis plus de six semaines et dont on ne voit pas le bout…

Mais aussi le Gouvernement a en face de lui, une société civile qui a du mal à se faire entendre parce qu’elle ne constitue pas encore une opinion publique forte et donc une réelle force de pression : des années d’étouffement des libertés publiques (avec notamment une presse qu’on continue à tourmenter) en sont la cause, et également une classe d’intellectuels qui n’osent pas jouer pleinement son rôle d’éclaireur pour être une force incontournable dans les prises de décisions politiques, économiques, sanitaires, sociales, éducatives etc… Est-ce possible de continuer ainsi ?

Les citoyens sont donc livrés à eux-mêmes, non seulement pour la prise en charge de la maladie mais pour s’en sortir au quotidien : on découvre avec stupeur qu’à l’ordinaire déjà 14% des ménages manquent de nourriture pendant deux jours sur sept ; ce qui fait que s’il fallait adopter la mesure du confinement total, pratiquée dans les pays occidentaux, presque la moitié de la population togolaise, soit 46% des ménages, vont commencer à avoir faim dès le septième jour.

Il ne s’agit plus de pauvreté mais de misère, que le COVID-19 a ainsi totalement dé-voilé ! Et à part NOVISSI et ses difficultés, quelles sont les véritables mesures d’accompagnement prévues pour y faire face ? Pour l’heure on attend toujours…

Allons-nous en rester là ? Cela dépend de nous.

En effet, une crise n’a pas que des aspects négatifs. Si nous prenons l’exemple de la vie humaine, l’existence d’un enfant est rythmée par des crises indispensables pour sa croissance. Ainsi vers l’âge de 3 ans, l’enfant est rétif disant non à beaucoup d’injonctions des parents ; c’est pénible pour les éducateurs, mais cela lui permet de se poser en tant que personne jouissant déjà d’une certaine autonomie loin du cercle familial. Il va pouvoir quitter ce cercle familial pour être par exemple scolarisé. De la même façon à l’adolescence, le jeune s’oppose aux adultes, c’est difficile pour ces derniers, mais au sortir de cette période la personne peut choisir ses propres valeurs et y conformer sa vie, bref devenir un adulte.

La crise est donc un élément indispensable pour toute croissance. Mais pour cela il faut accepter de prendre en compte les résultats du dé-voilement pour se connaître individuellement et collectivement, prendre conscience de soi dans ses insuffisances et ses dysfonctionnements. Cet examen lucide de nous-mêmes, de nos choix, et la reconnaissance de nos erreurs et dysfonctionnements, nous permettront alors de nous projeter, de choisir, en adultes, la société dans laquelle nous voulons désormais vivre. Cela demandera certainement des renoncements, des remises en cause, des changements de vie, des bouleversements sociaux et institutionnels qui peuvent se révéler fondamentaux pour les personnes et pour tout le pays… Mais c’est cela où régresser. Mettons à profit cette période de dé-voilement pour progresser.

Il y a le COVID-19 au plan sanitaire auquel il faut trouver une solution mais depuis 2017 n’y a-t-il pas aussi, de façon analogique un COVID-17 c’est-à-dire une crise politique réelle dans notre pays qui paralyse tout, qui est plus grave et attend des décisions vraies car on aura posé les vrais problèmes sur les institutions et leur fonctionnement ?

Pour mettre le dé-voilement à profit, il y a des attitudes à abandonner : à ce propos, nous ne pouvons pas nous empêcher de faire référence au Pape François qui dit que cette crise ne doit pas être l’occasion de l’indifférence, de l’égoïsme, des divisions, de l’oubli (Bénédiction Urbi et Orbi, 12 avril 2020).


Par Maryse QUASHIE et Roger E. FOLIKOUE

 

 

Temps de crise, temps de dé-voilement

 

La Dynamique Kpodzro revient sur la conservation de pouvoir de 1958 à 2020

Dans la matinée de ce mardi 14 avril, la Dynamique Kpodzro a animé une conférence de presse au domicile de Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, candidat que cette instance a soutenu lors de la dernière élection présidentielle dont les résultats définitifs, proclamés par la Cour constitutionnelle, donnent le chef de l'État sortant, Faure Gnassingbé, vainqueur avec plus de 70%.

Cette rencontre avec la presse a porté sur "Le rôle de la violence dans la conduite et la conservation de pouvoir de 1958 à 2020". Elle a été une occasion pour Agbéyomé Kodjo et sa suite de faire revisiter l'histoire sociopolitique du Togo. Et de relever qu'elle est marquée par des actes violents.

« Cette violence est à la fois symbolique et réelle. Symbolique dans les rapports sociaux et ethniques quand elle porte sur les stéréotypes, des attitudes de stigmatisations des individus et des groupes sociaux ou de groupes ethniques. Elle est réelle quand elle crée des dégâts corporels et matériels », explique la déclaration.

Ce tableau peu reluisant s'explique, entre autres, rappelle la Dynamique Kpodzro, par un passé colonial mal soldé, des interférences des intérêts étrangers dans le jeu politique national, les modifications de l'environnent géopolitique, les traumatismes psychologiques et la nature des régimes politiques.

Pour en sortir, recommandent par ailleurs l'ancien Premier ministre et ses camarades de lutte, il faut la promotion de l'État de droit et de valeurs démocratiques, la promotion et le renforcement des droits humains.

A.H

 

 

La Dynamique Kpodzro revient sur la conservation de pouvoir de 1958 à 2020

 

Covid-19 : 3 nouveaux malades guéris ce mardi

La menace continue d’être réelle au Togo. Le coronavirus n’a pas cessé sa propagation dans le pays. Toutefois, les Togolais peuvent souffler un peu eu égard aux résultats issus des derniers dépistages liés à cette maladie virale très mortelle.

Un seul cas confirmé en 72 heures au Togo. Certes, il ne faut pas crier trop tôt victoire, mais cela amène à espérer quant à la limitation de la propagation de ce virus. Les nouveaux tests effectués ce mardi n’ont pas fait état de cas confirmé sur les 67 tests de ce matin.

C’est plutôt une bonne nouvelle (c’est relatif) qui a été annoncé. En effet, on parle de trois (03) nouvelles personnes qui sont guéries. Il n’y a donc pas d’évolution de la situation en terme de contamination.

Les trois (03) nouvelles guérisons portent à 32 le nombre de cas guéris. Et donc au Togo, la situation actuelle donne 77 cas confirmés de coronavirus, 42 cas actifs, 32 guérisons et malheureusement 3 décès.

Il est important de rappeler le respect scrupuleux des mesures barrières pour limiter la propagation de la maladie à travers tout le territoire national.

 

 

Covid-19 : 3 nouveaux malades guéris ce mardi

 

Cours sur internet : Dr Christian Spieker interpelle le ministre en charge de l'Enseignement

Les établissements scolaires n'ont pas ouvert aujourd'hui, comme prévu dans le programme officiel, à cause de la menace de Covid-19. En lieu et place, le ministre des Enseignement primaire, secondaire et de la Formation professionnelle, Atcha Dedji Affoh propose des cours sur internet, à la radio et à la télévision. Voici les remarques du Dr Christian Spieker.

Monsieur le Ministre de l´Enseignement primaire et secondaire, ancien Directeur général de Togocel,

je viens de lire ou d´apprendre que vous envisageriez des cours par le biais de la radio, de la télévision et même d´internet aux élèves, surtout ceux et celles des classes d´examens pour sauver l´année scolaire si c´est nécessaire au cas où la pandémie allait durer. L´idée est élogieuse et louable mais ce n´est pas faisable, donc il ne faut même pas l´envisager car la réalité des moyens dont disposent les parents d´élèves ne le permettrait pas. Les cours à la télé, radio et surtout internet Wifi n´existent pas encore partout dans les foyers au Togo. Je vous comprends, c´est de votre responsabilité de vouloir sauver l´année aux élèves en tant que Ministre de l´Enseignement. Mais Procéder ainsi c´est rompre l´égalité de chance entre les enfants de la République car tous les parents d´élèves au Togo n´ont pas ces moyens à offrir à leurs enfants pour suivre ces cours à distance et en tant que Ministre et ancien Directeur de Togocel connaissant très bien le prix d´internet au Togo, vous n´êtes pas sans savoir que ce ne sera pas faisable car impossible pour les parents qui commencent déjà par manquer de tout pendant cette crise de coronavirus. Ce qui doit prévaloir en ce moment est la santé de tous les Togolais. Peu importe ce qui pourrait advenir.

L´organisation des cours à la radio, télévision et sur internet rompraient inévitablement l´égalité de chance entre les enfants de la République si vous vous permettiez de prendre une telle décision même si théoriquement c´est bon, pour la simple raison qu´elle entacherait lourdement votre passage dans ce ministère car non seulement les résultats des examens seront catastrophiques mais surtout aussi en raison des moyens nécessaires pour pouvoir suivre ces cours dont tous les parents d´élève ne disposent pas. Vous n´aurez même pas 20% d´admis dans les classes d´examens si vous procédez ainsi. Quel parent d´élève, même à Lomé aurait la possibilité d´offrir les moyens de suivre les enseignements des cours par le biais d´internet avec ce prix des forfaits fixé par Togocel et que je connais bien et que tout le monde connaît bien, à moins que le gouvernement les prenne en charge. Dans ce cas, je vous dirais félicitation mais cela m´étonnerait aussi, connaissant très bien ce gouvernement qui prend des décisions sans mesurer au préalable l´impact sur les concernés comme c´est le cas pour les conducteurs de taxi-motos (Zemidjan). Qui va payer la connexion sur internet à domicile aux élèves confinés chez eux pour ces cours, le gouvernement ? Prendre une telle décision pour organiser les cours et sauver l´année scolaire vaille que vaille, reviendrait pour de beaucoup de nos compatriotes à dire que vous ignorez totalement la réalité de ce que vivent les gens au Togo. Ce n´est pas parce que certains pays européens procèdent ainsi en l´occurrence la France que vous allez les imiter alors que les parents togolais n´en disposent pas les moyens. En France ou en Europe en général, l´internet est quasiment gratuit c´est-à-dire qu´il est à un prix quasi inexistant et on peut être sur internet 24h/24. Mais au Togo, personne ne peut se le permettre tout simplement parce que c´est trop cher. Et d´ailleurs les élèves dont les parents n´ont pas les moyens vont chercher à aller suivre ces cours chez leurs amis en se regroupant alors que c´est ce que le gouvernement évitait. Donc ceci va engendrer encore des conséquences néfastes qui sont la contamination et la propagation de ce virus.

Ce serait une décision surprenante si elle venait d´être prise. A moins qu´il y ait une intention inavouée qui est celle de sauver à tout prix l´année scolaire aux enfants des riches, des grandes personnalités politiques ou des expatriés qui fréquentent les lycées internationaux au Togo au détriment des pauvres. Mais je n´ose pas vous prêter aussi cette intention qui n´est autre qu´une analyse car je trouve la décision hasardeuse et contre-productive. Ce qui serait aussi contraire à l´idée républicaine et au principe de l´égalité de chance des enfants de même pays face à cette pandémie. En tant que Ministre de l´éducation que vous êtes, je vous conseillerais de voir d´autres alternatives courageuses qui ne vont pas fragiliser l´égalité de chance des enfants. S´il y a une décision à prendre pour sauver l´année scolaire, il faudrait voir l´intérêt des élèves d´une façon globale sans se laisser impressionner par qui que ce soit dont les enfants fréquenteraient les lycées internationaux. En terme clair, la décision qui sera prise pour sauver l´année scolaire, sera prise en prenant en compte la garantie de l´égalité des chances de tous les élèves se situant sur tout le territoire togolais, peu importe l´école que chacune ou chacun fréquente.

Etes-vous convaincu que la télévision se trouve dans chaque foyer au Togo, moins encore un PC ( ordinateur portable) avec la connexion internet Wifi pour que chaque enfant puisse suivre ces cours à distance? Et pour combien de montant, les frais de connexion internet alors même que la société d´Etat, Togocel n´est même plus entre les mains de l´Etat togolais à 100%. L´étranger, lui, il est venu pour faire le commerce et les affaires. Voilà pourquoi vous ne pouvez plus lui imposer quoi que ce soit car il est majoritaire dans ladite société. C´est une grave erreur d´Etat et c´est maintenant de vous en rendre compte. Bien sûr c´est une décision du gouvernement à vos dépens aussi car la décision de la cession à une entreprise étrangère n´est pas prise par vous-même. Donc il faut les mettre devant leur responsabilité en tant que décideurs de cette cession de Togocel à une société étrangère et non les enfants des pauvres en tant qu´élèves qui vont payer les frais.


Monsieur le Ministre, ce n´est pas une décision correcte de procéder ainsi pour les élèves dont les parents n´ont rien pour pouvoir y faire face. Elle aura des effets très néfastes dans les foyers. Certes, vous cherchez à sauver l´année. C´est une bonne chose mais la manière dont vous envisagez de procéder pour la sauver n´est pas la bonne. Cherchez une autre voie équitable, juste et républicaine pour tous les élèves. Celle-là que vous envisagez ne l´est pas à mon avis.

À mon point de vue, cette décision d´organiser les cours par les moyens de médias, profiterait seulement aux enfants dont les parents sont aisés ou ceux dont les parents disposent de la richesse du pays. Un Togolais moyen ne pourra pas le faire. Le gros problème est non seulement l´internet mais aussi son coût pour les foyers modestes pour ne pas dire pauvres.

Si nous continuons par copier ce qui se fait en France alors que nous vivions une autre réalité au Togo, cela aggraverait inévitablement l´injustice et l´inégalité frappantes qui existent déjà dans notre pays. Tant que nous ne serons pas en mesure de revoir notre système éducatif et notre façon de penser dans notre société en prenant en compte notre réalité pour l´avenir de la jeunesse, on ne pourra jamais s´en sortir. Or, c´est ce domaine qui forme les jeunes pour la relève de demain.

Je ne vais pas aller très loin dans mon point de vue car c´est juste une simple suggestion pour dire que cette décision sera difficile à mettre en pratique. Certes, comme dit plus haut, les enfants des nantis n´auront pas de problème pour suivre ces cours mais la majorité des élèves au Togo n´a pas cette possibilité de suivre les cours par ce biais. En tant que Ministre de l´enseignement, vous pouvez envisager de prolonger l´année scolaire mais pas en sacrifiant l´intérêt des pauvres au profit des enfants des riches ou privilégiés de notre pays.

L´occasion me permet ici de soulever aussi un fait réel au Togo que j´ai constaté lors de mon long séjour au pays. C´est que le domaine de l´éducation est pratiquement abandonné par l´Etat. Les collèges et lycées poussent partout au Togo comme des champions dans le champ d´ignames. Or c´est le devoir de l´Etat. L´Etat ne remplit pas ses devoirs dans ce domaine pour l´éducation de ses enfants. Il laisse tout à la charge des parents et cela ne fait que profiter aux fondateurs d´écoles et de collèges qui font de l´argent sur le dos des pauvres parents d´élèves. C´est un sujet qui doit être un sujet de réflexion car je le trouve très injuste. C´est à l´Etat de créer des écoles. Il a complètement failli ici comme il en est aussi dans d´autres domaines. Il est à constater qu´il y a au Togo plus d´écoles et collèges privés que les écoles officielles créées par l´Etat.


En tant que citoyen que je suis et surtout ayant l´ambition politique pour le pays, il est important et même utile pour moi d´exprimer mon point de vue et faire des suggestions à caractère républicain et égalitaire pour tous les enfants de notre pays.

Veuillez considérer ceci comme une suggestion. L´Etat doit toujours être exemplaire dans tout ce qui offre l´égalité de chance entre ses enfants et surtout ne doit pas fuir ses devoirs et responsabilités vis-à-vis d´eux sinon cela entraînerait une inégalité profonde dans le pays entre les riches et les pauvres. C´est à l´Etat de veiller à cela avec un œil attentif.


Les établissements scolaires n'ont pas ouvert aujourd'hui, comme prévu dans le programme officiel, à cause de la menace de Covid-19. En lieu et place, le ministre des Enseignement primaire, secondaire et de la Formation professionnelle, Atcha Dedji Affoh propose des cours sur internet, à la radio et à la télévision. Voici les remarques du Dr Christian Spieker.

Monsieur le Ministre de l´Enseignement primaire et secondaire, ancien Directeur général de Togocel,

je viens de lire ou d´apprendre que vous envisageriez des cours par le biais de la radio, de la télévision et même d´internet aux élèves, surtout ceux et celles des classes d´examens pour sauver l´année scolaire si c´est nécessaire au cas où la pandémie allait durer. L´idée est élogieuse et louable mais ce n´est pas faisable, donc il ne faut même pas l´envisager car la réalité des moyens dont disposent les parents d´élèves ne le permettrait pas. Les cours à la télé, radio et surtout internet Wifi n´existent pas encore partout dans les foyers au Togo. Je vous comprends, c´est de votre responsabilité de vouloir sauver l´année aux élèves en tant que Ministre de l´Enseignement. Mais Procéder ainsi c´est rompre l´égalité de chance entre les enfants de la République car tous les parents d´élèves au Togo n´ont pas ces moyens à offrir à leurs enfants pour suivre ces cours à distance et en tant que Ministre et ancien Directeur de Togocel connaissant très bien le prix d´internet au Togo, vous n´êtes pas sans savoir que ce ne sera pas faisable car impossible pour les parents qui commencent déjà par manquer de tout pendant cette crise de coronavirus. Ce qui doit prévaloir en ce moment est la santé de tous les Togolais. Peu importe ce qui pourrait advenir.

L´organisation des cours à la radio, télévision et sur internet rompraient inévitablement l´égalité de chance entre les enfants de la République si vous vous permettiez de prendre une telle décision même si théoriquement c´est bon, pour la simple raison qu´elle entacherait lourdement votre passage dans ce ministère car non seulement les résultats des examens seront catastrophiques mais surtout aussi en raison des moyens nécessaires pour pouvoir suivre ces cours dont tous les parents d´élève ne disposent pas. Vous n´aurez même pas 20% d´admis dans les classes d´examens si vous procédez ainsi. Quel parent d´élève, même à Lomé aurait la possibilité d´offrir les moyens de suivre les enseignements des cours par le biais d´internet avec ce prix des forfaits fixé par Togocel et que je connais bien et que tout le monde connaît bien, à moins que le gouvernement les prenne en charge. Dans ce cas, je vous dirais félicitation mais cela m´étonnerait aussi, connaissant très bien ce gouvernement qui prend des décisions sans mesurer au préalable l´impact sur les concernés comme c´est le cas pour les conducteurs de taxi-motos (Zemidjan). Qui va payer la connexion sur internet à domicile aux élèves confinés chez eux pour ces cours, le gouvernement ? Prendre une telle décision pour organiser les cours et sauver l´année scolaire vaille que vaille, reviendrait pour de beaucoup de nos compatriotes à dire que vous ignorez totalement la réalité de ce que vivent les gens au Togo. Ce n´est pas parce que certains pays européens procèdent ainsi en l´occurrence la France que vous allez les imiter alors que les parents togolais n´en disposent pas les moyens. En France ou en Europe en général, l´internet est quasiment gratuit c´est-à-dire qu´il est à un prix quasi inexistant et on peut être sur internet 24h/24. Mais au Togo, personne ne peut se le permettre tout simplement parce que c´est trop cher. Et d´ailleurs les élèves dont les parents n´ont pas les moyens vont chercher à aller suivre ces cours chez leurs amis en se regroupant alors que c´est ce que le gouvernement évitait. Donc ceci va engendrer encore des conséquences néfastes qui sont la contamination et la propagation de ce virus.

Ce serait une décision surprenante si elle venait d´être prise. A moins qu´il y ait une intention inavouée qui est celle de sauver à tout prix l´année scolaire aux enfants des riches, des grandes personnalités politiques ou des expatriés qui fréquentent les lycées internationaux au Togo au détriment des pauvres. Mais je n´ose pas vous prêter aussi cette intention qui n´est autre qu´une analyse car je trouve la décision hasardeuse et contre-productive. Ce qui serait aussi contraire à l´idée républicaine et au principe de l´égalité de chance des enfants de même pays face à cette pandémie. En tant que Ministre de l´éducation que vous êtes, je vous conseillerais de voir d´autres alternatives courageuses qui ne vont pas fragiliser l´égalité de chance des enfants. S´il y a une décision à prendre pour sauver l´année scolaire, il faudrait voir l´intérêt des élèves d´une façon globale sans se laisser impressionner par qui que ce soit dont les enfants fréquenteraient les lycées internationaux. En terme clair, la décision qui sera prise pour sauver l´année scolaire, sera prise en prenant en compte la garantie de l´égalité des chances de tous les élèves se situant sur tout le territoire togolais, peu importe l´école que chacune ou chacun fréquente.

Etes-vous convaincu que la télévision se trouve dans chaque foyer au Togo, moins encore un PC ( ordinateur portable) avec la connexion internet Wifi pour que chaque enfant puisse suivre ces cours à distance? Et pour combien de montant, les frais de connexion internet alors même que la société d´Etat, Togocel n´est même plus entre les mains de l´Etat togolais à 100%. L´étranger, lui, il est venu pour faire le commerce et les affaires. Voilà pourquoi vous ne pouvez plus lui imposer quoi que ce soit car il est majoritaire dans ladite société. C´est une grave erreur d´Etat et c´est maintenant de vous en rendre compte. Bien sûr c´est une décision du gouvernement à vos dépens aussi car la décision de la cession à une entreprise étrangère n´est pas prise par vous-même. Donc il faut les mettre devant leur responsabilité en tant que décideurs de cette cession de Togocel à une société étrangère et non les enfants des pauvres en tant qu´élèves qui vont payer les frais.


Monsieur le Ministre, ce n´est pas une décision correcte de procéder ainsi pour les élèves dont les parents n´ont rien pour pouvoir y faire face. Elle aura des effets très néfastes dans les foyers. Certes, vous cherchez à sauver l´année. C´est une bonne chose mais la manière dont vous envisagez de procéder pour la sauver n´est pas la bonne. Cherchez une autre voie équitable, juste et républicaine pour tous les élèves. Celle-là que vous envisagez ne l´est pas à mon avis.

À mon point de vue, cette décision d´organiser les cours par les moyens de médias, profiterait seulement aux enfants dont les parents sont aisés ou ceux dont les parents disposent de la richesse du pays. Un Togolais moyen ne pourra pas le faire. Le gros problème est non seulement l´internet mais aussi son coût pour les foyers modestes pour ne pas dire pauvres.

Si nous continuons par copier ce qui se fait en France alors que nous vivions une autre réalité au Togo, cela aggraverait inévitablement l´injustice et l´inégalité frappantes qui existent déjà dans notre pays. Tant que nous ne serons pas en mesure de revoir notre système éducatif et notre façon de penser dans notre société en prenant en compte notre réalité pour l´avenir de la jeunesse, on ne pourra jamais s´en sortir. Or, c´est ce domaine qui forme les jeunes pour la relève de demain.

Je ne vais pas aller très loin dans mon point de vue car c´est juste une simple suggestion pour dire que cette décision sera difficile à mettre en pratique. Certes, comme dit plus haut, les enfants des nantis n´auront pas de problème pour suivre ces cours mais la majorité des élèves au Togo n´a pas cette possibilité de suivre les cours par ce biais. En tant que Ministre de l´enseignement, vous pouvez envisager de prolonger l´année scolaire mais pas en sacrifiant l´intérêt des pauvres au profit des enfants des riches ou privilégiés de notre pays.

L´occasion me permet ici de soulever aussi un fait réel au Togo que j´ai constaté lors de mon long séjour au pays. C´est que le domaine de l´éducation est pratiquement abandonné par l´Etat. Les collèges et lycées poussent partout au Togo comme des champions dans le champ d´ignames. Or c´est le devoir de l´Etat. L´Etat ne remplit pas ses devoirs dans ce domaine pour l´éducation de ses enfants. Il laisse tout à la charge des parents et cela ne fait que profiter aux fondateurs d´écoles et de collèges qui font de l´argent sur le dos des pauvres parents d´élèves. C´est un sujet qui doit être un sujet de réflexion car je le trouve très injuste. C´est à l´Etat de créer des écoles. Il a complètement failli ici comme il en est aussi dans d´autres domaines. Il est à constater qu´il y a au Togo plus d´écoles et collèges privés que les écoles officielles créées par l´Etat.


En tant que citoyen que je suis et surtout ayant l´ambition politique pour le pays, il est important et même utile pour moi d´exprimer mon point de vue et faire des suggestions à caractère républicain et égalitaire pour tous les enfants de notre pays.

Veuillez considérer ceci comme une suggestion. L´Etat doit toujours être exemplaire dans tout ce qui offre l´égalité de chance entre ses enfants et surtout ne doit pas fuir ses devoirs et responsabilités vis-à-vis d´eux sinon cela entraînerait une inégalité profonde dans le pays entre les riches et les pauvres. C´est à l´Etat de veiller à cela avec un œil attentif.

 

 

Cours sur internet : Dr Christian Spieker interpelle le ministre en charge de l'Enseignement Les établissements scolaires n'ont pas ouvert aujourd'hui, comme prévu dans le programme officiel, à cause

 

Le maire Jean-Pierre Fabre demande au gouvernement d’instaurer le port obligatoire du cache-nez au Togo

La lutte contre la propagation de Covid-19 au Togo est une affaire de tous. Et à la Mairie du Golfe 4, l’on met les petits plats dans les grands pour pouvoir endiguer le mal.

Hier mardi, Jean-Pierre Fabre et ses conseillers municipaux du Golfe 4 ont lancé une campagne de sensibilisation dans leur commune d’Amoutiévé dans le cadre de la riposte contre la pandémie de coronavirus. Cette campagne va durer au moins 3 semaines.

« C’est un programme d’activités que nous venons d’élaborer après plusieurs séances du conseil municipal. J’ai entendu dire des gens se demander que fait le Golfe 4 de Jean-Pierre Fabre dans cette lutte contre le covid-19. Le Golfe 4 travaille toujours. Nous avons un programme qui s’étale sur 2 ou 3 semaines. Nous allons faire de la sensibilisation autour et à l’intérieur des marchés avec de la sono-mobile. Tout un programme a été mis en place. Aujourd’hui, nous lançons ce programme. Ceux qui nous ont porté à la mairie doivent savoir que nous nous préoccupons de leur bien-être, c’est un devoir vis-à-vis de ceux qui nous ont élus, c’est un devoir national, parce que nous devons être dans le programme du gouvernement », a indiqué le maire Jean-Pierre Fabre.

Pour le président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), l’heure est grave et pour en finir avec cette pandémie, le gouvernement doit imposer à tous les citoyens, le port obligatoire des cache-nez comme cela se fait dans les autres pays.

« Nous voulons protéger en premier lieu nos agents, parce que ce sont nos agents qui font le plus grand boulot à la mairie. Donc il faut les protéger, protection par les masques, protection par les gels hydro alcooliques, tous nos agents sont protégés. Moi je pense que le gouvernement doit imposer le port obligatoire des masques. C’est ce qu’il faut copier chez des pays qui arrivent à limiter la propagation du virus », a indiqué le maire du Golfe 4.

Notons qu'entre vendredi et mardi, le Togo a enregistré 7 cas guéris au coronavirus portant le nombre à 32 sur 77 cas confirmés. Sur la même période, seuls 4 cas ont été dépistés positifs.

Godfrey A.

 

 

Le maire Jean-Pierre Fabre demande au gouvernement d’instaurer le port obligatoire du cache-nez au Togo

 

Covid-19 : comment Macron compte aider l’Afrique

Le président français a détaillé sa stratégie devant permettre d’aider le continent à mieux faire face à la pandémie de coronavirus. Il l’a précisée dans une interview accordée à Rfi ce mardi 14 avril.

Dans ce long entretien, réalisé au lendemain de son intervention radiotélévisée à l’attention de ses compatriotes, Emmanuel Macron rappelle tout d’abord que « Nous devons la solidarité à l’Afrique » particulièrement en cette période de crise sanitaire aux conséquences désastreuses.

Deux axes sont prioritaires dans ce qu’il compte mettre en œuvre pour soutenir les pays africains. Le premier consistera à plaider pendant les travaux de G20 finances, un moratoire sur la dette contractée par ceux-ci.

Le second n’est autre que l’annulation massive des dettes. En réalité, il se situe dans le prolongement de sa promesse faite en début de semaine. En effet, Emmanuel Macron a déjà promis, le lundi dernier dans son discours à la nation que son pays effacera massivement les dettes des pays du continent.

S’ajoute à ces options, la mobilisation des ressources afin de soutenir l’économie africaine, relancer la production, entre autres.

« Quand on regarde aujourd’hui la situation de l’Afrique, sur le plan sanitaire, sur le plan économique, sur le plan climatique, il est évident que nous lui devons la solidarité », déclare-t-il.

Certes, le coronavirus ne fait pas de ravage en Afrique comme sur les autres continents, mais il est important que des mesures anticipatrices soient prises pour l’aider à supporter cette crise sanitaire d’autant qu’elle est très fragile économiquement et manque, de façon générale, les structures de santé modernes.

A.H.

 

 

Covid-19 : comment Macron compte aider l’Afrique

Seite: | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27