ARCHIVE


 

 

 

Le CAR condamne les interdictions abusives imposées à Agbéyomé Kodjo et sa suite

La libération conditionnelle d’Agbéyomé Kodjo, le candidat de la dynamique Kpodzro à la présidentielle du 22 février 2020, suscite encore des réactions. Dans un communiqué rendu public, le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) de Me Agboyibo condamne les interdictions abusives imposées à l’ancien Premier ministre et ses collaborateurs.

« Le Comité d’Action pour le Renouveau a été ahuri par l’artifice procédurale utilisé par le régime pour empêcher M. Agbéyomé Kodjo et ses deux autres compagnons inculpés, Mme Brigitte Adjamagbo Johnson et M. Fulbert Sassou Attisso, de continuer à réclamer la vérité des urnes et à contester la version officielle des résultats du scrutin présidentiel du 22 février 2020 », peut-on lire dans le communiqué signé par Yendouban Kolani, 1er vice-président du CAR.

Pour le parti des déshérités, les quatre (4) conditions imposées par le doyen des juges d’instruction aux membres de la dynamique Kpodzro relèvent purement de la violation des droits fondamentaux de tout citoyen, notamment le droit à la liberté d’opinion, le droit aux désaccords.

Selon le CAR, cette « épée de Damoclès » que le pouvoir veut faire planer sur Agbéyomé et compagnie le long du procès enclenché est de nature à entraver le libre déroulement et l’aboutissement fructueux de l’initiative entreprise par les hautes autorités des Eglises catholique, méthodiste et presbytérienne en vue de trouver la solution appropriée à la crise sociopolitique que le pays traverse depuis des décennies.

Pour finir, le CAR condamne les interdictions abusives auxquelles sont soumises ces membres de la dynamique Kpodzro et demande que les dispositions soient prises pour arrêter les poursuite engagées à leur encontre.

Godfrey A

 

 

Le CAR condamne les interdictions abusives imposées à Agbéyomé Kodjo et sa suite