ARCHIVE


 

 

 

Gaz lacrymogènes à Adakpamé

Le quartier d’Adakpamé est sous le feu des projecteurs. C’est là qu’a été assassinat Dodji Koutwati, dont le corps sans vie a été découvert ce matin derrière le centre de santé. La colère et l’indignation de la population a provoqué des mouvements dans le quartier.

Il était aux environs de 14 heures lorsque la dépouille de la victime a été conduite à sa dernière demeure. Mais en route pour le cimetière, les jeunes ont promené le cercueil dans tout le quartier en criant la fin du couvre-feu.

Après l’enterrement, les jeunes du quartier sont revenus barricader les voies, brûlé les pneus. « Il n’y a plus de couvre-feu à Adakpamé. On ne tuera plus personne ici », crient-ils face aux forces de l’ordre appuyées par des militaires.

Actuellement dans le quartier d’Adakpamé, c’est la course-poursuite entre les forces de l’ordre qui tirent les grenades lacrymogènes et les jeunes manifestants qui répondent avec des jets de pierres.

 

 

Gaz lacrymogènes à Adakpamé