ARCHIVE


 

 

 

Le CAR demande la libération immédiate d’Agbéyomé Kodjo

Le Comité d’action pour le renouveau (CAR) s'insurge contre l’arrestation d’Agbéyomé Kodjo. Mardi, « le président démocratiquement élu » a été enlevé à son domicile manu militari par les forces de défense et de sécurité, après avoir saccagé la maison. Le parti de Me Yaovi Agboyibo exige sa libération immédiate.

Le CAR se dit consterné par les « conditions horribles » dans lesquelles Agbéyomé Kodjo a été arrêté. Cette formation politique de l’opposition a conclu que « le régime RPT/UNIR a décidé de donner un coup d’arrêt au contentieux du scrutin présidentiel du 22 février 2020 ».

Le parti condamne donc l’arrestation du président du MPDD, ainsi que les actes de violence et de vandalisme perpétrés par les Forces de défense et de sécurité dans son domicile. Il demande que l’ancien Premier ministre « soit immédiatement libéré ».

En rappel, Agbéyomé Kodjo a été amené de force au Service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC), parce que, selon le Procureur de la République, il a manqué de répondre à trois convocations dans le cadre d’une enquête judiciaire.

Dans le cadre de cette enquête, plusieurs charges, notamment troubles aggravés à l’ordre public, de diffusion de fausses nouvelles, dénonciation calomnieuse et atteinte à la sécurité intérieure de l’État sont retenues contre celui qui s’autoproclame « président démocratiquement élu ».

Relativement à la levée de l’immunité parlementaire d’Agbéyomé Kodjo, le Comité d’action pour le renouveau rappelle que cette situation engendrée par le contentieux électoral en question, est « essentiellement politique ».

« Il faut y rechercher dans un cadre politique à définir une solution politique, incluant entre autres objectifs, les réformes institutionnelles et les mesures transitoires à prendre pour surmonter la crise et en prévenir la réédition à l’avenir », a ajouté le parti de Me Yaovi Agboyibo.

Nicolas K

 

 

Le CAR demande la libération immédiate d’Agbéyomé Kodjo