ARCHIVE


 

 

 

Agbéyomé très en colère contre Trimua

Reçu récemment sur une radio de la place, le ministre en charge des Droits de l’Homme, Christian Trimua s’est prononcé sur la levée de l’immunité parlementaire du député Agbéyomé. Le militant du parti présidentiel a également invité le candidat de la dynamique Mgr Kpodzro à obtempérer et à collaborer avec la justice afin de ne pas obliger les magistrats à utiliser les moyens de contraintes.


« Il me semble qu’il n’est pas dans l’intention du Procureur de placer en détention Monsieur Agbéyomé Kodjo ou de le faire arrêter. C’est seulement lorsque l’on résiste à la procédure que la justice met en place les initiatives nécessaires de gré ou de force pour faire collaborer à la procédure, le mis en cause. Il me semble qu’il est de l’intérêt du député aujourd’hui de collaborer avec les magistrats et de faire en sorte qu’il puisse faire valoir son droit à la défense et qu’il ne les pousse pas être obligés à utiliser des moyens de contrainte pour pouvoir le faire participer à la procédure », a déclaré Christian Trimua.

Seulement, ces propos n’ont pas plu à Agbéyomé Kodjo. Intervenant ce jeudi matin sur les ondes de la radio Victoire FM, l’ancien Premier ministre était fou de rage. Il parle d’une « provocation de trop ». Il dénonce un « zèle » surdimensionné du jeune baron du régime. Il le conseille de se calmer et de la fermer un peu.

« Trimua, je le connais très bien. J’ai connu des gens dans ce régime qui ont fait ça plus que lui. Je le connais très bien. Je connais son père et sa mère. Que tout le monde se calme », a lancé Agbéyomé.

Selon lui, étant un fils d’homme de Dieu, Christian Trimua aurait pu avoir la crainte de Dieu et dire pour une fois la vérité. Mais ce n’est pas le cas.

« Si Christian Trimua dont les parents sont des Pasteurs, est conscient que je mens avoir gagné ces élections, alors il n’a qu’à continuer », a-t-il poursuivi.

L’ancien Président de l’Assemblée nationale se dit être à la disposition du Procureur. Toutefois, il demande aux barons du régime d’arrêter les embêtements à son égard.

« Que personne ne m’embête ! Attention ! Nous sommes fils d’une même nation. Il ne faut pas me provoquer... Il faut arrêter ce cinéma », a-t-il conclu.

Rappelons que le candidat de la dynamique Mgr Kpodzro qui se réclame « président élu » à l’issue de la dernière présidentielle du février 2020 est accusé par l’Etat togolais de troubles aggravés à l’ordre public, d’atteinte à la sûreté intérieur de l’Etat, d’usage des insignes de l’Etat, de nominations illégales et de création d’un site web officiel. Lundi dernier, les « nommés » de l’hémicycle ont procédé à la levée de son immunité parlementaire. Il sera poursuivi par la Justice togolaise.

Godfrey Akpa

 

 

Agbéyomé très en colère contre Trimua