ARCHIVE


 

 

 

Rokia Traoré entame une grève de la faim en prison

En détention en France, la chanteuse malienne dit entamer une grève de la main pour protester contre son incarcération dans une affaire qui l’oppose à son ex-compagne au sujet de la garde de leur fille.

Rokia Traoré a été interpellée à la descente de l’avion ce mardi 10 mars en France. Arrêtée suite à un mandat d’arrêt européen lancé par la Justice belge, elle est depuis lors incarcérée pour « enlèvement, séquestration et prise d’otage ».

L’affaire est née après que son ex-compagnon belge veut garder la fille qu’il a eue avec elle. Cette dernière refuse, l’accusant d’attouchement sexuel sur mineur. En effet, une plainte est déposée contre lui a été classée sans suite en Belgique.

« J’ai entamé une grève de la faim le mardi 10 mars 2020 à partir de 6H30 du matin afin que me soit accordé un procès équitable en Belgique et pour que le mandat d’arrêt européen ne soit pas injustement appliqué ». C’est par ce message que l’artiste critique la décision du Tribunal de Bruxelles ayant accordé la garde de leur fille à son père.

L’avocat du père de la jeune fille, lui, explique qu’ « Il s'agit d'une offensive médiatique pour tenter d'échapper à la prison ». Selon donc Me Franck Berton, la chanteuse « accuse à tort son ex-compagnon pour détruire sa réputation ». Et d’ajouter qu’ « Il s'agit bien d'un enlèvement » de la fillette.

Ce mercredi 18 mars, on en saura davantage sur cette affaire puisqu’une audience est prévue dans la capitale française pour décider s’il faut extrader Mme Traoré en Belgique ou non.

A.H.

 

 

Rokia Traoré entame une grève de la faim en prison