ARCHIVE


 

 

 

Ce que François Boko pense de la levée de l’immunité parlementaire d’Agbéyomé Kodjo

L’Assemblée nationale s’apprête à lever l’immunité parlementaire du « président démocratiquement élu de la République togolaise », Dr Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, sur demande du Procureur de la République.

La situation ne laisse pas indifférent l’ancien ministre de l’Intérieur, François Boko, celui-là même qui a été empêché par le régime de Faure Gnassingbé de participer à cette élection présidentielle au Togo.

François Boko, également, pense que c’est le président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) qui a gagné l’élection présidentielle du 22 février 2020 au Togo. A l’en croire, arrêter Agbéyomé Kodjo, c’est faire entorse à la volontaire populaire.

« Les menaces d’arrestation et de levée de l’immunité parlementaire d’Agbéyomé Kodjo sont une atteinte grave à la volonté populaire et à la vérité des urnes », a tweeté l’ancien ministre de l’Intérieur.

Il souligne que cette décision du régime de Faure Gnassingbé est une « suite regrettable d’un scrutin chaotique qui expose le vrai visage d’un régime décadent et abject qui n’honore pas le Togo ».

Agbéyomé Kodjo est donc attendu ce matin à l’Assemblée nationale devant une commission spéciale créée pour l’écouter.

 

 

Ce que François Boko pense de la levée de l’immunité parlementaire d’Agbéyomé Kodjo