ARCHIVE


 

 

 

Sani Yaya explique les contours de l’« ECO » aux membres du Conseil national du crédit

Le franc CFA semble vivre ses dernières heures. Il sera remplacé par une nouvelle monnaie appelée ECO. Le ministre de l’Economie et des Finances a donné plus d’informations aux membres du Conseil national du crédit (CNC) lors de sa quatrième et dernière réunion de l’année.

Les déclarations faites à Abidjan par le président français, Emmanuel Macron et son homologue ivoirien Alassane Dramane Ouattara, tout récemment, constituent un tournant décisif dans l’histoire du franc CFA.

Sani Yaya, au cours de la quatrième et dernière réunion du Conseil national de crédit, a profité de l’occasion pour rappeler que les décisions d’Abidjan sont une étape décisive vers l'adoption de l'ECO. Elles sont de trois ordres.

Le premier porte sur le changement de nom (FCFA en ECO). L’arrêt de la centralisation des réserves de change au Trésor français, la fermeture du compte d’opérateurs et le transfert à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) des ressources disponibles qu’il continent est le second point. Et le troisième volet est relatif au retrait de tous les représen

tants français dans les organes de décision et de gestion de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), notamment le Conseil d’administration de la BCEAO, la Commission bancaire et le Comité de politique monétaire.

L’UEMOA plaide pour la conservation du taux de change fixe par rapport à l’Euro, la garantie de convertibilité illimitée de la monnaie par la France en attendant l’adoption effective de l’ECO comme monnaie unique de l’espace CEDEAO.

Le ministre de l’Economie et des Finances rassure « que ces décisions, qui ont été prises le 21 décembre 2019 à Abidjan, représentent un tournant majeur vers la mise en place de l’ECO et n’affectent en rien l’usage quotidien du Franc CFA par les populations et les entreprises de l’UEMOA ».

Les dirigeants des pays de la zone communautaire souhaitent, à travers la nouvelle monnaie, redynamiser l’économie de l’Union, créer de la croissance et de l’emploi…

A.H.

 

 

Sani Yaya explique les contours de l’« ECO » aux membres du Conseil national du crédit