ARCHIVE


 

 

 

Burkina Faso : Vivant, le Capitaine Thomas Sankara aurait fêté ses 70 ans le 21 décembre dernier

Autre presse
thomas sanakara
Thomas Sankara | Infog : Imgur

Anti-impérialiste, panafricaniste mais aussi socialiste révolutionnaire et tiers -mondiste, Thomas Noel Sankara était un officier de l’armée de l’ex-Haute Volta, aujourd’hui Burkina Faso. Il devint Président de la République de ce pays sahélien à la suite des évènements de la première révolution du 4 août 1983 jusqu’à la tragique date du jeudi 15 octobre 1987 où il fut assassiné. Vivant, il aurait soufflé ses soixante-dix printemps le samedi 21 décembre 2019.

Quatre ans durant, cet officier qui assuma brièvement les responsabilités de Secrétaire d’Etat à l’information sous le régime de Saye Zerbo, et celui de premier ministre sous Jean Baptiste Ouédraogo, mena une véritable campagne politique d’émancipation nationale caractérisée notamment par le changement du nom du pays. La Haute Volta, un nom affecté au pays lors de la période coloniale sera changé en un autre de racine africaine : Burkina Faso, qui n’est autre qu’un mélange de Moré et de Dioula (Pays ou Patrie) des hommes intègres. Il y a également eu sous le magistère du bouillant officier qui n’avait pas sa langue dans la poche, d’instances activités incitant et motivant les populations à contribuer au développement national. Une âpre lutte contre la corruption et l’autonomie des femmes compte parmi les actions menées sous son régime.

Leader et icône ayant marqué son époque sur bien de tableaux notamment au Burkina, son pays natal, en Afrique, son continent d’appartenance mais aussi à travers le monde, le Capitaine Thomas Noel Isidore Sankara vit le jour le 21 décembre 1949 à Yako, une ville et aussi chef-lieu du Département de même nom et de la Province de Passoré dans la partie septentrionale du Burkina Faso.

Eveilleur des consciences, le Capitaine Thomas Sankara était aussi un héros ayant œuvré dans la défense et la protection des intérêts des peuples pour leur développement endogène, leur liberté et leur dignité.

Sémillant officier, il a été abattu lors d’un coup d’État de l’après-midi du 15 octobre 1987 à Ouagadoudou. Ce sera la fin de son régime et la montée au pouvoir de son plus que frère, Blaise Compaoré dans un processus de rectification. Ils furent quatre figures majeures à mener la révolution.

Après son assassinat, le Commandant Jean-Baptiste Boukary Lingani et Henri Zongo, un autre officier furent exécutés en septembre 1989. En désaccord avec le modèle de réforme économique enclenchée par Blaise Compaoré, ils furent accusés d’avoir comploté pour faire tomber le nouveau régime qui restera à la barre jusqu’au 31 octobre 2014, emporté par une insurrection populaire.

Proclamé modèle par la jeunesse africaine en 2006 au Forum social africain tenu à Bamako au Mali, et en 2007 au Forum social mondial de Nairobi au Kenya, le Capitaine Thomas Sankara est considéré à la fois comme un « Che Guevara » africain et une figure majeure de la scène politique africaine à l’image du Congolais Patrice Lumumba assassiné en 1961.

© Ekoué Satchivi

Source : Liberté

 

 

Burkina Faso : Vivant, le Capitaine Thomas Sankara aurait fêté ses 70 ans le 21 décembre dernier