ARCHIVE


 

 

Insurrection armée avec machettes et gourdins : Habia ne croit pas à la « comédie » du Général Yark
Dans un message audio rendu public cette semaine sur les réseaux sociaux, l’ex-député Nicodème Habia est revenu sur la fameuse affaire « d’insurrection armée avec des machettes et gourdins », survenue, selon le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, dans la nuit du 22 au 23 novembre derniers.
Pour le président national de « Les Démocrates » (parti d’opposition membre de la C14), cette histoire d’insurrection armée avec des machettes et gourdins n’est qu’une « comédie », une « invention » du ministre Général Yark Damehame.

Nicodème estime qu’il s’agit tout simple d’un « prétexte », d’une « manœuvre lugubre » du régime en place afin de détourner l’attention du peuple togolais de l’essentiel de la lutte.

« Peuple togolais, aujourd’hui, il nous revient de nous battre, de résister afin de montrer au tyran Faure Gnassingbé et sa clique que l’heure de notre libération à sonner. Peuple togolais, je vous appelle à ignorer les comédies lugubres que nous présente Yark Damehame et ses amis du régime. En réalité, ils veulent seulement détourner notre attention de l’essentiel de not

re lutte », a-t-il déclaré.

Le gréviste de la faim est totalement certain « qu’aucun parti politique de l’opposition n’est à l’origine de ces attaques meurtrières contre nos frères gendarmes ». « Que Yark Damehame cherche les vrais coupables dans son poulailler, nous sommes au courant de ce qui se passe au sein du régime moribond », a-t-il lâché.

Le président de Les Démocrates reste convaincu que l’alternance politique est tout proche. « L’objectif devant nous est l’alternance et nous y sommes presque. Encore un peu de courage et nous aurons la liberté », a-t-il exhorté.

Au passage, il invite le chef de l’Etat Faure Gnassingbé à passer « par la grande porte de l’histoire » en renonçant à son désir ardant de briser un 4em mandat à la tête de l’Etat.

 

 

Insurrection armée avec machettes et gourdins : Habia ne croit pas à la « comédie » du Général Yark

back to list