ARCHIVE


 

 

 

Ben Koffi Djagba demande au G5 de respecter les Togolais

La sortie du “Premier ministre du gouvernement légitime” est consécutive au communiqué du Groupe des 5 au sujet des sorties des responsables de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK).

RÉSOLUTION DU GOUVERNEMENT LÉGITIME DU TOGO SUR LA MÉDIATION INITIÉE PAR LE G5 RELATIVEMENT À LA CRISE TOGOLAISE

Le Conseil des ministres du Gouvernement légitime du Togo, réuni le vendredi 7 mai 2021, en sa 28eme session ordinaire sous la présidence de SE Dr Gabriel Agbéyomé Messan KODJO, Président démocratiquement élu du Togo, a écouté avec intérêt la communication du Garde des Sceaux, Ministre d’ État, Ministre des Relations Extérieures, de l’ Intégration Africaine, des Togolais de la 6eme Région, Chargé des Relations entre les Institutions de la République, Porte – parole du Gouvernement, relativement à la rencontre intervenue le 04 mai dernier entre une délégation de la Coordination nationale de la Dynamique Monseigneur KPODZRO ( CNDMK ) et le groupe des cinq ambassadeurs ( G5 ) à Lomé.

Le Conseil des ministres a salué cette initiative des principaux représentants de la communauté internationale auprès du Togo à qui il exprime sa reconnaissance. Il a toutefois déploré le fait que le G5 dit reconnaître la victoire de M. Faure Essozimna Gnassingbé au terme de l’élection présidentielle du 22 février 2020 au motif que le Président démocratiquement élu, SE Dr Gabriel Agbéyomé Messan Kodjo n’aurait pas apporté les preuves de sa victoire.

Le Conseil des ministres a déploré le fait que le G5 par la voix de SEM Eric W. Stromayer, ambassadeur des Etats Unis d’Amérique, au Togo de même que celle de SEM Joaquim Tasso Vilallonga, ambassadeur et Chef de la Délégation de l’UE au Togo, ont estimé que la DMK devrait s’abstenir de revendiquer sa victoire et privilégier la réflexion sur la résolution d’une crise politique profonde au Togo.

Cette vision simpliste et étriquée de la situation togolaise a été contestée et rejeté par le Gouvernement légitime du Togo.

Aussi, est-il convenu d’adresser la présente résolution du Gouvernement légitime du Togo réellement accrédité par le souverain Peuple togolais, aux chancelleries concernées à savoir :

1. Ambassade de France

2. Ambassade d’Allemagne

3. Ambassade des Etats Unis d’Amérique

4. Délégation de l’Union Européenne

5. Représentation du Système des Nations Unies

Considérant la victoire incontestable du Dr Gabriel Agbéyomé Messan KODJO l’élection présidentielle du Togo le 22 février 2020 étayée par les différents communiqués officiels des formations politiques dont certaines ayant pris part au scrutin de même que ceux d’organisations de la société civile et de personnalités étrangères ;

Considérant la crise post-électorale caractérisée par un bicéphalisme politique au Togo depuis le 23 février 2020, date de la proclamation des résultats frauduleux de la présidentielle;

Considérant l’absence de preuves de la victoire à ladite élection présidentielle du candidat proclamé par la CENI, Faure Essozimna Gnassingbé, qui s’est maintenu au pouvoir par le biais d’un triple coup d’État électoral, militaire et judiciaire grevé d’une hérésie diplomatique et d’État ;

Considérant l’indépendance du Togo, vis-à-vis de toutes institutions étrangères et de tous États étrangers, caractérisant des rapports cordiaux non empreints d’esprit de domination des uns envers les autres ;

Considérant le durcissement du régime au lendemain des élections réduisant les espaces de libertés de manifestation, et d’opinion, et que toute manifestation réclamant la victoire du peuple a été sauvagement réprimée et ponctuée par des arrestations des militants de l’opposition ;

Considérant que tous les actes de violence posés par le régime, et autres manipulations depuis le soir du scrutin à l’encontre de son principal Challenger et soutiens traduisent sa débâcle électorale et qu’il suffit pour s’en convaincre de faire lecture de la décision de la Cour constitutionnelle ;

Considérant que la position du 04 mai 2021 du G5 à Lomé est de nature à violer le choix souverain du Peuple togolais massivement exprimé le 22 février 2020 par l’élection à la magistrature suprême du Dr Gabriel Agbéyomé Messan KODJO ;

Considérant que cette position est contraire à la Proposition de Résolution 2019/2518 (RSP) B8 0067/2019 du Parlement européen sur la situation au Togo ainsi que celle portant sur la situation des droits de l’Homme au Togo adoptée à la 62ème session ordinaire de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples, tenue à Nouakchott (République islamique de Mauritanie) du 25 avril au 9 mai 2018 ;

Considérant que le Peuple togolais est déterminé à faire valoir sa victoire par, tous les moyens de droit et faire du Togo un véritable État de droit ;

Considérant qu’il n’appartient ni à l’Union Européenne, ni à la France ou à l’Allemagne ou les Etats Unis d’Amérique, voire tout autre pays étranger ou institution étrangère de valider ou d’invalider les résultats de quelque élection au Togo, ou qu’ils confèrent une légitimité à un candidat fortement contesté et décrié par le souverain peuple qui l’a massivement rejeté dans les urnes ;

Affirmons notre attachement aux relations existantes entre l’UE, les Etats Unis d’Amérique, et le Togo mais dans le respect des aspirations et de la volonté des peuples européens, américains et togolais ;

Demandons fortement au G5, de respecter le choix du Souverain Peuple togolais qui a élu Président de la République du Togo le 22 février 2020 Dr Gabriel Agbéyomé Messan KODJO, et d’en tenir compte dans ses engagements internationaux avec le Togo, Réitérons notre disponibilité à œuvrer résolument à une sortie de crise pacifique au Togo ;

Décidons de transmettre au G5 un mémorandum de sortie de crise à toutes fins utiles.

SIGNÉ Ben Koffi DJAGBA

Premier Ministre, Chef du Gouvernement

 

 

Ben Koffi Djagba demande au G5 de respecter les Togolais