ARCHIVE


 

 

 

M. Ihou, les Togolais ne serviront pas de cobaye !

Le vaccin AstraZeneca censé protéger contre le Covid-19 fait plus peur aux gens que la maladie elle-même. Les pays fuient le vaccin comme de la peste. Le Danemark, l’Islande et la Norvège avaient donné le ton en annonçant jeudi 11 mars la suspension des injections du vaccin d’AstraZeneca en invoquant le principe de « précaution ». La Bulgarie et la Thaïlande sont à leur tour descendues du train le lendemain en retardant la campagne de vaccination dans leur pays. L’Italie, l’Autriche, l’Estonie, la Lituanie la Lettonie et le Luxembourg avaient déjà, quelques jours plus tôt, cessé d’administrer les vaccins.

Ces pays seront suivis par la RD Congo qui a annoncé samedi le report, par « mesure de précaution » de la campagne de vaccination. Dimanche, l’Irlande a, à son tour, recommandé la suspension du vaccin, toujours par précaution. La France, l’Allemagne viennent de gonfler la liste. Ces pays ont suspendu la vaccination avec AstraZeneca. Comme effets secondaires possibles du vaccin, l’Agence européenne du médicament (EMA) a évoqué des allergies sévères. La Norvège quant à elle, s’inquiète d’hémorragies cutanées chez des personnes jeunes. L’Irlande parle de formations de caillots sanguins.

Dans tous ces pays, les dirigeants qui sont soucieux de la santé et du bien-être de leurs concitoyens veulent voir bien clair dedans avant d’autoriser à continuer à nouveau la vaccination. Ils parlent de « mesure de précaution ». Au moins là, les dirigeants sont comptables devant leur peuple. Ils savent que la moindre gaffe peut coûter leur fauteuil présidentiel.

Mais ici au 228, les dirigeants sont tout puissants et n’ont de compte à rendre à personne. C’est Dieu qui leur a donné le trône et seul Dieu peut le leur retirer. Ils disposent du droit de vie et de mort sur leurs concitoyens et peuvent tout se permettre. Comme l’aimait à dire le père, « si ce que je fais est bon, que Dieu me laisse continuer, mais si ce que je fais est mauvais, qu’il me barre la route». Comme quoi sa légitimité, il l’acquiert de Dieu et non des Togolais.

Le fils s’inscrit dans la même logique. Ses sous-fifres ont le culot d’aller à la télé menacer, comme leurs boys à la maison, les Togolais qui refusent de se faire vacciner. Ceci étant quand « Faurevi » va-t-il se faire vacciner ? Les gens attendent qu’il donne l’exemple pour lui emboîter le pas.

Prof Ihou Watéba devient méconnaissable

Depuis la survenue de la pandémie du Covid-19, Prof Majesté Ihou Watéba montre carrément un autre visage que les Togolais ne connaissaient pas. L’homme s’est totalement métamorphosé et fait voir de toutes les couleurs aux Togolais. Zèle, condescendance, suffisance, activisme, hautain et des maux de la même famille, voilà le nouveau Wateba version RPT/UNIR que les populations découvrent.

Quand il a été nommé responsable du CHR Lomé Commune, il a pris des galons et était dans les nuages. Il ne voulait plus redescendre sur terre, auprès des Togolais. Dans ce nouveau monde qu’il se découvre et où il est méconnaissable, notre doc devient plus royaliste que le roi. On dirait qu’il a bien trouvé sa place aux côtés de la dictature cinquantenaire.

Ses premières armes ont été de proférer des menaces à l’endroit de ses collègues médecins qui exigeaient de meilleures conditions de travail au CHR Lomé Commune. Des menaces qui seront mises à exécution et ses collègues renvoyés comme des moins que rien et remplacés au pied levé. Le même Ihou Watebaou s’en est violemment pris sur le plateau de la télévision nationale au journaliste qui avait dénoncé l’environnement et les conditions de travail au CHR.

L’homme n’était pas ainsi. Certains ont tout de suite lu dans ses zèles pathologiques une manière de taper dans l’œil du jeune tyranneau se faire nommer ministre. Ils ont vu juste. Son premier « arrêté » pris juste à sa nomination a été de publier un communiqué pour inviter les Togolais à bien écrire son nom. Plus hautain que lui tu meurs !

Aujourd’hui il se prend carrément pour un émule de Dieu et profère des menaces à l’encontre des 8 millions de Togolais qui s’étaient mobilisés pour le faire libérer quand il avait été chopé par le tristement célèbre SRI dans une affaire de notes. Ceux qui refusent la vaccination, a-t-il menacé, achèteront à leurs frais s’ils sont infectés par le Covid-19. Sa sortie est tellement scandaleuse qu’on n’a pas trouvé meilleure réponse que celle du président de la Ligue des Consommateurs du Togo (LCT), Emmanuel Sogadji.

« Est-ce lui qui achetait les médicaments pour les patients quand ils ont une maladie ? Est-ce avec son argent que les prêts qui ont servi à acheter le vaccin seront remboursés ? », s’est-il demandé. Une réponse cinglante à la mesure de la sortie maladroite du zélé ministre. Pour amener les Togolais à se faire vacciner, faut-il les menacer ou faire dans la pédagogie? Le zèle n’a jamais payé et il le saura un jour.

Source : Liberté

 

 

Togo, Covid-19 : Imposition des tests malgré la vaccination, Hérésie ou Arnaque ?