ARCHIVE


 

 

 

Front commun entre parti au pouvoir et opposition : Le CAR se veut prudent

Ensemble, pouvoir et opposition togolaise ont créé mardi à Lomé, la Concertation nationale entre acteurs politiques (CNAP). Il s’agit d’un cadre qui accueillera les discussions liées à la vie politique du Togo. Ils se sont donc accordés au cours des travaux, sur la mutualisation des intérêts avec en toile de fond, l’amélioration du cadre politique au Togo.

Sur invitation du ministre d’Etat, Payadowa Boukpéssi, les partis politiques de l’opposition et celui au pouvoir ont discuté mardi de l’avenir politique du Togo. L’exercice, 2ème du genre, a permis la création de la Concertation nationale entre acteurs politiques. L’initiative a donc retenu l’approbation de certains représentants de partis politiques de l’opposition. Mais celui du CAR dit rester sur sa soif.

« Je suis resté sur ma soif, c’est comme si je suis venu tard dans un monde plus vieux. J’ai l’impression que les problèmes que je soulève, je viens les soulever un peu trop tard et que ces problèmes ne seront pas pris en compte.

C’est ce qui m’a gêné. Je retourne voir le parti et on va aviser du comportement que nous allons avoir. Il faut que les solutions que nous allons avoir soient une garantie de non répétition et que les élections reflètent les vrais résultats », s’est plaint Jean Kissi, Secrétaire national du parti des “déshérités”.

Parlant des problèmes, l’acteur politique a touché du doigt les crises électorales successives que connait le pays. Des élections contestées, des répressions sanglantes, et des dialogues sans fin. D’ailleurs, la crise post-électorale de la présidentielle du 22 février 2020, a été soulevé par ce dernier.

« Il faut régler une fois pour de bon les problèmes politiques togolais, de normaliser la situation politique avec un rebond sur la situation économique », a-t-il ajouté.

 

 

Front commun entre parti au pouvoir et opposition : Le CAR se veut prudent