ARCHIVE


 

 

 

Togo - Harcèlement contre Ferdinand et son journal : Des parlementaires européens se saisissent du dossier

Le procès que la famille Adjakly intente contre le confrère Ferdinand Ayité et son journal L’Alternative dans l’affaire qu’il convient d’appeler « Pétrole Gate », attire l’attention des eurodéputés. Après Reporter Sans Frontière (RSF) et d'autres organisations internationales de défense des journalistes et des droits de l'homme, c'est au tour des députés européens de se saisir de l'affaire. Ils viennent d’adresser un courrier à Faure Gnassingbé, au ministre de la Justice Pius Agbetomey et à la Présidente de la Commission nationale des droits de l’Homme du Togo Nakpa Polo sur le sujet. Ces parlementaires européens dénoncent un « harcèlement judiciaire » contre Ferdinand Ayité et son bihebdomadaire. Ils appellent les autorités togolaises à « abandonner toutes les charges à l’encontre du journaliste d’investigation et défenseur des droits humains Ferdinand Ayité et du journal L’Alternative, et de s’assurer que le harcèlement judiciaire à leur encontre cesse immédiatement ». Ils les exhortent également à « abroger ou modifier les provisions pénales sur la diffamation, afin de satisfaire les standards internationaux et les recommandations successives des Nations Unies et de l’Examen Périodique Universel à ce sujet ». Voici la lettre dans son intégralité. Bonne lecture!

Bruxelles, le 05 Octobre 2020

Président, S.E. Faure Gnassingbé
Garde des Sceaux, S.E. Pius Agbetomey
Présidente de la Commission Nationale des Droits de l’Homme du Togo, S.E. Nakpa Polo
cc
Ambassadeur du Togo à Bruxelles, S.E. Kokou Nayo M’Beou
Délégation de l’UE au Togo

Re : harcèlement judiciaire à l’encontre du journaliste d’investigation et défenseur des droits humains Ferdinand Ayité et le journal L’Alternative, et législation pénale sur la diffamation

Excellences,

Nous, membres du Parlement européen, avons l’honneur de vous écrire afin de vous exprimer notre profonde inquiétude concernant le harcèlement judiciaire à l’encontre du défenseur des droits humains et journaliste d’investigation Ferdinand Ayité et son journal L’Alternative au Togo, et concernant la législation pénale Togolaise sur la diffamation.

Ferdinand Ayité est un journaliste d’investigation et défenseur des droits humains basé à Lomé, au Togo. Il est le directeur des publications de L'Alternative, un journal connu pour ses enquêtes sur des affaires de corruption et de détournement de fonds au Togo, et exigeant que les auteurs de telles affaires soient tenus responsables de leurs actes.

C’est avec inquiétude que nous avons appris les allégations de détournement de 400-500 milliards de FCFA (610-760 million d’euros) rapportées par L’Alternative et Ferdinand Ayité, en relation à l’importation de produits pétroliers au Togo.

Nous souhaitons attirer votre attention à la programmation conjointe UE-Togo pour 2020, selon laquelle “l'UE peut être considérée comme le premier partenaire du Togo. Ce potentiel de développement ne se réalisera pas sans la consolidation de [...] la lutte contre l'impunité et la corruption.”

La promotion d’un environnement propice pour la société civile est également soulignée dans cette programmation conjointe comme l’une des racines de la démocratie, et donc de la lutte contre l’impunité et la corruption.

Nous avons donc appris avec plus grande inquiétude encore les accusations portées par le businessman et membre du Comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers (CSFPP) Fabrice Affatsawo Adjakly à l’encontre du journaliste d’investigation et défenseur des droits humains Ferdinand Ayité et de L’Alternative, en représailles pour leur travail sur l’article révélant l’affaire.

Fabrice Affatsawo Adjaky et son père Francis Sossah Adjakly sont accusés par L’Alternative d’avoir mené le montage de détournement de fonds, dans lequel sont également impliqués des officiels du gouvernement.

Nous sommes par ailleurs profondément alarmés de l’existence de provisions pénales de diffamation dans le Code pénal révisé du Togo de 2015, et ce particulièrement au vu de recommandations formulées au Togo de modifier ou abroger ces provisions lors de son Examen Périodique Universel de 2016. La Rapporteure Spéciale sur la situation des défenseurs a en effet déclarée que ces provisions ont été utilisées de façon répétitive pour sévir contre les défenseurs des droits humains et journalistes, notamment lorsqu’ils documentent des cas de corruption impliquant des officiels du gouvernement.
Par conséquence, la Rapporteure Spéciale a recommandé que la diffamation ne soit plus jugée par les juridictions pénales mais par les juridictions civiles, avec une punition en accord avec l’esprit de l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et à l’article 6 de la Déclaration sur les défenseurs des droits humains.

La seconde audience dans l’affaire contre Ferdinand Ayité et L’Alternative, programmée pour le 16 septembre 2020 à la Cour de Première Instance de Lomé, a été reportée à la demande de l’avocat du défenseur. La prochaine audience se tiendra le 7 octobre dans la même cour.

Nous souhaitons souligner le travail crucial réalisé par les défenseurs et les journalistes luttant contre la corruption et au Togo pour que les auteurs de telles affaires soient tenus responsables de leurs actes.

Nous, membres du Parlement européen, appelons donc les autorités Togolaises à abandonner toutes les charges à l’encontre du journaliste d’investigation et défenseur des droits humains Ferdinand Ayité et du journal L’Alternative, et de s’assurer que le harcèlement judiciaire à leur encontre cesse immédiatement.

Nous appelons également les autorités Togolaises à abroger ou modifier les provisions pénales sur la diffamation, afin de satisfaire les standards internationaux et les recommandations successives des Nations Unies et de l’Examen Périodique Universel à ce sujet.

Selon les Lignes Directrices de l’UE sur les défenseurs des droits humains, nous demanderons à la délégation de l’UE au Togo de faire le suivi sur les éléments mentionnés dans cette lettre.

Veuillez agréer, Excellences, l’expression de nos salutations les plus distinguées,

1 Pierrette Herzberger-Fofana MEP Greens/EFA
2 Monika Vana MEP Greens/EFA
3 Dimitrios Papadimoulis MEP GUE/NGL
4 Ramona Strugariu MEP Renew
5 Ville Niinistö MEP Greens/EFA
6 Roberta Metsola MEP EPP
7 Stelios Kouloglou MEP GUE/NGL
8 Salima Yenbou MEP Greens/EFA
9 David Casa MEP EPP
10 Eugen Tomac MEP EPP
11 Helmut Geuking MEP ECR
12 Ismael Ertug MEP S&D
13 Terry Reintke MEP Greens/EFA
14 Marie Toussaint MEP Greens/EFA
15 Sven Giegold MEP Greens/EFA
16 Assita Kanko MEP ECR
17 Kartin Langensiepen MEP Greens/EFA
18 Henrike Hahn MEP Greens/EFA
19 Jordi Solé MEP Greens/EFA
20 Konstantinos Arvanitis MEP GUE/NGL
21 Daniel Freund MEP Greens/EFA
22 Abir Al-Sahlani MEP Renew
23 Leila Chaibi MEP GUE/NGL
24 Erik Marquardt MEP Greens/EFA
25 Jan-Christoph Oetjen MEP Renew
26 Alexis Georgoulis MEP GUE/NGL
27 Rasa Jukneviciene MEP EPP
28 Maria Arena MEP S&D
29 Raphaël Glucksmann MEP S&D
30 Aurore Lalucq MEP S&D
31 Michael Gahler MEP EPP
32 Miguel Urban Crespo MEP GUE/NGL
33 Brando Benifei MEP S&D
34 Hilde Vautmans MEP Renew
35 Diana Riba i Giner MEP Greens/EFA
36 Alviina Alametsä MEP Greens/EFA
37 Fabio Massimo MEP non-attached
38 Javier Nart MEP Renew

 

 

Togo - Harcèlement contre Ferdinand et son journal : Des parlementaires européens se saisissent du dossier