ARCHIVE


 

 

 

Togo - Fovi Katakou : « ça nous renforce dans notre conviction de travailler (…) »

Vendredi 4 septembre 2020, Fovi Katakou et quatre (4) autres membres des Universités sociales du Togo (UST) ont été interpellés par les forces de l’ordre et de sécurité, transportés au commissariat d’Adidogomé, puis relâchés plus tard.

Roger Folikoe, Seyrame, Afan Diego, Edouh Kossi et Fovi Katakou ont été arrêtés vendredi soir par les éléments de la Force anti-pandémie Covid-19 (On leur reprocherait d’avoir foulé aux pieds les mesures barrières), alors qu’ils projetaient un film documentaire sur la vie du militant non-violent afro-américain, Martin Luther King.

C’était dans le cadre des cafés citoyens régulièrement organisés par les UST. Conduits au commissariat d’Adidogomé, les cinq (5) acteurs de la société civile ont été libérés quelques heures après.

Pour Fovi Katakou, le prétexte de Covid-19 et d’autorisation ne tient pas la route, rapport letabloidtogo.info. « Car nous avons respecté toutes les mesures, toutes les mesures barrières et nous sommes à peine 12 personnes », a-t-il dit.

Le membre du Mouvement Nubueke dit ne pas être surpris qu’ils aient été interpellés par les forces de l’ordre et de sécurité. Mais confirme davantage « la nature du système en place ».

« Ça nous renforce dans notre conviction de travailler sur la conscience togolaise pour l’émancipation mentale. Car pour Steve Biko, « L’arme de l’oppresseur, c’est l’âme de l’opprimé ». Notre objectif est de donner des outils d’analyse aux citoyens sur des situations socio-politico-économiques afin qu’eux-mêmes aient leur propre opinion », a-t-il souligné.

Rayan Naël

 

 

Togo - Fovi Katakou : « ça nous renforce dans notre conviction de travailler (…) »