ARCHIVE


 

 

 

Togo - Me Jean Dégli : « On ne peut pas vivre dans un pays où on tue les gens impunément »

Des assassinats, le Togo en a beaucoup connu ces derniers temps. Le dernier en date reste ce jeune laveur de voiture, Mohamed qui a été froidement abattu le mardi 21 mai dernier à Avédji (Lomé) en plein jour, par un militaire. Ce qui fait encore mal, c’est l’impunité dont jouissent les auteurs de ces crimes crapuleux.

Pour Me Jean Dégli du Mouvement « Bâtir le Togo », il est déplorable que ces genres de crimes soient laissés impunis. Le défenseur des droits de l’homme craint le pire dans les années à venir si rien n’est fait pour stopper l’hémorragie.

« On ne peut pas vivre dans un pays où on violente les gens n’importe comment, où on tue les gens impunément. Ce n’est pas bon. Si ça continue comme ça, nous sommes en train de rentrer dans une jungle, si nous ne sommes pas déjà dedans », a souligné Me Dégli.

Et d’ajouter : « Il y a quelques années, on a pensé que le Togo est en train de changer et que ce que nous avons vécu sous le régime Eyadema était en train de changer et puis brutalement nous revenons en arrière sur le plan surtout des droits humains, sur le plan surtout de respect de la vie humaine. Nous sommes en train de revenir en arrière. Aussi bien pour la vie humaine, pour l’intégrité physique des êtres humains, pour la liberté des gens, nous devons faire attention ».

L’acteur de la société civile demande à ce que les auteurs de ces actes ignobles que le pays a dernièrement connus soient traduits en justice.

 

 

Togo - Me Jean Dégli : « On ne peut pas vivre dans un pays où on tue les gens impunément »