NEWS


 

 

Aktuelle Infos und Veranstaltungen
Seite: | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 

 

Togo, Présidentielle 2020 : Le Candidat Agbéyomé Kodjo revendique la victoire

27avril.com
Agbéyomé Kodjo (c) lors d’une conférence de presse à Lomé, 22 février 2020 | Photo : icilome

« Faure et son gouvernement sont conscients qu’ils ont été laminés aujourd’hui » dixit Agbeyome Kodjo. Ce dernier annonce, lors d’une conférence de presse, être arrivé en tête des résultats.

Un peu plus tôt l’ANC a confirme les mêmes tendances préliminaires en stipulant dans un communiqué entre autre ceci : « Le scrutin présidentiel s’est déroulé ce samedi 22 février 2020 sur toute l’étendue du territoire. Les premières tendances placent en tête les candidats du MPDD et d’UNIR » (voir communiqué intégral ci-dessous)
Source : FB/FL

Les autres candidats ne sont pas encore prononcés ni la CENI unicolore qui dit annoncer les « résultats » au plus tard lunidi.

Source : 27avril.com, vidéo : Togovisions

 

 

Togo, Présidentielle 2020 : Le Candidat Agbéyomé Kodjo revendique la victoire

 

Entendra-t-il enfin raison pour partir ou voudra-t-il être poussé par la petite porte?

Samari Tchadjobo
L'usurpateur Faure Gnassingbé | Photo : RT

« …le pouvoir des Gnassingbé qui a fait de l’armée nationale sa branche armée, et qui entretient des miliciens en toute impunité, acceptera-t-il le verdict des urnes pour laisser les Togolais goûter enfin à l’alternance? C´est la grande inconnue. Faure Gnassingbé aura-t-il la sagesse de conseiller à ses jusqu’au-boutistes d’abandonner enfin la stratégie de la terreur? Acceptera-t-il de laisser scier la branche sur laquelle il est assis?»

Voilà les questions que nous nous posions en concluant notre dernier article d´avant les élections. Pour nous, il ne faisait aucun doute qu´un candidat de l´opposition sorte vainqueur du scrutin de samedi dernier. Comment pourrait-il d´ailleurs en être autrement face à un régime impopulaire, vomi par tous? L’éternelle question qui fait vibrer les lèvres des Togolais à chaque élection présidentielle est celle liée au comportement de la classe dirigeante quant à l’acceptation ou non des résultats sortis des urnes qui ont toujours été du côté du peuple. Faure Gnassingbé, comme d’ailleurs son père, n’a jamais gagné les élections au Togo, mais s’impose par la force militaire.

Les élections présidentielles du 22 février 2020 étaient pour beaucoup de Togolais des élections comme toutes les précédentes qui ne serviront à rien, sinon à accompagner et à légitimer le dictateur. Le manque de réformes politiques, le caractère inique du fichier électoral, toutes les institutions s’occupant de l’organisation des élections étant acquises au pouvoir en place, l’opposition s’était divisée en deux camps: les participationnistes et les non-participationnistes. Mais l’irruption de Monseigneur Fanoko Kpodzro dans le jeu politique avec le candidat que personne n’attendait vraiment, fut le déclic que personne n’avait vu venir et qui risque aujourd’hui d’emporter le système politique Gnassingbé qui a fait tant de mal aux Togolais.

Agbéyomé Kodjo, en effet, est le candidat du prélat qui est largement en tête des résultats du premier tour du scrutin présidentiel du 22 février 2020. Dans un pays normal où l’alternance est déjà entrée dans les habitudes, il est celui qui devrait être proclamé vainqueur des élections dès le premier tour à la fermeture des bureaux de vote. Au cours d’une conférence de presse tenue le jour du vote à 22 h GMT à leur QG de campagne, Agbéyomé Kodjo et son équipe se sont réjouis d’avoir fait le meilleur score, et ont demandé aux populations d’être vigilantes pour que cette fois-ci la victoire du peuple pour l’alternance lui revienne. Selon les derniers chiffres en notre possession le candidat de la dynamique Kpodzro disposerait d´une nette avance avoisinant les 57%, de telle sorte que s’agissant d’un scrutin uninominal majoritaire à deux tours, la majorité absolue obtenue par l’un quelconque des candidats au premier tour (c’est-à-dire plus de 50% des suffrages exprimés), exlut ipso facto la tenue du second tour. Il va sans dire que l’alternance tant souhaitée est réalisée, et que le Togo a un nouveau Président.

Mais le régime de dictature des Gnassingbé, habitué à régner sans partage, habitué à rejeter le verdict des urnes qui leur est défavorable, multiplie depuis samedi soir des réunions pour éviter que la CENI proclame Agbéyomé Kodjo vainqueur des élections présidentielles de 2020; c´est pourtant le résultat sorti des urnes, c’est pourtant la volonté du peuple. Il faut une grande résistance de la part de tous les Togolais qui ont soif d´alternance pour que cette ènième humiliation ne soit infligée au peuple. Pour que le Président librement choisi, soit celui qui dirige le Togo. C’est pourquoi nous estimons que les autres candidats malheureux, comme ceux de l’ANC, l’ADDI, le PSR….doivent aller au-delà des déclarations de principe pour fermement soutenir le candidat élu de la coalition du prélat, et insister surtout qu’il n’y ait pas de deuxième tour. L’heure a sonné surtout pour ces petits partis de prouver qu´ils sont vraiment de l´opposition, donc du côté du peuple. Nous estimons également qu’il est grand temps que tous les leaders des formations politiques qui n’étaient pas pour les élections, entrent dans la danse en insistant sur la victoire au premier tour du Dr Agbéyomé Messan Kodjo, et en demandant aux populations d´être à tout moment prêtes pour défendre les résultats sortis des urnes.

Tout ce qui arrive aujourd’hui est une conséquence heureuse du mouvement du 19 août 2017 initié par le Parti National Panafricain (PNP) de Salifou Tikpi Atchadam. C’est un couronnement heureux des rêves inachevés de la C14 que tout les démocrates togolais devraient apprécier comme tel et soutenir pour que le Togo puisse être remis sur les rails de l’humanisme, de la démocratie et de l’état de droit. Quant à Faure Gnassingbé, le peuple lui demande pour la ènième fois et poliment de partir. Partira-t-il sagement ou voudra-t-il être poussé par la petite porte? En tout cas, cette fois-ci les Togolais sont décidés à goûter à l´alternance.

PS: Aux dernières nouvelles la CENI a publié des résultats des plus fantaisistes donnant Faure Gnassingbé vainqueur avec 72,36% des voix. Le véritable vainqueur Agbéyomé Kodjo est relégué à la deuxième place avec un score de 18,37%. Une nouvelle humiliation pour le peuple togolais. Résistance! Résistance! Résistance! Tel doit être désormais le slogan de tous les Togolais.

Samari Tchadjobo
23 février 2020
Hanovre, Allemagne
Samari Tchadjobo

 

 

Entendra-t-il enfin raison pour partir ou voudra-t-il être poussé par la petite porte?

 

Togo : Leçon amère, mais leçon magistrale quand même

Zakari Tchagbale
bulettins de vote prevotes au nord togo fevrier 2020
Un des bulletins de vote pré-votés Faure pour bourrer les urnes lors de la présidentielle 2020 au Togo | Photo : DR/FB

Un régime démocratique qui a le respect pour les droits du citoyen peut organiser des élections et les perdre. Mais un régime de dictature, militaire de surcroît, ne peut organiser des élections et les perdre. La leçon togolaise est claire.

Face à l’échec du 22 févier 2020, il n’est pas question de disperser les énergies pour contester, pour laver la honte. Le peuple et ses vrais patriotes doivent réserver le peu d’énergie qui leur reste à refaire le diagnostic du Togo. Les participationnistes ont certes aggravé la situation en légitimant l’élection de Faure Gnassingbé pour un quatrième mandat, mais ils ne sont pas les auteurs de l’actuel échec. Les auteurs sont ailleurs.

L’échec du 22 vient du fourvoiement de la Conférence nationale souveraine des années 1990. Pour l’ouverture du pays à la pluralité politique, la CNS a édicté les conditions de création de parti, dont celle-ci : le fondateur d’un parti ne peut être un juge ni un militaire en activité. C’était l’occasion de dissoudre le RPT dont tout le monde savait qu’il a été créé par un militaire en activité hébergeant dans une caserne militaire. Sous prétexte d’être un organe démocratique la CNS a laissé le loup dans la bergerie. Elle a oublié le fait qu’un Président qui a tué pour arriver au pouvoir, qui a créé un parti et interdit les autres est un dictateur et qu’il fallait l’éjecter du pouvoir.

Insouciante, la Conférence nationale souveraine a légitimé un dictateur et son parti. C’est avec l’esprit de cette CNS que certains ont accepté aujourd’hui de se mesurer au RPT/UNIR et du fils du dictateur, lui-même dictateur.

Ce que Dieu nous a donné de plus précieux, c’est une partie de lui-même, logée dans notre tête. Inutile de fouiller les pages de la Bible ou du Coran pour chercher où il est. Grâce à notre cerveau nous pouvons soulever des montagnes et voler dans l’espace. Ce qui nous est demandé à nous Togolais, c’est d’utiliser notre cerveau pour faire le bon diagnostic et trouver les bonnes solutions.

Le bon diagnostic pour comprendre les scores fleuve répétés (réels ou fraudés) de certaines régions du pays en faveur de la dictature. Les cerveaux faibles vont y voir des affiliations ethniques. Faux. Ce sont des zones de sous-scolarisation, d’ignorance, d’analphabétisme. Or justement la dictature se nourrit de l’ignorance.

Togolais, si nous aimons dieu, apprenons à réfléchir. Dieu préfère ceux qui use de leur tête pour trouver les solutions à leurs problèmes. Alors, réfléchissons !

Zakari Tchagbalé

 

 

Togo : Leçon amère, mais leçon magistrale quand même

 

Togo, Présidentielles 2020 : Au delà du Hold Up grandeur nature, la Vraie Nature des citoyens de ce pays que nous sommes, mieux révélée.

Fabbi Kouassi
traore tchassona traite vendu
Sieur Tchassona Traoré | Photo : RT

Triste mais nécessaire pour la suite.

Ce que nous n’avons pas, les ghaneens, les sénégalais, les burkinabes et autres l’ont. « L’amour de la patrie » seul objectif qui vaille.

C’est ainsi que nous renforçons par notre irresponsabilité, la dictature et beaucoup en tout scandale en sont fiers.

Les spécimens de la trempe du sieur Tchassona Traore qui prend acte du score imaginaire de 72% du chef de la junte tout en se faisant appelé « opposant », des vendus preneurs de 2000 pour tout saborder, les adeptes du moi ou personne, ce rectangle de pays en compte par milliers.

L’hypocrisie, la rancœur, la jalousie et souvent sans raison nos plats de prédilection et de délectation.

Le refus de reconnaître nos erreurs, pensant toujours que ce sont les autres qui nous font échouer et que nous n’en sommes pour rien. C’est ce que nous sommes, jamais situer les responsabilités, analyser nos actes et réajuster… jamais…

Triste mais nécessaire et bon à savoir pour la suite.

Que la providence malgré nos méchants travers veille sur le cher Togo qui a la malchance d’abriter des spécimens hors série.

Fabbi Kouassi
24 février 2020
----------------------------------

 

 

Togo, Présidentielles 2020 : Au delà du Hold Up grandeur nature, la Vraie Nature des citoyens de ce pays que nous sommes, mieux révélée.

 

Togo, Présidentielle 2020 : Hold Up Électoral et Désillusion de l’Électoralisme Impénitent

Prof. Ayayi Togoata Apedo-Amah
Hold up électoral permanent du clan gnassingbé de père en fils | Infog : 27avril.com

La présidentielle du 22 février 2020 avait des airs de déjà-vu. On a pris les mêmes et on a recommencé: le dictateur et ses figurants indispensables à sa caution démocratique. Chacun des complices a joué son rôle en offrant un énorme cirque pour distraire le brave peuple, le cœur bourré d’espoir de se débarrasser d’une dictature immonde et archaïque. Comme il fallait s’y attendre, ce fut un coup d’épée dans l’eau. La machine infernale à fraudes a fonctionné à plein régime en s’offrant un score à la soviétique en sciant les jambes des électeurs volés.

Le Hold Up Permanent du Clan Gnassingbé

Le Togo est un pays qui tourne en rond en faisant du surplace à cause d’une dictature cinquantenaire. Le régime militaire vient encore une fois d’effectuer une simple formalité avec une élection présidentielle frauduleuse, une de plus. Encouragée en cela par une opposition officielle qui s’est inscrite sur le mode de l’accompagnement et non de la rupture, contrairement aux vœux du peuple togolais. Ce nouveau mandat frauduleux est la perspective de grands malheurs pour les Togolais. Les violations massives des droits humains et la culture de l’impunité ont devant elles un boulevard. Le dictateur a devant lui un mandat à vie. Plus que jamais, la Constitution est un chiffon de papier que l’on tripatouillera à volonté.

Dans ce pauvre pays, toutes les élections sont des coups d’État fomentés par la minorité qui opprime et exploite le peuple martyr. Le score à la soviétique du tyran fait sourire quand l’on sait qu’il est vomi avec son régime par l’écrasante majorité de la population. Il faut être honnête et reconnaître que les faux opposants de service lui ont beaucoup facilité la tâche.

La Gueule de Bois de l’Électoralisme Impénitent

Faut-il encore le répéter ? On ne chasse pas une dictature militaire avec des bulletins de vote. Ceux qui ont feint de l’ignorer en sont encore pour leurs frais et c’est dommage eu égard à la mobilisation massive des électeurs pour chasser le dictateur et son régime vomis. Les électeurs patriotes ont été abusés par les marchands d’illusions qui leur ont fait accroire que la carte d’électeur pouvait être un sésame pour supprimer la dictature. La présidentielle du 22 février a été une escroquerie politique du RPT/ URINE et des opposants partisans impénitents de l’électoralisme. L’électoralisme au Togo est une stratégie politique qui condamne l’opposition au rôle de figurant pour cautionner les fraudes électorales dont elle est victime. Masochisme ou complicité ?

Les Leçons de la Farce Électorale

Il appert, au regard des résultats proclamés par la CENI et les choix des électeurs, que Jean-Pierre Fabre et l’ANC ont été sanctionnés comme principaux acteurs politiques de l’opposition électoraliste. Le raz-de-marée suscité par la dynamique Kpodzro/Agbeyome Kodjo leur ont été fatal. Pourquoi ? La propagande anti-Fabre et ANC a fait croire aux populations naïves qu’il fallait un candidat qui rassure l’armée et auquel celle-ci céderait le pouvoir après la victoire. L’ampleur et la vigueur de la pré-campagne contre Fabre et l’ANC, à coups de dénigrements et de haine, ont donné une idée du rejet de sa personnalité clivante et du refus de l’hégémonie de l’ANC. Trop d’arrogance, trop de mépris envers les petits partis, lesquels se sont coalisés, en s’appuyant sur le prélat Kpodzro, pour écarter Fabre et l’ANC. Dans le paysage politique togolais, ce scénario n’est pas nouveau. Il a fonctionné à merveille contre la dominance d’Agboyibo et du CAR dans les années 1990. Ils ont été victimes de dénigrements et d’une propagande selon laquelle ils ne pourraient pas, malgré la défaite d’Eyadema à la présidentielle de 1998, prendre le pouvoir. Celui qui le pourrait était Gilchrit Olympio qui posséderait une armée et serait épaulé par le président Rawlings du Ghana et par des Marines de l’armée américaine. Eh oui, rien que ça, s’il vous plaît ! Olympio s’élimina lui-même, plus tard, en pactisant avec le diable, fatigué par les échecs répétés de sa stratégie électoraliste.

La sanction qui a frappé Fabre, auquel l’on a attribué 4%, est l’expression de ses trois échecs électoraux à l’élection présidentielle. Les électeurs ne comptaient plus sur un perdant. D’où la préférence pour Agbeyome Kodjo. Fabre a reconnu la victoire de son frère ennemi. Fabre a été condamné à cause de sa roublardise politique. N’a-t-il pas juré aux Togolais « Pas de réformes, pas d’élections » ? tout en s’inscrivant le premier aux élections sans lesdites réformes ? N’a-t-il pas boycotté les législatives pour absence de transparence tout en se précipitant aux communales et à la présidentielle sans ces garanties de transparence ? Il a été la victime de son inconséquence et de sa volonté compulsive d’apparaître comme le premier des élèves électoralistes du régime RPT.

Cette déroute de Fabre et de l’ANC constitue une nouvelle alternance humiliante au sein de l’opposition officielle, car celui qui en est le bénéficiaire est un transfuge du RPT de malheur. Ce fait doit interpeller tous les vrais opposants à la dictature. Il s’agit de la troisième alternance après celles qu’ont subi le CAR présidé par Agboyibo et l’UFC d’Olympio. Le seul événement de la présidentielle de février 2020, est la déroute de Fabre, chef de file de l’opposition participationniste. A part ça, R.A.S.

Et Maintenant ?

La dynamique Agbeyome Kodjo que les électeurs ont placé à la tête de la présidentielle et donc comme nouveau président, est victime du hold up électoral. Agbeyome Kodjo ne peut s’arrêter à ce triste constat, il a le devoir d’aller chercher sa victoire. Il nous a vendu son acceptation par l’armée, tout comme les équilibristes du confusionnisme politique nous ont vendu une politique de compromissions et de reniements pour combattre la dictature par la renonciation aux valeurs morales et démocratiques et à la qualité des individus censés nous représentés ; alors, au boulot, Monsieur Agbeyome Kodjo, pour récupérer la victoire du peuple !

Ayayi Togoata Apedo-Amah

 

 

Togo, Présidentielle 2020 : Hold Up Électoral et Désillusion de l’Électoralisme Impénitent

 

Appel à la résistance : Gilbert Bawara met en garde

Dans un communiqué rendu public hier nuit, tout juste après la publication des résultats provisoires de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), la coordination de la dynamique Kpodzro a dénoncé un « hold-up électoral » et appelé les Togolais à la « résistance ».

« Le holdup électoral orchestré par le régime de Faure Gnassingbé, qui s'est attribué un score stalinien de 72, 36% alors même qu'il est battu dans les urnes par le candidat de la dynamique de Mgr Kpodzro, Agbéyomé Kodjo, est la forfaiture de trop. C'est une insulte à l'intelligence des Togolaises et des Togolais qu'un chef d'État qui se présente pour un quatrième mandat et dont la gestion est un désastre ait pu bénéficier d'un tel score.

(…) En ma qualité de Coordinateur général de la campagne de la Dynamique de Mgr Kpodzro, je convie toutes les forces vives du Togo et de la diaspora à entrer dans la résistance jusqu'à ce que la vérité des urnes soit dite et que Agbéyomé Kodjo soit proclamé Président de la République du Togo et que la volonté exprimée par les électeurs et électrices en faveur de l'alternance soit respectée », indique le communiqué signé par Fulbert Attisso, Coordinateur général de la campagne du candidat Agbéyomé.

Mais intervenant ce matin sur les ondes de la radio RFI, le ministre de la Fonction publique, du Travail, de la Réforme administrative et de la Protection sociale, Gilbert Bawara a mis en garde tout citoyen qui tenterait de troubler le climat de paix qui règne actuellement en ces périodes postélectorales.

« Certains entourages du candidat Agbéyomé Kodjo qui utilisent les réseaux sociaux pour appeler à des contestations et à des actes violence, naturellement cela ne sera pas sans conséquence du point de vue juridique et personne ne sera autorisée à agir d’une manière qui remette en cause la concorde, la paix et l’ordre public. Toute action ou tout agissement qui serait contraire à l’ordre public fera l’objet des conséquences prévues par les lois et règlements applicables en République togolaise », a souligné le ministre Bawara.

Rappelons que les résultats provisoires proclamés hier nuit par la CENI donnent une large victoire à Faure Gnassingbé avec un score de 72,36%. Le candidat Agbéyomé Kodjo qui conteste ces résultats a obtenu 18, 37%. Il est suivi de Jean-Pierre Fabre (4,35%), Aimé Gogué (2,38%), Wolou Komi (1,14%), Georges-Williams Kouessan (0,77%) et Tchassona Traoré (0,63%).

Godfrey Akpa

 

 

Appel à la résistance : Gilbert Bawara met en garde

 

Les premiers mots d'Agbéyomé Kodjo après la publication des résultats provisoires

Le candidat de la dynamique Kpodzro rejette les résultats proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui donnent vainqueur Faure Gnassingbé. Agbéyomé Kodjo appelle les Togolais à défendre leur victoire.

Message d’Agbéyomé Kodjo

Mes chers compatriotes, Togolaises et Togolais,

Contrairement à la volonté populaire clairement affichée à travers les urnes, la CENI vient de proclamer vainqueur le président sortant que nous avons régulièrement battu à l’issue de la présidentielle du 22 février 2020.

En ma qualité de président démocratiquement élu de la République togolaise, j’appelle les populations sur toute l’étendue du territoire national et dans la diaspora à défendre résolument la vérité des urnes.

J’en appelle à la retenue et à la neutralité des forces de défense et de sécurité.

Vive la République et que Dieu bénisse le Togo et chacun de ses enfants

 

 

Les premiers mots d'Agbéyomé Kodjo après la publication des résultats provisoires

 

Faure Gnassingbé : « Merci pour la confiance renouvelée »

72,36% des suffrages exprimés, c’est le score obtenu par Faure Gnassingbé proclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 22 février par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) hier nuit. Le candidat de l’Union pour la République (UNIR) se voit donc offrir un quatrième mandat.

es résultats provisoires créditent le candidat de la dynamique Kpodzro, Agbéyomé Kodjo de 18,37% des voix. Pendant que ce dernier conteste ces résultats et parle de « hold up électoral », Faure Gnassingbé, quant à lui, a commencé déjà par remercier les Togolais pour avoir porté leur choix sur lui.

« Merci pour la confiance renouvelée. Oui, allons-y ! », a-t-il publié sur son compte twitter quelques minutes après la proclamation des résultats par la CENI.

Ces résultats seront envoyés à la Cour constitutionnelle qui publiera les résultats définitifs dans un délai de six (06) jours.

 

 

Faure Gnassingbé : « Merci pour la confiance renouvelée »

 

Présidentielle 2020/Fulbert Attisso : « Il est inadmissible d’accepter ce score qu’on nous a donné »

Les résultats provisoires proclamés hier nuit par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) suscitent de vives réactions. Intervenant ce lundi matin sur les ondes de la radio RFI, Fulbert Attisso, Coordinateur général de la campagne du candidat Agbéyomé Kodjo, hausse le ton. Il conteste les « résultats fabriqués » par la CENI.

Selon le responsable de la formation politique « Togo Autrement », c’est inadmissible que Faure Gnassingbé qui rempile pour un 4eme mandat et dont le bilan est négatif, puisse obtenir 72,36% à l’issue de cette élection présidentielle. Pour Fulbert Attisso, ces résultats provisoires proclamés hier par la CENI sont « faux », parce que ce sont des résultats obtenus par « la fraude et le bourrage d’urnes ».

« Même si nous pouvons accepter que ce scrutin s’est déroulé avec beaucoup de fraudes, il n’est pas possible que le président sortant puisse obtenir ce score 72,36%. Depuis qu’il a commencé à participer aux élections en 2005, en 2010, en 2015, son score a toujours varié entre 50 et 60%. Qu’il obtienne 72,36% alors qu’il est vomi par les populations, ce n’est pas possible », a-t-il analysé.

Le directeur de campagne de la dynamique Kpodzro conteste le score attribué à son candidat. A l’en croire, les compilations des résultats à travers les procès-verbaux obtenus confèrent une large victoire au candidat Agbéyomé avec un score avoisinant 61%.

Dans les jours à venir, le directeur de campagne de la dynamique Kpodzro promet de démontrer à l’opinion nationale et internationale que les résultats de la CENI sont faux.

Godfrey Akpa

 

 

Présidentielle 2020/Fulbert Attisso : « Il est inadmissible d’accepter ce score qu’on nous a donné »

 

Réélection de Faure Gnassingbé : Une grande percée, selon le ministre Bawara

La Commission nationale électorale indépendante (CENI) a donné les résultats officiels provisoires de la présidentielle du 22 février. Faure Gnassingbé, réélu dès le premier tour, devra encore rester aux affaires pour les 5 prochaines années.

Le fils du Général Gnassingbé Eyadema est crédité de 72,36% des voix contre 18,37% pour son challenger Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo. Vient après Jean-Pierre Fabre 4,35%, Aimé Tchabouré Gogué 2,38%, Komi Wolou 1,14%, Georges William Kouessan 0,77%, puis Tchassona Traoré 0,63%.

Le ministre de la Fonction publique, Travail, de la Réforme administrative et de la Protection sociale, Gilbert Bawara, un des hommes du régime, parle d’une « grande percée », « un véritable plébiscite ».

« Actuellement c’est un score inédit. […] Faure Essozimna Gnassingbé a opéré une grande percée dans des localités autrefois difficiles et dans le reste des localités de notre pays c’est un véritable plébiscite », fait-il savoir au micro de BBC Afrique.

Sur son compte Twitter, Faure Gnassingbé, reconduit donc pour un 4è mandat, a remercié « la jeunesse togolaise spontanément pour célébrer cette victoire au nom de la démocratie ».

Du côté de l’opposition, on parle des « résultats fabriqués ».

 

 

Réélection de Faure Gnassingbé : Une grande percée, selon le ministre Bawara

 

Interview d'El-Hadj Arimiyao Tchagnao, président du CONAPP : « Nous ne voulons pas que le mal vienne de la presse... »

L'élection présidentielle du 22 février 2020 s'est globalement bien déroulée partout sur le territoire national. Les médias, selon les observateurs, ont fait leur part de travail dans le bon déroulement de ce scrutin.

C'est aussi ce que relève dans cette interview accordée à radio Lomé et reprise par l'Agence de presse AfreePress, le président du Conseil national des patrons de presse (CONAPP), El-Hadj Arimiyao Tchagnao.

Lire plutôt.

Bonjour M. le président. Quel regard portez-vous sur le travail abattu par les professionnels des médias dans le processus électoral en cours ?

El-Hadj Arimiyao Tchagnao : Bien avant que le jour du vote n’arrive, au Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP) nous savions que dans tout pays, la presse a un grand rôle à jouer. C’est fort de cela que depuis le mois de novembre 2018, le CONAPP a trouvé utile de rassembler l’ensemble des journalistes du pays pour aller à l’école de la couverture médiatique d’une élection. Nous avons fait cet exercice en 2018, mais nous avons jugé utile de le refaire en 2019 parce que la répétition n’est pas mauvaise quand il s’agit de bien faire les choses. Nous avons au même moment, réuni les journalistes et les forces de sécurité et de défense, pour parler du rôle qu’est celui de chacun de nous. Vous n’êtes pas sans savoir que pendant la campagne, les forces de l’ordre et de sécurité et les journalistes sont souvent appelés à se frotter chacun dans la mission qui lui est dévolue. Parfois, les choses ne se passent pas très bien. Donc nous avons travaillé à ce que chacun connaisse son rôle et sache où ce rôle se limite et ce qu’on peut faire ensemble pour faire avancer les choses et faire du bon boulot. La dernière fois, c'est-à-dire dans le mois de janvier, toujours dans notre envie de faire à ce que la presse puisse faire un travail décent et professionnel, nous avons lors des Journées portes ouvertes tenues à Kara, appelé les journalistes à revisiter leurs connaissances en matière de couverture d'une élection. Nous voulons aussi les amener à savoir faire une utilisation décente des nouveaux médias. Vous aurez pu constater que tout ce qui a été fait lors de la campagne jusqu’à ce jour, a été bien fait. Aucun journaliste n’a envoyé des messages alarmants. Nous faisons toujours allusion lors de nos formations, à la radio Mille collines du Rwanda que le monde entier connaît aujourd’hui de par ce qu'elle a fait dans l'histoire du génocide. Nous ne voulons pas que le mal vienne de la presse. Parce que la presse, est là pour faire en sorte que lors d’un scrutin comme celui-ci, le travail puisse se faire dans l’équité totale et que les populations observent de la retenue et la discipline. Nous sommes heureux parce que nous sentons que tout ce nous avons eu à faire avec les collègues, est en train de porter ses fruits. Vous avez vu que de Lomé à Cinkassé et dans tous les coins du pays, aucun journaliste n’a été inquiété, ni par les militants des partis politiques ni par des forces de l’ordre. C’est là qu’il faut saluer la maturité des journalistes, mais aissi des agents de sécurité et surtout, de tous les acteurs politiques du pays. Tout ce qui se réalise aujourd’hui est à l'actif du Togo tout entier et c’est nos couleurs nationales qui en sortent finalement gagnantes. Nous abordons la période la plus sensible du processus, c’est-à-dire, la proclamation des résultats.

Est-ce que vous avez pris les dispositions nécessaires pour éviter tout débordement au niveau de vos membres ?

El-Hadj Arimiyao Tchagnao : Quand je signale qu’en amont, nous avons eu des séquences de formation, cela veut dire que nous avons pris en compte la retenue nécessaire qu’il faut que les journalistes observent pour que toujours la flamme ne vienne pas de nous. Il y a des instances qui ont le pouvoir régalien de faire porter à la connaissance de l’ensemble de la population, les résultats sortis des urnes.

Donc tous les journalistes togolais, jusqu’à ce jour sont-ils dans cette attente ?

Nous avons quelques tendances. Mais aucun de nous ne peut se permettre le luxe de publier ces résultats. Nous attendons que la CENI elle-même donne ces tendances pour que la presse qui fait désormais les choses d’une manière officielle, puisse les relayer au public. Donc cette discipline jusqu’à cette heure est observée et nous en sommes fiers parce que très tôt, nous nous sommes levés et aujourd’hui nous gagnons le fruit de ce que nous avons eu à faire comme sensibilisation. Au niveau du CONAPP, il faut le dire, en dehors de tout ce que nous avons fait comme formation, nous sommes allés depuis Cinkassé, Dapaong, Kara Sokodé, Atakpamé, Kpalimé, jusqu’à Lomé, pour passer des messages de sensibilisation et d'appel à la retenue et à faire en sorte que tout se passe dans l’apaisement. Ce qui a été salué par tous les observateurs, acteurs politiques et la population.

Dites-nous, si on vous demande de placer un œil de citoyen et non celui du professionnel de média, quel regard porterez-vous sur le déroulement de la campagne électorale qui a abouti au vote ?

Il faut dire que la campagne, avec mon œil d’observateur ou de citoyen, s’est déroulée en toute quiétude. J’ai vu tous les candidats battent campagne partout et comme ils le veulent dans les dimensions autorisées par la loi. On a vu des candidats battre campagne dans le respect strict de la loi. Je crois que c’est fort de cela que les Togolais sont également massivement sortis pour aller accomplir leur devoir civique. En bref, c’était une campagne bon enfant, où les gens ont fait montre d'un respect mutuel. Où chacun a pu passer son message au peuple togolais. Mon souhait en tant que Togolais est de faire en sorte que le verdict des urnes soit respecté. On ne fait pas en réalité une élection pour embraser un pays. Mais on va à une élection pour relancer le développement. Et qui que la personne soit, que le reste des six candidats s’alignent et que nous voyons un faire-play total. Tout le monde sait que le Togo vient de très loin. Quand vous regardez ce que nous avons connu depuis les années 90, jusqu’à cette élection dans laquelle chacun a accepté de mouiller le maillot, c’est dire que quelque part, il y a une avancée notoire, un professionnalisme dans la marche démocratique qui se vit dans le Togo. Vivement que tous puissent respecter le verdict des urnes. C’est pour le bien de vous, c’est pour le bien de moi qui suis ici et c’est pour le bien des Togolais qui sont sur le territoire et à la diaspora.

Interview réalisée par radio Lomé et transcrite par AfreePress

 

 

Interview d'El-Hadj Arimiyao Tchagnao, président du CONAPP : « Nous ne voulons pas que le mal vienne de la presse... »

 

Présidentielle 2020 : La CENI surprend les Togolais

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a rendu publics hier les résultats provisoires de la présidentielle de 2020. Et ce, juste 24 heures après la tenue du scrutin. Une véritable « prouesse », selon certains observateurs.

L’élection présidentielle du 22 février 2020 est désormais rentrée dans l’histoire. Mais s’il faut énumérer les grands faits qui ont marqué ce scrutin, la réélection de Faure Gnassingbé ne sera certainement pas sur la liste. Puisque cela était déjà prévisible, quand on sait que le processus électoral pour le compte de ce scrutin est totalement contrôlé par le régime RPT-UNIR.

Ce qui a le plus marqué certains Togolais, c’est le fait que la CENI ait proclamé les résultats provisoires du scrutin en seulement 24 heures après sa tenue.

« C’est la première fois dans l’histoire du Togo que la CENI proclame les résultats provisoires des élections juste 24 heures après la tenue du scrutin. Avant, il faut attendre des jours pour connaitre ces résultats. C’est une prouesse. Mais reste à savoir si ces résultats sont conforment aux voix exprimées dans les urnes », a posté un internaute togolais sur son compte Facebook.

Certains observateurs avisés de la scène sociopolitique partagent également cet avis. Ils estiment que c’est une avancée.

Notons qu’aucun représentant des (6) candidats de l’opposition n’a été aperçu hier nuit au siège de la CENI, lors de la proclamation des résultats provisoires de la CENI.

Godfrey Akpa

 

 

Présidentielle 2020 : La CENI surprend les Togolais

 

Fulbert Attisso appelle à la résistance

Après la proclamation des résultats par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), donnant Faure Gnassingbé pour vainqueur avec 72,36%, la Coordination de la dynamique Kpodzro réagit et appelle à la résistance pour faire échec au "hold up électoral".

PPEL A LA RESISTANCE

Le hold up électoral orchestré par le régime de Faure Gnassingbé, qui s'est attribcué un score stalinien de 72, 36% alors même qu'il est battu dans les urnes par le candidat de la Dynamique de Mgr KPODZRO, Agbeyomé KODJO, est la forfaiture de trop.

C'est une insulte à l'intelligence des Togolaises et des Togolais qu'un chef d'État qui se présente pour un quatrième mandat et dont la gestion est un désastre ait pu bénéficier d'un tel score.

Ces résultats proclamés par la CENI sont faux et contraires à la volonté populaire exprimée à travers les urnes le 22 février 2020.

Le seul et unique vainqueur du dernier scrutin présidentiel est Agbeyomé KODJO, le candidat de la Dynamique de Mgr KPODZRO.

L'engouement suscité par cette candidature tout au long de la campagne électorale, du Sud au Nord, est la preuve éloquente que c'est Agbeyomé KODJO qui est le vrai vainqueur de l'élection présidentielle du 22 février 2020.

En ma qualité de Coordinateur général de la campagne de la Dynamique de Mgr KPODZRO, je convie toutes les forces vives du Togo et de la diaspora à entrer dans la résistance jusqu'à ce que la vérité des urnes soit dite et que Agbeyomé KODJO soit proclamé Président de la République du Togo et que la volonté exprimée par les électeurs et électrices en faveur de l'alternance soit respectée.

Le Coordinateur général de la campagne

Fulbert Sassou ATTISSO

 

 

Fulbert Attisso appelle à la résistance

 

Dr Christian Spieker "Le choix du peuple est mon choix"

Dr Christian Spieker se range derrière le choix du peuple qui n'est autre que le candidat de la dynamique Kpodzro, Agbéyomé Kodjo.

À travers les dépouillements depuis hier nuit et les résultats qui se communiquent au fur et à mesure, la tendance qui se dessine nous amène à dire que le choix du peuple est clair. Ce choix est porté sur Agbéyomé Kodjo. Etant moi-même toujours du côté du peuple, je ne peux que me ranger derrière Agbéyomé Kodjo comme le peuple l´a fait pour le soutenir. Au départ avant la campagne du premier tour, j´étais réticent à me prononcer, croyant que ce n´était pas le bon choix qui a été fait par Monseigneur Kpodzro. Mais vu la tendance des choses qui se dessine au premier tour, on n´a d´autres choix que de donner la raison à Monseigneur Kpodzro pour avoir porté le choix du candidat unique sur Agbéyomé Kodjo.

Pour ce faire, j´appelle tous les Togolais à soutenir massivement Agbéyomé Kodjo pour défendre sa victoire qui est à portée de la main. On doit se tenir prêt pour défendre cette victoire s´il le fallait. Car on ne doit pas rater l´occasion de l´alternance qui se voit de tout près et qui nous a été offerte par Monseigneur Kpodzro. Par conséquent j´appelle tous les leaders de l´opposition qui n´ont pas été candidats à cette élection pour raison de transparence redoutée, à sortir de leur réserve pour soutenir Agbéyomé Kodjo sans réserve. Il en est de même des cinq autres candidats de l´opposition qui ont été candidats mais battus au premier tour, de soutenir Agbéyomé Kodjo s´il doit aller au second tour face au président sortant.

Il faut du courage, de la détermination et surtout de la vigilance de tous pour arracher cette victoire tant attendue par le peuple togolais. Notre souhait est qu´Agbéyomé Kodjo soit élu dès ce premier tour. Mais si ce n´était pas le cas et qu´il faudrait qu´il affronte le président sortant au second tour, j´appelle tous les Togolais et surtout les filles et fils de l´Ogou à sortir massivement pour faire barrage au président sortant dans la région des plateaux et porter leur choix de vote du second tour s´il y en aura, sur Agbéyomé Kodjo pour faire de lui le prochain président du Togo. C´est une occasion à ne pas rater.

En même temps, j´exhorte au président de la République de ne pas rater l´occasion de rentrer dans l´histoire si son rival est proclamé vainqueur en l´appelant pour le féliciter et même avant cette proclamation, si lui-même constate que c´est Agbéyomé Kodjo qui a gagné, étant donné qu´ il est chef de l´État sortant et qu´il est en mesure d´avoir toutes les informations sur les résultats du vote avant quiconque. C´est l´occasion pour lui de devancer même la proclamation officielle en appelant son adversaire et le féliciter. Ce geste fera de lui un vrai démocrate et en plus il rentrera dans l´histoire par ce même geste.

Dr. Christian Spieker

 

 

Dr Christian Spieker "Le choix du peuple est mon choix"

 

Réélection de Faure Gnassingbé : Abass Kaboua a un sentiment mitigé

Le président du Mouvement des Républicains Centristes (MRC), Abass Kaboua a donné ses impressions dès les premières minutes qui ont suivi la proclamation des résultats provisoires du scrutin présidentiel du 22 février. Le député dit avoir un sentiment mitigé. Pour lui, il s’agit d’un signal fort, mais il souhaite que le chef de l’Etat réélu tende la main aux compétences du Togo, afin qu’il réussisse son mandat.

« C’est un sentiment un peu mitigé parce que lorsqu’on entend le score 72%, c’est un signal fort que le peuple vient d’adresser à l’ancien président réélu », a indiqué Abass Kaboua. Pour le centriste, un tel suffrage prouve que le peuple togolais donne une chance à Faure Gnassingbé de se relancer.

« C’est pour cela que je ne veux pas trop enthousiasmer par rapport à certains qui crient victoire », a-t-il ajouté. Il a par ailleurs précisé que le travail doit continuer dès demain matin.

« Faure Gnassingbé a dit beaucoup de choses dans sa campagne, il faut qu’il concrétise. C’est en cela que les Togolais lui font une fois de plus confiance. Quand vous regardez des régions où des préfectures, tels que Tchaoudjo où il est sorti premier, alors je vous dis, c’est un signal fort », a indiqué le président du MRC.

Abass Kaboua pense qu’il s’agit d’une « catastrophe » dans le rang de l’opposition togolaise. « C’est pour cela je vous dis que c’est mitigé pour moi. Je vous dis tout simplement que c’est ça la leçon que le peuple réserve toujours à ceux qui ne veulent pas entendre raison », a-t-il déploré.

Il a également relevé sur le rôle qu’a joué Mgr Kpodzro aux côtés du candidat des forces démocratiques Agbéyomé Kodjo vis-à-vis de l’opposition togolaise. A l’en croire, l’échec de l’opposition n’est rien d’autre que les conséquences de ces actions.

« Ce n’est pas aux religieux de nous imposer des candidats, au Sénégal ça se passe, mais c’est plutôt les politiques qui vont vers les religieux. Quand je vois l’ancien chef de file de l’opposition rasé dans sa propre circonscription où il est élu difficilement maire, alors là, je dis qu’il y a un problème », a-t-il souligné.

Et de poursuivre : « Mais je termine en disant qu’il tende la main à toutes les compétences de ce pays pour pouvoir concrétiser, réussir et prouver qu’il mérite réellement les 72% que les Togolais lui ont librement accordé. Le décor est planté, nous allons gérer ça ».

Il est à noter que les résultats provisoires donnés par la Commission électorale indépendante reconduisent le chef de de l’Etat togolais Faure Gnassingbé au pouvoir avec un taux de 72, 36%, suivi du candidat des forces démocratiques, Agbéyomé Kodjo avec 18, 37%, et 4℅ pour le candidat de l’ANC, Jean-Pierre Fabre.

Nicolas K

 

 

Réélection de Faure Gnassingbé : Abass Kaboua a un sentiment mitigé

 

Présidentielle 2020/Gilbert Bawara : « Ç’a été plus qu’un coup K.O »

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) vient de proclamer les résultats provisoires de la présidentielle du 22 février 2020. Sans surprise, le président sortant Faure Gnassingbé est déclaré vainqueur avec 72, 36%.

Interviewé à la fin de la proclamation des résultats provisoires par la CENI, le ministre en charge de la Fonction publique, Gilbert Bawara affiche un grand satisfécit. Il affirme ne pas être surpris par les résultats de la CENI. A l’en croire, il suffit de voir le niveau de mobilisation des Togolais autour du chef de l’Etat lors de la campagne électorale pour se rendre compte de l’évidence.

« Naturellement, c’est un score inédit. Vous tous, vous avez remarqué que le niveau de mobilisation et d’engouement dans les meetings du candidat Faure Gnassingbé, dans les meetings des cadres du parti UNIR. L’on constate aujourd’hui que Faure Gnassingbé a opéré une grande percée dans des localités autrefois difficiles. Mais dans les autres localités de notre pays, c’est un véritable plébiscite », a indiqué Gilbert Bawara.

Pour lui, cette victoire annonce l’avènement d’une nouvelle ère pour travailler davantage afin d’assurer le développement économique et sociale du pays.

« Naturellement, Faure Gnassingbé va prendre cette victoire avec humilité, mais également avec le sens de responsabilité en étant conscient, comme il avait dit pendant la campagne, que nous avons besoin d’une gouvernance concertée, nous avons besoin de conjuguer davantage les énergies et les efforts parce qu’il faut amplifier les réalisations et les résultats. Parce qu’il s’agit d’intensifier le développement économique et sociale et d’offrir un bien-être partagé à l’ensemble de nos concitoyens », a-t-il ajouté.

A en entendre le porte-parole du gouvernement togolais, cette victoire à 72, 36% du candidat Faure Gnassingbé est plus qu’un coup K.O. « C’est plus que le K.O », a-t-il lâché.

Godfrey Akpa

 

 

Présidentielle 2020/Gilbert Bawara : « Ç’a été plus qu’un coup K.O »

 

Agbéyomé Kodjo annonce la nomination de son Premier ministre

Visiblement, il y a deux présidents de la République qui se dégagent de l’élection présidentielle de cette année. Depuis hier, le candidat de la dynamique Kpodzro a annoncé sa victoire et demandé à Faure Gnassingbé, le président sortant de reconnaître sa défaite.

Mais la Commission électorale nationale indépendante (CENI) vient de proclamer les résultats provisoires qui donnent Faure Gnassingbé vainqueur avec 72,36% des suffrages exprimés. Elle crédite le candidat de la dynamique Kpodzro de 18,37%. Le bras de fer commence donc entre les deux candidats qui se revendiquent la victoire.

Au quartier général de la Coordination Mgr Kpodzro, on annonce la nomination, dans les heures qui suivent, du Premier ministre qui doit former le gouvernement Agbéyomé Kodjo. « Dès l’instant, je deviens le président démocratiquement élu, et je m’engage à former un gouvernement inclusif », a déclaré le président du MPDD dans la journée de dimanche.

« La nomination du Premier Ministre de la dynamique de Mgr KPODZRO dans les heures qui arrivent. Faure s’amuse et il va finir tragiquement dans les prochains jours », a indiqué Fulbert Sassou Attisso, Coordinateur de la campagne d’Agbéyomé Kodjo.

Il a ajouté : « La résistance vient de commencer ».

 

 

Agbéyomé Kodjo annonce la nomination de son Premier ministre

 

Présidentielle 2020 : La CENI proclame Faure Gnassingbé vainqueur avec 72,36%

La proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle du samedi 22 février 2020 vient de prendre fin au siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). L’institution a proclamé Faure Gnassingbé vainqueur de la présidentielle.

Selon la CENI, Faure Gnassingbé, candidat de l’Union pour la République (UNIR) a gagné l’élection avec 72,36% des voix. Il est suivi par Agbéyomé Kodjo, candidat de la dynamique Kpodzro, 18,37%. Jean-Pierre Fanre arrive en 3e position avec 4%.

Faure Gnassingbé part ainsi pour un quatrième mandat. Voici les résultats proclamés par la CENI.

Faure Gnassingbé
1 938 889 voix soit 72,36%

Agbeyome Kodjo
492 336 voix soit 18,37%

Jean-Pierre Fabre
116 685 voix soit 4,35%

Aimé Gogue
63 690 voix soit 2,38%

Komi Wolou
30 577 voix soit 1,14%

Georges Kouessan
20 598 voix soit 0,77%

Traoré Tchasona
16 782 voix soit 0,63%

 

 

Présidentielle 2020 : La CENI proclame Faure Gnassingbé vainqueur avec 72,36%

 

Agbéyomé Kodjo : « Je m’engage à former un gouvernement inclusif »

Dr Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo est le président démocratiquement élu du Togo à l’issue du scrutin présidentiel du 22 février 2020. C’est en tout cas ce qu’indique le candidat de la dynamique Mgr Kpodzro dans un message solennel adressé aux Togolais ce dimanche.

A l’en croire, il a gagné cette élection présidentielle au premier tour avec un score oscillant entre 57 et 61% des suffrages. « Dès l’instant, je deviens le président démocratiquement élu, et je m’engage à former un gouvernement inclusif », a indiqué Agbéyomé Kodjo.

Il félicite Faure Gnassingbé qui devient « le premier ancien président de la République vivant dans l’histoire ». Il réitère une fois encore ses promesses de campagne et s’engage à les respecter dès sa prise de fonction en tant que nouveau président de la République.

« Je demande aux forces vives de s’approprier cette victoire historique et de la célébrer avant la proclamation officielle. Je lance un appel solennel à la communauté internationale afin qu’elle soutienne le peuple togolais dans sa lutte pour une alternance pacifique et apaisée au Togo », a-t-il lancé.

Il appelle les forces de défense et de sécurité à ne céder à aucune manipulation et à rester républicaine.

 

 

Agbéyomé Kodjo : « Je m’engage à former un gouvernement inclusif »

 

Agbéyomé désavoue le Général Yark

Au cours de sa rencontre avec la presse, le candidat Agbéyomé est également revenu sur l’encerclement de sa maison par les forces de l’ordre et de défense, hier en début d’après-midi.

Le candidat qui se voit déjà vainqueur de la présidentielle de 2020, dit qu’il ne connait pas ce qui a motivé cette opération tactique des éléments de la gendarmerie devant son domicile.

« Madame Adjamagbo et les autres étaient donc sur le terrain pour nous ramener les PV quand on est venu nous signaler que nous sommes séquestrés. D’abord même, on avait appris pour Monseigneur Kpodzro. On nous a dit que sa maison est encerclée. Et on se demandait quelle est encore cette histoire-là. Et puis on cherchait des voies et moyens pour demander cette levée de siège. C’est en ce moment qu’on me fait signe que moi-même je suis séquestré. Donc j’étais obligé de revenir à nouveau pour plaider pour ma cause et celle de Kpodzro. Chez moi, ils sont venus à 17 heures mais à 20 heures ils se sont retirés. Et sincèrement, je ne connais pas les motifs d’une telle opération », a indiqué l’ancien Président de l’Assemblée nationale.

Selon le député Agbéyomé, certainement que le régime a peur de la liesse des Togolais devant son domicile. Il estime que tous les arguments avancés par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile ne tiennent pas la route.

« J’ai vu les dépêches. Le Directeur de la gendarmerie disait qu’il avait déployé ses éléments pour me protéger, parce qu’il aurait appris que des individus incontrôlés veulent m’agresser. Le plus surprenant dans cette histoire c’est que pendant la campagne électorale, ces mêmes éléments ne m’ont pas protégé. C’est maintenant qu’ils comptent me protéger. Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile aurait déclaré qu’il m’a proposé des services de sécurité pour me protéger et que c’est moi-même qui avais décliné l’offre. Mais tout ça, ce sont des mensonges », a regretté Agbéyomé Kodjo.

Le candidat de la dynamique Kpodzro et tout son staff se sont plaints. Ils se disent être victimes de coupure de leur numéro de téléphone pendant au moins des heures. « J’ai même essayé de contacter Jean-Pierre Fabre pour lui informer de ce qui m’arrivait, mais la communication ne passait pas. Mon numéro a été coupé », a confié Agbéyomé Kodjo avant de dénoncer ce comportement du régime de Faure Gnassingbé.

Godfrey Akpa

 

 

Agbéyomé désavoue le Général Yark

 

Présidentielle 2020 : Agbéyomé Kodjo reconnaît être arrivé en tête des résultats

La rencontre avec la presse vient de prendre fin au domicile du candidat de la Dynamique Kpodzro. Ce qu’on retient, c’est que le président du Mouvement patriotique pour la démocratie et de développement (MPDD), Agbéyomé Kodjo reconnaît être arrivé en tête des résultats.

Agbéyomé Kodjo a d’abord salué la mobilisation des Togolais dans les urnes. « On note une nette amélioration du taux de participation, aussi bien à Lomé la capitale qu’à l’intérieur du pays », indique la déclaration liminaire, avant de poursuivre : « Le candidat de la dynamique Kpodzro, Agbéyomé Kodjo tient à remercier vivement les populations togolaises pour les suffrages exprimés en sa faveur. Il exprime sa gratitude à toutes celles et à tous ceux qui l’ont soutenu durant tout le processus électoral et dont la mobilisation ce jour le place en tête du scrutin ».

Le président du MPDD est largement en tête dans le Grand Lomé et dans la région Maritime, et il « a réalisé de bons scores dans les autres régions du Togo ».

Il rappelle que le scrutin de ce samedi a été émaillé de nombreuses irrégularités, avec les bourrages d’urnes, des bureaux de vote fictifs, des votes multiples, des procurations irrégulières, l’ouverture d’un registre d’omis dont les votants dépassent largement le nombre d’inscrits dans les bureaux de vote. « Par ailleurs, des délégués du candidat Agbéyomé Kodjo, dans certains bureaux de vote, ont été chassés, violentés et dépossédés de leur moto », fait-il savoir dans la déclaration.

Après avoir dénoncé ces violations flagrantes du code électoral, le candidat de la dynamique Kpodzro manifeste son indignation quant au siège de son domicile par les forces de l’ordre de la Gendarmerie nationale « pour des motifs inconnus ». A l’heure actuelle, selon Agbéyomé Kodjo, le siège n’est pas encore levé au domicile de l’Archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro.

Il lance un appel à toutes les forces vives du pays à rester mobilisées pour « faire triompher la vérité des urnes afin de réaliser l’alternance en 2020 ».

 

 

Présidentielle 2020 : Agbéyomé Kodjo reconnaît être arrivé en tête des résultats

 

Présidentielle 2020 : L’ANC proclame vainqueur Agbéyomé Kodjo, suivi de Faure Gnassingbé…

L’Alliance nationale pour le changement (ANC), à travers un communiqué qu’elle vient de rendre public, reconnaît la victoire du candidat de la Dynamique Kpodzro, Agbéyomé Kodjo. Voici le communiqué.

Communiqué

Le scrutin présidentiel s’est déroulé ce samedi 22 février 2020 sur toute l’étendue du territoire. Les premières tendances placent en tête les candidats du MPDD et d’UNIR.

La mise hors service du système de compilation de l’ANC par TogoCom, ne permet pas de collecter toutes les informations nécessaires à une analyse plus complète des résultats.

L’ANC remercie ses militants et sympathisants qui se sont mobilisés autour de son candidat pendant cette période électorale.


Fait à Lomé, le 22 Février 2020

Le Directeur de campagne

Patrick Lawson Banku

 

 

Présidentielle 2020 : L’ANC proclame vainqueur Agbéyomé Kodjo, suivi de Faure Gnassingbé…

 

Dernière minute : Le domicile d’Agbéyomé Kodjo libéré

L’information vient de nous parvenir. Les militaires armés jusqu’aux dents, viennent d’abandonner leur position au domicile du candidat de la Dynamique Kpodzro.

A en croire la Coordination de la Dynamique Kpodzro, c’est sur pression extérieure que les militaires ont replié. Le siège autour du domicile d’Agbéyomé Kodjo a donc été levé. Gendarmes et militaires ont quitté les lieux.

Mais pour le moment, le staff du candidat reste injoignable. Une conférence de presse est donc prévue pour tout à l’heure à 21h30 TU.

Nous y reviendrons.

 

 

Dernière minute : Le domicile d’Agbéyomé Kodjo libéré

 

Le domicile d’Agbéyomé Kodjo encerclé, Yark parle de sécurisation du candidat

Personne ne sort, personne ne rentre. C’est la consigne de mise actuellement au domicile du candidat de la Dynamique Kpodzro, Dr Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo.

En début d’après-midi de ce samedi, le domicile du président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) a été encerclé par des hommes en uniforme, des forces de défense et de l’ordre donc.

L’ordre est intimé à tout le monde de ne rentrer ni de sortir. Toutes les voies d’accès au domicile du candidat des forces démocratiques sont bouclées. Le candidat et son staff sont restés cloîtrés dans le domicile. C’est l’indignation au sein de la Coordination du candidat de la Dynamique Kpodzro.

Joint par l’AFP, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Yark Damehame confirme et dit avoir déployé un dispositif pour assurer la sécurité du candidat qui, selon certaines informations, risquait d’être « agressé par des individus incontrôlés ».

Le domicile de l’Archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, est également encerclé par des hommes en uniforme.

 

 

Le domicile d’Agbéyomé Kodjo encerclé, Yark parle de sécurisation du candidat

 

Présidentielle 2020 : La CENI annonce les résultats au plus tard lundi

Les opérations de vote viennent de terminer sur l’étendue du territoire. Les Commissions électorales locales indépendantes (CELIs) devraient commencer par recevoir les Procès-verbaux pour la compilation des résultats à envoyer à la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

« Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) informe les partie prenante au processus électoral que conformément aux dispositions du code électoral, les opérations de vote ont pris fin ce samedi 22 février à 16 heures sur toute l’étendue du territoire national. Les électeurs ont exprimé dans le calme leur choix dans les 9 389 bureaux de vote », a indiqué Ayassor Tchambakou dans un communiqué.

Il adresse ses remerciements à la population togolaise, aux candidats, aux responsables des partis politiques, aux missions d’observation nationale et internationale et à tous les acteurs impliqués dans le processus électoral pour leur civisme, leur mobilisation et leurs apports multiformes.

« La CENI compte mettre tout en œuvre pour proclamer les résultats provisoires au plus tard le lundi 24 février 2020 à 20 heures », a annoncé le communiqué.

 

 

Présidentielle 2020 : La CENI annonce les résultats au plus tard lundi

 

Les responsables de l’ANC victime de coupure de leur téléphone !

Les premiers responsables de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) rencontreraient des difficultés à joindre leurs délégués dans les bureaux de vote.

Dans un tweet, le parti de Jean-Pierre Fabre indique que ces responsables « sont actuellement victimes de coupure de leur téléphone. Ce qui entrave nos communications avec nos délégués dans les bureaux de vote ».

Le parti orange dit s'insurger « contre ces pratiques du pouvoir RPT-UNIR qui annonce la fraude ».

Ils étaient 3,6 millions Togolais ce samedi à se rendre aux urnes pour élire un nouveau président. Le dépouillement se poursuit actuellement dans les bureaux de vote.

Si Facebook a été hors service au Togo peu après le début du dépouillement, Twitter, WhatsApp, Instagram, Telegram par contre fonctionne pour le moment.

 

 

Les responsables de l’ANC victime de coupure de leur téléphone !

 

Face aux méthodes du régime, Agbéyomé Kodjo appelle à la mobilisation

Des informations, à en croire le candidat de la dynamique Kpodzro, font état de bourrage d'urnes et d'autres méthodes de fraudes électorales. Agbéyomé Kodjo, à travers ce communiqué, appelle à la mobilisation.

Communiqué du Candidat du Candidat Unique de l’Opposition de la dynamique Monseigneur KPODZRO, Agbéyomé KODJO

L’attention des électrices et des électeurs est appelée relativement aux constats qu’il y a matière à porter à la connaissance de tous nos compatriotes.

Alors que se poursuivent les opérations de vote sur toute l’étendue du territoire national, il nous a paru utile d’informer instantanément les électrices et les électeurs des remontées portant constats de bourrage d’urnes, et de fraudes systématiques en plusieurs endroits du territoire national.

Le bilan intermédiaire de vigilance nous permet de dresser constat des premières manœuvres frauduleuses à portée massive qui sont en cours. Lesdites manœuvres frauduleuses revêtent un caractère parfois déroutant, parfois riche d’enseignement.

Plus que jamais, les manœuvres savamment ourdies incitent à la plus grande vigilance ainsi qu’à une totale mobilisation en vue de déjouer les agissements frauduleux en cours d’exécution.

Nous demandons expressément au Président de la CENI et aux présidents des CELI de prendre des dispositions adéquates tendant d’une part, à scrupuleusement se conformer aux dispositions prévues et édictées au Code électoral ; et d’autre part, de faire rigoureusement respecter l’ensemble des règles régissant la procédure électorale en toutes les étapes du processus électoral en cours.

Face à l’approche de la formation politique d’ UNIR qui n’est mue que par l’orchestration des fraudes électorales à grande échelle pour aux fins de fausser la vérité des unes, nous demandons à nos délégués déployés dans les bureaux de vote d’inscrire des réserves formelles et caractérisées sur les procès-verbaux avant de les signer dès lors qu’ils constatent que le nombre de bulletins dans l’urne dépasse le nombre d’inscrits.

Une méthode quantitative comparative pourrait ainsi permettre de déceler des « anomalies », de poser la question de l’origine de ces écarts et de formuler l’hypothèse de l’existence de l’intention de manipulations du scrutin.

Par ailleurs nous invitons la CENI à veiller à ce que nos délégués dans les bureaux de vote reçoivent chacun une copie du procès-verbal sanctionnant les opérations électorales dans chaque bureau de vote conformément aux prescriptions du code électorale.

Enfin, il est à signaler les obstacles de diverses nature qui sont opposés à nos délégués à l’instar de leur éviction arbitraire des bureaux de vote depuis 6 heures du matin des bureaux de vote notamment dans les cantons de Namon, de Natchibore, Naki-Tikpi.

Je rappelle que conformément aux dispositions de la loi électorale, les délégués sont censés représentés chacun des candidats en lice.

Qu’ainsi, leur présence au sein des bureaux de vote est à tous égards légitimes et leur habilitation établie.

Au regard de tout ce qui précède, nous exhortons les populations dont nous saluons la totale détermination, à une totale mobilisation pour faire triompher la vérité des urnes et à croire aux forces divines qui portent notre candidature.

Agbéyomé KODJO

 

 

Face aux méthodes du régime, Agbéyomé Kodjo appelle à la mobilisation

 

Présidentielle 2020/Agbéyomé Kodjo : « Nous disons que pour ce scrutin, il est interdit de voler »

En conférence de presse cette nuit à son domicile à Lomé, le candidat Agbéyomé Kodjo s’est montré confiant. Il croit dur comme fer qu’il sera proclamé vainqueur de ce scrutin présidentiel.

Le président du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) est sûr et certain de sa victoire. Il ne parle pas sans preuve. Il a dit avoir presque tous les chiffres à sa possession. Mais pour le respect des Institutions de la République, il ne veut pas présenter « ses chiffres ». Cependant, s’il y a une chose dont il est certain, c’est que le président sortant Faure Gnassingbé ne peut être, en aucun cas, proclamé vainqueur de cette élection présidentielle.

« Faure Gnassingbé lui-même sait qu’il ne peut pas gagner cette élection au premier tour. Dire qu’ils sont en train de fêter la victoire de Faure Gnassingbé, je crois que c’est une blague, je crois que c’est pour faire diversion. D’une manière ou d’une autre, Faure lui-même et son gouvernement sont conscients qu’ils ne gagneront pas. Le taux de participation est très élevé, et je dis que cela fait longtemps qu’au Togo ici, nous n’avons plus connu un scrutin avec un tel taux de participation. Ils sont au pouvoir et veulent s’amuser un peu, mais en conscience, ils savent qu’ils n’ont pas gagné. Nous disons que pour ce scrutin, il est interdit de voler », a lâché le candidat Agbéyomé.

Et de poursuivre : « Je veux respecter les institutions de notre pays, je ne veux pas anticiper sur quoi que ce soit, sinon j’aurai donné les chiffres que j’ai ici à ma possession. Mais je dis, la CENI ne peut proclamer autre chose que ce que nous avons ici. Mais si elle se hasarde, je suis sûr qu’elle aura la réponse de la part des populations. Et moi-même je prendrai le devant ».

Le candidat de la dynamique Mgr Kpodzro rassure qu’il passera par tous les moyens pour que la vérité des urnes soit établie.

Des vacances méritées à Faure

L’ancien Premier ministre ne craint pas un bis repetita de 2005. Il pense que Faure Gnassingbé prendra toutes les responsabilités pour éviter qu’un tel drame se répète. « Je crois que Faure Gnassingbé ne va pas hasarder à créer davantage des problèmes dans le pays », a-t-il souligné.

L’homme politique est sûr de battre Faure Gnassingbé au deuxième tour, si cela devrait avoir lieu.

Une fois président, Agbéyomé dit qu’il peut éventuellement travailler avec certains cadres du régime, mais pas avec Faure Gnassingbé. « 15 ans au pouvoir, ça épuise. Je crois qu’il est temps pour lui de prendre des vacances », a-t-il conclu.

Godfrey Akpa

 

 

Présidentielle 2020/Agbéyomé Kodjo : « Nous disons que pour ce scrutin, il est interdit de voler »

 

Agbéyomé Kodjo : « On attend qu’ils viennent nous dire que c’est eux qui ont gagné dans ces conditions »

Le candidat de la Dynamique Kpodzro, Dr Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo a voté ce matin, mais en colère. Il dénonce la situation qui entoure le déroulement de l’opération de vote dans certains centres.

Pour le président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD), le RPT/UNIR ne gagnera pas quel que soit le système de fraudes qu’il a mis en place.

« Depuis 48 heures, on nous signale qu’il y a des bureaux de vote fictifs où les gens votent. Cela ne nous étonne pas. C'est une situation caractéristique du régime qui dirige le pays », a-t-il indiqué.

Et d'ajouter : « Toute cette mobilisation veut dire que les Togolais veulent le changement. Mais s’ils n’ont pas compris et qu’ils fraudent encore cette élection, alors il va y avoir de la tension dans le pays ».

Pour lui, il n’y a pas de doute qu’à l’issue de cette élection présidentielle le peuple togolais obtienne l’alternance qu’il a tant attendu. C’est pourquoi il continue de mettre en garde le régime de Faure Gnasingbé.

« Ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent parce qu’ils ont la force, je dis ça ne marchera pas. On attend qu’ils viennent nous dire ce soir ou demain que c’est eux qui ont gagné dans ces conditions, ils nous retrouveront et retrouveront le peuple sur leur route », a-t-il averti.

La Dynamique Kpodzro est certain de gagner cette élection.

 

 

Agbéyomé Kodjo : « On attend qu’ils viennent nous dire que c’est eux qui ont gagné dans ces conditions »

 

Le dépouillement se poursuit dans les bureaux de vote

Les Togolais ont voté ce samedi 22 février 2020 dans le cadre de l’élection présidentielle. Actuellement se font les dépouillements dans les bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire. Une opération de vote qui satisfait le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

« Nous avons fait le tour pour vérifier dans quelles conditions le scrutin a démarré. D’une manière globale, la situation est satisfaisante. L’ensemble des bureaux de vote a effectivement ouvert à 7 heures sur l’ensemble du territoire et depuis ce matin, le scrutin se déroule dans les meilleures conditions », a déclaré Ayassor Tchambakou.

Il a indiqué qu’il s’est promené toute la journée avec son équipe pour apporter des solutions là où il y avait des problèmes. S’agissant de la situation qui a prévalu le matin à Gboto dans la préfecture de Yoto où des bulletins ont été votés avant même l’ouverture des bureaux de vote, le président de la CENI a estimé que c’est incident mineur.

« Il a été mentionné qu’il aurait eu des bourrages d’urnes. Des informations qui nous sont remontés, c’est qu’il n’en était rien. Il aurait eu une ouverture du bureau sans que l’ensemble de l’équipe soit arrivé. Ce qui a amené une protestation des autres membres qui effectivement ont relevé que cela ne devrait pas être ainsi. La réaction de la CELI a été d’intervenir pour récupérer l’ensemble du contenu de l’urne pour entièrement brûler devant tout le monde », a-t-il indiqué.

Les dépouillements se font devant les électeurs dans les bureaux de vote. Les responsables de ces BV vont établir des procès-verbaux qui seront envoyés aux CELI et à la CENI, avec copie à chaque délégué des candidats.

La CENI va procéder à une compilation de ces PV pour arriver aux résultats provisoires.

 

 

Le dépouillement se poursuit dans les bureaux de vote

 

Le domicile d’Agbéyomé Kodjo de nouveau encerclé

Il a fallu des pressions extérieures, à en croire la Coordination de la dynamique Kpodzro, pour que les militaires armés jusqu’aux dents lèvent le siège hier samedi au domicile du candidat choisi par Mgr Kpodzro et qui arrive en tête lors du scrutin du 22 février 2020.

Cette nuit encore, les hommes en uniforme sont revenus à la charge après que Agbéyomé Kodjo ait annoncé sa victoire au premier tour de cette élection présidentielle. Selon les informations qui nous parviennent, les militaires ont encore encerclé la maison du président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD).

« Au regard des résultats que nous avons compilé à travers les procès-verbaux en notre disposition notre candidat a gagné l’élection présidentielle du 22 février 2020 au premier tour avec un score oscillant entre 57 et 61% », a déclaré Agbéyomé Kodjo cet après-midi.

Et d’ajouter : « Nous demandons à toutes les forces vives de la nation à s’approprier cette victoire et à la célébrer avant sa proclamation officielle. Nous lançons un appel à la communauté internationale afin qu’elle soutienne le peuple togolais dans sa lutte pour une alternance pacifique au Togo. Nous invitons les forces de défense et de sécurité à demeurer neutres et républicaines afin de ne pas céder à une quelconque instrumentalisation ».

Agbéyomé Kodjo appelle Faure Gnassingbé à « prendre la mesure de la situation et à entrer dans l’Histoire en acceptant sa défaite ».

 

 

Le domicile d’Agbéyomé Kodjo de nouveau encerclé

 

Présidentielle 2020 : Dans quelques minutes les résultats provisoires par la CENI

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’apprête à proclamer les résultats provisoires du premier tour de l’élection présidentielle du samedi 22 février 2020.

Dans un communiqué rendu public tout à l’heure, l’institution chargée de l’organisation et de la supervision des élections au Togo annonce que les résultats seront proclamés à partir de 22 heures.

« Suite au scrutin du 22 2020 de l’élection présidentielle du premier tour, ma Commission électorale nationale indépendante (CENI) informe solennellement les candidats, les partis politiques, les institutions de la Républque, le corps diplomatique, les observateurs nationaux et internationaux et le peuple togolais qu’elle procédera à la proclamation des résultats provisoires ce jour 23 février 2020 à partir de 22 heures », indique le communiqué.

A suivre.

 

 

Présidentielle 2020 : Dans quelques minutes les résultats provisoires par la CENI

 

Présidentielle 2020 : Togo Debout met en garde contre le truquage des résultats

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) s'apprête à proclamer les résultats provisoires de la présidentielle du 22 février 2020. Déjà, des irrégularités qui ont émaillé le scrutin amènent le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) à mettre en garde contre le truquage des résultats.

COMMUNIQUE

Le Front Citoyen « Togo Debout » a suivi et suit encore avec attention le déroulement des opérations de vote lors du scrutin présidentiel du 22 février 2020 au Togo, et ses suites.

Le Front Citoyen « Togo Debout » tient à exprimer une fois encore sa profonde indignation et son profond regret quant au refus obstiné du pouvoir UNIR et son gouvernement de mettre sur pied de vraies réformes devant garantir l’intégrité, la sincérité et la transparence du vote des citoyens togolais.

Tout en condamnant les irrégularités réelles qui ont émaillé ce scrutin, notamment les bourrages d’urnes, les menaces et les intimidations dont ont été victimes les délégués des candidats de l’opposition, voire leur évincement des bureaux de vote, la falsification des procès-verbaux constatant les résultats de vote en faveur des candidats de l’opposition, le Front Citoyen « Togo Debout » félicite et encourage le candidat de la Dynamique Monseigneur Kpodzro, monsieur Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, Président du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD), pour sa percée significative qui consacre l’idée de l’alternance politique tant attendue par les Togolais dans leur plus grande majorité.

Le Front Citoyen « Togo Debout » met en garde le pouvoir de Lomé contre le truquage des résultats des urnes dont il est coutumier, car le contexte sociopolitique qui a prévalu depuis août 2017 prouve à suffire que le parti politique UNIR et son candidat Faure Essozimna Gnassingbé, ne peuvent prétendre revendiquer une victoire au premier tour du scrutin.

Le Front Citoyen « Togo Debout » en appelle à la communauté internationale, et lance un appel pressant à toutes les forces démocratiques, aux populations de l’intérieur du pays et de la diaspora, à rester mobilisées derrière monsieur Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo pour revendiquer la victoire du peuple, au cas où les instituions, dont la crédibilité est en cause, venaient une fois encore à se décider de consacrer la contre-vérité des urnes.

Fait à Lomé le 23 février 2020

Le Front Citoyen « Togo-Debout »,

Professeur David Ekoué DOSSEH

 

 

Présidentielle 2020 : Togo Debout met en garde contre le truquage des résultats

 

AUTRE PRESSE DE LA DIASPORA TOGOLAISE "Allemagne"Un nouveau film pour cet Week-end
Film Institutionnel: Musique de Efo beto basile
A suivre de près
Votre Equipe SOUND RÊVE Togo : Actualité, société & culture •
“Efo Beto Basile Togo présidentielle 2020 La vanité de l'homme”

https://youtu.be/89y1P01Bw5Q

 

 

“Efo Beto Basile Togo présidentielle 2020 La vanité de l'homme”

 

Faure Gnassingbé a voté à Pya

Le chef de l’Etat togolais, candidat à sa propre succession pour un quatrième mandat, Faure Gnassingbé a voté ce matin à Pya (Kara).

On l’attendait au camp Général Gnassingbé Eyadéma de Lomé. Mais finalement, c’est à Pya qu’il s’est fait annoncer pour accomplir ce devoir civique.

« Chers concitoyens, je tiens à vous dire ma fierté pour votre concours au déroulement pacifique du processus électoral en cours, qui démontre la maturité politique de notre pays », a-t-il écrit sur son compte twitter, après avoir voté.

Et d’ajouter : « En ce jour déterminant du processus, je tiens à vous exhorter tous à vous rendre aux urnes pour exprimer votre choix en toute liberté pour un meilleur rayonnement de notre démocratie ».

 

 

Faure Gnassingbé a voté à Pya

 

Message pour les classes politique et les artistes togo
Comment fonctionne le système politique en général ?
Qu'est-ce que la fonction politique ?
Qui exerce le pouvoir politique ?
Quel est le système politique du Togo ?
Comment fonctionne le pouvoir du Togo?
En parcourant sur tous mes FILMS je remarque qu'il y a quelques choses qui ne va pas au togo..
je vous prie de regarder vous même avant de reconduire les affaires de l'état pour les 5 ans avenir.
URGENT
Votre artiste de chanson Togolaise EFO BETO BASILE
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
“Efo Beto Basile TOGO présidentielle 2020 la marche progressive de l'esprit humain” — AUTRE PRESSE DE LA DIASPORA TOGOLAISE "Allemagne"Un nouveau film pour cet wee...

https://www.youtube.com/channel/UC3nbgW7-4bgeixmUIT6ROvQ
https://youtu.be/X6MySXarESA

 

 

“Efo Beto Basile TOGO présidentielle 2020 la marche progressive de l'esprit humain”

 

Présidentielle 2020: La CENI satisfaite de la campagne apaisée du premier tour

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) exprime, dans un communiqué, sa satisfaction suite au bon déroulement de la campagne du premier tour de l’élection présidentielle de ce samedi 22 février.

En effet, Tchambakou Ayassor, tient « à féliciter l’ensemble des acteurs, particulièrement les candidats, leurs militants et sympathisants ainsi que la population togolaise, pour le déroulement serein et apaisé de la campagne électorale qui s’est achevée le vendredi 20 février, sans aucune entrave et sans aucun incidents majeurs ». Il n’oublie pas de relever que les éléments de la Force élection présidentielle (FOSEP) ont joué leur partition avec sens de responsabilité et de détermination dans la protection des candidats et la sécurisation des meetings et des cortèges etc.

L’institution, poursuit le communiqué, appelle les candidats ainsi que leurs militants voire l’ensemble des Togolais « à continuer à observer la sérénité, le calme et la tranquillité qui ont prévalu jusque-là pour un parachèvement heureux du processus de l’élection présidentielle ».

Selon Tchambakou Ayassor, des dispositions sont prises pour que la suite du processus se passe dans la même ambiance et rassure qu’elle met tout en œuvre pour que le scrutin soit fiable et transparent. Il appelle, pour finir, les uns et les autres au respect du code électoral et les procédures règlementaires relatifs à la publication des résultats.

A.H.

 

 

Présidentielle 2020: La CENI satisfaite de la campagne apaisée du premier tour

 

Togo, Menace de coupure d’internet : Une Coalition Internationale Sonne l’Alerte !

Liberté Togo

Dans une lettre adressée à la ministre de la Poste, de l’Economie Numérique et des Technologies de l’Innovation, Cina Lawson avec ampliation au Directeur de l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP), Abayeh Germain Boyodi et au Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas, la coalition #KeepItOn les exhorte à veiller à ce que les Togolais ne soient privés d’Internet et des réseaux sociaux à l’occasion de l’élection présidentielle de ce samedi.

#KeepIton: Lettre collective pour garder internet ouvert et sécurisé pendant les élections au Togo

Réf : Coupure d’internet pendant les élections togolaises

Nous nous adressons à vous afin de vous demander urgemment d’assurer la stabilité et l’ouverture de l’internet et des plateformes de réseaux sociaux au Togo. Nous avons reçu des informations que votre gouvernement prévoit de couper l’internet au cours des prochaines élections au Togo. Au nom de plus de 210 organisations de plus de 70 pays qui constituent la coalition #KeepItOn, nous voudrions faire appel à vous, Madame la Ministre, pour que vous assuriez que l’internet, y compris les réseaux sociaux et autres canaux de communication, demeurent ouverts, sécurisés et accessibles avant, pendant et après les présidentielles au Togo.

Les coupures d’internet sont en contravention avec les lois nationales et internationales

Les coupures d’internet sont en violation des droits humains fondamentaux tels que la liberté d’expression, l’accès à l’information, le droit de se réunir, qui sont garantis par des cadres nationaux, régionaux et internationaux tels que la Constitution Togolaise, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) et la Charte Africaine sur les Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP).

Madame la Ministre, nous aimerions également vous rappeler l’affaire en cours devant la Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest contre la République togolaise pour avoir coupé accès à l’internet en 2017. Réitérant l’argument du plaignant, la coupure d’internet aurait violé les droits fondamentaux des citoyens togolais et si cela devait se reproduire, violerait encore leurs droits.

En novembre 2016, la CADHP a adopté une résolution sur le droit à la liberté d’information et d’expression sur l’internet en Afrique, qui indiquait sa préoccupation concernant « la pratique émergente des États parties consistant à interrompre ou limiter l’accès aux services de télécommunication comme l’Internet, les médias sociaux et les services de messagerie, particulièrement en période électorale; » (CADHP/ Res. 362(LX)}

Le Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies, l’interprète officiel du Pacte International relatif aux droits civils et politiques, souligne dans son Observation Générale No.34 que les restrictions sur la liberté d’expression doivent être strictement nécessaires et proportionnées pour atteindre un objectif légitime.[1] Les coupures d’internet, en comparaison, impactent de manière disproportionnée tous les usagers, et limitent inutilement l’accès à l’information et les communications des services d’urgence à des moments critiques. Les coupures internet ne sont ni nécessaires, ni efficaces pour atteindre un objectif légitime, puisqu’elles bloquent la diffusion des informations, contribuent à la confusion et au désordre, et entravent la sécurité publique.

Les coupures d’internet portent atteinte aux droits de l’homme, perturbent les services d’urgence et nuisent aux économies

Les études ont montré que les coupures d’internet et la violence vont de pair.[2],[3] Les coupures entravent la libre circulation des informations et créent une chape d’obscurité pouvant cacher les violations aux droits humain des yeux du public. Les journalistes et les travailleurs des médias ne peuvent pas contacter leurs sources, collecter des informations, ou préparer des articles sur le processus électoral sans les outils de communication numérique.[4] Justifiées pour diverses raisons, les coupures bloquent l’accès aux informations vitales, au commerce électronique, et aux services d’urgence, plongeant des communautés entières dans la peur.

L’internet ouvert a favorisé une créativité sans précédent, de l’innovation et l’accès à l’information et à d’autres types d’opportunités sociales, économiques, culturelles et politiques dans le monde. Les moyens techniques utilisés pour bloquer l’accès à l’information en ligne affaiblissent souvent et de manière dangereuse la stabilité et la résilience de l’internet. Les perturbations de réseaux déstabilisent aussi la capacité de l’internet à soutenir la subsistance des petites entreprises et à pousser la croissance économique. Une étude datant de 2016 par l’Institution Brookings, un éminent think tank, a révélé que les coupures ont fait perdre 2,4 milliards de dollars US à l’économie mondiale entre 2015 et 2016.[5]

En tant que coalition qui croit que l’internet est un catalyseur de tous les autres droits de l’homme, nous sommes confiants que l’accès à l’internet et aux plateformes des réseaux sociaux peut favoriser des élections transparentes et libres et encourager la participation des citoyens aux futures élections.

Nous vous appelons donc à entreprendre les mesures nécessaires pour assurer que les fournisseurs de services internet et acteurs pertinents garantissent un internet ouvert, accessible et sécurisé tout au long de la période électorale au Togo. Les coupures d’internet ne doivent pas devenir la nouvelle norme au Togo.

Nous vous demandons respectueusement d’utiliser l’importante position de vos bons offices pour :

Vous assurer que l’internet, y compris les réseaux sociaux, demeure accessible tout au long des élections présidentielles ;

Déclarer publiquement l’engagement du gouvernement Togolais pour garder l’internet ouvert, et de notifier le public de toutes perturbations ;

Encourager les fournisseurs de services de télécommunications et d’internet à respecter les droits humains à travers la divulgation publique des politiques et pratiques qui impactent les usagers.

Nous serions heureux de vous assister pour toutes ces questions.

Salutations distinguées,

Access Now
Africans Rising
AFRICTIVISTES
AfroLeadership
ARTICLE 19 West Africa
Association for Progressive Communications (APC)
Bloggers of Zambia
Campaign for Human Rights and Development International – CHRDI
Centre for Multilateral Affairs (CfMA)
Collaboration on International ICT Policy for East and Southern Africa (CIPESA)
Committee to Protect Journalists
Human Rights Foundation (HRF)
i Freedom Uganda Network
Iraqi Network for Social Media
Media Foundation for West Africa
Media Matters for Democracy
Media Rights Agenda
Movements.org Spectrum
OpenNet Africa
Open Observatory of Network Interference (OONI)
Paradigm Initiative
PEN America
Reporters Sans Frontières (RSF)
Right 2 Know South africa
Rudi International
SAFEnet
Sassoufit
Unwanted Witness Uganda

 

 

Togo, Menace de coupure d’internet : Une Coalition Internationale Sonne l’Alerte !

 

Une affaire de drogue incrimine le Président du conseil de base des Maliens de l’extérieur au Togo

Le Président du conseil de base des Maliens de l’extérieur, sieur Issouf Coulibaly serait impliqué dans une affaire de drogue qui laisserait peser des soupçons sur sa personne. Le dossier est connu de la police, selon les sources.

Les faits tels que relatés font état d’une marchandise de 15kg de drogue, répartis en 5 sachets de 5 kilos, qu’un certain « Issa le dogon » et ses complices (probablement des trafiquants) auraient glissé dans le camion d’un nommé « Dramane Cissoko », apparemment locataire de son Etat, actif sur le tronçon Lomé-Bamako.

Dramane Cissoko, à en croire les sources, assure de par sa fonction, « le fret des commerçants maliens » entre Lomé et Bamako. Ayant constaté le colis « indésirable » lors du chargement des marchandises dans son camion, Cissoko n’a pas hésité à contacter un autre intervenant dans l’affaire, le nommé Daouda Démbélé, pour de l’aide.

Ce dernier contacta à son tour le Président du conseil de base des Maliens de l’extérieur, Issouf Coulibaly à qui il lui aurait remis la drogue. Cissoko dans sa crainte, a été rassuré par ces derniers qui ont promis le rappeler.

Mais force est de constater qu’après 5 mois, sieur Issouf Coulibaly et Daouda Dembélé n’ont donné aucune suite de l’affaire à Cissoko qui a finalement décidé de porter l’affaire devant le commissaire principal de police de Forever à Lomé. Le commissaire, M. Yakatche a ensuite convoqué les intéressés du dossier lundi 18 février 2020.

Devant le commissaire, les sources précisent qu’Issouf Coulibaly avança qu’il aurait détruit la drogue. Et ce, sans l’ombre d’un témoin quelconque. Un argument qui ne convainc pas le commissaire.

Car, selon ce dernier, il ne revenait pas au Président du conseil de base des Maliens de l’extérieur de détruire le produit. Il a été gardé dans les locaux du commissariat pour être ensuite relâché le lendemain 19 février.

Aux dernières nouvelles, M. Yattabaré, consul honoraire, saisi par l’affaire, a promis tout mettre en œuvre pour tirer au clair ce dossier.

Nous y reviendrons

 

 

Une affaire de drogue incrimine le Président du conseil de base des Maliens de l’extérieur au Togo

 

Le décès d’Omar B relance le débat sur la précarité des artistes

L’artiste de la chanson Rnb a quitté le monde des vivants ce jeudi 20 février dans des conditions qui rappellent la précarité des artistes, toutes catégories confondues, au Togo.

La triste nouvelle est tombée comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. Désormais Omar B, Omar Ahiangban à l’état-civil, ne tiendra plus le micro, ne fredonnera plus ses morceaux avec sa voix suave. Il a rejoint le ciel dans la fleur de l’âge.

De quoi est-il mort ? Les premières informations expliquent que l’auteur d’« Ayaydoudou nédjo », « Ogba », « Crois en Toi », « amétakpola », « élatsènawo », entre autres, est mort suite à une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC).

D’autres sources insistent sur le fait qu’il aurait pu en guérir s’il a été dans un centre de santé digne de nom. Elisabeth Apampa, une animatrice cultuelle très proche des milieux des artistes, écrit sur sa page facebook qu’« on ne lui a peut-être pas diagnostiqué le vrai problème ».

Elle ajoute, visiblement en colère, que « S’il était millionnaire, il serait allé depuis au Maroc ou Ghana » pour se faire soigner du mal qui le rongeait depuis quelques semaines.

La disparition de ce talent qui a pourtant réalisé plusieurs chansons ou albums de bonne facture relance ainsi les débats sur la précarité des artistes togolais qui meurent des maux facilement soignables.

Omar B sera enterré cet après-midi au cimetière musulman d’Adétikopé après la prière de 13 heures à la mosquée de Forever.

A.H.

 

 

Le décès d’Omar B relance le débat sur la précarité des artistes

Seite: | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26