NEWS


 

Agenda: 

 

 

 

Aktuelle Infos und Veranstaltungen
Seite: | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 

 

Dons de ‘Dunenyo Zà’ aux écoles d’Agoè-Nyivé, Aflao et Bè

Le conseil fédéral de ‘Dunenyo Zà’ (fête traditionnelle des natifs de Bè) est passé aux actions en offrant 600 tables bancs aux écoles d’Agoè-Nyivé, Aflao et Bè. Ce don est évalué à plusieurs millions de francs CFA.

Il s’agit d’une mission que le conseil fédéral de ‘Dunenyo Zà’ s’est donné pour aider les élèves de ces trois communautés à « s’asseoir confortablement pour apprendre et devenir la relève de demain ».

« Il a été prévu de confectionner des tables bancs pour les élèves et les étudiants de la communauté. Nous procédons ce jour à la remise de ces tables bancs aux heureux bénéficiaires de toutes les communautés du Grand Lomé », a indiqué Togbui Helou Aristide Sedzro IV, chef canton d’Agoè-Nyivé.

Il est à noter que la cérémonie de remise des dons était en quelque sorte l’occasion de rendre hommage à l’ancien ministre togolais de l’Economie et des Finances, Elom Komi Dadzie fils de Bè, également président du conseil fédéral de Dunenyo Zà, décédé hier à Lomé.

« Nous sommes vraiment choqués, attristés et aff

aiblis. Nous lui rendons un vibrant hommage. Que Dieu lui accorde la paix », a prié le chef canton d’Agoè-Nyivé.

Pour information, ces tables bancs seront réparties par lot de 75 dans les écoles et lycées de Bè, Aflao, Togblékopé, Apédomé, Adétikopé, Légbassito, Sanguéra et Vakpossito.

 

 

Dons de ‘Dunenyo Zà’ aux écoles d’Agoè-Nyivé, Aflao et Bè

 

Présidentielle 2020 : La C14 demande à la CEDEAO d'être impartiale

La C14, comme le Front Citoyen Togo Debout (FCTD), a rencontré la délégation de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest ce mardi. Une occasion pour ce regroupement de partis d'opposition de réitérer ses exigences pour une élection présidentielle crédible, transparente et acceptée par tous.

COMMUNIQUE

La Coalition de l’opposition togolaise C14, a été reçue le mardi 10 décembre 2019 par une délégation de la CEDEAO conduite par le Général BEHANZIN, arrivée à Lomé dans le cadre d’une mission d’évaluation préélectorale.

Au cours des échanges, la C14, tout en réitérant son engagement pour une alternance pacifique par les urnes, a insisté sur les exigences des populations togolaises en vue de l’organisation d’une élection présidentielle libre, équitable et apaisée. Ces exigences concernent entre autres points :

* La refonte complète du fichier électoral et l’audit de l’ensemble du processus électoral par une institution internationale;
* La recomposition de la Cour constitutionnelle conformément aux recommandations de la CEDEAO ;
* Le réaménagement de la CENI et de ses démemb

rements en vue d’une représentation des acteurs du paysage politique national ;
* Le renforcement du système de sécurisation et d’authentification des bulletins de vote ;
* L’arrêt des violences, des violations répétées des droits de l’homme et la stigmatisation d’une ethnie et religion dans la vie politique nationale ;
* Etc.

Concernant la participation de l’actuel chef d’état à la prochaine élection présidentielle, la C14 a réitéré sa position et celle de la majorité des togolais qui est que cette participation est inopportune après bientôt six décennies de règne de la famille dont il est issu et a souhaité que la CEDEAO œuvre dans ce sens.

La C14 a réitéré son étonnement face au refus persistant de la CEDEAO à publier ou à mettre à la disposition des acteurs politiques le rapport de l’audit du fichier électoral (2018).

Enfin la C14 a invité la délégation de la CEDEAO à faire preuve d’impartialité, à être à l’écoute de l’immense majorité des Togolais et à prendre conscience du discrédit qui frappe l’Institution sous régionale suite à son incapacité à régler correctement les crises dans la région en général et sa complaisance face au régime togolais en particulier.

La C14 n’entend en aucune manière cautionner la mascarade et frauduleuse élection présidentielle en préparation par le pouvoir et lance un appel àtous les togolais de l’intérieur comme de l’extérieur à rester mobilisés pour l’obtention des conditions d’organisation d’une élection présidentielle transparente et équitable en 2020 au Togo.


Fait à Lomé le 11 Décembre 2019

Pour La Coalition

Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON

 

 

Présidentielle 2020 : La C14 demande à la CEDEAO d'être impartiale

 

Mgr Nicodème Barrigah-Bénissan prend fonction le 11 janvier prochain

On connaît depuis le 23 novembre dernier le nouvel Archevêque de Lomé. Mgr Nicodème Anani Barrigah-Benissan, puisque c’est de lui qu’il s’agit, va prendre fonction le 11 janvier prochain au cours d’une messe pontificale de prise de possession canonique du siège épiscopal de Lomé.

La messe va se dérouler à la Cathédrale de Lomé. « Je suis tout heureux de vous inviter à participer ou à vous unir d’intention à la célébration eucharistique du samedi 11 janvier 2020 au cours de laquelle aura lieu la prise de possession canonique du siège épiscopal de Lomé par le nouvel Archevêque », invite Mgr Denis Amouzou-Dzakpa, le désormais Evêque émérite de Lomé.

Et de rendre grâce pour le nouvel Archevêque : « De tout cœur, nous rendons une immense action de grâces au Dieu de toute bonté et bienveillance pour ce don merveilleux qu’il vient de faire à notre Eglise-famille de Dieu à Lomé et au Togo ».

Président de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR), Mgr Nicodème Barrigah-Benissan est un diplomate qui a sillonné beaucoup de pays pour la résolution des conflits et l’instauration de la paix et la justice. Bien que nommé nouvel Archevêque de Lomé, il continuera à être Administrateur Apostolique du Diocèse d’Atakpamé où il était Evêque.

L’Evêque émérite de Lomé, Mgr Denis Amouzou-Dzakpa invite donc les « fils et filles bien-aimés dans le Seigneur » à faire le déplacement de la Cathédrale de Lomé pour vivre la messe pontificale du 11 janvier prochain.

 

 

Mgr Nicodème Barrigah-Bénissan prend fonction le 11 janvier prochain

 

Présidentielle 2020 : La CEDEAO au parfum de l’état d’avancement du processus électoral

A deux mois du premier tour de l’élection présidentielle de 2020 au Togo, une délégation de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), conduite par le Général Francis Béhanzin vient constater l’avancée du processus électoral.

En effet, la délégation de la CEDEAO a rencontré mardi 10 décembre 2019 le bureau exécutif de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), l’institution chargé d’organiser et de superviser les élections au Togo à son siège à Lomé pour des discussions allant dans le sens d’une élection inclusive, crédible, transparente et apaisée, selon les dispositions du code électoral.

Toujours dans le cadre du scrutin présidentiel, d’autres sujets ont meublé cette rencontre, notamment le suivi de l’affichage des listes électorales et la gestion du contentieux lié à ces listes électorales, le mécanisme de remontée des résultats des bureaux de vote vers la CENI, la méthode de proclamation des résultats.

Aussi, a-t-on noté la question du vote par anticipation des corps habillés, la présence des observateurs des partis politiques non représentés à la CENI dans les bureaux de vote et le recensement électoral qui a pris fin le 02 décembre 2019.

La CENI conduite par son président Ayassor Tchambakou a promis étudier d’autres inquiétudes qui ne figurent pas dans le code électoral pour une élection inclusive au Togo. Une réponse que les représentants de la CEDEAO à cette rencontre ont partagée et disent être prêts à soutenir l’institution pour la réussite de l’élection présidentielle de 2020.

 

 

Présidentielle 2020 : La CEDEAO au parfum de l’état d’avancement du processus électoral

 

Présidentielle 2020 : Prof Wolou Komi investi candidat le 21 décembre prochain

Dans deux mois, les Togolais seront appelés aux urnes pour élire le prochain Président de la République. Le processus électoral, décrié par les acteurs politique de l’opposition et de la société civile, se poursuit malgré tout. Parallèlement, les candidatures aussi se font connaître. Déjà, treize (13) candidats ont annoncé leur participation à ce scrutin.

Le quatorzième candidat s’annonce aussi. Même si officiellement, on doit attendre le samedi 21 décembre prochain pour être situé, il ne fait l’ombre d’aucun doute que Prof Komi Wolou, Secrétaire national du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR) sera dans la course pour l’élection présidentielle de l’année prochaine.

Il y a quelques semaines, le PSR, membre de la C14, a claqué la porte à ce regroupement pour une divergence de vue. Pour ce parti, il faut discuter directement avec Faure Gnassingbé pour obtenir les conditions de préparation pour une élection présidentielle crédible et transparente.

« Il faut faire la part des choses : créer un cadre de discussion, moi je n’en veux plus pour la simple raison que les ministres qui y viendront ne céderont sur rien. Vous pouvez tout dire. Peut-être, ils n’ont pas reçu d’instructions. Celui qui peut donner ces instructions, il faut aller le voir directement, discuter avec lui. Il faut travailler pour qu’un groupe de personnalités des partis politiques, de la société civile ou des candidats émerge pour cela », avait préconisé Prof Komi Wolou au cours d’une émission.

Pour lui, rien n’est encore joué. L’alternance est encore possible en 2020. Et prof Komi Wolou reste convaincu de cela. En tout cas, l'on attend le 21 décembre prochain pour connaître ses réelles intentions.

 

 

Présidentielle 2020 : Prof Wolou Komi investi candidat le 21 décembre prochain

 

L’ancien ministre des Finances, Dadzie est décédé

Un fils de Bè, ancien ministre de l'Economie et des Finances, vient de tirer sa révérence. L’information a été rendue publique en début de cet après-midi et inonde déjà la toile.

Emile Elom Dadzie n’est plus. Il a été ministre de l’Economie et des Fiances sous feu Gnassingbé Eyadéma de 1994 à 1996. C’est donc lui que Barry Moussa Barqué a succédé en 1996 dans ce ministère stratégique.

L’ancien ministre Elom Dadzie est très impliqué dans les activités pour le développement de son Bè natal.

La fête DUNENYO ZAN porte ses marques, puisqu’il a été l’un des initiateurs de cet événement qui rassemble chaque année, depuis 2017, les communautés Bè, Aflao, Agoè et Anlon qui sont les populations autochtones de la capitale togolaise.

Beaucoup d'autres projets pour ce grand quartier de Lomé, à en croire ses proches, portent sa signature

Emile Elom Dadzie a quitté le monde des vivants à l'âge de 70 ans. Que la terre lui soit légère

 

 

L’ancien ministre des Finances, Dadzie est décédé

 

La Brasserie BB Lomé dote Agoènyivé d’un centre agroécologique

La cérémonie de la pose de la première pierre du centre agrécologique s’est déroulée le 5 décembre dernier à Adougba (Agoènyivé). Elle a été présidée par le Directeur général de la Brasserie BB Lomé, Thierry Ferraut en présence du Directeur Général de l’Anasap Berena Gnakoudè, les responsables de l’ONG record, le préfet d’Agoè Nyive le colonel Awate Hodabalo, le Chef Canton d’Agoènyive Togbui odjo Hellou Sédjro IV.

Privilégier les systèmes et méthodes de production pérennes, respectueuses de l’environnement naturel, offrir la chance aux jeunes et femmes des milieux ruraux de se former dans le domaine agricole, ou pastoral et permettre avec la vente des produits issus du centre de générer des revenus et se prendre en charge, c’est le triple rôle assigné à ce centre agroécologique qui s’inscrit dans le déroulement du Projet AGOE-NYIVE NEKO.

Le site d’Adougba, jadis dépotoir pour la population de la localité, est devenu un déversoir des eaux usées de la brasserie. « Aujourd’hui, conscient de cette situation, le centre agroécologique, mettra en avant la valorisation des eaux industrielles via notre station de traitement des eaux usées (la STEP). La STEP rejette 2400 m3/jour d’eaux usées traitées ; la valorisation de déchets agricoles ; et surtout la création de près de 400 emplois durables », a indiqué Thierry Ferraut, DG de la Brasserie BB Lomé.

Sa société apporte son appui financier et technique pour la réalisation de ce projet dans le cadre de la Responsabilité sociétale des entreprises. Le projet va s’exécuter sur une durée de 3 ans dans un partenariat tripartite entre la BB Lomé, Anasap et ONG Record, avec une valeur de vingt millions (20 000 000) de Francs CFA.

« Nous supervisons les équipes nous faisons intervenir nos techniciens sur le terrain puisque c’est un terrain assez accidenté qu’il a fallu aplanir donc la supervision revient à l’Anasap », a expliqué Tamaloe Efui Koffi, Directeur Communication Anasap.

Le projet s’inscrit dans un contexte de remise en question des pratiques et système agricoles face aux dégradations socio-économiques et environnementales. La prise en compte de l’environnement et du changement climatique invite à améliorer les pratiques agricoles, avec moins de pollution des sols, moins de pesticides…

« En dehors des activités sur le terrain, il est prévu d’autres activités parallèles par exemple la formation des femmes maraichères, les ateliers de formation de renforcement de capacités surtout que nous tendons vers l’abolition des produits chimiques. Il y aura des formations sur comment faire les compostes qui va servir à produire les légumes. On va continuer avec les sensibilisations de maison en maison, parce que c’est un dépotoir et jusqu’à présent les gens continuent par y déverser les ordures », a déclaré Innocent Assilamehou, chargé du projet, membre de l’ONG Record.

Le centre produira des légumes en autres du piment vert, de la laitue, de la betterave, de l’oignon, du chou, de l’épinard (gboma) et adémè ; fera l’élevage des volailles et des porcins. Un projet que le chef canton d’Agoè Nyivé, Togbui Kodjo Helou Sedjro IV salue et promet de soutenir.

Entreprise citoyenne, la Brasserie BB Lomé, dans sa responsabilité Sociétale des entreprises, intervient dans les domaines agricole, éducatif, environnemental et sanitaire.

 

 

La Brasserie BB Lomé dote Agoènyivé d’un centre agroécologique

Mme Whitney Baird était à Lomé

Elle est la Sous-Secrétaire Adjointe pour les Affaires Ouest-Africaines et Sécuritaires. Elle était en visite à Lomé du 7 au 10 décembre 2019.

Communiqué

La Sous-Secrétaire Adjointe pour les Affaires Ouest-Africaines et Sécuritaires en visite au Togo

Dans le cadre des relations d’amitié et de coopération entre le peuple américain et le peuple togolais, la Sous-Secrétaire Adjointe pour les Affaires Ouest-Africaines et Sécuritaires du Département d'Etat des Etats-Unis, Madame Whitney Baird effectue une visite de travail au Togo du 7 au 10 décembre 2019.

La Sous-secrétaire Adjointe a visité Lome Container Terminal, la centrale électrique Contour Global ainsi que l’entreprise sociale Alaffia. Elle a également échangé avec les premiers responsables du chapitre Togo des boursières du programme African Women Entrepreneurship Program (AWEP). Ces visites et ses rencontres ont été l’opportunité pour la Sous-Secrétaire Adjointe de réaffirmer le sout

ient des Etats-Unis Unis d’Amérique à ces initiatives socio-économiques tant du secteur public que privé contribuant à faire du Togo un pays plus prospère.

Madame Whitney Baird a également eu des entretiens de haut niveau avec plusieurs responsables politiques et militaires togolais. Leurs entretiens ont porté sur des sujets tels que la bonne gouvernance, le développement économique et le leadership du Togo dans les domaines du maintien de la paix dans la région et la sécurité maritime. Madame Baird a appelé les autorités togolaises à tout mettre en œuvre pour faire de la prochaine élection présidentielle une élection, libre, juste, inclusive et transparente afin de faire du Togo un pays plus stable et plus démocratique.

A propos de la Sous-secrétaire Adjointe

Whitney Baird a pris ses fonctions de sous-secrétaire d'État adjoint pour l'Afrique de l'Ouest et les affaires de sécurité en septembre 2018. Auparavant, elle a occupé le poste de Sous-Secrétaire adjointe par intérim pour l'Europe occidentale et l'Union européenne et les affaires régionales au sein du Bureau Europe du Département d’Etat. Elle a été ministre conseillère pour les affaires économiques à l'ambassade des États-Unis à Londres de 2014 à 2017.

Avant Londres, Whitney Baird a travaillé au Bureau économique du département d'État en tant que conseillère spéciale pour les négociations commerciales, directrice des affaires commerciales multilatérales, sous-secrétaire adjointe par intérim pour le commerce et représentante spéciale par intérim pour les affaires commerciales. Mme Baird a également servi outre-mer à Madrid (Espagne), Dakar (Sénégal), Lomé (Togo), Toronto (Canada) et Yaoundé (Cameroun).

 

 

Mme Whitney Baird était à Lomé

 

Présidentielle 2020 : Les Vérités de Togo Debout à la CEDEAO

Général Francis Behanzin, Chargé des Affaires politiques à la CEDEAO

Les responsables du Front Citoyen Togo Debout (FCTD) ont rencontré une délégation de la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), conduite par le Général Behanzin. Voici les vérités de Togo Debout à la délégation.

COMMUNIQUE

Le Front Citoyen « TOGO DEBOUT » a rencontré, ce mardi 10 décembre 2019, journée de la célébration de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, une délégation de la CEDEAO dirigée par le Général BEHANZIN pour une évaluation en période préélectorale.

S’il est vrai que nous ne pouvons plus revenir sur les évènements du passé, il est de toute évidence que nous ne pouvons ne pas tirer aussi des leçons du passé. Et si la CEDEAO veut vraiment apparaitre comme une institution non inféodée, elle a l’obligation de présenter un autre visage en 2020 pour les élections présidentielles qui arrivent.

Voilà pourquoi le Front Citoyen « Togo Debout » a rappelé à la délégation de la CEDEAO que : «Ce qui pose problème au Togo ce ne sont pas les élections comme mode de désignation d’un candidat et

de régulation de la Nation mais les conditions desdites élections.»

Le peuple togolais ne pourra plus admettre les mascarades d’élections. Et le processus tel qu’il a déjà commencé et se poursuit n’est aucunement différent des précédents. La CEDEAO va-t-elle encore jouer ce rôle de non-assistance à personne et à pays en danger et refaire le choix d’un silence complice comme en 2005 et en 2018 ?

Nous redisons solennellement à la CEDAO : Oui aux élections mais pas des élections frauduleuses où tout est déjà joué avec un fichier totalement mis à la merci du pouvoir par la société ZETES.

La suspicion sur le rapport de l’audit précédent qui n’a jamais été rendu public est tellement grande que tout porte à douter même du rapport qui sera présenté si d’aventure il devenait public. Vouloir des élections transparentes et crédibles ne peut plus être une simple affaire de fichier réalisé dans des conditions inacceptables pour continuer le jeu malsain d’un pilotage non consensuel du processus. Le non-respect des droits des citoyens en ce qui concerne les libertés fondamentales et la participation au choix des gouvernants ne peut plus être érigé en mode de gouvernement. Il est vraiment temps d’aller à un vrai Etat de droit démocratique dans notre pays, le Togo.

Voilà pourquoi, le Front Citoyen «Togo Debout» a redit clairement à la délégation de la CEDEAO les conditions minimales pour des élections transparentes en 2020 :

* Un fichier électoral fiable, crédible et disponible à tous les acteurs.
* La recomposition de la CENI et de ses démembrements.
* La proclamation des résultats bureau de vote par bureau de vote.

Le Front Citoyen « Togo Debout» réitère son adhésion aux principes de la non-violence et en même temps il tient à rappeler à la CEDEAO que son silence coupable est aussi une forme de violence et quand la violence est du côté des institutions nationales ou internationales, on peut se demander qui opte vraiment pour la non-violence? La CEDEAO, en effet, n’avait rien dit sur les miliciens et ne dit rien sur la récidive de l’état de siège imposé aux habitants de Sokodé, Bafilo, Tchamba, Mango et à une partie de Lomé, Agoé. Est-ce ainsi que la CEDEAO conçoit la situation de paix dans un Etat membre ?

Le Front Citoyen « Togo Debout » appelle en conséquence tous les citoyens à la vigilance, à la détermination car le statu quo qui maintient le peuple togolais en souffrance ne peut plus durer. Le changement devient inéluctable et incontournable en 2020.

C’est pourquoi le FCTD en revoyant certaines figures de la délégation de la CEDEAO dans un contexte similaire à celui de 2018 avant les législatives où le comité de suivi avait rencontré différentes organisations sans rien changer à sa vision, demande à l’actuelle délégation de vraiment prendre, cette fois-ci, la vraie température de la situation afin de ne pas être à nouveau Responsable devant l’Histoire : sa crédibilité en dépend.

Pour un Togo de bonheur pour tous, des élections crédibles, et transparentes.

TOGO DEBOUT, LUTTONS SANS DEFAILLANCE

Fait à Lomé le 10 décembre 2019

Pour le Front Citoyen «Togo Debout »

Pr. David Ekoué DOSSEH

 

 

Présidentielle 2020 : Les Vérités de Togo Debout à la CEDEAO

 

Vers la promotion des bonnes pratiques de commercialisation dans le secteur café-cacao

Les acheteurs du café et du cacao au Togo ont mis en place le Syndicat indépendant des acheteurs de café et cacao du Togo (SIACCTO) pour la promotion de leur secteur. Les travaux ayant abouti à l’élection du bureau, se sont déroulés à Kpalimé, en présence du ministre togolais de l’Agriculture, de la production animale et halieutique, Noël Koutéra Bataka.

« On exerce sa force que dans l’humilité. Tant qu’on n’a pas l’humilité, tant qu’on ne travaille pas dans l’union, on ne rassemble pas et on ne peut fédérer. Les dissensions qui ont été créées vont perdurer dans le temps », a déclaré le ministre de tutelle à l’endroit des syndiqués.

Pour M. Anselme Gouthon, Secrétaire exécutif du Comité de coordination pour les filières café et cacao, une gestion plus transparente de la filière café-cacao doit être primordiale afin d’éviter l’échec qu’a connu le syndicat précédent.

Quant au nouveau Secrétaire général du SIACCTO, « si le sous-secteur du café et cacao connaît des rendements en baisse depuis quelques années, l’une des raisons est le vieillissement des plantations et aussi des producteurs ».

Le nouveau syndicat dans sa lutte pour la promotion et le déve

loppement du café-cacao va également combattre les maux qui minent le secteur, notamment la contrebande, le trafic, la complicité et la malhonnêteté entre les acheteurs et les exportateurs de ces produits.

 

 

Vers la promotion des bonnes pratiques de commercialisation dans le secteur café-cacao

 

Peinture/Portrait de Caroline Guèye : La réincarnation de Paul Ayhi

Caroline Guèye a la peinture à fleur de peau. C'est dans un salon feutré d'un grand hôtel de Lomé que Caroline Ahyi Gueye, artiste plasticienne, et astrophysicienne de formation, a donné rendez-vous à ses interlocuteurs. Tous des journalistes impatients de découvrir le talent de celle dont tout le monde parle dans le monde des arts. Elle est présentée comme une valeur sûre de l'art africain.

Sourire naturel et regard innocent, Caroline Ahyi Gueye ne fait ni son âge, 32 ans, ni sa réputation, ingénieur astrophysicienne et artiste de renom. Mais celle qui était assise en face de nous, était bel et bien la Caroline Ahyi Gueye en personne. La petite fille du célèbre artiste plasticien togolais, Paul Ahyi ou le « Picasso africain », comme certains aiment l'appeler. Dans la famille, Caroline, la Franco-Togolo-Sénégalaise est la seule à vraiment hériter des gênes de créateur de « Grand papa » Ahyi. « J'avais toujours aimé l'art depuis toute petite. Sur les murs de ma chambre, j'avais demandé si je pouvais dessiner et maman m'a donné la permission », confie-t-elle sourire aux lèvres.

Et paradoxalement, son grand père Paul Ahyi qui vient d'avoir un musée à son nom à Lomé, lui conseille de se consacrer

à son autre passion, les sciences physiques. « Après le BAC, j’hésitais entre aller dans une école d’art ou faire des études en physique, parce que j’adorais les deux. Mon grand-père m’a dit d’aller étudier la physique », confesse-t-elle, des larmes pleins les yeux en pensant au vieil homme mort en 2010.

L'auteur du drapeau togolais lui aurait néanmoins aussi conseillé de ne jamais oublié son pinceau et sa passion. Le retour aux premiers amours Celle dont on retrouve dans les travaux, beaucoup de géométries, beaucoup de formes et de couleur pastel réussi brillamment ses études et se lance dans une carrière prometteuse d'ingénieur en physique atmosphérique (radioprotection et sûreté nucléaire). Mais ce ne sera pas pour longtemps.

« Je suis revenue à l'art parce que j'ai rencontré à New-York une galeriste à qui j'ai montré mes travaux et elle les a pris pour sa galerie. La passion était un peu plus forte et je n'avais plus le temps de faire les deux », avoue-t-elle un tantinet nostalgique.

Elle démissionne donc de son boulot et se consacre corps et âme à son art. Un art influencé par les sciences de l'espace et l'actualité au quotidien, même si elle refuse de se définir comme une artiste « engagée » politiquement.

« Je ne me définis pas comme une artiste engagée en fait. Mais je m'inspire parfois de l'actualité et il y a des choses qui me touchent », se défend-elle.

Et pourtant, elle n'a pas hésité à mettre son art au service des plus faibles à travers le monde et sur plusieurs questions d'actualité. Certains de ses tableaux prennent position en faveur des jeunes filles de Chibok, kidnappées par des islamistes de Boko Haram, d'autres expriment de la peine pour les victimes de la catastrophe nucléaire de Fukushima, et d'autres encore s'attaquent au pillage des côtes africaines par des multinationales. C'est le cas de ''Sos Podpa''.

Certains de ces œuvres ornent les murs de l'aéroport international de Dakar, de la BCEAO et les maisons de plusieurs collectionneurs d'art.

Le Retour aux sources ancestrales Après avoir vécu au Sénégal, en France et en Chine, Caroline Gueye brûle d'envie de découvrir le pays de sa mère et d'aller à la rencontre du Togo de ses aïeux.

« Je suis née au Sénégal, j'ai grandi à Dakar. C'est mon premier voyage ici au Togo. J'ai le sang togolais qui coule dans mes veines, j'estime que c'est mon pays même si je n'ai pas encore le passeport. Il me faut le passeport togolais. J'ai découvert Lomé qui est une ville fabuleuse et tellement jolie. J'aimerai tellement pouvoir montrer mon travail à mes compatriotes ici au pays », confie-t-elle au cours de l'entretien qu'elle a accordé à AfreePress et à trois autres médias, avant de promettre de revenir exposer son travail à Lomé.

Une exposition, qui dit-elle, sera placée sous le thème :« Art et sciences ». L’artiste plasticienne Caroline Guèye a un rêve, celui de faire honneur au nom de son grand père en marchant dans ses pas même si elle reconnaît que le chemin sera long et pénible. Ce sera par le travail que ce pari va être gagné, clame-t-elle. E

ça tombe bien, ''Vaincre'', c'est l'un des tableaux que Paul Ahyi a offert à sa petite fille avant de quitter le monde des vivants et Caroline, après des années de questionnement a fini par comprendre le message subliminal contenu dans cette œuvre.

Elle a compris qu'il lui demandait de travailler pour vaincre et c'est ce qu'elle a décidé de faire... et c'est ce qu'elle fait.

A.Y.

 

 

Peinture/Portrait de Caroline Guèye : La réincarnation de Paul Ayhi

 

Mgr Kpodzro : « Bawara n’ouvre sa bouche que pour offenser Dieu ...»

Ce n’est un secret pour personne. Depuis son entrée dans le cercle fermé de Faure Gnassingbé, le ministre Gilbert Bawara est mal vu par des Togolais, notamment certains acteurs politiques et de la société civile, surtout quand il s'agit d'intervenir sur des questions d’ordre politique et social. Ce technocrate à qui on prête le rôle du porte-parole du gouvernement n’hésite pas à tancer vertement mêmes les personnalités morales et religieuses du pays, quand ces dernières tentent d’appeler son « patron » à la raison.

Récemment, l’homme qui saute de portefeuille ministériel en portefeuille ministériel, et ce depuis plus de 10 ans déjà sous le règne de Faure Gnassingbé, a traité Mgr Philippe Kpodzro, l’Archevêque émérite de Lomé, d’être à l’origine de l’échec sinon le dévoiement et les dérives de la Conférence nationale souveraine.

« Mgr Kpodzro devrait faire acte de contrition, en ce qui concerne l’échec sinon le dévoiement et les dérives de la Conférence nationale, il devrait s’interroger sur sa responsabilité personnelle quant à l’échec de la conférence nationale, faire preuve de plus de retenue, d’humilité et de sagesse », avait déclaré Gilbert Bawara avant de chambrer le prélat octogénaire qu’il est trop agité.

Selon ce militant du régime RPT-UNIR, l’homme de Dieu serait même manipulé par les responsables de la classe politique de l’opposition, surtout ceux de la Coalition des 14. Mais contre tous ces "propos déplacés" du ministre Bawara, le prélat ne riposte. Au contraire, il fait preuve de miséricorde et lui pardonne tout, tel un bon père. L’Evêque émérite de Lomé est convaincu en lui-même que cet « enfant » ne sait pas ce qu’il fait.

Pas plus tard qu’hier lundi lors de sa conférence de presse pour lancement officiel de l’opération de collecte de fonds pour soutenir le candidat unique de l’opposition pour la présidentielle de 2020, Mgr Kpodzro a encore profité de l’occasion pour appeler à la raison « son fils » Faure Gnassingbé et ses amis, en l'occurrence Gilbert Bawara qui, selon le prélat, « n'ouvre sa bouche que pour offenser Dieu et ses semblables sans vergogne » .

Il leur demande de faire bien les choses pendant qu'ils sont encore aux affaires, car soutient-il, il y a une vie après le pouvoir.

Godfrey Akpa

 

 

Mgr Kpodzro : « Bawara n’ouvre sa bouche que pour offenser Dieu ...»

La CNDH célèbre la journée internationale des droits de l’homme à Atakpamé

Une délégation de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) séjourne dans la ville aux mille collines pour commémorer la Journée internationale des droits de l’homme (JIDH).

L’équipe arrivée lundi dernier à Atakapmé, est composée des Commissaires Sanvee Ohini, Atitso Afi, Assih-Aissah Ashira, Dosseh Sohey, Kodaga Wéngbama, et Bessi-Kama Lidi, ainsi qu’une partie du personnel de l’institution.

Ce 9 décembre, le Commissaire Atitso Afi, présidente de la sous-commission promotion et protection a animé une émission sur une radio de la place. Elle a porté sur la Journée internationale des droits de l’homme, la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) signée le 10 décembre 1948 à Paris et la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP).

Ce mardi 10 décembre donc, la CNDH célèbre la JIDH par une série d’activités. D’abord une séance de sensibilisation au profit des étudiants de l’Ecole Normale supérieure (ENS). Elle a été précédée d’une journée portes ouvertes à l’antenne de la CNDH d’Atakpamé. Se déroule, actuellement, un atelier sur le Mécanisme National de Prévention de la torture (MNP) dont les travaux viennent d’être lancés.

Mme Atitso rappelle qu’en termes de compétence de la CNDH, « toute personne qui s’estime victime de violation des droits de l’Homme peut saisir la Commission, ainsi qu’une tierce personne ou une organisation de la société civile ».

Cette institution de défense et de promotion des droits humains, ajoute-t-elle, n’est compétente que pour des affaires qui opposent un individu à une administration. Les autres cas sont réglés par l’administration judiciaire.

A.H.

 

 

La CNDH célèbre la journée internationale des droits de l’homme à Atakpamé

 

Mgr Kpodzro sur l’affaire d’insurrection armée : « Qui me dit qu’on ne débarquerait pas un jour chez moi pour saisir les couteaux de table et me présenter à la TVT comme un djihadiste ? »

Lundi lors de sa conférence de presse pour le lancement officiel du « fonds Mgr Kpodzro », l’Archevêque émérite de Lomé est revenu sur l'affaire d’insurrection armée qui défraie la chronique depuis quelques jours déjà. L’homme de Dieu a dénoncé les « dérives outrageuses des tenants du régime qui, à travers l’instrumentalisation abject et ignominieuse de l’armée, viole allègrement les domiciles d’honnêtes citoyens qui sont sauvagement battus, femmes et enfants compris, pour de motifs nébuleux résultant de montages sadiques et grotesques qu’eux seuls sont capables de comprendre ».

Pour Monseigneur Philippe Kpodzro, il est inadmissible que dans un (soi-disant) pays de droits, que les populations méprisées pour leurs opinions politiques fassent l’objet de tant de traitements outranciers et révoltants, dignes d’une époque révolue.

« Je m’insurge vigoureusement, en ma qualité de prélat, pasteur de brebis de Dieu, contre les traitement infligés aux Tem qui sont régulièrement flagellés, massacrés à sang et à feu, contraints de fuir leurs domiciles et se réfugier dans la forêt, poussés par leurs propres frères et sœurs qui jouissent de l’avantage d’être aujourd’hui du parti au pouvoir », a martelé le prélat.

Et de poursuivre : « Sokodé, Bafilo, Mango, Agoè et sa périphérie sont devenus par les faits têtus de l’actualité, des zones non gratae, où il ne fait plus bon vivre, puisqu’il suffit d’avoir couteau, coupe-coupe et même une aiguille chez soi pour être considéré comme un djihadiste (surtout lorsque vous arborez par malheur un habit rouge) bon à arrêter, torturer et jeter, sans aucune forme de procès, en prison ».

L’ancien président du Haut Conseil de la République trouve inacceptable que le Parti National Panafricain (PNP), qui est un parti politique régulièrement constitué, voit son siège régulièrement investi par des militaires qui viennent molester ses militants à qui on refuse le droit de réunion, en violation fragrante de la loi fondamentale.

A en croire Mgr Kpodzro, à cette allure où vont les choses dans ce pays, personne n’est à l’abri des dérives du régime cinquantenaire de Faure Gnassingbé. Il craint qu’un de ses jours on le présente au journal de 20 heures à la TVT comme djihadiste, tout juste parce qu’on aurait trouvé une aiguille ou un couteau de table dans son domicile.

« Qui me dit qu’on ne débarquerait pas un de ces jours (comme ce fut déjà le cas dans quartier Bè) chez moi pour défoncer portes et fenêtres, saisir les couteaux de table et aiguilles et m’embarquer pour le lendemain me présenter au journal de 20 heures à la TVT comme un djihadiste avec présentation de mes couteaux et aiguilles comme corps de délit ? N’avais-je pas raison de tirer la sonnette d’alarme lorsque les premières menaces de morts (qui continuent d’ailleurs) m’étaient parvenues ? », se demande le prélat.

Monseigneur Kpodzro dénonce au passage, le silence complice et coupable de la communauté internationale face aux dérives du régime de Faure Gnassingbé.

« Quel crime le Togo et les Togolais ont-ils commis pour ne bénéficier d’aucun de vous la moindre marque de compassion ? Non, non et non ! Pitié, ayez pitié des pauvres brebis que Dieu m’a confiées. Pardonnez-moi si je vous ai offensé, mais je ne suis pas un politicien, je suis un vieux pasteur moribond qui est prêt à donner sa vie pour ses brebis, à lui confier par Dieu », a-t-il conclu.

Rappelons qu’hier lors de sa conférence, le prélat a lancé une opération de collecte de fonds pour soutenir le candidat unique de l’opposition pour une alternance politique pacifique en 2020. La mobilisation de ce fonds évalué à 7 milliards de francs CFA se fera d’ici le 20 février 2020.

Godfrey Akpa

 

 

Mgr Kpodzro sur l’affaire d’insurrection armée : « Qui me dit qu’on ne débarquerait pas un jour chez moi pour saisir les couteaux de table et me présenter à la TVT comme un djihadiste ? »

 

Présidentielle 2020 : Le 13e candidat est un animateur de projet

Une dizaine de candidatures est déjà enregistrée pour défier le scrutin présidentiel de l'année prochaine. Parmi ces candidature, figure celle d'Edem Agbessi Y. Tsédé.

Edem Agbessi Y. Tsédé est la treizième personne à avoir annoncé sa candidature pour l’élection présidentielle de 2020. « Ayant trop longtemps côtoyé des politiciens de toutes obédiences, et après multiples observations de la situation géopolitique, j’ai décidé de me porter comme candidat aux élections présidentielles prochaines pour une alternance souhaitée par le peuple », justifie-t-il.

Ce candidat veut briser les chaînes de l’impérialisme qui continuent de retarder le développement des anciens pays colonisés. Dans ce contexte, « nous n’avons aucun droit de baisser les bras » de continuer « la lutte en faveur de la vraie démocratie ».

« C’est pourquoi malgré les efforts multiples des acteurs politiques et de la société civile, nous trouvons aujourd’hui légitime et impérieux d’apporter notre contribution pour la délivrance et la victoire de ce peuple qui a tant souffert », insiste-t-il.

Natif d’Atakpamé, né un jour de septembre 1974, M. Tsédé a fait ses études primaires et secondaires au Togo. Dans sa biographie, il est mentionné qu’il a fait les sciences politiques à Phillip Universtaet de Marbourg en Allemagne. Depuis son retour au bercail en 2005, il est animateur de projet.

A.H.

 

 

Présidentielle 2020 : Le 13e candidat est un animateur de projet

Seite: | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27